Voge 500 DS, la bonne surprise

Après l’essai de la CF Moto MT 650, on reste dans le groupe Loncin avec une autre marque qu’on n’avait jamais testée avant, Voge.
Loncin ne vous dit peut-être rien mais ce groupe est actif non seulement dans la moto mais ils produisent aussi des voitures électriques, des scooters, des générateurs, des tondeuses à gazon, des machines industrielles et des drones d’hélicoptère. Si le monde de la voiture ne nous intéresse pas, il faut aussi savoir qu’ils travaillent pour des marques comme BMW, MV Agusta ou Honda entre autres. Ce n’est qu’en 2018 que le groupe lance sa propre marque Voge, des motos abordables mais bien équipées.

Voge 500 DS, la bonne surprise
Paré au départ, ici avec le Caberg Levo, un modulable plutôt sympa

Direction Malines chez BW Import pour prendre cette DS500LX et de fait, la première impression est bonne. Il faut avouer que notre moto d’essai est neuve de chez neuve avec à peine 50 kms au compteur. Il faudra se montrer prudent dans les premiers kilomètres.
Un trail donc avec tout ce qu’il faut pour le classer dans cette catégorie : un carénage avant un peu plus haut, une bulle réglable, des crash-barres, une double selle, des feux leds et à l’arrière les supports valises et le top case. Dans la version LX, le kit complet est d’ailleurs livré avec la moto, des valises et un top case en alu s’il vous plait. Il ne manque que les protèges mains.

Voge 500 DS, la bonne surprise

J’enfourche la selle, à 815 mm, c’est raisonnable, les pieds bien à plat et un poids assez réduit avec seulement 188 kg à sec. Devant moi, une autre surprise, en tournant la clé, s’illumine un bel écran couleur. Couleur et plus que complet puisqu’on trouve toutes les informations : jauge, heure, rapport engagé, compte-tour, vitesse (heureusement), état de la batterie et cerise sur le gâteau, la pression des pneus et même une connexion bluetooth avec votre smartphone. Il n’y a par contre pas de commande au guidon mais tout le nécessaire est disponible au premier coup d’oeil, pourquoi devoir changer en roulant ? Il y a même une prise USB pour votre GPS ou GSM.

Je règle la bulle au plus haut, à l’arrêt aussi vu que l’attache est à l’avant de la moto. Et petit coup sur le starter et le bicylindre de 471 cc démarre avec un petit son sympa. Avec une puissance annoncée de 46.2 cv à 8500 tr/min, on ne part pas dans l’esprit de claquer un chrono mais à l’usage, ce moteur se montre non seulement assez souple pour rouler en ville (comme vous le verrez dans la vidéo) mais aussi avec assez de peps pour s’amuser dans les petites routes. Enfin, tout dépend de votre notion de s’amuser, je parle ici en restant raisonnable mais avec la maniabilité de la moto, son poids léger et son entrain, c’est plutôt sympa à utiliser, au quotidien ou en balade. Seul l’autoroute se montrera moins plaisant, à 120 km/ on est plus qu’à 2000 tours de la zone rouge et comme en prime notre moto était encore en rodage, je n’ai pas trop insisté. Elle peut toutefois le faire sans trop de souci même si autour des 90 – 100 km/h, ça commence à vibrer plutôt fort dans la selle et sur un long trajet, ça peut vite devenir lassant.

Voge 500 DS, la bonne surprise


Par contre, il faut reconnaître que ce bicylindre et son injection Bosch se montre économe avec une moyenne lors de notre essai de maximum 4 litres au cent. Avec 17 litres dans le réservoir, ça permet de belles sorties. Attention toutefois à la jauge qui au départ ne descend pas vite mais commence à clignoter dès qu’on attaque la derrière barre. Et pourtant, à ce moment là, nous n’avions remis que 12 litres, ça laisse de la marge.

Ne pensez pas non plus que le fait de rouler sur une moto chinoise ne vous permet pas d’avoir du bon matériel sur la moto. En témoigne la partie cycle avec KYB pour les suspensions. Contrairement à la fourche de la MT650, ici pas de réglage sur les tés de fourche, dommage. Mais tant l’avant que l’arrière fait plutôt bien son boulot en permettant de bien absorber les chocs tout en restant assez fermes pour la balancer d’un virage à l’autre.

Au freinage aussi, on retrouve des marques connues avec un double disque wave de 298 mm pincés par des étriers Nissin et un Abs signé Bosch. Vu le poids de la moto et les prestations moteur, l’ensemble se montre tout à fait à la hauteur, sans mauvaise surprise en prenant le levier. Et pour insister sur le point partie cycle, la monte d’origine fait appel à Pirelli avec des Angel ST qui malgré le peu de kilomètres se sont montrés à la hauteur.

Voge 500 DS, la bonne surprise

L’essai vidéo :

Me voilà bien installé au guidon de ma moto, un bel écran devant moi, bien protégé par la bulle même si quelques centimètres de plus en largeur et hauteur ne seraient pas de refus. La Voge 500 DS se laisse emmener sur toutes les routes, j’avoue ne pas avoir testé les routes défoncées sur lesquelles je passe généralement avec des motos plus typées off-road. Le matériel à l’abri dans le top case, je me suis demandé pendant tout l’essai qu’est ce qu’il faudrait en plus. Oui quelques chevaux en plus ne me déplairaient pas et permettraient de cruiser à l’aise sur autoroute, on peut le faire mais vu le peu de kilomètres je n’ai pas voulu forcer. Oui je rajouterais sans doute des protèges mains et on pourrait déplorer que la version belge n’a pas de béquille centrale. C’est d’ailleurs surprenant de voir des différences entre nos deux pays.

Voge 500 DS, la bonne surprise

Je pensais vous présenter aussi sa grande soeur qui vient de débarquer, la DS650 qui répond aux normes Euro 5 mais Dominique s’en chargera. Elle est d’ailleurs un choix surprenant puisque la 650 sera dotée d’un monocylindre et non d’un bicylindre pour à peine quelques chevaux de plus. Pas certain que pour faire 100 kms par jour dont une partie d’autoroute, ce soit l’idéal mais il nous en dira plus.

En attendant, je ne vous ai pas parlé de son plus gros atout : son prix !
La Voge 500 DS LX à 6.599 € équipée comme vous la voyez plus les valises. Avec tout son équipement, il sera difficile de trouver mieux équipé pour moins cher et si vous cherchez une moto pour vous balader ou vous emmener au boulot, toute l’année et sans se ruiner, elle est surement une option intéressante. En tout cas, moi, je la prendrais dans ma liste pour comparer à d’autres même si je préfèrerais cette moto avec le moteur de la MT par exemple. Et tant qu’à faire, ajoutez moi la béquille centrale et changer la fixation sur l’avant du crash-barre !

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité