Triumph Explorer XCA 2016 : L’exploration en limousine !

 

Présentation vidéo de la Triumph Explorer XCA 2016 – (Caméra Senna 10C)

 

 

La Triumph Explorer n’est autre que la réponse du constructeur Anglais à son homologue Allemand et sa fameuse GS …ça s’était en 2012 ! Près de 4 ans après, le trail est devenu courant sur nos routes et occupe même une grosse partie des ventes deux-roues. Triumph ne pouvait donc s’arrêter en si bon chemin et a continué année après année à faire évoluer ses modèles de manière à assouvir toutes nos envies les plus folles tout en laissant la porte ouverte à toutes les bourses… ou presque !

Triumph Explorer XCA 2016 : L’exploration en limousine !
Cher Monsieur le banquier,

La version XCA que nous avons eu la chance de tester se veut être la fine fleur du trail version Triumph. Et qui dit haut de gamme dit prix qui va avec. Comptez ici 19.500€ de base auquel il faut ajouter toutes les options annexes non comprises comme par exemple la bagagerie. Cela amène la note finale à tout de même presque 22.000€ tvac pour peu que vous vous fassiez plaisir. Une somme certes, mais on parle tout de même du Trail « ultime » de chez Triumph!

Après rien ne vous empêche d’envisager l’un des modèles en dessous, tout aussi compétitifs, mais avec parfois un peu moins d’options. À ce petit jeu, Triumph se veut très modulable et raisonnable dans les prix affichés face à certains concurrents. De la Triumph Tiger Explorer XR annoncée à 15.200€ à la XCA à 19.500€, vous trouverez la XrX, la XRxLow, la XRT, XcX et XCx Low pour combler tous les prix intermédiaires ! Quand on vous disait qu’il y avait toujours un trail Triumph suivant votre compte en banque !

 

Gamme Explorer 2016

Triumph Explorer XCA 2016 : L’exploration en limousine !

 

Le plaisir avant tout !

La partie qui fâche étant derrière nous, il faut bien avouer qu’en enfourchant une telle moto on a envie que d’une chose, partir à l’aventure sans s’arrêter aux chemins balisés…et nous l’avons fait !

La première chose agréable lorsque l’on s’installe au guidon de la XCA, c’est la position de conduite : assez droite, naturelle, pas trop haute pour un trail. À noter d’ailleurs que la selle est réglable via un système très simple d’encoches. Une à l’avant de la selle permettant la position haute ou basse et pareille à l’arrière. Résultat, 4 positions possibles. Haut, basse, incliné vers l’avant ou vers l’arrière. Simple et efficace !

Du haut de mon mètre quatre-vingt-deux, en position basse je touchais le talon sans problème, quant à la position haute je restais à l’aise tout en commençant à devoir légèrement me mettre sur les pointes des pieds. Avec une selle culminant donc entre 837 et 857 mm, on manie très facilement la moto à l’arrêt malgré son poids certain de 258kg à vide ! Nous y reviendrons d’ailleurs !

Soyons honnêtes, le premier allumage du moteur m’a laissé un peu perplexe, tout du moins quant à la sonorité ! Belle, mais « sans plus ». Peut-être un peu trop « creuse » ou « brut ». La faute au 3 cylindres ? Au nouvel échappement prévu pour les normes Euro4 ? Allez savoir…mais…
Mais la magie opère une fois la belle en mouvement ! Car une fois lancé à allure moyenne, le son se fait plus présent, plus rauque et le moteur se met à faire de belles vocalises. Ouf ! L’honneur est sauf diront certains !

Une fois lancée, la moto s’apprivoise très vite. La répartition des masses est telle qu’en mouvement l’ensemble enchaine les virages naturellement et ne plonge pour ainsi dire quasiment pas lors des phases de freinage. La faute aux amortisseurs semi-actifs ? Oui !

Grosse nouveauté sur cette XCA, le système nommé TSAS permet à la moto de gérer de manière électronique les suspensions d’après le poids du pilote, de sa passagère et/ou des bagages emportés. Le tout de manière automatique et transparente. Quelle belle option!

Au guidon ce système se traduit par quelques presets sur lesquels vous aurez la main. De sport à rain (pluie) en passant par normal…vous pourrez changer, tout en roulant, les caractéristiques des amortisseurs pour tantôt les rendre plus fermes, tantôt plus plongeants lors des gros freinages.

Avec des commodos intelligemment placés et un écran LCD à gauche du compte tour, clair et lisible, rien de plus facile !

Triumph Explorer XCA 2016 : L’exploration en limousine !

En plus des suspensions, vous aurez également la possibilité de jouer sur la cartographie moteur en passant là aussi d’un mode à l’autre : Road, Off-road, Rain, ou sur mesure…autant d’options qui viendront jouer tantôt sur le traction contrôle, tantôt sur l’abs ou  même la puissance du moteur si besoin.

Des 139 chevaux habituels vous pourrez par exemple brider votre moteur à 100 chevaux en mode pluie. Pratique pour réduire la fougue du moteur et limiter les risques de glissades sous les fortes pluies.

 

Équipé d’un tri cylindre 1215cc, il faut bien avouer qu’on prend rapidement beaucoup de plaisir à son guidon. Coupleux à souhait ! Un filet de gaz sur les premières vitesses,vous évoluez sans à-coups et en maitrise totale de la machine…et essorez un rien la manette des gaz et vous libèrerez toute la puissance pour vous propulser à toute allure sur route. Un vrai plaisir.
Un plaisir complété par une boite de vitesse réactive, bien étagée, et très agréable à l’utilisation. Pas de faux point mort, pas de vitesse qui passe difficilement. Que dire de plus !
Ah si , le moteur  chauffe ! Et oui, petit point négatif en été…et positif en hiver…votre entre-jambe sera maintenu au chaud par le bloc moteur qui a une fâcheuse tendance à chauffer. Rien de gênant…mais sous les 30 degrés de notre test, on y pense parfois en cours de route… 🙂

 

Au niveau des freins, la Triumph est dotée des disques Brembo et de l’ABS Bosch qui prend en compte l’angle d’inclinaison de la moto en virage. Ce dernier est particulièrement mordant à l’avant et très sécurisant.

Nous n’en dirons pas tant du frein arrière qui nous a quelque peu déçu. « Mou » est l’adjectif qui lui conviendrait le mieux. Pratique pour ralentir la moto dans le trafic ou à allure modérée, mais réellement peu efficace sur les gros freinages.

Coté autonomie avec son réservoir de 20L et une consommation constatée d’environ 7.5l/100 (pas loin des 7.1l annoncés !), vous pouvez espérer faire 260km avant de faire du stop.

Nous avons également voulu tester notre belle en condition Off-Road…Trail oblige !
Et sur ce terrain-là, il faut bien avouer que les trails « routiers » d’aujourd’hui ont quelque peu oublié leurs origines se trouvant assez vite limités. Bien sûr, une sortie dans un petit chemin de campagne ou à travers bois s’avèrera réalisable sans problème, autant une sortie un peu plus musclée sur un terrain typé « cross » lui sera fatal. Avec ses aides électroniques à gogo, son poids de presque 300Kg, et ses pneus typé route ne vous laisserons que très peu de chance de vous en sortir facilement. Et une fois bloqué, vous penserez à ces quelques lignes lorsque ou on vous disait « La Triumph est une excellente routière capable de faire un peu d’off-roard et non l’inverse ! » ….
Avec cette phrase tout est dit à ce sujet…mais peut-on lui reprocher de ne pouvoir tout faire bien ? La concurrence en est-elle encore capable ? Pas si sûr ! Après tout c’est un Trail que vous achetez, pas une moto de cross !

 

En conclusion
Chaque kilomètre parcouru avec cette Triumph a été avalé avec plaisir, tant par la moto que le pilote ! Il faut dire que Triumph ne s’était pas moqué de nous en nous fournissant le Trail ultime bardé d’options et le complet au possible au niveau de la bagagerie. (Feux antibrouillard, valises alu etc).

L’anglaise est imposante certes mais qu’est ce qu’elle est maniable une fois en mouvement. On se sent très vite en sécurité et les aides en tout genre permettent d’appréhender encore plus facilement celle-ci.

Si les abs et autres traction-control sont déjà présents sur d’autres modèles et d’autres marques et n’ont plus à faire leur preuve,  d’autres nouvelles options sont un plus. L’option « hill control » par exemple qui permet de bloquer la moto pour un démarrage en pente, par simple pression sur la poignée de frein, se veut très pratique et pas si gadget que cela une fois qu’on y a gouté. Un petit plus, mais très appréciable !

En négatif, peu de choses nous auront marqué si ce n’est ce freinage arrière améliorable. Un faux pas qui, nous espérons, sera rapidement corrigé par Triumph dans les prochaines versions.

Cette Triumph XCA se veut être un grand cru, un Trail très agréable à l’utilisation et un réel concurrent aux GS, Versys, Crosstourrer, Mutlistrada et autres !

 

Note: Reportage vidéo réalisé avec la caméra 10C de chez Senna que vous pourrez découvrir sous peu en test ici même !
Casque utilisé : Kiwi designé par AADesign

 

 

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,368FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité