Yamaha Super Ténéré 2014, mettons les voiles !

Fans d’évasion, soyez prêts pour le départ !

Emprunter une Super Ténéré pour quelques jours vous donne directement la soif des voyages, une envie d’escapade et peu importe si les sentiers sont asphaltés.

Un look dynamique

Quand on compare l’édition 2014 avec celle testée en 2011, la XTZ ne semble pas avoir évolué sur le plan esthétique. On retrouve ainsi une moto haute sur patte qui arbore un look vous invitant au voyage. Forcément, avec un débattement de 190mm et une selle réglable entre 845 et 870 mm, elle se réservera à des pilotes assez grands. Du haut de notre 1,80M, nous n’avons pas eu trop de souci mais il faut lever la jambe assez haut pour passer au dessus de la selle. Une fois équipée de valises, l’exercice devrait être encore plus compliqué.

L’avant est assez sportif avec ses tubes de fourche dorés et les prises d’air latérales sur les côtés des phares.

Juste au dessus, la bulle est réglable sans outil et pour affirmer son esprit off-road, la Ténéré se dote de protège mains et de jantes à rayons en alu sans chambre à air.

Yamaha Super Ténéré 2014, mettons les voiles !

Derrière elle, le nouveau tableau de bord est entièrement digital et divisé en 2 parties. Il regroupe toutes les informations et elles sont nombreuses. Dans l’écran de gauche, on trouve principalement le compteur et le compte tour mais aussi l’horloge, la jauge, le niveau TCS, le choix de cartographie.

Dans l’écran de droite, on peut afficher différents menus : les informations diverses, les poignées chauffantes et les suspensions.

Dans le premier menu, on trouve le rapport engagé, les trips, l’autonomie, la consommation moyenne et instantanée, la température extérieure et celle du refroidissement ainsi que le temps de conduite. Plus complet, on ne peut pas !

Dans le second, il affiche simplement le niveau des poignées chauffantes, réglables sur 3 puissances plus l’arrêt.

Dans le troisième, on règle les suspensions et une fois le moteur allumé, on peut aussi régler la précharge.

Les pictogrammes utilisés facilitent grandement l’utilisation et on s’y retrouve facilement.

Avec toutes ces fonctions, le nombre de boutons augmentent : deux au tableau de bord, un pour le TCS et un Reset et tout le reste au guidon. Il faut avouer que parfois on s’y perd.

Yamaha Super Ténéré 2014, mettons les voiles !

Derrière le large guidon et le gros réservoir on retrouve une selle accueillante et confortable tant pour le pilote que pour la passagère, si elle arrive à y grimper. On n’est toutefois pas encore assis comme dans le fauteuil de certaines GT mais c’est tout à fait honorable.

Les poignées sont suffisamment grandes et le porte paquet reste bien pratique si on ne prend pas de top case ou de valises.

Côté gauche, on retrouve le silencieux à la forme toujours aussi étrange et le cardan, gage de tranquillité comparé à une chaîne et sous la moto, une béquille centrale est toujours la bienvenue.

Vive l’assistance.

On ne vous parle pas des ravitaillements entre deux étapes dans le désert mais bien des aides à la conduite et elles sont de plus en plus nombreuses.

  • TCS : le contrôle de traction est réglable sur trois niveaux : 1, 2 ou éteint. La position 1 ne laisse aucune glisse possible mais son intervention est douce et assez discrète. Le 2 autorise une petite dérive avant de reprendre la main.

  • 2 cartographies : au commodo droit, on passe du mode T (Town) au S (sport) en une pression. Le mode S n’étant pas trop agressif, on l’utilisera sans doute par défaut. Le T reste bien pratique dans des conditions climatiques plus délicates.

  • Le cruise control : une longue portion à vitesse constante, il suffit de brancher celui-ci et peaufiner la vitesse exacte avec un autre bouton. Il se coupe si on touche au frein ou si on le désactive. Ca peut éviter un excès et ça permet de reposer la main droite.

  • L’ABS : déconnectable comme sur tout trail qui se respecte, il est aussi couplé (UBS) Si on freine de l’avant, le freinage agit sur les deux roues mais si on commence par le freinage arrière, on peut gérer les deux séparément.

  • Les suspensions électroniques : fini de chipoter aux différents réglages et de compter le nombre de tours de cette foutue molette d’amortisseur. Maintenant, tout se gère électroniquement. Pour la conduite, selon votre goût, choisissez entre Hard, Standard ou Soft. Il suffit ensuite d’affiner votre choix avec un réglage allant de -3 à +3 en sachant par exemple que le Soft +3 est plus mou que le Standard -3, c’est dire le nombre de possibilités. Ce n’est pas tout, une fois le moteur allumé, on peut régler la précharge : seul, avec bagage, en duo ou en duos et avec tout votre matériel.

Pratiquement, elle roule quand même ?

Oui, bien entendu et plutôt bien d’ailleurs !

On choisit sa suspension (perso STD -2 pour un peu de souplesse dans ce monde de bosses), la précharge (on sent même la moto monter ou descendre en fonction du choix), et c’est parti !

Le Twin de 1199 cm³ développe 112 cv à 7250 tr/min pour un couple de 117 Nm à 6000 tr/min. En mode S, pas besoin de monter très haut dans les tours, c’est surtout à mi-régime qu’on en tire le meilleur avec de bonnes reprises. La vitesse de croisière dépasse rapidement les limites imposées même si on aurait apprécié une bulle plus protectrice. Elle manque un peu de largeur et de hauteur laissant les épaules et le haut du casque dans le flux d’air.

N’empêche, on pinaille, le buste bien protégé et les mains cachées derrière les protections, on ne se rend pas toujours compte de la vitesse et il vaut mieux garder un œil sur le compteur.

La Super Ténéré se montre toutefois peu gourmande avec une consommation mesurée à moins de 4,5 L/100, surprenant. On apprécie d’autant plus d’embarquer 23 litres dans le réservoir ce qui permet d’allonger les étapes.

Petit bémol, sur les deux ou trois premiers rapports, la gestion de la poignée de gaz à bas régime est parfois délicate. La réponse est tellement rapide que la moindre petite rotation provoque un à-coup, ça n’aide pas au pilotage en douceur dans certains virages serrés ou dans le trafic. Rien de dramatique, on s’y habitue mais c’est quand même dérangeant.

Voyageuse, avec ou sans route.

On le sent bien, la Super Ténéré aime les grands espaces (et les grands pilotes). Tout invite à l’évasion avec un équipement complet, même la prise 12 Volts est présente au tableau de bord. On peut l’équiper de valises et top case mais nous ne les avions pas sur notre moto d’essai, nous éviterons donc d’en faire plus de commentaires.

Sur route, les suspensions réglables sont un régal et vu la facilité pour les changer selon notre envie, on peut en changer rapidement pour passer d’un tout confort sur routes bosselées à plus de rigueur pour une conduite plus sportive.

Les assistances déconnectables autorisent le offroad mais même branchées, elles permettent d’emprunter des sentiers comme ceux de notre vidéo. (voir ci-dessous)

Seule ombre au tableau, son poids !

Si faire demi-tour sur route se fait facilement, manœuvrer dans les bois ou dans le sable les 265 kg de la Yamaha vous feront suer de grosses gouttes. Haute et lourde, la reculer du bout des pieds sur un sol fait de bosses et de trous vous demandera d’être attentif et une bonne condition physique.

A part ça, pas d’autres critiques à émettre. Le freinage est confié à deux disques en pétale de 310 mm et 282 à l’arrière (c’est large ça) et l’ensemble remplit sa tâche sans sourciller.

Une fois en route, le grand guidon aide à la maniabilité et la tenue de route fait merveille, à tel point que même un rond-point oublié de la circulation peut vite devenir un terrain de jeu amusant.

Le cardan se fait oublier, les amortisseurs en caoutchouc ajoutés à l’embrayage permettent un passage encore plus doux des vitesses. On n’a pas remarqué le moindre faux point-mort ni hésitation dans les changements de vitesse.

Super tout court la Ténéré

A l’heure du bilan, on a critiqué son poids et ses à-coups à bas régime mais pas systématiques, pour le reste, c’est tout sourire qu’on signerait pour une semaine de plus à son guidon. Avec un top case ou des valises, elle pourrait même nous accompagner au quotidien.

La Super Ténéré autorise autant les trajets maison – boulot, que les balades entre potes du week-end et les longues escapades seul ou en duo. Les suspensions électroniques sont un vrai plus, permettant un réglage aux petits oignons, le moteur a assez de peps pour s’amuser et la partie cycle se montre à la hauteur. On n’est pas sur une sportive non plus, un peu d’indulgence.

Signer pour l’acheter ?

Ce n’est pas la protection perfectible de la bulle qui nous fait hésiter mais plutôt son prix.

16.490 € pour la version ici testée, ce n’est pas rien et vous n’avez ni les valises, ni le top case. Mais vous avez quand même une moto utilisable au quotidien, toute l’année et par tous les chemins, ce n’est pas négligeable non plus. Comme en plus, le moteur est assez sympa pour s’amuser, du moins si on fait l’impasse sur les à coups d’injection à bas régime, on en profite encore plus. La Super Ténéré, c’est vraiment pour un motard que rien n’arrête et qui a aussi envie de plus longues escapades, il suffit de l’équiper des valises et du top case et on est parti.

La vidéo de notre essai :

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Yamaha Tracer 900 GT, la même en mieux.

Lancée sur le marché en 2015 sous le nom de MT-09 Tracer, la Sauterelle surexcitée de la firme d’Iwata subit en 2018 une profonde...

BMW R1200 GS Adventure

BMW profite du passage à l’Euro 4 pour faire évoluer sensiblement la GS. Soucieux de conserver une longueur d’avance sur la concurrence, le constructeur...

Le casque connecté Sena devient aussi modulable

Le nouveau et premier casque modulable connecté de SENA, l’Outrush R, se caractérise par un Bluetooth 5.0, son système Intercom à 4 voies qui permet...
Publicité