Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles

Dans la famille MT, nous avions testé la cadette MT-07, le voyageur Tracer et il ne manquait à notre palmarès que la petiote MT-125 ou la grande sœur MT-09. Et devinez vers quoi s’est porté notre choix ? La MT-09 en édition Street Rally.

Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles
Frère et sœur, tant en commun et pourtant si différents, voilà qui résume assez bien la situation dans la famille MT. La MT-09 parait courte, râblée et allégée au maximum avec le strict minimum de carrosserie. Même si notre Street Rally gagne un petit sabot moteur, un spoiler sous le phare et une étonnante tête de fourche qui s’allonge jusqu’aux protège-mains, ce ne sont là que des artifices pour la rendre plus affriolante encore. Et comme si ça ne suffisait pas, Yamaha a rajouté en option cet échappement Akrapovic. Vraiment, c’est cruel, comment ne pas craquer ?


Dans une livrée gris et bleu comme les sportives, la MT-09 fleure bon l’esprit racing, pire, elle sent l’arsouille à plein nez.
Vite en selle pour la tester ! Première surprise, on est assis plus bas, à 815 mm au lieu des 846 mm du Tracer, pas étonnant non plus mais on apprécie.


Plus petit tableau de bord aussi, décalé à main droite mais la taille ne dit pas tout, vous devriez le savoir. Il est plutôt complet, entièrement digital, il affiche la vitesse, un compte-tour, le rapport engagé, le mode de cartographie, l’horloge, les trips ou la consommation et même une jauge. On ne voit pas trop ce qu’on pourrait demander de plus, un gros shift-light peut être ? Par contre, pas de commande au guidon, si vous voulez voir la conso au lieu du trip, il faudra appuyer sur le bouton en bas du bloc compteur.

Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles
Un petit clic sur le démarreur et le trois cylindres s’ébroue dans un feulement déjà flatteur, on passe la première et c’est parti.

Installé plutôt droit et les jambes un peu pliées, la position est assez confortable et met en confiance.
On y va quand même doucement avec la poignée de droite, on nous a prévenu chez Yamaha, c’est le même moteur que le Tracer mais quelques kilos en moins et pas de contrôle de traction… gloups.
Le trois cylindres de 847 cm³ développe toujours 115 cv à 10.000 tr/min, pas ça qui devrait nous faire peur mais le sourire discret en nous l’annonçant devait bien cacher quelque chose.
Quelques kilos ? En comparant les fiches, on passe quand même de 210 kg pour le Tracer à 191 kg pour la MT-09 classique, un fameux régime !


Le moteur poussait déjà fort avec le Tracer et forcément ici, c’est carrément pire ! Sur les premiers rapports, tourner la poignée en grand vous catapulte en envoyant la roue avant vers les étoiles, c’est magique !
Soudain, un doute, on est en mode A là ? Mais oui la cartographie A comme Attaque… Hé bien, en fait, non, on était encore en mode « standard ». Ah oui quand même, donc en mode A, ça sera encore plus brutal.
Testeur oblige, il fallait bien qu’on l’essaye et on avoue, on n’a pas dû se forcer. En pleine puissance, la MT-09 pousse vraiment fort à l’accélération, il faut charger l’avant, s’agripper et serrer tout ce qu’on peut serrer parce qu’avec la selle d’une seule pièce et sans relief, le pilote n’a rien pour se caler et il n’est pas rare de se sentir glisser vers l’arrière. Prévenez la passagère, faudrait pas qu’elle tombe de la selle à la première accélération. Ne cherchez pas les vitesses très élevées, elle préfère de loin les accélérations et les reprises, c’est bien là qu’on en profite le plus.


En tout cas, on ne s’ennuie pas et avec la sonorité de l’Akrapovic, on en abuse carrément. Vraiment pas bon pour le permis ça même si rien n’incite à rouler à des vitesses folles, ce qu’elle aime, c’est les petites routes, les tournants, les accélérations au moindre bout de lignes droites.
Mais ce qui souffre aussi, en dehors de vos bras qui s’allongent, c’est l’autonomie. La MT-09 n’embarque que 14 litres, soit 4 de moins que le Tracer et quand on a vu la réserver s’allumer à 160 kms, on s’est dit qu’on avait peut-être un peu abusé.
Il faut reconnaître qu’on ne se sent pas rouler vite, si on fait abstraction de la pression du vent et encore parce que la petite tête de fourche, aussi originale soit elle, joue aussi son rôle. Il y a surtout c’est que cette MT-09, elle est facile, ouverte à toutes vos folies. Commandez et elle obéit !

Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles
Avec son poids plume et sa partie cycle, elle est vraiment très maniable. La belle fourché inversée bleue sur cette version et le mono amortisseur semble river la moto au sol sauf à l’accélération où on sent régulièrement le guidon se délester. Gare au guidonnage ami débutant : si tu ne maîtrises pas, tu n’ouvres pas !


Les mêmes suspensions contribuent aussi au confort général et on ne se plaint pas au guidon de la MT-09. Les plus sportifs (ou énervés c’est au choix) lui reprocheront peut-être cette relative souplesse mais ça permet d’apprécier la MT-09 au quotidien sans craindre la première route en mauvais état comme c’est parfois le cas sur des roadsters sportifs qui certes collent encore plus à la route mais massacrent votre dos à la moindre irrégularité de l’asphalte. Ici rien de tout ça, il faut déjà de fameuses compressions pour que ça devienne désagréable.

Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles

Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles
Le freinage est aussi le même que sur le Tracer et forcément avec le gain de poids, elle freine encore plus fort. Le double disque de 298 mm assure et ne faiblit pas même après quelques freinages de bucheron. Ici aussi il vous faudra doser votre effort même si l’ABS veille au grain.

Yamaha MT-09 un peu plus près des étoiles
En passant, on a tenu à refaire une mesure de la consommation en étant plus sage et nous avons cette fois allumé la réserve à 197 et remis 10.5 litres, c’est déjà plus raisonnable, non ? Enfin, on aurait bien accepté quelques kilos de plus en embarquant le réservoir de 18 litres du Tracer.


Proposé à  9.290 Euro, la Street Rally est un peu plus chère que celle de base mais vous devez rajouter l’Akrapovic (1.228 €) et le support de plaque (133 €) et les sliders de protection du moteur (206 €) pour avoir la même que celle de l’essai.
Mais quel plaisir, quelle facilité de conduite ! Si vous ne partez pas en voyage avec votre moto, si le mot protection se limite à vos vêtements, si vous aimez les sensations sans pour autant être fan de vitesse, la MT-09 est une machine à essayer absolument et vu son prix, la concurrence risque d’avoir du mal à suivre.

La vidéo de notre essai :

 

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Le salon de Bruxelles, avec ou sans moto ?

Le salon de Bruxelles est bien confirmé mais vous n'êtes sûrement pas sans savoir que certaines marques motos ont annoncé qu'elles n'y...

Yamaha Tracer 900 GT, la même en mieux.

Lancée sur le marché en 2015 sous le nom de MT-09 Tracer, la Sauterelle surexcitée de la firme d’Iwata subit en 2018 une profonde...

BMW R1200 GS Adventure

BMW profite du passage à l’Euro 4 pour faire évoluer sensiblement la GS. Soucieux de conserver une longueur d’avance sur la concurrence, le constructeur...
Publicité