Ducati Multistrada V4 S

Ca faisait longtemps, ça faisait longtemps que je voulais tester une Multistrada et quand Ducati a présenté cette V4S, je me suis dit que cette année, c’est mon tour de l’enfourcher. On a du l’attendre un peu mais ça y est, l’essai a été planifié et j’ai pu me rendre au concessionnaire pour vous tester ça.

Ducati Multistrada V4 S

Trail sportif reconnu de tous, elle a intérêt à assurer même si côté look, on est en plein dedans. Il suffit de voir l’avant avec ses lignes tendues, ses grilles d’aération dans le bec de canard alors qu’un garde boue ras de roue vous évitera de prendre toute la boue dans le casque. Les deux traits LED surlignent les phares étirés sous une petite bulle qui en plus se montre facilement réglable alors que les pare-mains vous mettront les mains à l’abri. Les clignotants prennent place dans les écopes latérales juste devant des aérations qui font penser aux branchies d’un requin prêt à fondre sur sa proie. On retrouve même en dessus les ailettes de stabilisation comme sur le Streetfighter. En fait, elles ont une autre fonction mais on y reviendra. La boucle arrière en rouge se montre sans scrupule et la coque arrière se contente d’entourer la selle passager.

Ducati Multistrada V4 S

Si avec ça vous doutez encore du potentiel sportif, ne vous en faites pas, le moteur va vite se charger de vous convaincre et pour cause, ce bloc est démoniaque.
Le V4S, c’est la dernière prouesse de Ducati : développer un moteur 4 cylindres 1.2 kg plus léger que le bicylindre, c’est à y perdre son latin et pourtant ils l’ont fait.
Quand en plus on commence à parler chiffre, le V4 donne le tournis, 170 cv à 10.500 tours et un couple de 125 Nm à 8.750 tours pour une cylindrée de 1158 cc. Chapeau !
Est ce vraiment nécessaire sur route ? Quelle question, on s’en moque, on vous parle d’un trail sportif, on n’allait quand même pas vous parler d’un moteur de 50cv. Ca ne sert à rien à part aller vite, très vite, poser des accélérations canons et risquer son permis à chaque coup de folie.

Et le plus fort dans tout ça, c’est qu’on peut piloter cette Multistrada calmement, au quotidien ou en balade tranquille sans avoir la désagréable sensation de ne pas profiter de la moto. C’est assez compliqué à décrire avec des mots mais parfois quand je teste une moto aussi puissante et que je me cantonne à respecter les limitations (comme toujours bien entendu), j’ai parfois l’impression que la moto n’est pas faite pour ça, que les rapports ne demandent qu’à s’envoler vers la 6, que la poignée de gaz se demande quelle lopette la commande… non là j’exagère mais j’imagine que certains me comprennent.

Ducati Multistrada V4 S

Le V4 est donc le point central de cette Multistrada et il lui va à merveille permettant de tout faire et forcément, le reste de la moto est en adéquation avec son tempérament. Ceci dit, il y a quand-même un point qui me chagrine, sa gourmandise. A l’heure où on voit des motos consommer entre 4 et 5 litres au cent, le bloc de la Ducati en engloutit facilement 6.5 litres au cent et ça sans pour autant exagérer sur l’accélération. Sérieusement, je n’ai pas faussé le test, je vous passe sous silence la consommation sur un plein au rythme plus musclé. Heureusement qu’on embarque 22 litres dans le réservoir sinon le côté GT serait un peu mal parti.

Evidemment, vu la cavalerie, Ducati n’a pas oublié d’inviter la technologie avec 4 modes de conduite, un shifter, un contrôle de traction et un anti-wheeling. Il fallait bien ça pour les 170 cv de la machine. Le shifter est une merveille de précision, pas besoin de monter dans les tours pour en profiter et il devient un outil du quotidien. Les autres aides sont là mais leurs actions restent discrètes parce que même en accélérant assez fort, on n’a pas l’impression que la roue avant se lève. L’ABS est bien entendu variable en fonction de l’inclinaison et l’accélération mais ce n’est pas tout, loin de là.

Un système qui a déjà été vu sur certaines motos, c’est l’aide au démarrage en côte. J’avoue, ça me fait bizarre même si c’est pratique. J’imagine qu’on s’y habituera si ça se généralise mais en même temps avec ses 240 kg tous pleins faits (ah oui quand-même) et la selle à minimum 840mm, ça serait dommage de tomber en démarrant dans une petite pente. Pas vital mais comme ça fait partie du lot, on prend.

C’est tout ? Bien sûr que non ! Avez-vous remarqué les petites boites carrées à l’avant et l’arrière ? Vous vous dite que ça ressemble à des radars et vous avez tout bon, ce sont bien des radars. Ils permettent ainsi plusieurs nouvelles fonctions comme par exemple le détecteur d’angles morts avec un voyant qui clignote sur le haut du rétro quand on vous dépasse ou si vous voulez vous rabattre. Au début, comme beaucoup d’entre vous sans doute, je me disais que c’était inutile mais après quelques kilomètres, on le trouve bien utile même si il ne vous évite pas de faire attention, notamment en interfile (si si en Belgique on peut encore). Je vous en montre le fonctionnement dans la vidéo.

Une autre fonction vient en complément du cruise contrôle. Le cruise contrôle, tout le monde connaît mais couplé à un radar, il vous permet de choisir la distance qui vous séparera des autres véhicules et enclencher le contrôle. La Multistrada règlera elle-même la vitesse pour garder votre écart avec la voiture devant vous. Vraiment bluffant et avec une boîte auto, ça serait encore mieux. Est ce utile ? Bonne question, pratique, c’est certain et pour l’avoir essayé plusieurs fois sur autoroute, ça fonctionne plutôt bien et ça peut éviter de mauvaises surprises.

Et tout ça se gère assez facilement avec ce grand écran TFT 6,5 pouces et un tout nouveau joystick au commodo gauche qui est très intuitif. Même sans grandes explications, il n’a fallu que quelques kilomètres pour s’y retrouver. Ceci-dit, prenez le temps d’explorer tout ça avant de partir, c’est distrayant tout ça. En prime, vous pouvez connecter votre smartphone et avoir les informations sur l’écran et il ne vous reste qu’à le ranger dans le petit compartiment sur le réservoir qui cache aussi une prise USB. La navigation apparaît même sur le grand écran. Super moderne, super pratique, Ducati montre un exemple de connectivité.

Avec tout ça, le keyless est presque anecdotique mais je vois que vous en voulez encore plus. Les feux LED adaptatifs pour les virages, c’est mieux ? Pas encore.

Je sors une carte de plus avec la partie cycle et des suspensions électroniques qui vont régler la fourche inversée avant de 50mm et le mono-amortisseur en fonction du mode choisi et le système va même adapter la hauteur de selle selon la configuration choisie. 400 configurations possibles selon Ducati, je vous avoue qu’on n’a pas tout testé mais si avec ça vous n’avez pas la moto avec des suspensions comme vous le voulez, on ne peut plus rien pour vous.

Ducati Multistrada V4 S

Tout ça évidemment pour votre plus grand confort et c’est vrai qu’on est bien installé, on règle la bulle d’une seule main même si elle n’est pas très haute, elle vous protègera plutôt bien. La position est droite et naturelle et on pourrait cruiser pendant des heures, du moins si la selle se montrait un peu plus confortable, ça serait encore mieux. Ou alors c’est moi qui vieillit, c’est aussi possible. Par contre, même sur des routes en mauvais état, elle absorbe bien les différentes bosses et raccords et quand on veut hausser le rythme, la Multistrada est comme collée à la route. Etonnant !

Histoire de freiner fort et bien, on n’est même pas surpris de retrouver du Brembo avec 2 disques semi-flottants de 330mm, des étriers monoblocs M50 à fixation radiale et 4 pistons et à l’arrière un 265mm à deux pistons. Couplé à l’électronique, le système est juste au top : facile à doser en balade et mordant comme il faut en mode attaque. On n’en attendait pas moins mais elle n’est pas des plus légères.

Ducati Multistrada V4 S

Ah oui, elle a aussi un mode enduro qui lui permet de quitter l’asphalte pour les sentiers battus mais je vous avoue que je n’ai pas poussé le test jusque là. Couillon ? Oui un peu quand-même surtout quand on sait ce qu’elle coûte et en une semaine, souvent sous la pluie en prime, on n’a pas trop envie de tenter le diable.

Ducati Multistrada V4 S

D’ailleurs avant de vous parler prix, je vous avais dit que j’allais aussi expliquer les formes assez spéciales de l’avant de la moto. Vous avez déjà les déflecteurs sur les côtés de la bulle pour améliorer l’aérodynamisme mais surtout Ducati a ainsi une entrée d’air à l’avant des écopes pour refroidir l’air sortant des radiateurs latéraux. Les fameux ailerons du bas ont, eux, la fonction de faire remonter aussi de l’air frais vers le pilote tout en ajoutant du poids aérodynamique, un point important pour la stabilité. Ils ont même rajouté un système désactivant les cylindres arrières quand le moteur est au ralenti, histoire de ne pas vous chauffer les cuisses en attendant au feu rouge.

Ducati Multistrada V4 S

Tout, vraiment tout est pensé pour le confort, même au niveau acoustique puisque même si elle n’est pas énorme, la bulle avec ses déflecteurs permet de rouler même avec la visière ouverte et ce à bonne vitesse… A un point tel qu’on en vient à regretter le vacarme de certaines Ducati. Hé bien oui, c’est même un peu frustrant de ne pas la sentir plus vivante, plus démonstrative, ça participe aussi au plaisir de conduire. Enfin pour le côté GT, là c’est gagné. Il ne reste qu’à rajouter les valises et c’est parti. Attention quand-même, celle de droite est méchamment amputée à cause du silencieux et la largeur totale est à prendre en compte si on passe entre les voitures.

En vidéo :

Parlons tarif !

Reste à vous faire passer la douloureuse ! Une Ducati Multistrada V4S se négocie contre un beau chèque de 22.190 € + 2150 € pour le kit valises et radar (y compris béquille centrale, poignées et selles chauffantes) ou 3400 € en plus du précédent kit, un silencieux Akrapovic et un garde-boue avant en carbone. Oui, c’est un budget mais c’est une Ducati aussi, une moto capable de tout faire et de bien le faire et comme en prime ils ont espacé le réglage des soupapes à 60.000 kms, on y gagne aussi un peu (faut bien convaincre le banquier).

Ducati Multistrada V4 S

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité