Suzuki Intruder M 1500 – 2009

Un bi qui a du caractère
Quelques chiffres qui parlent : 1462 cc (soit deux gros cylindres de 731cc), 80 cv à 4800 tours mais surtout un couple de 12,5 mkg à seulement 2700 tours.Tout est dit ou presque, les connaisseurs ont déjà compris comment va tourner ce moulin.

Suzuki Intruder M 1500 – 2009Chaque rotation de la poignée de gaz fait s’ébrouer le moteur dans une mélodie peu discrète mais tellement flatteuse.Nous remercions déjà la selle suffisamment creusée pour éviter de glisser lors des grosses accélérations parce que tourner brusquement la poignée droite risque de vous allonger les bras, ça pousse.

Ce bicylindre est un vrai plaisir à condition de ne pas oublier de jouer du sélecteur sous peine d’être vite freiné par le rupteur. Avec une puissance maxi à 4800 tours et en l’absence de compte-tours, la méthode d’utilisation est simple, on ouvre en grand et on change de vitesse rapidement.Si ça parait simple en montant les rapports, il faudra aussi y penser en décélérant, le coeur de la VN ne fait pas preuve d’une grande souplesse et cognera assez vite.

Signalons toutefois que la moto avait moins de 1000 km et que ce type de moteur demande quelques milliers de kilomètres avant de s’exprimer pleinement. Espérons que pour la VN, cet affinage fera disparaitre cette rugosité surprenante, nous nous attendions à une plus grande souplesse.

La boîte de vitesses associée au cardan permet de cruiser tranquillement. Seul le passage du premier rapport se fait dans un grand « klong » peu encourageant mais une fois en route, les 4 autres rapports se passent sans souci. La poignée d’embrayage par contre se montre plutôt dure : une utilisation fréquente comme en ville ou dans des files demandera à votre main gauche de faire de la musculation. Comme sur une Harley, en somme.

Le premier rapport permet toutefois d’évoluer à faible allure sans devoir passer directement le deuxième, mais n’oublions pas qu’il s’agit d’un bicylindre qui demandera un régime minimum sous peine de rappel à l’ordre.

 

Chromé et imposant : les bases du custom.
Si nous faisions un sondage pour connaître les points communs à tous les customs, nous aurions probablement ces éléments : il doit avoir de la stature et de la prestance.

Suzuki Intruder M 1500 – 2009

Suzuki Intruder M 1500 – 2009Avec un empattement de 1690 mm et surtout une longueur de 2410mm pour 870 mm de large, la M1500 en impose naturellement. Le pneu arrière de 200/50 en 17 pouces (18 pouces pour l’avant, 120/70) et une fourche inversée de 43mm, tellement large qu’un antivol U ne sait en prendre les deux tubes, renforcent cette image de machine musclée. Suzuki n’en reste pas là avec cette M1500 et rajoute une tête de fourche ou plutôt un capot de phare avant au design agressif et couvrant une partie du tableau de bord, met le moteur en valeur en le parant de noir et de chrome et effile l’arrière avec un feu à leds très plat mais peu voyant de jour.

Toujours à l’arrière, Suzuki imite un cadre rigide avec un mono-amortisseur bien caché ce qui affine la silhouette.Evidemment, il faut aussi que ça brille et tout ce qui pouvait être chromé l’est, tout le bas de la moto semble réfléchir votre image comme un miroir: cache-carter, cache-embrayage, pot d’échappement… préparez vous à frotter après chaque sortie.

C’est le prix à payer pour se faire remarquer et de ce côté-là, c’est réussi. A chaque arrêt, c’est un véritable attroupement autour de la moto et ce ne sont pas les superbes jantes qui feront fuir les curieux. Heureusement que la transmission se fait ici par cardan, propre et avec très peu d’entretien.

 

Suzuki Intruder M 1500 – 2009Le bloc compteur est de plus très bien intégré dans le carénage du phare, rien ne dépasse et il est aussi assez complet avec la vitesse analogique, et un petit écran qui dispense des informations nécessaires avec notamment une jauge à essence, deux partiels et une montre même s’il faut choisir une de ces infos.

Les voyants qui ne trouvaient pas leur place dans le phare sont intégrés dans le haut du réservoir, c’est beau mais pas très pratique, surtout pour les clignotants, ce qui vous vaudra souvent des rappels à l’ordre pour les avoir oubliés. Seul le radiateur d’eau semble perdu dans cette débauche de chrome, il aurait pu être mieux intégré ou caché. les ailettes du moteur sont là uniquement pour la figuration.

 

Balade en duo, en solo, à  son aise ou plus rythmée


Suzuki Intruder M 1500 – 2009

La selle basse (716mm) et accueillante invite au voyage et le passager a aussi droit à une belle épaisseur de mousse. Le pilote est toutefois plus gâté avec une selle bien creusée qui l’empêchera de glisser lors des abus de la poignée droite, à l’arrière il faudra s’accrocher ou chercher à installer un sissy-bar.

Hormis les manoeuvres à pied qui se révèlent très délicates vu le poids conséquent (328 Kg à sec), nous évitons aussi la ville. Le gabarit de la VN et la position de conduite les pieds en avant ne facilitent pas les déplacements à faible allure. Elle préfère de loin des espaces plus dégagés. Nous ne parlons pas ici de la limiter à l’autoroute ou aux grands axes mais juste de quitter les encombrements de la ville.

Nous notons toutefois que si ce n’est pas sa tasse de thé, le réservoir s’amincissant pour rejoindre la selle, permet de facilement poser les pieds, pratique pour les arrêts fréquents.Suzuki Intruder M 1500 – 2009

L’Intruder aime la balade et vous serez très surpris de la maniabilité et de la stabilité dans les grandes courbes. même les petits virages ne lui font pas peur, il suffit de mettre un peu de poids vers l’intérieur du tournant pour qu’elle suive sans problème.A ceux qui pensent que le custom se limite à une balade tranquille, nous répondrons qu’ils se trompent dans ce cas-ci, la tenue de route et la facilité à mener la VN permettent de vraiment profiter du gros bicylindre en imprimant un très bon rythme sans prendre de risque.

Et les sensations sont bien au rendez-vous, gageons que plusieurs réfractaires à ce style de motos pourraient bien y trouver du plaisir. A terme d’une balade de 230 kilomètres nous n’avons remis que 14 litres sur les 18 que peuvent contenir le réservoir: une autonomie suffisante en tenant compte d’une vitesse moyenne assez élevée et de belles accélérations.

 

Les ombres du tableau
Chez Objectif-moto, nous aimons tirer un bilan complet des motos essayées, qu’il soit bon, mauvais ou mitigé.Si notre semaine au guidon de la belle Intruder nous a dévoilé une moto pleine de charme, elle n’en a pas non plus caché quelques défauts.

Les suspensions font dans l’ensemble assez bien leur travail, mais sur certaines de nos routes plus abîmées que d’autres, il n’est pas rare de décoller de la selle à cause des bosses. Cette réaction n’est pas vraiment agréable et peut se montrer dangereuse.

 

Suzuki Intruder M 1500 – 2009Un autre point qui nous laisse un doute est le freinage. Les étriers deux pistons à l’avant auront fort à faire pour arrêter les presque 350 KG et leur pilote. Le frein arrière pourra tout au plus aider mais le mot-clé sera « anticipation ».

 

Honnêtement, nous n’avons pas essayé de freinage d’urgence mais à l’usage, quand nous avons d&ucirc. taper dans les freins, la moto reste bien en ligne, ne plonge pas trop de l’avant mais il faut bien entendu tirer le levier assez fort et à temps. L’emplacement du contacteur sous la cuisse gauche est assez spécial, d’autant plus que le blocage de direction lui reste à droite de la fourche.

 

Suzuki Intruder M 1500 – 2009Nous regrettons aussi le bouchon du réservoir sans charnière même si nous apprécions qu’il ne soit pas affleurant, les éclaboussures lors du remplissage ne viennent pas sur le réservoir.

 

 

La position de conduite est agréable mais si l’idée de prendre l’autoroute vous tente, sachez que les bras grands ouverts vous êtes un paravent idéal. Jusque 110 km/h, la pression reste raisonnable mais passé cette limite les épaules commencent à vous tirer, votre nuque aussi. Après un trajet d’une bonne heure sur nos grands axes, nous étions bien heureux de retrouver nos petites routes.

 

Un custom-dragster surprenant
Suzuki Intruder M 1500 – 2009

Au moment de tirer notre bilan sur cet essai de l’Intruder 1500 M, les deux points négatifs qui sont le poids et le freinage pèsent bien peu dans la balance face au plaisir de conduire ce gros bicylindre. En le voyant à l’arrêt, personne ne pensera qu’il se montre au final très maniable et facile à emmener dans toutes vos sorties.

Mêlant ainsi l’art de briller de mille feux au confort du pilote, la 1500M devrait plaire aux motards qui cherchent à la fois une moto remarquable, confortable, avec un caractère bien trempé et prêts à fermer les yeux sur quelques points.Aussi nous ne conseillerons pas cette moto à des débutants parce que pour vraiment en profiter, elle demandera d’anticiper et donc un minimum d’expérience.

Reste à signer et débourser les 11.230 € pour vous payer ce monstre.

IMPORTATEUR:Suzuki Belgium – 2WheelsSatenrozen 8B-2550 Kontichtel: +32 3 450.04.11http://www.suzuki2wheels.be

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

  1. tout à fait d’accord avec l’article la moto et très agiles malgré son poids et son gabarit même en ville où j’ai toujours considéré qu’une très grosses cylindrées était plus agréable qu’une petite où il faut toujours jongler avec la boîte le guidon est assez étroit et facilite les manoeuvres dans les embouteillagesdès que la route s’ouvre la moto exprimer tout son potentielenfin il ne faut pas vouloir passer les vitesses trop vite il faut la laisser monter un peu en régime là la boîte s’adoucit et le moteur ce Liebherr personnellement je passe la seconde à 40 troisième à 70 80 quatrième à 110 beaucoup de caractère également elle me fait penser à une grosse harley

  2. j allais oublié, pour être complet,, que la moto à beaucoup de plastique mais en noire, elle passe convenablement, ça lui donne une personnalité bien a part surtout avec son petit capot de selle arrière..Genre custom- roadster typiquement japonais…
    moi j’aime bien et surtout la position de conduite est tres confortable, pieds devant et buste légèrement basculé sur l’avant (pour résister à la pression du vent) , pas besoin de bulle ou par-brise disgracieux…après, c’est une moto d’homme, c’est sur, il vaut mieux avoir de bons bras, un bon dos et de bonnes cuisses…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité