Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Habituellement quand on parle d’un jet, on pense au casque on ne peut plus simple pour ne pas dire basique, juste bon à rouler sur des petites distances sous le soleil.

Chez Arai, on ne voit pas les choses de cette façon et ce n’est pas parce qu’on veut un jet, qu’on ne peut pas avoir la technologie développée pour les intégraux.

Passons sur les critiques de ceux qui ne jurent que par un intégral, ici on parlera d’un jet et puis c’est tout.

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Avec ce SZ-Ram X (euh pas évident le nom quand-même), on passe dans l’autre dimension de cette catégorie. Preuve évidente de l’emprunt de la technologie racing de la marque Arai, de dos, on pourrait le confondre avec le très sportif RX7-V avec ses 3 canaux d’air, ses extracteurs latéraux et au cou et son aileron même si celui-ci est fixe, côté look, l’illusion est parfaite.

Il faudra voir l’avant pour remarquer qu’en effet, il n’y a pas de mentonnière.

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

La coque est fabriquée en fibre mais une version spéciale de fibre de verre, le SCLC comme il le nomme chez Arai est un ensemble complexe de couches de fibre pour garantir un poids contenu et surtout la sécurité avec par exemple 30 % de résistance supplémentaire à la flexion si on compare avec la classique fibre de verre.

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Il accuse ainsi un poids de 1400 grammes sur la balance, en taille L. Pas le plus léger il est vrai mais son équilibre et ce sentiment de sécurité fait vite oublier ce résultat.
Les doublures EPS sont de différentes densités pour une meilleure absorption en cas de choc.

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Vous vous dites peut-être en le regardant qu’autant d’entrées d’air sur un jet, c’est un peu un non-sens mais oubliez le casque bol, avec son écran qui descend très bas, le SZ-Ram X laisse passer peu d’air dans le casque. C’est d’ailleurs assez surprenant et c’est en l’essayant par des températures frisant avec les 5° (que ne fait-on pas pour un essai ?)  qu’on s’en rend compte le mieux. On comprend du coup que ce jet est très utilisé par les commuteurs qui roulent toute l’année, c’est bien la première fois que je roule avec un jet à la sortie de l’hiver et je n’ai même pas eu à m’en plaindre. Bon, soyons honnêtes quand-même, nous sommes là pour ça aussi, ce n’est pas un intégral, on sent donc bien la différence et l’absence de mentonnière se fait sentir mais pas regretter.  Autre point peut-être plus ennuyant, c’est qu’on peut même avoir de la buée à l’intérieur de l’écran.

D’où l’intérêt de toutes ces ventilations et comme elles se règlent séparément, vous pouvez vraiment choisir la quantité d’air pour vous rafraîchir. Celles-ci ont bénéficié  des dernières évolutions du RXV, c’est dire combien Arai souhaite gâter les fans du jet.

Et en effet, même quand il fait chaud, il suffit de tout ouvrir et le casque en devient encore plus agréable. Tant qu’on parle confort, Arai a bien entendu équipé son jet d’un intérieur entièrement démontable et lavable, traité antibactérien aussi. Ce n’est pas tout puisque vous pouvez également adapter l’intérieur du casque en fonction de votre tête : les coussins des joues et aux tempes peuvent être modifiés en retirant des tranches des 5 mm pour un ajustage parfait. Une manœuvre simple à effectuer, pas besoin de sortir votre cutter , simple mais qui peut tout changer surtout si vous le porter souvent et longtemps. Même le recouvrement de la sangle peut être remplacé.

Plus surprenant sur un jet, on retrouve une boucle double D, chose qu’on ne voit généralement que sur des intégraux sportifs. Habitué du système, ça ne me pose pas de souci mais certains pourraient trouver ça exagéré sur ce type de casque.

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Facile à enfiler, on apprécie directement son confort. La plus grosse surprise vient sûrement du champ de vision qui s’offre à vous. C’est simple, on a presque l’impression de ne rien avoir devant soi alors que l’écran est bel est bien là.  En ville où on doit être attentif à tout, c’est vraiment un plus indéniable et en balade, on profite encore plus des endroits où on passe. Franchement, quand on remet un intégral juste après, on perd de cette sensation de liberté se sentant comme plus à l’étroit.

La stabilité est très bonne et comme je l’ai testé sur plusieurs machines (de la TRK502 à la MT-07 en passant par le Tricity et ma GSXF)  à chaque fois, il s’est  montré peu sensible aux flux d’air. Plutôt bien équilibré, on ne le sent pas sur sa tête, pas de point de pression gênant comme sur certains jets qui ont parfois une prise au vent plus importante. Quant à l’insonorisation, on reste forcément sur un jet mais certains intégraux se montrent plus bruyants que cet Arai. Comparé au RXV forcément, la différence est perceptible mais il se place quand même dans les jets les mieux insonorisés que j’ai pu tester. Du coup, et n’y voyez pas une publicité forcée par Arai, on peut franchement le porter sur de longs trajets. Je l’ai pris plus d’une fois sur une journée entière sans avoir à le regretter.

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Par contre, et là on touche sans doute le seul point noir que j’émettrais sur le SZ-Ram X, quand on veut ouvrir l’écran on cherche d’abord comment faire avant de comprendre qu’il faut écarter le côté gauche pour passer au-dessus du petit clip qui le maintient fermé. Là, je ne vois pas l’intérêt, ça prend du temps et il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois pour le déclipser. Et à force, mon clips s’est carrément détaché et impossible de le remettre en place, il est vissé dans la coque et forcément, le pas de vis s’est abîmé. Mais je vous rassure, ça ne change rien à l’utilisation du casque, l’écran reste en place et ne remonte pas en roulant, ce même à des vitesses peu avouables.

Notez aussi qu’il n’y a pas d’écran solaire intégré, vous devrez donc opter pour un écran fumé ou des lunettes. Personnellement, j’ai choisi cette option, elles se placent sans souci dans le casque et en prenant des montures adaptées à la moto,  je n’ai vraiment pas à m’en plaindre, au point de parfois oublier qu’on en porte. J’y reviendrai dans un autre article d’ailleurs. Une autre visière vous coûtera entre 95 € pour une fumée à 115 € pour une Iridium par exemple. (Prix trouvés sur le net début mai 2018)

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Ce sont donc là les deux points négatifs à signaler sur cet Arai SZ-Ram X mais son confort, son aération et son champ de vision les font rapidement oublier.

Son prix par contre risque de refroidir certains, affiché pour le moment à 568 € dans notre version unie, ce n’est pas donné pour un jet me direz-vous et vous avez raison mais n’oublions pas, on touche ici au haut de gamme, avec des technologies empruntées à des intégraux sportifs utilisés en compétition. On ne vous l’a pas dit plus haut non plus mais il est, comme les RXV, fabriqué à la main par les experts de la marque, 18 heures de main d’œuvre, ça se paye aussi.

https://www.araihelmet.eu/fr/collection/detail/sz-ram-x

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif

Le Arai SZ-Ram X, le jet haut de gamme et sportif
Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement
Article précédentNouveauté TCX : SP-Master et Master Air
Article suivantThe darker

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,446FansLike
196FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

CF MOTO : La Chine débarque.

Pour le motard belge, la Chine ne constitue pas, au contraire du Japon, des Etats-Unis, de l’Italie ou de la Grande-Bretagne, un centre d’intérêt particulier. Excepté quelques marques pratiquement inconnues commercialisées par une poignée de dealers multimarques et présentées dans les coins reculés du salon, les motos chinoises sont rares, voire inexistantes sur nos routes. Cela pourrait bien changer avec l’arrivée des CFMOTO et autre VOGE.
Publicité