Harley-Davidson Street 750 urbaine, abordable à plus d’un titre

Moins de 8.000 Euro pour une Harley neuve ! Du jamais vu ! Même le Sportster se vend 1000 Euro plus cher.
La Street 750, c’est clairement une nouvelle approche du marché par Harley-Davidson pour cibler les motards plus jeunes et peut-être moins fortunés ou tenter les fans de customs de goûter à une H-D.

Nous vous l’avions présentée après notre premier contact quand elle avait été dévoilée à la presse et nous ne pouvions pas passer à côté d’un essai plus détaillé.

Harley-Davidson Street 750 urbaine, abordable à plus d’un titre
Photo officielle présentation presse Harley-Davidson

Pas de chrome à profusion mais le look n’est pas en reste avec des soufflets de fourche et une tête de fourche qui n’est pas sans rappeler une moto vue dans une séries US, un réservoir Teardrop (ah décidément on aime les petits réservoir chez H-D), une selle bi-place (on y reviendra), un moteur et un silencieux long à n’en plus finir tout en noir qui tranchent avec les amortisseurs chromés.

Harley-Davidson Street 750 urbaine, abordable à plus d’un titre

Au cœur de la Street 750, un tout nouveau moteur Revolution X à refroidissement liquide anime la moto. On reste sur un V-Twin mais de 750cc, forcément le « poum-poum » si caractéristique ne résonnera pas de la même façon et malgré le long silencieux deux en un, la mélodie est plus discrète, d’origine en tout cas. Avantage par contre à la conduite en ville ou dans les files, ça ne chauffe pas. Fini de se chauffer les cuisses !

Le bloc moderne se montre assez nerveux avec de bonnes accélérations et de bonnes reprises. A l’usage, il se montre très agréable et même si Harley-Davidson le présente comme construit pour la ville, il tient son 120 km/h sur autoroute sans souci et il en reste sous la poignée. L’injection est bien maîtrisée même à bas régime. La Street a assez de répondant pour se sortir de la circulation.
Économe aussi, nous avons mesuré une moyenne de seulement 4,5 l/100 et pourtant, on ne l’a pas forcément ménagée.

Bien secondé par une boîte 6, on est surpris par la souplesse de l’embrayage et du moteur qui ne demande pas de trop jouer du sélecteur, tout bénéfice pour une utilisation urbaine.

Harley-Davidson Street 750 urbaine, abordable à plus d’un titre

Seulement 222 kg en état de marche, une selle basse à 65 cms du sol et un cadre étroit sont des atouts pour une maniabilité hors pair sur son terrain de jeu favori, la ville. Tout a été pensé pour vous faciliter les manœuvres : guidon, angle de chasse et d’inclinaison et une roue de 17 à l’avant et de 15 à l’arrière. Elle se faufile très facilement entre les embûches urbaines. C’est même très surprenant pour ceux qui roulent souvent avec un custom de voir comment elle se faufile avec facilité dans la circulation.

Côté freinage, si en ville le simple disque avant et ses deux pistons semble être un système suffisant, le manque de puissance se fait sentir et quand le rythme s’accélère, il ne faudra pas oublier de s’aider du frein arrière. C’est souvent le cas chez les customs et c’est bien dommage. Quitte à sacrifier un peu de look, on ne serait pas contre un double disque performant qui mettrait plus en confiance.

Les suspensions encaissent plutôt bien pour garantir le confort, même la selle se montre accueillante. Par contre, le passager ou la passagère sera plutôt mal loti avec une selle penchée et assez réduite. Avec un pilote d’1M80, même avec les poses pieds en position médiane, la place est plus que limitée derrière lui.

Les amortisseurs sont bien réglés, on ne tape pas à la moindre bosse et la tenue de route, même en courbe est surprenante d’efficacité. Vraiment bluffante, la Street se pilote très facilement, même dans les petits virolos, là où certains customs demanderaient plus de poigne ou de savoir-faire. On apprécie aussi la garde au sol loin devant d’autres modèles. Cette fois, même dans la célèbre région de Maredsous, on a pu suivre le groupe sans gerbe d’étincelles même si techniquement elle ne pourrait pas en faire vu les caoutchoucs sur les pose-pieds. N’empêche, on n’est plus frustré de ne pas pouvoir profiter du moteur et de devoir rendre la main à l’approche des premiers virages.

On peut même envisager une journée entière à son guidon sans problème tant elle est facile et suffisamment confortable.

Harley-Davidson Street 750 urbaine, abordable à plus d’un titre

Le minimalisme ça peut être beau, comme le mini bloc compteur surmontant les pontets noirs. Le petit écran LCD n’offre malheureusement que peu d’informations : un totaliseur et deux partiels et puis c’est tout ! Pas de jauge, pas d’indication de la consommation ni du rapport engagé et du compte-tour comme sur d’autres modèles. Avec le réservoir de 13 litres, il faudra compter pour votre autonomie mais vu que la Street consomme peu, on est déjà plus relax. Puis dans la logique d’Harley, comme elle est prévue pour la ville, on ne devrait jamais être très loin d’une pompe.

Au moment de conclure cet article, on se demande comment elle sera accueillie par les motards. Le refroidissement liquide n’est pas encore entré dans les mœurs des Harleyistes, certaines pièces plastiques comme les commodos risquent de décevoir et comme on nous a fait la réflexion, quid de la tenue dans le temps ?

N’empêche que pour 8.000 €, vous roulez sur une Harley-Davidson, une moto très maniable, pas trop lourde et que vous pourrez customiser à souhait comme l’avait démontré le concours inter garages et le mur de motos transformées par leurs soins dévoilés lors du salon de Bruxelles.

Mais Sportster ou Street, le débat est ouvert et s’annonce animé. Selon moi, et ça n’engage que moi, les pilotes déjà en Harley choisiront le Sportster alors qu’un nouveau motard ou nouveau client pourrait se laisser tenter par la Street, la première faisant déjà partie intégrante de l’histoire Harley et reconnue comme de la famille par ses utilisateurs alors que la Street séduira par son prix et sa facilité de conduite mais doit encore faire sa place dans l’histoire H-D.

Harley-Davidson Street 750 urbaine, abordable à plus d’un titre

Le temps nous ayant manqué, faute à une mauvaise organisation de notre part, on peut juste vous proposer une petite vidéo statique présentant la moto.

Promis, pour les prochains essais, nous ferons mieux.

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité