Veste et pantalons Alpinestars Andes V3 Drystar : un choix judicieux.

Veste et pantalons Alpinestars Andes V3 Drystar : un choix judicieux.
L’ensemble Andes V3 est confortable et étanche.

Alpinestars fait évoluer son modèle Touring de base Andes V2. Voici la veste Andes V3 Drystar. Impressions et conclusions après 2 mois d’essai.

Veste tourisme City Collection.

Qui dit veste et pantalons de tourisme pense à des vêtements confortables, pratiques, imperméables, utilisables en toute saison et qui offrent un bon niveau de protection.

La V3 est une veste polyvalente d’excellente qualité réalisée en polyester renforcé. Elle est dotée d’une membrane intégrée Drystar intégrée étanche et respirante. Elle présente une coupe ¾ traditionnelle des vestes touring/aventure. La partie arrière plus longue assure une protection optimale. Grâce à sa relative légèreté et à la souplesse du tissu, elle est facile à enfiler et se révèle très confortable. La doublure thermique amovible à manches longues permet d’affronter les journées plus fraîches, mais il faudra prévoir une couche supplémentaire en hiver. Pour les fortes chaleurs, l’aération est assurée par des zips de ventilation étanches situés sous les aisselles et dans le dos. Le col est en Mesh 3D pour un confort maximum.

En ce qui concerne l’ajustement, au niveau des bras, une sangle Velcro munie d’une boucle, un bouton pression et un Velcro au niveau du poignet permettent de régler les manches de manière précise. Pour la taille, une large sangle Velcro munie de deux boucles et, dans le bas, un cordon réglable.

Veste et pantalons Alpinestars Andes V3 Drystar : un choix judicieux.
Le Kaki passe mieux au guidon d’un trail.

Côté rangements, la V3 dispose de 5 poches extérieures. Deux au niveau de la poitrine, deux inférieures et une très grande à l’arrière, toutes réputées imperméables. Une grande poche intérieure fermée par une tirette étanche permet de ranger son smartphone et ses papiers bien au sec.

Protections à la carte.

Au niveau protection, innovation majeure par rapport à la version précédente, la V3 est compatible avec l’airbag Tech-Air 5 de la marque (650 €). Si l’airbag n’est pas dans votre budget, la sécurité est assurée par des protections d’épaules et de coudes de type Nucleon Flex Plus, homologuées CE niveau 1. Celles-ci présentent l’avantage d’être minces et flexibles. Elles offrent un confort supplémentaire par rapport aux protections classiques. La protection dorsale, proposée en option, est de type et Nucleon KR-2i (56 €), homologuée niveau 2, ou Nucleon KR-CELLi (45 €), homologuée niveau 1. Optionnelle également, la protection du thorax Nucleon Flex Pro Ci (30 €). Les éléments réfléchissants sont bien présents et assurent une bonne visibilité.

Les pantalons.

En ce qui concerne les pantalons, ils présentent les mêmes caractéristiques techniques que la veste : membrane Drystar intégrée, doublure thermique amovible, ouïes d’aération au niveau des cuisses, protections Nucleon Flex Plus réglables au niveau des genoux. La coupe est dite « tapered », c’est-à-dire qu’ils sont plus étroits au niveau des chevilles afin d’éviter le flottement. Ils sont munis de deux grandes proches latérales fermées par des Velcro. Ils sont réglables au niveau de la taille, des genoux et du bas à l’aide de Velcro. Ils sont munis de bretelles et d’un zip de raccordement à la veste. Des zones composées de tissu extensible au niveau des genoux, du bas du dos et du postérieur, assurent un confort optimal. Les protections de hanches Bio-Flex sont optionnelles (15 €). Les éléments réfléchissants se présentent sous forme de bandes intégrées. On peut regretter l’absence d’au moins une poche à tirette, plus sécurisante. De même, je préfère des zips de fermeture dans le bas au lieu de Velcro, toujours susceptibles d’être accrochés au sélecteur ou à la pédale de frein par exemple. Question d’habitude certainement.

Verdict.

Par temps chaud, la ventilation est efficace, sans pour autant atteindre le niveau de vestes et de pantalons estivaux. En ce début d’été généreux en précipitations, j’ai pu rouler sous la pluie à plusieurs reprises. La membrane Drystar fait son job, même après deux heures sous la drache. Autre point positif : le tissu ne se gorge pas d’eau, évitant ainsi une prise de poids et une sensation de froid inconfortables (voir supplément « Imperméabilité »). Par temps chaud, la respirabilité de la membrane permet une évacuation efficace de la transpiration et de la chaleur corporelle. Les ouïes de ventilation assurent une circulation d’air agréable. Malheureusement, je n’ai pas pu tester leur efficacité au-delà de 25°C. Les multiples rangements étanches permettent d’emporter sans problème smartphone, lunettes, clés, papiers, et même carte routière dans la poche arrière. En ce qui concerne les pantalons, les ouïes de ventilation situées au niveau des cuisses remplissent leur fonction. La flexibilité des protection de genoux est un réel plus au niveau confort car on ne ressent aucune gêne au niveau des genoux, même après plusieurs heures de route. La membrane Drystar assure une étanchéité à toute épreuve, tout en assurant l’évacuation de la transpiration.

Coloris pour tous les goûts.

La veste est proposée en 5 coloris : noir, vert, bleu, blanc et kaki bariolé. Même si je reconnais que c’est original, au départ le kaki ne m’a pas vraiment enthousiasmé. Mais finalement, on s’y habitue. Evidemment, il est certain que cette présentation passera mieux sur un trail qu’au guidon d’un roadster. Pour les pantalons, trois coloris sont disponibles : blanc, vert ou noir.

Budget.

Niveau prix, la veste est proposée entre 200 et 250 €, auxquels il faut ajouter, faute d’Airbag, la protection dorsale. Les pantalons, entre 170 et 200 €. A noter que deux versions sont disponibles : Regular ou Short. J’ignore quelle variante j’ai testée.

Conclusion.

Pour un budget d’un peu plus de 400 €, vous disposez d’un équipement de qualité, élégant, étanche, confortable et qui offre, moyennant un supplément de quelques dizaines d’euros, une bonne protection. A classer dans les équipements de mi-saison, l’Andes V3 peut être utilisé aussi bien l’été grâce à son système de ventilation, que par temps frais. L’hiver, il faudra prévoir une couche supplémentaire au niveau de la veste. Pour être complètement équipés, vous pouvez compléter votre ensemble veste – pantalons par les gants Andes V3 Drystar gloves testés ici.

Supplément.

L’imperméabilité des vêtements motos, comment s’y retrouver ?

Lors de l’achat d’une veste ou de pantalons dans nos contrées pluvieuses, le motard sait qu’il doit être attentif à la protection contre la pluie. C’est un critère primordial si on veut voyager confortablement. Bien entendu, la combinaison anti-pluie à enfiler au-dessus de son équipement reste une solution peu coûteuse, mais pas très pratique. Excepté si vous ne sortez votre moto qu’à condition que la météo annonce un grand soleil pour la journée, vous avez certainement déjà vécu la galère d’enfiler une veste, et surtout des pantalons étanches sous la drache au bord d’une grand route. Et, quelques kilomètres plus loin, devoir les enlever car le soleil est de retour et vous cuisez littéralement. Ceux qui ne veulent plus revivre ces moments pénibles se tournent vers les vêtements étanches. Désireux de répondre à cette demande, les fabricants proposent plusieurs possibilités pour toutes les conditions et toutes les bourses. Ce supplément est destiné à aider les futurs acheteurs à y voir plus clair.

  • Première catégorie : les vestes et pantalons munis d’une membrane imperméable amovible. L’inconvénient est qu’il faut s’arrêter afin d’insérer la membrane à l’intérieur de la veste ou des pantalons avec tout ce que cela comporte comme difficultés (mains mouillées, vêtements humides, fixations pas toujours évidentes, aucun endroit pour s’asseoir afin de retirer ses bottes, …) et tout cela sans nécessairement être à l’abri de la pluie. En outre, si la membrane n’est pas « respirante », votre veste et vos pantalons se transforment rapidement en sauna, surtout si la température extérieure est élevée. Il faudra donc vous arrêter une fois le soleil revenu afin de retrouver une ventilation correcte. En outre, si le tissu de votre vêtement n’est pas déperlant, celui-ci aura pompé pas mal d’eau. Il sera donc plus lourd et mettra davantage de temps à sécher. En conséquence, vous ressentirez une sensation de froid désagréable, surtout l’hiver. Lorsque la température est inférieure à 20°C, il est possible de rouler avec la membrane. Par contre, l’été, c’est impossible.
  • Afin de remédier à ces problèmes, certains fabricants proposent des équipements munis d’une membrane imperméable et respirante amovible. Leur respirabilité permet de rouler avec la membrane, même pas temps chaud. Si la pluie survient, elle maintiendra le pilote au sec. Un autre avantage se situe au niveau du prix. Ces vestes ou pantalons sont sensiblement moins onéreux que les équipements munis de membranes intégrées. De plus, par beau temps, la membrane pourra être enlevée afin d’assurer une aération maximale du pilote.
  • Le top en matière de protection contre la pluie sont les vestes et pantalons équipés d’une membrane respirante intégrée. Comme son nom l’indique, celle-ci fait partie intégrante du vêtement. En fonction des marques, les plus connues sont Gore-tex, Sympatex, Drystar, Humax, D-Dry, Hydratex, Solto-Tex, Hitex, … Non seulement, ces vêtements permettent l’évacuation de la transpiration, mais il est possible, grâce à des zips d’aération situés à l’avant et à l’arrière de la veste et des pantalons d’assurer une ventilation directe du corps. Ce système est de plus en plus développé par les fabricants car il permet de proposer des vêtements polyvalents utilisables toute l’année. L’inconvénient est leur coût supérieur, même si il est possible de trouver des vestes avec membrane intégrée à moins de 200 €.
  • Si vous souhaitez le top du top et que vous avez les moyens, vous opterez pour les vêtements équipés d’une membrane intégrée laminée, souvent en Gore-tex, sur le tissu extérieur. Dans ce cas, la membrane fait quasiment partie du tissu extérieur. L’eau ne s’y accrochant pas, le vêtement reste léger et sèche très rapidement. Ces vestes sont également munies d’ouvertures permettant une aération par temps chaud. Evidemment, leur coût est en rapport avec leur performances. Certaines vestes dépassent les 1.000 €.

https://www.alpinestars.com/

Dominique
Enseignant tombé dans le monde de la moto très jeune

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité