Interphone F5MC : Votre futur meilleur compagnon de route !

UPDATE DU 24 juillet 2015: Découvrez la vidéo essai du casque Shark réalisé avec l’interphone F5MC comme moyen d’enregistrement. Vous pourrez ainsi juger du son à diverses vitesses. (lien : https://www.objectif-moto.com/shark-skwal-led-ou-ne-pas-led-telle-est-la-question/ )


 

Ah le plaisir d’être motard….Enfiler son casque, se couper en quelque sorte du monde et partir à l’aventure…Un plaisir auquel on a tous gouté et qui donne tant de charme à cette discipline.

Oui mais…

Vous souvenez-vous quand madame, installée derrière vous, tapait sur votre épaule et s’égosillait à vouloir vous dire quelque chose que vous ne compreniez pas à cause du vent frappant vos casques et du bruit de votre superbe pot d’échappement qui crachait ses décibels ?

Ou encore ce fameux radar, si bien caché, mais que vous auriez pu éviter si seulement vous aviez pu lancer votre avertisseur de radar installé sur votre smartphone, pourtant bien rangé bien au chaud dans votre poche ce jour-là…

Et tous ces appels manqués qui vous ont obligés à vous garer sur le bas-côté, retirer vos gants, rappeler l’interlocuteur, qui bien entendu, a décidé de ne plus être disponible au téléphone malgré tous les efforts que vous avez fait pour le rappeler le plus rapidement possible ?
Vous voyez où je veux en venir…
Et c’est là qu’intervient le F5MC d’Interphone !

Histoire de vous familiariser avec la bête et prendre connaissance de ses dimensions, voici son Unboxing

 

 

Les données techniques :

 

Interphone F5MC : Votre futur meilleur compagnon de route !

 

 

 

 

 

 

 

Le couteau Suisse des motards connectés

Interphone est un acteur qui ne cesse d’innover depuis quelques années afin de proposer de nombreux modèles aux spécificités et prix variables. De l’entrée de gamme, aux intercoms vendu par paire, en passant par les déclinaisons spécifiques pour chaque marque (Shuberth, Shoei,…), il est devenu au fil du temps un acteur incontournable du marché des interphones.  (Découvrir la gamme complète)

 

LE F5MC, mais pourquoi faire ?

Une fois monté sur votre casque, ce qui au passage prend royalement 5 à 10 minutes pour les plus maladroit d’entre vous (Vidéo de montage), celui-ci vous permet un nombre assez impressionnants d’interactions avec votre mobile, votre passager et même d’autres motards équipés d’un intercom Interphone ou d‘autre marque d’ailleurs !

 

 

Dans les principales fonctions que propose Interphone, on retrouve la possibilité de :

  1. Communiquer facilement avec votre passager si ce dernier est également équipé du second intercom, cela va de soi !
  2. Communiquer facilement avec d’autres motards en balade après avoir jumelé votre intercom aux leurs. (connexion très simple, via le standard Anycom présent sur la majorité des intercoms actuels)
  3. Recevoir/émettre des appels, via votre téléphone connecté en Bluetooth
  4. Ecouter la musique présente sur votre téléphone (play/stop, lecture suivant/précédent). Ecoute stéréo possible pour le pilote et son passager !
  5. Ecouter la radio FM (Ne nécessite pas de smartphone, le module F5MC servant de récepteur radio). Equipé des options RDS.
  6. Profiter du guidage vocal de votre smartphone, ou des annonces de votre avertisseur radar, directement dans le casque, toujours via Bluetooth et cela tout en laissant votre smartphone dans votre poche.

 

Principales fonctions et utilisation des menus.  Simple mais sacrément rapide et efficace une fois maîtrisé !

 

A noter également que Interphone à intelligemment pensé son site web afin de proposer des tutoriaux très complets pour chaque fonction du module. Pour les découvrir, rendez-vous en bas de la page ici

 

Le menu, simple, tient en un schéma:

Interphone F5MC : Votre futur meilleur compagnon de route !

 

 

 

 

 

 

 

 

Mode intercom et utilisation jumelée avec d’autres motards

Le but premier d’un intercom était à la base la communication entre motards durant les sorties. Il va donc de soit de retrouver cette option sur le F5MC.
Le kit reçu de notre partenaire Js-Product est le Twin pack. Ce dernier est l’un des modèles haut de gamme d’Interphone et est composé, comme son nom l’indique, de deux intercom pré-jumelés.
Dès l’installation effectuée sur les casques, une simple pression sur le bouton central vous signalera « connexion intercom en cours », suivi d’un « intercoms connectés ».
A partir de ce moment, il vous sera possible d’échanger en stéréo, sans interruption avec votre binôme.
Une fois l’échange terminé, une simple pression d’un des deux interlocuteurs sur le bouton central interrompra la connexion et l’indiquera par un « intercom déconnecté » dans le casque des deux motards.
Le fait de pouvoir interrompre une connexion permettra d’économiser la batterie de l’intercom, mais surtout d’éviter tout bruit parasite éventuellement généré par le partenaire qui, pas de bol pour vos oreilles, souffre justement du rhume des foins et respire comme un goret lorsqu’il ne vous parle pas 🙂 Pour les utilisateurs d’intercom, …vous voyez de quoi je parle 🙂

Lors de notre test, nous avons monté le système sur divers casques. (Scorpion Exo 1000, Shark Skwal et même un vieux Araï d’il y a 10 ans pour pousser le vice…. A chaque fois le montage s’est passé sans le moindre problème !
Les nouveaux casques permettent un montage facile des oreillettes sous les mousses, dans les orifices prévus, alors que sur les vieux casques, le revêtement permet de «scratcher » directement les écouteurs à même la surface sans le moindre problème.
Quant à la fixation du module Bluetooth lui-même, à fixer à l’extérieur du casque, là encore les deux types de fixations se sont montrés parfaitement bien pensés. L’une venant pincer le bord du casque sans l’endommager même après des semaines d’usage intensif, l’autre venant se coller à la surface de celui-ci via un autocollant de type 3M, certes plus radicale et difficile à enlever…

En terme d’interconnexion, le standard Anycom nous a permis de nous connecter à d’autres interphones de marques différentes sans la moindre difficulté, et ce même à plusieurs dans la même conversation. (Intercom Senna, Scala Rider, le tout en mode full duplex dans ce cas).

 

Qualité du son

A deux sur la même moto, inutile de préciser que le son se montre parfait et sans la moindre interruption ou hachure dans les phrases. A moins de perdre votre passager dans un virage, la connexion restera active aussi longtemps que vous le souhaiterez.
Jusqu’à 90 / 100km/h quel que soit le casque et la moto utilisée (le bruit de celle-ci influençant fatalement votre environnement sonore), le F5MC fait des merveilles.

Son clair, propre, très peu  voir par du tout déformé (pas de voix de robot).
Les graves seront quant à elles plus ou moins fortes suivant la morphologie du casque utilisé.
Exemple concret, sur le scorpion exo 1000, le son était très bien, mais de par son insonorisation un peu moins bonne que le Shark Skwal, il était moins dans les graves et se rapprochait donc moins de la voix réelle de mon interlocuteur.
Ceci étant également dû également au fait que le Shark a prévu un emplacement plus « profond » pour le placement des oreillettes, et donc fait un effet de caisse de résonance plus forte.
Tout cela pour dire qu’un bon intercom c’est bien, un bon intercom avec un bon casque bien insonorisé c’est encore mieux ! L’un ne va pas sans l’autre.
Au de la de 100/110 km/h, le F5MC se retrouve confronté au problème du vent et des turbulences qui frappent le casque, comme tous les autres intercoms du marché.

Suivant l’insonorisation des caques testés, à volume maximum, en terme d’écoute, il sera tout au plus possible de tenir une conversation courte en vous concentrant pour deviner ce qui dit votre interlocuteur à carrément impossible de déchiffrer celui-ci tant le bruit viendra perturber votre communication. (Testé sur des motos sans bulles ! Cela peut également influencer les résultats !).

Le bruit de nos machines, du vent, des turbulences sur et dans le casque étant telles qu’il est actuellement difficile de trouver un intercom permettant ce type de communication dans des bonnes conditions et sans mettre en péril votre audition à long terme bien entendu…
Le micro et le système embarqué permettant de réduire les bruits parasites fonctionnent quant à eux extrêmement bien. A tel point qu’en dessous de 80km/h, certains interlocuteurs passant par le mode téléphone n’avaient pas entendu que nous étions en moto !
Au-delà de 120km/h, alors même que je n’entendais pas toujours mes interlocuteurs, ceux-ci m’ont toujours confirmés entendre très clairement et agréablement ma douce voix…

Un bon point à souligner !
Petite précision, suivant que vous installerez votre F5Mc sur un casque intégral ou jet, Interphone a pensé à vous. Rendez-vous dans la partie réglage afin de spécifier le type de casque utilisé, permettant ainsi au module de calibrer au mieux le son délivré et la gestion des bruits parasites émis en direction du micro afin qu’il les supprime au maximum !

 

 

Distance de fonctionnement

Alors là encore à moins de perdre votre passager en cours de route pour faire le test, cette partie concerne principalement ceux d’entre vous qui utiliseront  l’intercom en balade avec des amis.
Que la connexion ait été faite avec les deux intercoms F5MC, ou d’autres intercoms via Anycom, le résultat était le même.
Annoncé comme portant jusqu’à 1.3Km en module total duplex (sans interruption de connexion entre les intercoms), celui-ci s’est montré logiquement un peu plus faible que ce que la théorie annonçait.
Lors de nos tests effectués entre autre dans les Ardennes Belge, nous avons profité des belles longues lignes droites, sans dénivelés, sans obstacles entre nous pour le mettre à l’essai.

Résultat, environ 600/700mètres de portée pour garder un son clair, distinct et propre. A partir de 700 mètres, apparition d’interférences, bruits parasites ou micro-coupures. Au-delà du kilomètre, de nombreuses déconnexions ne permettaient plus de tenir une conversation convenable.

 

En mode virolos dans les vallées, les distances chutent drastiquement, comme on pouvait s’y attendre
Les rochers, les arbres, dénivellations, les infrastructures routières (ponts, tunnels, …) vous entourant, il sera fréquent d’être déconnecté de votre groupe au-delà de quelques virages ou quelques centaines de mètres. Nous ne pouvons donner de valeurs précises, la nature du terrain influençant beaucoup trop celles-ci. Reste donc à rester soudé au groupe, sans pour autant leur coller l’arrière train…, et vous profiterez alors d’une connexion parfaite.
Entre les chiffres théoriques atteints par le constructeur et le terrain, il y a donc bien une différence comme nous pouvions nous y attendre mais cela n’enlève en rien les performances de l’intercom qui vient se positionner avec de tels relevés comme une valeur sûre et fiable du marché.

 

A noter également qu’Interphone a eu le bon gout de mettre une reconnexion automatique des intercoms entre eux dans le cas où vous viendriez à perdre le contact durant un instant, vous évitant ainsi des manipulations inutiles pour vous reconnecter.

Le téléphone au volant…enfin au guidon !

Nous passerons le chapitre qui explique que oui, le téléphone au volant est dangereux, et qu’il l’est tout autant, si pas plus, au guidon d’un deux-roues. Sur ce point, nous sommes tous d’accord, et même Interphone !

C’est d’ailleurs pourquoi, ils ont cherché à proposer le produit le plus simple possible à l’utilisation afin que vous puissiez rester concentré sur votre pilotage !

Outre une utilisation aisée des boutons avec des gants (voir vidéo menu ci-dessus), le F5Mc va essayer de vous économiser un maximum de manipulations.

Un exemple valant mieux qu’un long discours…
Vous roulez et recevez un appel sur votre téléphone. Une douce voix vous dira (et sans crier en vous faisant faire un bon sur votre selle en pleine virage !) « Vous avez un appel de cousin machin ».
Libre à vous de laisser sonner ou décrocher pour entamer la discussion. Pour décrocher, deux solutions s’offrent à vous. La simple pression sur le bouton central, ou, si vous l’avez configuré, décrocher via les commandes vocales.
Une fois la conversation terminée, vous raccrochez via le bouton central, ou attendez que cousin machin le fasse pour vous. Simple non ?
Vous n’avez pas décroché lors du premier appel de votre cousin machin car vous étiez trop occupé à faire du remonte file ? Pressez simplement le bouton du haut et automatiquement le système recomposera le dernier numéro reçu/appelé.

Un système de numérotation vocale vous permettra également de demander au système d’appeler directement une personne présente dans votre répertoire téléphonique, tout comme le propose déjà Siri sur iOs ou Google sur Android. Cette dernière option, se basant sur votre téléphone, se montre quant à  elle assez peu fiable suivant les noms prononcés et le bruit ambiant. Sans compter que cela ne fonctionne pas avec toutes les versions d’Android disponibles sur le marché. Vous vous retrouverez facilement à téléphoner à « François » votre big boss plutôt qu’à « Benoit » comme initialement articulé…engendrant un certain stress au guidon en cherchant à raccrocher au plus vite l’appel en cours et perdant de vue votre propre sécurité durant ce temps…
Option à ce jour un peu gadget, mais qui viendra peut-être à s’améliorer dans les prochains updates d’intercom et des différents acteurs du marché des smartphones.

 

Smartphone connecté, guidage assuré !

 

L’une des fonctions les plus intéressantes, hormis bien entendu l’intercom et la possibilité de recevoir des appels est la réception des sons en provenance du smartphone.

Cela s’avère extrêmement utile dans deux cas.

Premier cas, la navigation gps.
Tout le monde n’a pas l’envie ni les moyens d’équiper sa moto d’un Tomtom, ni même d’une fixation pour venir fixer son smartphone sur le guidon.
Dans ce cas, l’interphone est la solution idéale.
Il vous suffit d’entrer la destination souhaitée dans votre programme de navigation préféré, dans mon cas Google maps, et activer le guidage vocal.
Vous serez guidé vocalement durant tout votre trajet sans avoir à quitter la route des yeux et chercher un éventuel écran fixé au guidon, votre smartphone dormant au chaud dans votre poche.
Autre avantage de cette approche, votre écran de téléphone étant éteint durant tout le guidage, et l’écran étant l’élément le plus énergivore de votre smartphone, vous pourrez profiter du guidage durant plusieurs heures sans avoir à craindre pour la décharge de votre batterie !

Second cas, les avertisseurs de radar.
Il va de soi que vous roulez toujours à la vitesse réglementaire et que dans le cas où vous utiliseriez un avertisseur de radar, cela serait uniquement pour connaitre l’état du trafic…comme nous, bien entendu !

N’empêche qu’avoir un iCoyote, Waze ou Wikango qui tourne sagement en arrière-plan sur votre téléphone, mais qui vous avertit directement dans le casque du copain en bleu caché derrière les buissons…Que c’est agréable !
Là encore, que vous combiniez Google maps et avertisseur de radar, le système sera à même d’exécuter les indications suivant une certaine priorité afin que vous puissiez profiter d’un maximum d’informations en temps voulu.

En conclusion

Nos amis italiens nous gratifient d’un F5MC qui s’avère être particulièrement bien fini et performant.
Simple à l’installation et l’utilisation, il ne demande aucune connaissance technique spécifique pour pouvoir être utilisé à 100% de ses possibilités.
Ses caractéristiques techniques en font un appareil performant, tant sur la qualité du son que sur la distance d’utilisation.

 

Dans les défauts, on soulignera la difficulté de tenir une conversation agréable au-delà de 120km/h, comme sur beaucoup d’intercoms actuels malheureusement

Un autre petit défaut est qu’il nous est arrivé de valider par erreur une autre langue que le français dans le menu de choix des langues. Par chance il s’agissait de l’Italien, ce qui nous a permis de deviner les menus proposés et revenir en Français assez facilement…mais si nous avions validé une langue plus complexe…nous y serions toujours 🙂
Sur ce point, l’importateur nous a confirmé qu’il sera possible dans un futur proche de supprimer les langues non utilisées.

La version F5MC Twin pack tournant dans les environs de 400€,  suivant les revendeurs, le prix semble quant à lui raisonnable pour un produit de cette qualité et composé de deux intercoms identiques.

Dernier point intéressant à souligner, il vous est possible, via un petit programme fournit sur le site officiel, de mettre à jour vos intercom. Ceci afin de profiter régulièrement des améliorations des algorithmes d’Interphone (amélioration du traitement du son, des options, etc). C’est d’ailleurs grandement conseillé de mettre à jour votre intercom après l’achat de celui-ci.
L’équipe travaillant constamment à l’évolution des produits, il est agréable de se dire qu’un intercom acheté aujourd’hui pourra toujours profiter des updates dans les mois et années à venir.

 

Interphone nous propose donc là un produit qui, une fois essayé, deviendra rapidement indispensable lors de toutes vos futures sorties.

 

Trouver le revendeur le plus proche : Liste des revendeurs

Importateur :
Js-Products
www.jsproducts.be

 

Manuel d’utilisation F5MC 
Tutorial : Vidéos officielles

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,370FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité