Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Shoei et Cardo ont travaillé ensemble à l’élaboration d’un système intercom qui s’intégrerait au mieux aux casques. Contrairement à un système traditionnel qui se place à l’extérieur d’un casque, les modèles intégrés prennent généralement place sous le casque, voir même à l’intérieur et n’influent donc pas sur l’aérodynamisme du casque ni son look.

Le Cardo SHO-1 est ainsi développé pour les casques Shoei mais faites attention, pas tous les modèles, il faudra donc vérifier la compatibilité avant d’acheter.

Le SHO-1 se compose de deux modules : un pour les commandes qui se place côté gauche et un deuxième avec la batterie. Celle-ci peut se retirer pour être rechargée ou vous pouvez charger le système en la laissant sur le casque mais il faudra du coup poser celui-ci près d’une prise. On peut donc charger via USB ou sur secteur, la prise étant fournie dans le kit.

 

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Le module commande dispose de 4 boutons, tous multifonctions.

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Dans la boîte on trouve aussi plusieurs solutions pour le micro, selon que vous utilisiez un jet ou un modulable où on utilise une perche plus ou moins rigide ou un intégral dans lequel un micro filaire est facile à placer.

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent
le micro filaire placé dans un intégral

Le montage en lui-même est d’ailleurs assez simple. Les deux modules ont des languettes qui se glissent sous la coque, il suffira ensuite de démonter l’intérieur du casque pour passer les fils et poser les écouteurs et le micro. Cardo a même prévu des vidéos vous expliquant comment monter votre appareil dans un casque.

A quoi ça sert ?

Un intercom comme le SHO-1 est multi-fonction : kit main-libres pour votre téléphone, intercom entre vous et votre passager mais aussi entre plusieurs motos puisqu’on peut communiquer avec 8 appareils sur une distance maximale de 1.6 km ce qui peut être pratique quand on roule en groupe. Il peut aussi vous transférer les instructions de votre GPS ou de votre avertisseur de radar et il intègre une radio FM avec fonction RDS. Via un cable on peut aussi brancher un lecteur MP3.

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Toutes les communications entre appareils se font par bluetooth. On peut par exemple connecter deux GSM sur un kit mais forcément, impossible de tout brancher en même temps sur un seul appareil.

 

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Le SHO-1 permet une conversation entre 8 interlocuteurs. Il existe aussi une fonction « click to link » qui vous permet d’entrer en contact avec n’importe quel utilisateurs d’un système Cardo . Rassurez vous, on peut bloquer la fonction et la plupart le font pour ne pas être dérangé par le premier motard que vous croisez !

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

On peut aussi donner certains instructions vocalement pour commander l’appareil comme répondre à un appel mais aussi allumer ou éteindre la radio.

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Depuis quelques temps maintenant, les intercoms communiquent entre marques, ça évitera de devoir absolument avoir tous le même système. La aussi, il faudra tester puisque certains mariages sont meilleurs que d’autres.

 

Et ça fonctionne ?

Il faut d’abord appairer votre kit intercom à votre smartphone ou votre GPS, ce qui se fait assez facilement pour peu qu’on suive la marche à suivre.

Dans le cas d’un smartphone, le SHO-1 vous permettra de répondre aux appels entrants mais on peut aussi programmer un numéro prioritaire que l’on peut appeler avec peu de manipulation, très pratique si on veut contacter souvent la même personne.

Le plus compliqué est de se souvenir de comment activer les fonctions qui vous intéressent. Vu qu’il n’y a que 4 boutons sur le module de commande, chacun est multi-fonction et on a vite fait de s’y perdre. A force à l’utiliser, on retient les plus importantes mais au début, c’est un peu la pagaille.

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Entre un triple clic sur une touche pour un appel au numéro favori, un double pour allumer la radio et un clic prolongé sur le même bouton pour entrer dans le menu, impossible de s’y retrouver de manière intuitive. Il faudra passer obligatoirement par le manuel quitte à ne retenir au début que ce qui vous intéresse.

Il nous est par exemple arrivé de tenter de passer un appel GSM alors qu’on démarrait systématiquement un appel intercom : pas la bonne touche ! Et avec des gants, ça n’aide pas à savoir sur quel bouton on est… Tout est question de pratique en fait, plus on utilise le kit, plus on s’habitue.

Comme la plupart des intercoms, comme tout se commande près du casque, aucune visibilité sur ce qu’on fait donc.

Intercom Cardo SHO-1 et Shoei quand deux marques s’unissent

Nous avons testé l’ensemble Shoei GT-Air et Cardo SHO-1 sur différentes motos et les résultats en communication GSM sont plutôt bluffants. Comme on trouvait le casque un peu bruyant, on avait peur du résultat mais en fait, la personne à l’autre bout du fil virtuel nous entendait clairement, certes comme en voiture quand on roule avec un kit main libre mais elle n’entendait pas les bruits du vent. On pouvait donc avoir une conversation tout à fait normale sans devoir ni crier ni faire répéter notre interlocuteur.

La radio est elle plus limitée. Il faut avouer que la bande FM est tellement encombrée que même en voiture avec une antenne sur le toit, la réception est parfois très mauvaise. Bien ici, c’est pareil, l’antenne en moins, parfois on a une très bonne réception du signal et parfois on est juste bon à entendre des grésillements. Le RDS fait de son mieux pour suivre une station mais on peut difficilement lui en demander plus. Si vous voulez de la musique en continu, autant opter pour un MP3 par fil ou par bluetooth ou écouter du contenu de votre smartphone.

En mode intercom, il y deux utilisations différentes : avec le passager et là forcément, il n’y a aucun souci de communication, on se comprend sans devoir crier ou avec d’autres motards et dans ce cas, les 1,6 kms sont plutôt théoriques. En fonction de l’environnement, la distance entre les deux kits peut varier, ce qui est bien normal mais en général, avec un petit groupe, on perd rarement la connexion. A 8 motards, bien avez vous déjà essayé de discuter à 8 en même temps ? Ca demande un peu de discipline, voir même beaucoup.

L’autonomie est plus que suffisante. En l’utilisant peu, quelques communications et en branchant de temps en temps la radio, quelques semaines après la charge, il fonctionnait encore. En intensif, il faudra vérifier la durée de la batterie mais on ne s’inquiète pas, il tiendra la journée.

 

Bref, le Cardo SHO-1 a plus d’un atout : bien intégré sous le casque, il ne crée pas de perturbations supplémentaires. C’est un point non négligeables dans le choix d’un intercom. Les modèles universels à poser sur le côté du casque créent forcément des turbulences. Les fans du design de leur casque apprécieront aussi l’intégration discrète. Les fonctions sont nombreuses et ne serait ce que pour le main libre et les instructions du GPS, ça vaut l’investissement. La qualité des communications est tout à fait à la hauteur. Il faudra par contre penser à rester vigilent et ne pas être trop déconcentré par la conversation.

Ensuite, on aurait aimé soit plus de boutons, soit une gestion différente de ceux-ci mais on ne voit pas trop comment on pourrait le faire. Ca serait plus simple si on pouvait paramétrer les boutons pour les fonctions qu’on utilise le plus souvent : appel rapide et radio par exemple.

Chez notre partenaire Motoblouz, le Cardo Sho-1 sera vôtre contre la somme de 287.90 €.

Vous trouverez sur le site Cardo les manuels, vidéos d’installation ou tutoriel et toute la gamme.

Distribution Benelux : Splash Design que nous remercions pour cet essai

La vidéo de présentation :

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,418FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Au bonheur des navetteurs 3

Nous avons déjà proposé des itinéraires alternatifs aux navetteurs partant de Charleroi, Mons et Namur; voyons cette fois comment retrouver un certain...

Kawasaki Z1000SX 2014

S’il est une catégorie où les nouveaux modèles se font de plus en plus rares, c’est bien celle des « GT sportives ». Est-ce parce que...
Publicité