Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012

Dragster way of life
Dix ans déjà qu’avec la V-Rod, Harley-Davidson définissait une approche différente, visant autant à moderniser son image qu’à se construire une nouvelle clientèle. Car la V-Rod n’est pas une Harley comme les autres, sachez-le ! Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Les Harleyistes de la première heure lui ont suffisamment reproché cette différence revendiquée, comme si la V-Rod n’était pas une Harley-Davidson authentique sous prétexte qu’elle est plus puissante et, pour tout dire, plus efficace. En tant que journalistes impartiaux, cette querelle de clocher nous laisse de marbre et nous n’avons jamais embo&icirc.té le pas aux détracteurs de la V-Rod, même si nous apprécions le caractère Harley en général. Que du contraire même car, à travers ses diverses versions (V-Rod, Street Rod, Night Rod et Muscle), la Rod n’a affiché que des arguments dignes de respect. Une preuve ? Un ami, pilote en Supersport, et qui considérait les motos américaines comme des  » meules de croulants  » (pour ne pas dire pire…), est revenu d’un galop d’essai en Street Rod très impressionné par les prestations de la machine. A telle enseigne que sa conclusion fut :  » C’est une Harley, ça ? Je n’aurais jamais cru qu’une Américaine pouvait aller si fort et si bien !  » CQFD. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012

Une sacrée pièce
C’est donc une V-Rod Muscle  » 10th Anniversary  » pimpante (1000km au compteur) dont nous avons hérité pour ce test. C’est ce modèle qui fait en quelque sorte figure de  » haut de gamme  » V-Rod, puisqu’il est le plus cher. Pour l’épauler, il existe la Night Rod, noire et d’une agressivité crapuleuse ainsi que, cette année uniquement, une V-Rod spéciale dixième anniversaire, nettement plus bling-bling avec ses chromes multiples . ça, c’est une Harley, diront d’aucuns… Tout est question de go&ucirc.t, bien entendu, mais si nous avions à choisir l’une des trois pour orner notre garage, ce serait la Muscle, car elle concrétise un juste milieu raisonnable entre les deux autres versions. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Bien qu’il s’agisse d’une spécificité Harley-Davidson en général, la qualité perçue sur cette V-Rod Muscle 10th Anniversary atteint un haut niveau. L’intégration des câbles et durits, par exemple, est tout bonnement remarquable : au guidon, on n’aperçoit que le câble de gaz. Aux antipodes de l’usine à gaz, le somptueux bicylindre  » Revolution  » (développé avec Porsche, rappelons-le) est d’une netteté parfaite . et par ailleurs, son traitement satiné sait le mettre en exergue sans ostentation. En outre, les détails flatteurs ne manquent pas . citons pêle-mêle les jantes, les clignotants équipant les rétroviseurs, le carénage de filtre à air ou le feu arrière qui semble faire partie intégrante de l’habillage. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012 Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Et puis, il y a cette ligne qui est le partage des Rod depuis dix ans : longue et basse, transpirant une agressivité contenue qui ne demande qu’à s’exprimer, caractère renforcé encore, sur notre moto d’essai, par la peinture noire mat. Disons-le, selon nos critères, cette V-Rod Muscle est une très belle moto, profitant de surcro&icirc.t de l’image blindée de cette marque plus que centenaire. Certes une Rod reste (nettement) plus chère qu’un roadster standard de grosse cylindrée, mais à 16695€, la Night Rod (la moins onéreuse des trois) est au même prix qu’une grosse sportive japonaise . on n’en est donc plus aux écarts tarifaires connus naguère. Voilà qui peut donner à réfléchir…Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012

Chaque jour va-t-il compter?
Make every day count (faites compter chaque jour), c’est le slogan retenu par les Américains pour illustrer leur gamme 2012. C’est sans doute un brin ambitieux, mais avec leur histoire, concédons qu’ils peuvent se le permettre. La Muscle fait-elle compter les jours passés à son guidon davantage qu’une autre moto ? Après une semaine passée en sa compagnie, nous avons bien envie de répondre oui. Bien entendu, elle n’a pas que des qualités, mais elle s’y entend fort bien pour se faire apprécier. Elle a pour elle son esthétique, son aura, ses qualités dynamiques réelles et un moteur très expressif. Voyons cela. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012En selle, on s’aperçoit, comme on nous en avait averti chez Harley du reste, que le guidon est fort éloigné du pilote et, comme son cintre est plutôt plat, ça vous oblige soit à être grand soit à vous pencher vers les commandes. Pour les échalas, aucun problème, la position quoique légèrement en appui sur les lombaires (feet first, of course !), est assez naturelle. Les commandes tombent bien en mains . on regrettera juste que le maniement du sélecteur requière des mouvements un peu trop amples du pied gauche. Par contre, pour un pilote de plus petite taille, disons sous le mètre quatre-vingts, la position s’avère vite fatigante voire douloureuse pour le dos, car il sera obligé de se pencher fortement vers l’avant, accentuant ainsi le porte-à-faux au niveau lombaire. Sans compter que pour man&oelig.uvrer, il risque par moments d’avoir les bras trop courts pour tourner le guidon… On s’y adapte mais, pour ceux qui seraient sujets aux lombalgies, cette particularité ergonomique constitue un vrai problème. Ceci étant, la Muscle se rattrape avec une sellerie moelleuse dotée d’un dosseret bienvenu pour vous empêcher de glisser vers l’arrière sous l’effet des accélérations. Du moins ceci est valable pour le pilote, car son passager est moins bien loti : la selle arrière est de faible surface (mais plutôt confortable cependant) et, qui pis est, elle est fuyante vers l’arrière . ajoutez-y que ses pose-pieds sont fort avancés, et vous concluez que l’option sissy-bar, évidemment prévue par Harley, est indispensable si vous comptez rouler à deux, ne f&ucirc.t-ce qu’occasionnellement. A propos d’accessoires, ils sont évidemment pléthoriques, et le site de la marque, particulièrement bien conçu, vous permet de les visualiser directement sur votre moto. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012 Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012

Ronronnement musculeux
Lorsque s’ébroue le gros bicylindre de 1250cc, on est surpris par sa musicalité feutrée et, surtout, par le filtrage des vibrations : rien ne vient parasiter vos impressions de conduite, même si l’on perçoit encore de loin les allers-retours des gros pistons. Pour le confort, c’est un avantage, pour les sensations, les puristes trouveront peut-être que c’est un inconvénient. D’après nous, ce n’est pas le cas, mais il est vrai qu’en l’occurrence, la V-Rod Muscle se révèle tout aussi policée qu’un custom nippon. L’embrayage, de son côté, n’a plus le côté viril d’antan . le levier se commande sans effort particulier . par contre, la bo&icirc.te de vitesses demande une impulsion ferme du pied gauche pour se verrouiller correctement. Enfin, la transmission finale par courroie crantée est toujours un régal : réactive comme une cha&icirc.ne, propre et sans souci comme un cardan . un must selon nous, à l’image de l’embrayage assisté d’un antidribbling, comme sur une sportive. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Un &oelig.il sur l’instrumentation, qui reste fidèle aux canons définis dès la V-Rod initiale, nous la fait toujours trouver trop étriquée, et donc difficile à lire. A vrai dire, il n’y a à peu près que de nuit que tout cela  » s’éclaire  » pour le pilote parce que le rétro-éclairage orange (la couleur Harley, pardi !) vient estomper le gris terne retenu pour le tachymètre. Le compte-tours est bien à fond blanc, mais il est trop petit pour être clair, remarque qui vaut également pour l’affichage digital. On y trouve le minimum syndical avec un plus cependant : un décompte de l’autonomie restante en fonction de la consommation moyenne et du litrage présent dans le réservoir . un système qui s’avère particulièrement précis et donc efficace. Lorsqu’on sait, par ailleurs, que la Muscle n’est pas spécialement sobre (entre 7,5L et 10L/100km) et n’emporte que moins de 19L dans son bidon, on comprend mieux tout l’intérêt de cet équipement… Et puis, il y a le détail qui vient racheter tous les autres : le retour automatique des clignotants. Là, tous les fabricants devraient s’en inspirer, car même BMW est à la tra&icirc.ne : chez les Bavarois, le clignotant s’arrête en fonction de la distance parcourue . donc, si vous roulez lentement, votre loupiote clignote longtemps inutilement. Rien de tout cela chez Harley, car le dispositif réagit au temps de fonctionnement et -surtout- à l’inclinaison de la moto. Résultat, dans 90% des cas, votre indicateur s’éteint dès la fin du changement de direction, et c’est gé-ni-al. A un niveau de détail on épinglera un vrai klaxon  » de voiture « , un feu arrière et des clignotants à Led particulièrement puissants (comme le phare avant d’ailleurs) et, malheureusement, l’absence d’un warning et d’un appel de phare. Et on allait presque oublier le démarrage sans clé couplé au système d’alarme à armement automatique extrêmement bien conçu.Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012 Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012

Dragster dragueur
Dès qu’elle est à l’arrêt, la Muscle ne laisse pas indifférent et, statistiquement, ce sont des conducteurs de BMW qui s’y sont le plus intéressés, notamment pour savoir qui du V-Twin yankee ou du Flat-Twin bavarois a le plus de personnalité. Eh bien messieurs, s’agissant d’une Rod, il n’y a guère de doute : les Bavaroises doivent s’incliner. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Car à l’usage, c’est bien ce moteur si expressif qui laisse son empreinte sur notre essai. C’est qu’il est souple ce berlingue pour un gros bi : à 1500rpm, il reprend sans trop rouspéter et, dès qu’il atteint les 2000 tours, il est prêt à dégainer du couple et des chevaux. Harley-Davidson ne communique pas avec précision sur le contenu de la cavalerie, mais il est clair que le 1250 Revolution développe ici environ 120cv, et ce sont des purs-sangs ! Les montées en régimes ont un côté impressionnant qui suggère une puissance bien supérieure et, lorsqu’elle atteint les 6000rpm, la bien nommée Muscle repart encore plus fort jusqu’à la zone rouge qui culmine à 9000rpm. Nous l’avions déjà écrit, et la Muscle le confirme avec vigueur : acheter une Rod, c’est posséder deux Harley en une car là où les autres Américaines rendent la main, soit vers 5000/6000rpm, la Rod vous fait découvrir sa quatrième dimension. Cette machine est une authentique catapulte dont les accélérations vous donnent plus que le sourire . c’est un plaisir sans cesse renouvelé. Anecdote qui en dit long : le conducteur d’une Maserati, qui prenait plaisir à larguer tout ce qui roule à la sortie de Bruxelles, nous gratifia d’un pouce levé et d’une moue admirative lorsqu’il nous rattrapa à un feu après avoir été plusieurs fois méchamment déposé par la V-Rod Muscle… Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012En outre, les Rod s’appuient sur un freinage (avec ABS !) de premier ordre dans leur catégorie. Bien qu’estampillé Harley-Davidson, tout le matériel est fourni par Brembo. En dehors d’un effort un peu conséquent à fournir au levier, on peut créditer la Muscle d’un sans-faute en la matière car ses décélérations sont convaincantes tout en restant progressives. Et, malgré l’empattement important, le feeling reste très acceptable. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Enfin, en ce qui concerne le comportement routier de cette V-Rod Muscle, nous en dirons qu’il brigue le haut du pavé dans la catégorie. L’empattement, l’angle de chasse et le monumental pneu arrière de 240mm n’en font évidemment pas une moto agile . par contre, châssis et suspensions s’accordent à en faire un custom sain et intuitif. Pour ceux qui connaissent, nous dirions que c’est un peu comme une Triumph Rocket III, mais en plus vif et en plus rigide. Les suspensions filtrent relativement bien les inégalités et ne souffrent au fond que du manque de débattement des combinés arrière . du moins quand on est deux parce que, seul, tout se passe aussi bien qu’on peut l’attendre sur une moto de ce type. La Muscle ne réserve aucune mauvaise surprise : s’appuyant sur son freinage, elle peut même entrer en courbe assez vite pour peu qu’on anticipe le point de corde. Ensuite, une fois inscrite sur sa trajectoire, la V-Rod y reste avec beaucoup de bonne volonté voire d’efficacité, même si elle exige logiquement une attention plus soutenue sur les mauvais revêtements où elle aura une tendance naturelle, et bien compréhensible, à élargir sa trajectoire. De sorte qu’au total, on se dit qu’il s’agit vraiment d’une bonne moto dont les qualités dynamiques sont à la hauteur de l’esthétique à la fois aguicheuse et agressive. Et, grâce à ce moteur dont on ne se lasse pas, le plaisir est bien au rendez-vous. Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012 Harley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Budget/Plaisir : 7,5/10 . Au quotidien : 7,5/10 .Sport : 5/10 .Duo : 6,5/10 .Débutant : 5/10. Rudy

Fiche technique
V-Rod Muscle 2012  » 10th Anniversary « Prix Vivid Black 18,795 €Options de coloris 19,035 €Option deux tons 19,520 €DimensionsLongueur 2410 mmHauteur de selle 1650 mmHauteur de selle, Sans chargement 1705 mmGarde au Sol 105 mmAngle de Chasse 34&deg.Chasse 142 mmEmpattement 1700 mmDim. des Pneus – Avant120/70ZR-19 60WDim. des Pneus – Arrière240/40R-18 79VContenance du réservoir d’essence 18,9 lCapacité en Huile 4,7 lPoids à vide 292 kgPoids – En état de marche 307 kgHarley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012MoteurMoteur 2Revolution&reg., V-Twin à 60&deg., refroidissement liquideAlésage 105 mmCourse 72 mmCylindrée 1250 cm3Taux de Compression 11,5:1Système d’alimentation Injection électronique à port séquentiel (ESPFI)Transmission primaire Cha&icirc.ne, rapport 64/119Rapports (Finaux) 1ère 10.969Rapports (Finaux) 2ème 7.371Rapports (Finaux) 3ème 5.9Rapports (Finaux) 4ème 5.095Rapports (Finaux) 5ème 4.563Rapports (Finaux) 6ème N/AHarley-Davidson V-Rod Muscle 10th Anniversary – 2012Châssiséchappement chromé satin avec double silencieux, embouts noirsRoues, Avant 4Roue noire à 5 bâtons en aluminium couléRoues, Arrière 4Roue noire à 5 bâtons en aluminium couléFreins4 pistons avant et arrièrePerformanceMoteur EEC/95/1Couple 3115 NmAngle d’inclinaison 32Consommation en carburant (donnée constructeur) : mixte ville/autoroute 6,3 l/100 kméquipement électriqueTémoins électroniques 6Phare, point-mort, pression d’huile, clignotants, diagnostic moteur, alarme (option), température, avertissement niveau de carburant.Témoins Compteur de vitesse électronique avec totalisateur kilométrique, horloge sur totalisateur, double totalisateur, jauge de carburant avec indicateur de niveau bas de carburant et de kilométrage restant, voyant de pression d’huile, affichage des diagnostics du moteur, voyants d’éclairage LED et compte-tours.
« 

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité