Royal Enfield: Meteor ouvre la voie

C’est la spectaculaire Skyline de Rotterdam qui a servi de cadre à la découverte de la nouvelle Royal Enfield Meteor 350 laquelle annonce clairement la prochaine génération de motos indiennes. Nous en avons profité pour tâter également de l’Himalayan 2021.

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
La « Skyline » de nuit, ça en jette!

Pour ceux qui ne la connaissent pas, les attraits de Rotterdam ne manquent pas: haut lieu européen du shopping, mélange d’architectures patrimoniale et contemporaine, SS Rotterdam (un ex-transatlantique devenu hôtel flottant), Skyline évoquant Manhattan, et l’on en passe. Et en ce mois de juin, ce superbe écrin hébergeait des machines qui valent leur pesant d’Histoire puisque Royal Enfield, qui fête cette année ses 120 ans d’existence, est ni plus ni moins que la plus ancienne marque de motos au monde. C’est un titre que pourraient certes lui contester BMW et Harley-Davidson mais les marques allemande et américaine ont toutes deux connu des interruptions dans leur production, ce qui n’est pas le cas du blason anglo-indien. Rien d’étonnant à ce que, pour l’occasion, les Français de la Sima se soient joints à Motomondo pour parler de Royal Enfield au parterre de journalistes internationaux présents: figurez-vous que le Benelux et la France sont les deux principaux marchés de la marque à l’exportation, devant les Etats-Unis et l’Angleterre!

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Choyés qu’on était: merci Motomondo!

Royal Enfield Meteor 350 (de 4499€ à 4799€ suivant version)

Frédéric Fourgeaud, le patron de la Sima, nous annonce tout de go que Royal Enfield a dans ses cartons 28 nouveaux modèles à répartir sur les 7 prochaines années et, à voir le soin avec lequel la Meteor a été lancée (ses films promotionnels sont de haut niveau) et nous est présentée, il ne fait aucun doute que c’est elle qui doit initier ce nouvel élan. Son essai en terres bataves prouve d’ailleurs le passage du fabricant à la next gen pour mieux investir le marché des moyennes cylindrées. En tous cas, tout est neuf sur la Meteor, du superbe moteur (vous avez vu sa culasse arrondie?) aux commodos en passant par le châssis plus costaud et plus rigide que par le passé.

La machine se décline en trois versions: Fireball (la plus dépouillée qui n’était pas présente à Rotterdam), Stellar (reconnaissable à son dosseret passager) et Supernova (qui y ajoute une bulle transparente). Pour le reste, les trois déclinaisons ne se distinguent qu’à un niveau de détail, comme la couleur des jantes ou celle de l’échappement. L’ambition de Royal Enfield transparaît lorsque Jan Ykema, le boss de Motomondo, nous parle du public ciblé par la nouvelle Meteor: « Les navetteurs, les débutants, les dames, les étudiants (aisés tout de même, ndlr!), ceux qui reviennent à la moto après une interruption… Et tous ces gens doivent avoir quelques points communs comme leur inclination pour le rétro, pour une simplicité raffinée et pour l’hédonisme. Vaste programme; voyons ce qu’il en reste à l’épreuve de la route…

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Une séance photos avec 20 journalistes ne s’improvise pas, elle se prépare…

En statique, les Meteor présentent bien, c’est incontestable, et les trois ans de garantie et d’assistance dont elles jouissent ne font qu’ajouter à cette première note positive. Tout comme l’apparition du Tripper, d’ailleurs. Ce GPS simplifié, qui exploite Google Maps en se connectant à votre smartphone par le truchement d’une application dédiée, vous conduira à bon port sans vous distraire par des informations superflues. C’est un peu le « boule/flèche » de l’ère numérique et, même s’il a connu des ratés durant notre essai et qu’il limite votre itinéraire à 20 waypoints, il a le mérite manifeste d’être proposé d’origine par Royal Enfield. Qui s’en plaindra?

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Petit arrêt sur le babord du SS Rotterdam, paquebot de luxe aujourd’hui reconverti en hôtel flottant

La philosophie qui a présidé à la création de la Meteor est celle du Easy cruising et force est de reconnaître qu’elle s’applique parfaitement à cette machine facile à tous égards. Prise en mains, position de conduite (l’ergonomie a été soignée par les concepteurs), comportement routier et transmissions, tout concourt à en faire une compagne des plus agréables. Par exemple, les vibrations du monocylindre sont remarquablement filtrées tout comme celles des autres composants susceptibles d’entrer en résonance; dans le même ordre d’idées, la sellerie large et souple est très accueillante et, sur la Supernova, la bulle ajoute une protection réelle au confort de fonctionnement général.

Un cerclage LED rehausse les phares avant et arrière et on note que le travail des maîtres-cylindres est soigné car, non content d’être efficace, le freinage offre un feeling fin peu courant sur des machines de ce prix. Cependant, la palme de l’essai reviendra au nouveau bloc propulseur Euro5 à injection refroidi par air et huile: très souple pour un mono, pas rugueux pour un sou, il offre une élasticité étonnante pour sa cylindrée et prend ses tours avec un allant qui désarçonnait l’Himalayan, pourtant plus puissante, sur chaque grosse accélération. Les 20cv embarqués et le couple revendiqué de 27Nm à 4000rpm sont nettement plus brillants qu’on n’aurait cru de prime abord.

Bien entendu, la Meteor culminera un peu au-delà des 120km/h au compteur, mais sa façon d’y arriver ravira sans nul doute son propriétaire. Les petits plus? Une instrumentation agréable à l’œil et bien complète ainsi qu’un voyant « eco » qui vous aidera à contenir une consommation qu’on nous annonce très frugale (à peine plus de 2L/100km) mais que nous n’avons pas pu mesurer durant cette journée de présentation. Le châssis nous a paru très sain et, bien servi par des suspensions pas trop sèches, il assure un guidage précis et rigoureux. De quoi « cruiser » l’esprit tranquille et avec style parce que l’esthétique des différentes Meteor a conquis tous les journalistes présents. Qu’on se le dise, la Meteor porte bien sur les fonds baptismaux la génération à venir de Royal Enfield, confirmant par là ce qui avait été initié par les bicylindres…

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Avouons-le, ce n’est pas dans toutes les présentations que l’on prend un bateau…

(Royal Enfield Meteor 350 en bref: mono 349cc, 20,2cv, 27Nm, boîte 5, injection, réservoir 15L, ABS double canal, pneus tubeless, fourche télescopique 41mm et amortisseurs arrière avec réglage de précontrainte).

Royal Enfield Himalayan Euro5 (5499€)

Elle n’est pas bardée d’une électronique dernier cri, elle ne roule pas à plus de 200km/h, elle n’impressionne pas les futiles amateurs de nouveautés, mais elle dégage néanmoins un vrai charme, cette Himalayan. Et elle est réellement capable de vous emmener tout autour du monde, même quand il n’y a plus de route pour vous conduire au bivouac suivant! Et tout cela pour un budget presque dérisoire…

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Malgré sa conception plus ancienne que les Meteor, l’Himalayan ne déçoit pas en dynamique mais on n’a pas aimé ses pneus indiens

Comme nous avions raté la présentation qui lui était spécifiquement dédiée (merci aux effets secondaires du vaccin anti-covid!), nous avons profité du run de l’après-midi pour troquer les Meteor contre cette Himalayan 2021 satisfaisant à la norme Euro5.

Le monocylindre est donc adapté et cube ici 411cc pour 24cv et 32Nm de couple obtenus dès 4250rpm (zone rouge à 6500rpm). Dans la foulée, l’Himalayan reçoit également son lot d’améliorations, citons en vrac un feu arrière à LED, une nouvelle sellerie, des levier et maître-cylindre de frein avant revus, un pare-brise plus protecteur, des protections de réservoir, un phare avant et un porte-bagages optimisés, sans oublier l’apparition de feux de détresse, d’un ABS déconnectable à l’arrière et du système de navigation connecté Tripper, comme sur la Meteor. Il n’est donc pas usurpé de parler de nouvelle moto.

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Le nouveau pare-brise de l’Himalayan augmente la protection

L’instrumentation est séduisante et très complète, jusqu’à la boussole qui n’a pas été oubliée, mais les leviers sont toujours dépourvus de réglage.

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
L’Himalayan peut laisser les Meteor dans ses rétroviseurs en vitesse de pointe, mais pas à l’accélération…

La position de conduite reposera tous les gabarits et, comme sur la Meteor, la sellerie est confortable et les vibrations contenues (moins toutefois que sur la 350). Le mono est ici moins complaisant avec les bas régimes et ne prend pas ses tours avec autant d’insolence que ne le fait la Meteor; par contre, il se rattrape en termes de vitesse parce que notre Himalayan a « pourri » les Meteor sur une portion autoroutière, atteignant sans problème un 130km/h au compteur à l’entame de la zone rouge. Ici aussi les transmissions se font oublier mais le feeling au freinage reste légèrement en-deçà de ce que nous avions constaté sur la Meteor le matin.

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Simple et rustique, mais attachante, telle est l’Himalayan

Reine de la ville, l’Himalayan affiche une polyvalence réelle qui la met à l’aise sur la plupart des routes et l’autorise à sortir de l’asphalte pour tâter de la terre et de la caillasse car le réservoir étroit vous permet de vous lever facilement et la garde au sol de 220mm suffit dans presque toutes les situations. Au pire, le sabot moteur veille au grain… Finalement, ce que nous avons le moins apprécié sur cette Himalayan 2021, ce sont ses pneus CEAT made in India dont le grip sur route n’est pas aux standards des manufacturiers européens.

(Royal Enfield Himalayan 2021 en bref: mono 411cc, 24cv, 32Nm, boîte 5, injection, réservoir 15L, ABS double canal débrayable à l’arrière, fourche télescopique 41mm et mono-amortisseur arrière avec réglage de précontrainte).

Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Royal Enfield: Meteor ouvre la voie
Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité