Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono

Puisqu’il se prépare à équiper à nouveau le plateau MotoGP, Bibendum fourbit ses technologies et en fait étalage en renouvelant totalement sa gamme de pneus sportifs. Nous avons testé pour vous leur déclinaison la plus routière, le Power SuperSport Evo.

Comme on sait, malgré son aptitude reconnue à concevoir des pneus sportifs, les dernières productions de la marque française en la matière avaient un peu de mal à soutenir la comparaison avec certains concurrents. C’est pourquoi ce retour en MotoGP s’accompagne pour Michelin d’une approche résolument différente non seulement des produits mais aussi de leurs utilisateurs. Sous l’angle « produits », jamais la gamme hypersport du manufacturier français n’a été aussi spécifique ; jugez-en plutôt :
Power SuperMoto (circuit);
Power Slick Ultimate (circuit) et Power Cup Ultimate (homologué route);
Power Slick Evo (circuit) et Power Cup Evo (homologué route);
Power SuperSport Evo (route et circuit).

Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono
La nouvelle gamme Hypersport de Michelin

S’agissant des utilisateurs, Bibendum veut leur offrir un service plus ciblé que jamais sous la bannière We are all racers. Il ne s’agit plus seulement d’accompagner les pilotes professionnels durant leur saison, mais d’encadrer également les pilotes chevronnés et les amateurs de track days depuis l’achat jusqu’à la sortie du circuit (présence accrue sur les pistes et conseils techniques, Michelin Moto Challenge, application Michelin Moto Lap Timer, …) Une visite sur le site Michelin Moto vous donnera tout l’éventail des possibilité en la matière.

Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono
Mesurer la montée en température est riche d’enseignements.

Aussi à l’aise sur piste que sur route
C’est en ces termes que Michelin définit le Power SuperSport Evo que nous vous présentons ici. Comme le Power Slick Evo et le Power Cup Evo, le SuperSport Evo arrière présente une « avancée spectaculaire », selon les termes du dossier de presse, l’ACT (Adaptive Casing Technology). Ici, il ne s’agit pas des gommes mais de la carcasse: c’est en l’occurrence, et pour simplifier le propos, une densité différente des nappes de gomme entre le sommet et les épaules du pneu arrière. Au final, il s’agit d’apporter plus de stabilité grâce à un sommet peu rigide tout en limitant les dérives en courbe grâce à des flancs rigidifiés par la présence d’une triple nappe de gomme. Ce qui équivaut à dire que, pour bien adhérer, un pneu gagne à avoir une carcasse rigide là où sa gomme est tendre et une carcasse plus souple là où sa gomme est dure, soit au sommet… Et ma foi, l’accélération proverbiale de la TL1000S a toujours été parfaitement maîtrisée par le nouveau Michelin, même lorsqu’à dessein, nous « tentions le diable » en ouvrant grand sur l’angle…

Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono
Répartition des gommes à l’avant et à l’arrière.

Bien que les sculptures de cette version Evo restent quasiment identiques à celles du Power SuperSport de 2013 –c’est fou ce que les pneus sportifs évoluent vite!-, les nouveaux mélanges de gommes retenus par Michelin (toujours 2CT et 2CT+, silice et noir de carbone) ont suffisamment optimisé la tenue sur le mouillé pour que cette version Evo vous mette mieux en confiance sous la pluie; avec le couple disponible sur une TL, nous avons eu tout loisir de le vérifier. Bien entendu, les sculptures restant finalement peu nombreuses avec un taux d’entaille de 7,5%, on peut s’attendre à ce que l’évacuation de l’eau perde en efficacité au gré des kilomètres; ce n’était en tous cas pas le cas après les quelque 3.000 bornes parcourues avec nos pneus d’essai.

Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono
Sur route, l’Evo confine à la perfection.

Sur route, vous aurez déjà compris que le nouveau Michelin aura de quoi satisfaire les rouleurs sportifs, d’autant que son comportement s’avère irréprochable en termes de stabilité, tant à haute vitesse qu’en entrée de courbe sur les phases de freinage. Les adeptes de la maniabilité à tout crin apprendront avec satisfaction que, venant d’un train de Pilot Road 4, la TL donne avec ces Evo l’impression de tomber toute seule sur l’angle et de s’y engager avec un naturel et une facilité largement accrus.

Et le sport alors?
Même si les photos présentées sont signées Michelin, nous avons également eu l’opportunité d’effectuer par temps sec quelques tours de piste au guidon d’une S1000RR équipée du Power SuperSport Evo. Première info pertinente, par son jeu subtil de couches de gommes dans sa carcasse, le pneu est conçu pour être sous-gonflé sur piste (1,5kg de pression à l’arrière), de manière à augmenter la surface de contact avec le sol. Bien que ce soit invérifiable, Michelin avance à ce point de vue un gain de 52% et jusqu’à 2s de mieux au tour sur certains circuits sinueux par rapport au SuperSport sorti il y a deux ans…

Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono
La piste révèle le caractère plus routier que pistard du SSP Evo…

Comment les pneus allaient-ils se comporter sur une machine si puissante et si agile? Globalement bien, mais en démontrant aussi qu’ils sont davantage des pneu routiers très rapides que des flingueurs de chronos. Je m’explique: à l’accélération en sortie de courbe, le Power SuperSport Evo a parfois bien besoin de l’intervention de l’anti-patinage pour gérer l’arrivée de puissance si on décide d’essorer la poignée droite. Du moins a-t-il la prévenance d’avertir son pilote de sa prochaine perte d’adhérence. De même, l’avant s’avère plutôt lent dans les pifs-pafs et n’aime pas trop être forcé sur les freins pour prendre la courbe. Remarquez que ces caractéristiques ont été lissées par des réglages de suspensions plus souples lors d’une seconde session; par contre, dans ce cas, c’est la stabilité lors de grosses accélérations qui en pâtissait légèrement.

Un excellent pneu routier donc, bon à tous les jeux et capable d’assurer largement lors d’une sortie occasionnelle sur circuit. Restait à vérifier la longévité de ce gommard qui, par ailleurs, chauffe très vite en toutes circonstances. Particularité à retenir néanmoins si vous comptez poser le genou dans une bretelle de sortie d’autoroute : le pneu avant chauffe nettement plus sur son sommet que sur ses flancs ; on y note parfois plus de 20° de différence… Pour ce qui concerne la longévité, Bibendum atteint son objectif puisque nos mesures nous permettent d’extrapoler une durée de vie supérieure à 10000km pour l’avant (les flancs s’usent plus vite que le sommet) et à peine moins pour l’arrière. Naturellement, ces chiffres valent pour un usage routier « normal » ; ils devront être tempérés en cas de journées piste.

Power Supersport Evo: Bibendum chasse le chrono
Le Power SSP Evo chauffe vite mais inégalement.

Les dimensions disponibles :
Avant :
120/70 ZR 17 (58W)
Arrière :
180/55 ZR 17 (73W)
180/60 ZR 17 (75W)
190/50 ZR 17 (73W)
180/55 ZR 17 (75W)
200/55 ZR 17 (78W)
www.moto.michelin.be

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

  1. Bonjour,
    Cela donne vraiment envis de tester le produit, pour la saison 2016.
    Est ce déjà dans le commerce? (Belgique)
    Et en Belgique, nous avons essentiellement (or mis SPA), des petits circuits. Quel serait votre conseil de gomme? Je roule avec une gsxr 750 2001, avec qlq petites modifications.
    Merci
    Bien à Vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité