StreetBox Hyperpro sur une hypersportive

Optimiser sans se ruiner

Objectif-moto vous avait expliqué la saison dernière en quoi les suspensions Hyperpro pouvaient améliorer le comportement d’une machine donnée. Nous ne les avions cependant pas étalonnées sur une vraie sportive; c’est chose faite.

C’est la CBR929RR de la rédaction qui nous servira en l’occurrence de révélateur. Avec ses 170kg à sec d’origine, la 929 reste l’une des hypersportives les plus légères jamais produites. Certes, les 152cv  de son écurie (un peu plus sur la nôtre) n’impressionnent plus de nos jours, mais n’oublions pas que l’excellence de ses qualités routières avait fait dire au grand Mick Doohan lors de la présentation presse internationale: « J’ignorais qu’une moto de route pouvait être si proche d’une moto de course. » Nous ajouterons que la 929 est aussi une des toutes dernières sportives encore accueillantes dans le cadre d’une utilisation quotidienne car les modèles ultérieurs se radicaliseront dans toutes les marques. Au total, une sportive efficace, performante et tant soit peu confortable; donc une cliente difficile pour les suspensions hollandaises puisque, d’origine, elle s’acquitte déjà fort bien de ses tâches.

StreetBox Hyperpro sur une hypersportive
Une sportive étant d’origine bien suspendue, elle permet de mesurer l’apport réel des éléments hyperpro.

 

Hyperpro a fondé sa réputation sur ses ressorts progressifs dont le principe de fonctionnement est le suivant : ils restent souples, et donc confortables, tant que la compression est faible. A l’inverse, ils durcissent à mesure que l’enfoncement subi augmente. Pour plus de longévité, ils sont en acier à forte concentration de chrome-silicium et sont polis. Le ressort arrière (livrable en mauve ou en noir) est en outre recouvert d’un polyester spécialement étudié pour lui conserver ses propriétés quel que soit le climat. Contrairement à d’autres manufacturiers qui acceptent des concessions sur la qualité pour contenir leurs tarifs, Hyperpro se focalise sur sa spécialité tout en développant de nouveaux produits, tels que la StreetBox, un ensemble offrant un nouvel amortisseur arrière réglable en précharge et en hydraulique ainsi que les ressorts et l’huile de fourche. Rançon du succès, les cahiers de commandes sont si pleins qu’il faut parfois patienter deux à quatre semaines pour être livré. C’est donc une StreetBox qui équipera notre CBR929RR; l’ensemble, dont le prix catalogue est fixé à 568€ reste accessible et est de nature à modifier en profondeur le comportement d’une machine. Signalons que ces StreetBox sont disponibles pour de très nombreux modèles, même des Guzzi, Benelli, Buell ou BMW équipées du Telelever (on hérite alors d’un second amortisseur au lieu des ressorts de fourche.)

StreetBox Hyperpro sur une hypersportive
Notez la petite vis de sécurité verrouillant la précharge du combiné arrière (outil fourni).

 

Verdict

Une hypersportive est évidemment un cas à part dans la mesure où elle possède d’origine du matériel de bonne qualité, lui assurant des prestations dynamiques de haut niveau. Il ne vous faut pourtant que quelques reliefs routiers pour mesurer le premier profit retiré de la monte Hyperpro: le confort est en très net progrès. Pas mauvaise d’origine dans ce registre, la CBR se montre maintenant bien plus prévenante tant dans la phase d’amortissement (puisque le ressort durcit graduellement) que dans celle de détente. La sportive donne tout à coup l’impression d’absorber les bosses et de gommer les irrégularités; au terme d’une journée de route, on en descend nettement moins fatigué. Même constat pour un passager car la progressivité du ressort arrière l’empêche de décoller systématiquement de son strapontin ou d’encaisser la compression dans le bas du dos.

StreetBox Hyperpro sur une hypersportive
Une fois montée en Hyperpro, la CBR progresse beaucoup en confort.

 

Un autre avantage indéniable retiré par la 929 se mesure au freinage. Les ressorts progressifs limitent évidemment la plongée de la fourche, de sorte qu’une partie de la puissance de décélération ne se dilue plus dans cette plongée. La bonne freineuse qu’était notre RR devient redoutable dans cet exercice, comme nous le confirme le mécanicien qui a assuré le placement chez Golden Bikes: « Je suis allé essayer la moto pour vérifier que tout était OK et le premier freinage m’a presque fait peur! » Si d’aventure on freine dans une zone bosselée, on remarque que la moto a aussi gagné en stabilité; encore une fois, la progressivité des ressorts de fourche colle davantage le pneu à la route lorsque celle-ci n’est pas plane. Même le frein arrière, faiblard à l’origine, a gagné en puissance ce que l’amortisseur arrière a perdu en dureté.

S’agissant de comportement dynamique, une CBR ne va naturellement pas se transfigurer comme l’avait fait la Diversion 900 sur laquelle nous avions placé une StreetBox la saison dernière. On note néanmoins quelques particularités depuis l’adoption du matériel Hyperpro: la « lecture » du profil routier gagne en finesse, la précision de la RR est supérieure au moment de plonger sur l’angle grâce à sa stabilité accrue au freinage et l’accord encore supérieur de ses suspensions lui apporte un surplus de vivacité dans les changements d’angle. On pourra ajouter que les franches remises de gaz en sortie de courbe entraînent moins facilement des mouvements parasites à l’arrière.

StreetBox Hyperpro sur une hypersportive
Comptez deux heures de main-d’oeuvre pour le montage par un mécanicien bien outillé.

 

Comme le montage de la StreetBox est intervenu peu de temps après le passage de la CBR sur les nouveaux Bridgestone S21, nous avons résolu de vérifier aussi l’allégation de Hyperpro selon laquelle le passage à des ressorts progressifs aurait une incidence sur l’usure des pneus. Et surprise, ce n’est pas faux. Ne vous attendez pas à des miracles mais, sur une distance de 1000km, nous avons noté une usure en retrait d’environ 5% après le montage du matériel hollandais; le tout vérifié dans des conditions similaires d’utilisation et sur les mêmes parcours. La meilleure gestion des freinages et des accélérations, permise par l’adoption des ressorts progressifs, doit expliquer cette petite mais avantageuse différence.

StreetBox Hyperpro sur une hypersportive
Une fourche inversée nécessite un peu plus de travail que des éléments classiques.

 

Pour conclure

Au moment de budgétiser, on tiendra compte également de la main-d’oeuvre. Pour le placement de l’amortisseur contenu dans la StreetBox, tout dépendra de la machine puisqu’elles n’offrent pas toutes la même latitude de mouvement au mécano. En ce qui nous concerne, les travaux ont nécessité environ 1h pour les ressorts de fourche (c’est toujours un peu plus compliqué sur un modèle inversé) et 1h de plus pour le remplacement du combiné arrière de la CBR. Aux alentours de 55€ la prestation horaire en atelier, faites le calcul; mais sachez qu’ au bout du compte, c’est une autre moto sur laquelle vous repartez… On arguera que près de 700€ pour une StreetBox placée par un professionnel compétent constitue une belle somme, mais il faut souligner qu’on dispose alors d’un nouvel amortisseur plus performant que celui d’origine, et cela vaut son prix. Pour être exhaustifs, soulignons que Hyperpro commercialise également des amortisseurs de direction -dont était d’ailleurs équipée notre RR- et des ressorts non progressifs à indice de compression laissé au choix de l’utilisateur.

www.hyperpro.com

www.bike-design.com

StreetBox Hyperpro sur une hypersportive
Le freinage progresse et même l’usure des pneus se ressent légèrement du passage à Hyperpro.

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,402FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité