Kawasaki ZX-6R – 2009

Radicale, la bête!
Radicale, la bête! Pour cette évolution 2009, la ZX-6R ne se contente pas de demi-mesures. On s’attendait bien à quelques retouches, mais on ne pronostiquait pas forcément un tel mimétisme avec la dernière ZX-10 R . un mimétisme dont certains se demandent s’il s’agit d’une qualité ou plutôt d’un défaut! Car, s’il est valorisant pour la 600, il lui ôte aussi la personnalité esthétique qu’elle aurait pu revendiquer…A peine garce, un max provocatrice, et savamment agressive, la 600 Ninja s’est tout simplement emparée de la robe de sa grande s&oelig.ur. Quelques coups de ciseaux pour assouplir les épaules, un peu de fashion avec des clignons intégrés et des ouïes de ventilation sur les flancs de carénage, le retour d’un pot en position latérale et surtout, une grosse envie d’en offrir davantage à son pilote. La nouvelle ZX-6R vous donne plus que toute autre japonaise peut-être cette sensation de vous évader d’un paddock Supersport. Le poste de pilotage est plutôt complet, et le tableau de bord ne dément pas l’impression générale orientée piste » : rapport engagé, chrono et shift-light répondent présents aux côtés de l’heure, de la température moteur, des témoins usuels et du très pratique trip se déclenchant automatiquement une fois la moto en réserve. Elle ne néglige donc pas les routards.

 

Kawasaki ZX-6R – 2009 Kawasaki ZX-6R – 2009

 

Une facilité nouvelle
Avec cette machine annoncée à 191 kg toute mouillée, et 132 canassons à libérer, on en conna&icirc.t quelques-unes qui ont du souci à se faire. Plus de couple, plus de réponse à mi-régimes, un feeling amélioré à la poignée de gaz, et une réponse très linéaire. Donc, un contrôle encore plus précis de la patate qu’on envoie… au détriment du caractère, comme de coutume . les Japonais nous y ont habitués depuis quelques années. Premier contact, on se sent bien calé sur cette Kawa. Les compteurs à fond blanc de la nouvelle planche de bord tranchent avec plus ou moins de bonheur avec les vifs coloris du compte-tours : vert de 8 000 à 16 500 tr/mn, rouge au-delà, la ZX-6R annonce la couleur comme une Italienne !En route. D’emblée, la centralisation des masses (merci au pot implanté bas), l’allègement général et le travail sur la géométrie laissent entrevoir une vivacité évidente, les premières prises d’angle se montrent faciles. La nouvelle ZX-6R avouerait même une tendance à rallier la corde très vite. Trois tours plus tard, on mesure l’étendue des améliorations apportées à la partie cycle : la nouvelle fourche BPF (pour Big Piston Fork) limite le transfert des masses. Conçue par Showa, cette dernière optimise ses fonctions hydrauliques et, de fait, la moto ne plonge jamais brutalement lors de la prise des freins. Sur les routes des Ardennes, les premiers virages nécessitent de « tomber » trois rapports, ce que l’on peut faire sans coup férir grâce à un embrayage à glissement limité qui évite tout blocage et rebond de l’arrière. Ensuite, le train avant entre en scène et assure un excellent guidage, probablement très proche de ce qui se fait de meilleur dans la catégorie (difficile de juger en l’absence de comparaison directe). La moto reste neutre, man&oelig.uvrable, stable avec l’index sur le frein ou sur l’élan… Et je devine que les entrées de courbe pourront être repoussées toujours plus loin . self-control needed, Andy ! Le bras oscillant dérivé de celui de la grande s&oelig.ur 1000 se charge de distribuer la cavalerie au sol, laquelle s’exprime de façon linéaire et efficace. Les mi-régimes ne donnent pas une sensation de traction comme sur une Honda CBR600RR par exemple, mais la Ninja grimpe vite vers les hautes sphères du compte-tours lors des accélérations sur les longues lignes droites offertes par les routes entre Durbuy et Francorchamps. Mieux vaut alors surveiller la shift light pour éviter d’entrer en zone rouge vers 16 000 tr/min, sous l’emprise du vrombissement de la bo&icirc.te à air. Pour faciliter l’exercice, la bo&icirc.te permet des passages à la volée sans rechigner. Après une heure de roulage, de hurlements mécaniques et de freinages d’outre-tombe, il est temps de boire une boisson bien fra&icirc.che et de se remémorer les excellents souvenirs laissés par la Kawa. Les derniers kilomètres permettent de juger de la facilité de la Kawasaki lorsqu’on roule à 60 % de ses possibilités : neutre, précise en diable, nouvellement agile… S&ucirc.r que cette Kawa est une nouvelle arme pour aller chercher le chrono sur piste !

Kawasaki ZX-6R – 2009

Des chevaux partout !
Et ce moteur, Kawa a vraiment voulu que ça réponde, comme il est de mise dans la grande tradition de la maison verte. Les motoristes ont grappillé ou modifié tout ce qu’ils pouvaient. Nouveaux guides cylindriques au sommet du bo&icirc.tier de filtre à air pour mieux pulvériser le carburant, rallongement des corps d’injection de 10 mm pour plus de progressivité, modification des conduits des cylindres pour améliorer le remplissage et les perfs, + 12% de courant dans les bobines d’allumage pour une meilleure combustion, nouveaux cornets d’admission à deux diamètres et leurs entrées se situent à deux hauteurs différentes pour encore doper le moteur, profil des cames plus pointus, …Bon, stop : on se rend bien compte que le département R&amp.D a surchauffé. Un exemple, toujours pour gagner du poids : le résonateur et les supports du tableau de bord et des rétroviseurs sont intégrés à l’admission d’air forcé. Des rétros ? Eh oui. Même sur une pistarde qui se dote d’une boite de vitesses à cassette, on trouve des phares, des clignos et des rétroviseurs. Kawasaki présente là une 600 plus Ninja que jamais. Le rapport poids/puissance est devenu l’un des meilleurs de la catégorie, et son design va claquer avec autant de saignant que la grande s&oelig.ur 10R. De quoi bousculer la catégorie ? R6 et Daytona ont intérêt à surveiller le vert en 2009/2010.Finalement, le seul « hic » avec cette Kawa 600, c’est sa ressemblance très marquée avec la ZX-10R : que ce soit de l’avant ou de l’arrière, les deux motos sont calquées sur le même moule. Si cela profitera – peut-être – à renforcer l’aura de la cadette, les possesseurs de ZX-10R risquent d’apprécier modérément. Mais il n’empêche que le travail réalisé par Kawasaki mérite nos suffrages car, comparée aux millésimes précédents, cette nouvelle  » 6 R  » grimpe manifestement les marches qui conduisent au podium de la catégorie.

Kawasaki ZX-6R – 2009 Kawasaki ZX-6R – 2009

L’avis de la passagère
Mon avis sur la Kawa ZX-6R en tant que passagère, c’est une moto qui a du punch mais pour moi, elle serait plutôt idéale en monoplace: trop petite assise pour entamer des km, sans compter que lors des accélérations ou des freinages, le passager glisse vers l’avant ou l’arrière, donc on est balancé dans tous les sens en allure sportive. le « confort » est acceptable en conduite relaxe, mais le bilan général est évidemment peu élogieux même si le passager aussi apprécie le punch typique made in Kawa. Kawasaki ZX-6R – 2009 Kawasaki ZX-6R – 2009Kawasaki ZX-6R – 2009

Fiche technique
CaractéristiquesMoteur 4 cylindres en ligne, 4-temps àCylindrée cm&sup3. 599 cm3Alésage x course 67,0 x 42,5 mmTaux de compression 13,3:1Distribution 2 ACT, 16 soupapesType d’alimentation Injection : 4 x &Oslash. 38 mm (Keihin) à double papillon secondaire ovaleAllumage électroniqueDémarreur électriqueLubrification Sous pression, carter humideBoite de vitesses 6 rapports, extractibleTransmission finale Cha&icirc.ne à joints en XEmbrayage Multidisque en bain d’huile, à commande manuelleCadre Périmétrique en aluminium emboutiAngle de chasse/chasse 24Ëš / 103 mmSuspension avant Fourche inversée de 41 mm avec ressorts additionnels Réglage en compression: Progressif Réglage en détente: Progressif Précharge du ressort: Entièrement réglable (0-15 mm)Suspension arrière Système Uni-Trak à tirant avec monoamortisseur à gaz, ressort additionnel et ancrage supérieur sur roulement à billes Réglage en compression: Progressif, deux gammes de réglages (vitesse rapide et lente) reglage en détente: 25 positions Précharge du ressort: Entièrement réglable (5,5-15,5 mm Débattement avant 120 mmDébattement arrière 134 mmPneu avant 120/70ZR17M/C (58W)Pneu arrière 180/55ZR17M/C (73W)Frein avant Double disque en pétales semi-flottant de 300 mm (x 6 mm épaisseur) Deux étriers Nissin à 4 pistons opposés (aluminium), montage radial, 4 plaquettesFrein arrière simple disque en pétales de 220 mm (x 5 mm épaisseur) Simple piston Tokico en aluminiumAngle de braquage gauche / 27Ëš / 27ËšDimensions (L x L x H) 2 090 mm x 705 mm x 1 115 mmEmpattement 1 400 mmGarde au sol 120 mmHauteur de selle 815 mmRéservoir 17 litresPoids tous pleins faits 191 kg Prix : 10990,- Euro

Une vidéo des nos collègues de Motocycle USA

« 

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,418FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Au bonheur des navetteurs 3

Nous avons déjà proposé des itinéraires alternatifs aux navetteurs partant de Charleroi, Mons et Namur; voyons cette fois comment retrouver un certain...

Kawasaki Z1000SX 2014

S’il est une catégorie où les nouveaux modèles se font de plus en plus rares, c’est bien celle des « GT sportives ». Est-ce parce que...
Publicité