KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.
L’hommage de la jeune Kawasaki Z900RS

1972 est l’année où Kawasaki industrie réplique à l’attaque lancée par Honda en 1969 avec la sortie de la fameuse CB750. La différence vient de la cylindrée, Kawasaki dote sa Z900 d’un 4 cylindres en lignes à double arbres à cames en tête cubant 903cm³. 82cv plutôt brutaux participent à la naissance de cette légende de la marque verte. La facilité de la Honda CB750 vient se heurter à la brutalité de caractère de la Z900, une vraie moto d’homme comme la décrivaient les publicités d’époque.

Presque un demi-siècle plus tard, les Z sont toujours considérées comme sportives et caractérielles, certes assagies suite aux normes Euro mais leur réputation sulfureuse reste présente dans les mémoires.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Kawasaki présente donc une interprétation assez libre d’un hommage à celle par qui tout a débuté. Ainsi naît la Z900RS. Visuellement, on reconnaît la ligne de l’aïeule, les sublimes couleurs utilisées régalent la rétine. Surfant sur la mode Néo-Rétro, Kawasaki souhaite ainsi participer au partage du gros marché juteux du Vintage. La seule différence et elle n’est pas des moindres, la Kawasaki Z900Rs est exploitable au quotidien et toute la saison. Détaillons ensemble cette nouvelle arrivée !

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Le look est un point capital pour une moto vantant le bon vieux temps. La Z900RS brille littéralement sous le soleil. La peinture pailletée, copie des couleurs originales, magnifie le design de la Z900RS. C’est une réussite, il nous est arrivé de passer des minutes entières à détailler les courbes du réservoir, du bac de selle et de regarder briller les reflets du soleil dessus. Les techniques de peinture modernes permettent de fabuleux résultats et ici, cela frise le sans-faute.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Autre point du look, les formes arrondies du réservoir et de l’ensemble des éléments fleurent bon les Seventies. C’est tellement bien réussi que plusieurs badauds attirés par la Z900RS nous ont félicités pour cette très belle restauration. C’est à prendre comme un compliment.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Ce réservoir en acier, contenant 17 litres se montre comme la pièce maîtresse du design. Il est long, large aux épaules et délicieusement bombé comme l’étaient à l’époques les réservoirs des motos. Associé à un guidon droit et des repose–pieds assez haut placés ainsi qu’une selle au rembourrage épais, on se retrouve assis sur la Z900Rs et non pas dedans.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Un vendeur de la concession nous a même avoué conseiller aux potentiels acheteurs de passer sur la selle basse qui autorise une position assisse plus située dans la moto. L’ergonomie s’en trouve fortement améliorée.  Cette selle possède des bourrelets et une sangle de maintien pour le passager, comme à la grande époque.

 Pour notre part, notre 1.82m sous la toise n’a pas révélé d’inconfort dû à cette position de la selle. Cette même selle se montre agréable sur longues distances et le guidon cintré n’a généré aucune douleur à la nuque ou aux épaules. 

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Ne taisons pas le fait que cette Z900RS n’offre aucune protection face aux éléments vu le phare rond et l’absence d’une quelconque tête de fourche comme sur la version Café Racer. Cette tête de fourche rajoute un côté sportif au look de la Z900Rs tout en officiant comme protection. A méditer lors de la signature du bon de commande.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Le moteur de cette Kawasaki Z900RS est issu du catalogue maison. Avec son 4 cylindres de 948cm³ délivrant la puissance de 111Cv à 8500T/Min et un couple de 10m/Kg à 6500T/Min, ce bloc moteur n’est pas anémique. Lisse, loin d’être sauvage comme l’était son ancêtre, ce bloc est un allié de choix en usage quotidien. Il prend ses tours avec force mais sans débordements. Passé 7000T/Min, la messe est dite, passez un rapport supérieur car il ne sert à rien d’aller explorer la zone haute du compte-tours. Ce moteur se montre agréable entre 3500 et 7000 tours. Assisté par une boite de vitesse à 6 rapports bien étagés et un embrayage souple, jouer avec les rapports se montre plaisant. Le tout sous l’assistance d’un embrayage anti dribble. Kawasaki a utilisé comme base, le 4 cylindres de la Z900. Boîte à air, arbres à cames et vilebrequin sont spécifiques. Le taux de compression est abaissé à 10,8. Cela donne de la rondeur à cette Z900RS. L’échappement est différent aussi, la sonorité est travaillée, le son est caverneux sans être agressif pour les tympans. Nous avons dû regarder le pot pour découvrir qu’il était d’origine sur notre modèle d’essai et non pas un modèle aftermarket.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

La partie cycle est extrapolée de la Z900 classique mais le cadre est adapté. La fourche avant inversée est réglable sur chaque tube et assure un guidage moderne que ne possédait pas l’ancêtre de 1972. L’amortisseur arrière est doté de multiples réglages aussi. Le tout assure une tenue de route contemporaine à cette Z900RS et attaquer les routes sinueuses se fera sans peur.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Modérons un peu nos propos par le fait que la Z900RS est un roadster et non une sportive, les limites sont présentes mais si vous êtes amateurs de belles routes sinueuses et que vous préférez enrouler que de brusquer votre moto, elle répondra présent et vous apportera beaucoup de plaisir. La moto d’essai était chaussée d’excellents Bridgestone BT31 au grip parfait dans toutes les circonstances. Sous la pluie diluvienne rencontrée lors de notre semaine d’essai, pas de dérobades ni de glissades malgré un rythme soutenu.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Mettre les gaz, c’est une chose mais il faut pouvoir arrêter le charroi en toute sécurité. Kawasaki n’a pas lésiné et dote cette Z900RS de freins radiaux à 4 pistons pour l’avant et un étrier simple piston pour l’arrière. Le tout assisté par un ABS qui se montre assez intrusif sur l’arrière mais bien calibré pour l’avant.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Niveau assistance électronique, on remarque la présence étonnante sur une moto Néo rétro du système maison K-trc, déconnectable et réglable sur 2 positions. Les anciens possédaient le K-trc intégré dans le poignet droit qui régulait l’arrivée de la puissance lorsque cela était nécessaire. Le boîtier électronique le fera donc pour et vous ne remarquerez sans doute pas son intervention. C’est une assistance utile pour qui souhaite profiter de cette Z900Rs en toutes circonstances, ce dont elle est capable.

Les ingénieurs Kawasaki ont poussé le bouchon (comme Maurice) assez loin dans les détails techniques. Phare avant rond mais full équipé Leds, feu arrière réplique du feu original dont les Leds donnent l’impression de la présence d’une ampoule classique, waouaw ! Seul bémol pour votre serviteur, les clignoteurs Leds de forme oblongues en plastique noir qui gâchent ce look.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Les remplacer par des modèles ronds sur tige chromée aurait été le top, le sans-faute, la cerise sur le gâteau. Les accessoiristes se régaleront à vous fournir les petites pièces qui finiront votre moto et la rendront encore plus désirables à vos yeux. Attention à ne pas vous fâcher avec votre banquier, les prix flambent lorsqu’on ajoute le mot vintage dans une fiche technique.

Assez parlé technique, partons sur la route. Cette Z900RS est une très bonne moto moderne camouflée en Rétro. L’injection, le châssis, les pneus, les freins veillent ensembles à une possibilité d’utiliser cette moto comme toute autre moto. Navettes quotidiennes, arsouilles entre potes, escapades de week-ends, voyages, tout lui est permis si vous acceptez de respecter les règles du jeu imposée par cette Z900RS. Les voici : pas de protection face aux éléments, position droite, passager collé au pilote. Concernant l’emport de bagages, le choix est cornélien. Soit vous frisez l’excommunions en installant top case moderne et valises rigides, soit vous restez dans le style et équipez votre belle de sacoches cavalières souples et/ou un sac de réservoir. Il serait dommage de griffer votre magnifique réservoir par la pose d’un sac de réservoir tenu par des aimants. Notre week-end s’est déroulé avec un sac étanche posé sur la selle passager et tenu par un filet comme dans le bon vieux temps. Old school rules !!!

La Z900RS est-elle la moto parfaite pour l’amateur d’ancienne qui veut rouler au quotidien ? Parfaite n’est pas le mot mais la Z900RS se révèle être une très bonne moto moderne dotée de la technologie adaptée et mêlée à un look qui sort de l’ordinaire. Si votre kif, c’est la discrétion, oubliez-là. Par contre, si vous êtes amateur du bel objet, sensible au look, nostalgique de la grande époque des motos rutilantes aux peintures chaleureuses et aux formes encore dessinées par une main humaine, cette Z900RS vous comblera de bonheur.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Ses petits défauts se muteront en qualités, l’autoroute déconseillée vu le peu de protection autorisera des beaux trajets sur notre réseau secondaire. Le temps de roulage entre 2 destinations sera remplacé avantageusement par la qualité du voyage. Rouler, s’arrêter sur le place d’un village, déguster une boisson fraîche en détaillant cette Z900RS posée sur sa béquille au soleil, discuter avec un ancien qui a bien connu les premières Z900, sourire, reprendre une boisson fraîche, enfiler son casque et ses gants et repartir vers le soleil couchant le cœur battant et le sourire aux lèvres. Avouez qu’il y a pire comme souvenir dans la vie d’un motard.

KAWASAKI Z900RS, Hommage à une pionnière.

Les souvenirs n’ont pas de prix, la Kawasaki Z900RS oui, 11.999€. Pas donné mais bien placé si on prend le temps de détailler la fiche technique. Elle se trouve bien située en comparaison des autres Néo-rétros qui n’ont soit pas le même équipement, soit sont bien plus chères.

 Rouler sur une légende se mérite aussi.

Lolobadboy

https://www.kawasaki.nl

Lolobadboy
Motard depuis toujours, passionné par la route en mode tourisme longue durée, point de journée moto sous les 400 kilomètres et même en hiver...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Yamaha Tracer 900 GT, la même en mieux.

Lancée sur le marché en 2015 sous le nom de MT-09 Tracer, la Sauterelle surexcitée de la firme d’Iwata subit en 2018 une profonde...

BMW R1200 GS Adventure

BMW profite du passage à l’Euro 4 pour faire évoluer sensiblement la GS. Soucieux de conserver une longueur d’avance sur la concurrence, le constructeur...
Publicité