Accueil Essais Moto + Toutes les marques La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

0
48
La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

Enthousiaste ! C’est le mot qui me vient à l’esprit quand le représentant de Triumph nous a présenté la nouvelle Tiger 1200 au salon de Bruxelles en début d’année.

Du coup, impossible de passer à côté, on se devait d’essayer la nouvelle venue.

Avant de parler de notre essai, il faut déjà comprendre que la Tiger 1200 se décline en plusieurs versions. D’un côté, on trouve les XR pour la route, elles mêmes proposées en 3 éditions : XR, XRX et XRT, de la moins à la plus équipée et logiquement, de la moins à la plus chère. Pour les plus baroudeurs, vous opterez pour une des deux XC, la XCX ou la XCA.

Vous avez le choix donc, sans parler des options et accessoires que vous pourrez sélectionner.

La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

Notre moto d’essai était la XRT, un gros trails aux lignes tendues qui lui donnent un design assez particulier, reconnaissable au premier coup d’oeil. Imposante, impressionnante, la Tiger impose le respect. D’entrée on sait qu’elle n’est pas là pour le premier venu même si on le constatera plus tard, elle se montre bien plus facile qu’on ne pourrait le croire.

La tête de fourche est large, les feux anti-brouillards additionnels LED, les protèges mains, le double feu directionnel et une grande bulle, elle semble tout droit sortir d’une séance de body-building. Elle n’en n’est pas loin mais elle a bien séché aussi puisque la balance affiche 11 kg de moins que la précédente.

La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

Attention, plus légère ne veut pas dire poids plume non plus, on y reviendra.

Continuons la présentation statique avec un moteur bien mis en évidence, un cadre treillis, deux belles selles, et surtout un monobras arrière avec cardan qui dévoile la jante et ses cinq doubles branches, c’est beau, tout simplement. Comme quoi, on peut avoir une machine à avaler des kilomètres sans en faire un objet purement fonctionnel.

Une fois sur la selle, si vous y arrivez parce que placée au plus bas à 835 mm et avec la bagagerie il faudra quand même être grand et souple pour l’enjamber. Les plus grands pourront choisir le réglage supérieur à 855 mm. Une fois sur la selle donc, vous découvrez un grand écran TFT couleur et si la vue ne vous plait pas, pas de panique, vous avez le choix entre différents styles.  Je vous les montre bien entendu dans la vidéo.

Les commodos sont rétro-éclairés, c’est à la fois pratique et classe et à la main gauche, vous utiliserez le petit joystick pour passer en revue les différentes possibilités de réglage et d’affichage. Il y a de quoi se laisser distraire tellement l’écran de la Tiger distille des informations comme forcément, les trips et la consommation mais aussi le réglage des suspensions, les modes de conduite, les indications des poignées et selles chauffantes, le positionnement de la bulle… On ne peut plus complet ! Et pour ne rien gâcher, il est lisible en tout temps.

Mais il est temps de la démarrer cette Tiger, on comprend votre impatience. Le trois cylindres de 1215 cm³ développe 141 cv à 9350 tours minute et un couple de 122 Nm à 7.600 tours. En effet, pas le plus puissant de sa catégorie mais les avantages apportés par l’architecture 3 cylindres va compenser largement.  Choisissez un des modes de conduite et vous êtes parés ! La mélodie jouée par le silencieux Arrow est des plus agréables et un brin provocatrice.

Si pour la manoeuvrer à l’arrêt il vous faudra une bonne poigne pour composer avec ses 243 kg à sec, on se surprend une fois en route de la trouver maniable et facile à mener. La boîte de vitesse aidée par un shifter up & down vous permet de passer rapidement les rapports et avec le cardan, c’est d’une souplesse surprenante même si vous optez pour le mode sport et que vous êtes généreux avec la poignée droite. Et que dire de ce moteur ? Un régal à piloter tant il peut passer en une fraction de seconde de la gentille promenade dominicale à l’accélération méchante. Il y a de la magie là dedans.

Et il faut l’avouer, autant elle peut vous promener gentiment pendant toute une journée, autant elle peut aussi s’encanailler et devenir carrément joueuse, à condition de ne pas oublier que vous n’êtes pas sur une petite moto. 141 cv quand-même, ce n’est pas rien, dans un trois cylindres en plus, franchement, il faut essayer pour comprendre que malgré le gabarit, la Tiger peut rouler vite.

Ne vous méprenez pas, vous ne prendrez pas la partie cycle en défaut, ni son châssis. Les suspensions ont été bien étudiées avec une fourche inversée Showa de 48mm et au débattement de 190 mm et à l’arrière un mono-amortisseur au débattement de 193mm, pas de doute, on est bien sur un trail. Trail de luxe avec ses suspensions qui se règlent de façon électronique. En fonction du mode de conduite choisi, elles se montreront plus ou moins dures mais vous pouvez toujours changer la donne via les menus rapides et le joystick. Envie du mode sport mais sans perdre de confort c’est possible, à vous de choisir.

Inutile de vous dire que l’ensemble suspensions et selles accueillantes vous apportent vraiment un très bon confort et avec en prime la protection de la bulle réglable électriquement (toujours avec le bouton magique) et les pare-mains, vous êtes installés pour rouler toute la journée sans vous fatiguer, ou presque. Vous pourrez de plus utiliser le cruise control pour les parties plus monotones.

Et quand vous souhaitez hausser le rythme, pas besoin de chipoter, quelques clics et la moto se plie à vos exigences. Le contrôle de traction se fait suffisamment discret mais reste un atout supplémentaire pour la sécurité.

La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune
démarrage sans clé

Vous pouvez aussi placer un GPS et utiliser la prise 12 volts mais attention, ne branchez pas n’importe quoi. Mon vieux Zumo a eu la mauvaise idée de perturber l’électronique de la belle et après quelques kilomètres, le tableau de bord m’affichait un message que la batterie était presque vide… J’ai du me résoudre à m’en passer. La faute à la moto ? Non je ne pense et au contraire, je dirais autrement qu’elle m’a prévenu sans quoi je risquais de me retrouver incapable de démarrer à la prochaine étape. J’avoue, l’idée de la démarrer à la poussette ne m’enchantait pas.

Maniable, confortable et en plus elle freine bien. Triumph joue une fois de plus la carte de la mixité avec un freinage avant confié à Brembo avec deux disques de 305mm, des étriers monobloc radiaux à 4 pistons et forcément un ABS Bosch avec une réaction différente si la moto est dans un virage. L’arrière par contre reste avec un ensemble Nissin composé d’un disque de 282mm et un étrier 2 pistons.

L’ensemble ne souffre pas de critique même pour une moto de ce gabarit. C’est dosable, facile à gérer et efficace.

Autre aide au menu, la fonction anti-recul se montre aussi bien pratique quand on redémarrer dans une pente, surtout si vous êtes déjà limite question taille.

On pourrait aussi craindre pour l’autonomie mais les 20 litres du réservoir vous permettront de belles étapes parce que même avec les performances de son moteur, on a mesuré une consommation entre 5,4 et 5.8 litres au cent, plus que raisonnable.

Les valises et le top case se montrent très faciles à utiliser et aussi à enlever, une ouverture sur le haut pour les latérales qui facilitent le remplissage sans risque de laisser s’échapper quelque chose.

Il y a bien un point que je n’ai pas testé, le offroad. Ce n’est pas notre spécialité mais surtout avec le poids, même allégé, il faut une fameuse maîtrise pour la manier sans trop de risque. En plus, nous avons la version route, pas la XC. Bon, on va tenter de s’y mettre histoire de quand-même pouvoir en tester hors de la route mais ça ne sera pas pour cette fois-ci, quitte à commencer par une petite cylindrée.

La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

Revenons à notre belle Tiger 1200, confortable, voyageuse, maniable aussi et malgré tout ça, dynamique aussi. Les aides à la conduite sont nombreuses mais pas envahissantes non plus, le tableau de bord est lisible, paramétrable à souhait, les boutons s’éclairent, la bulle se règle facilement tout comme les suspensions électroniques.

Alors oui, elle est haute, oui pour qui est habitué à des plus petites motos, elle est lourde mais son plus gros handicap sera certainement son prix : minimum 19.930 € pour notre XRT et si vous acceptez de vous passer d’équipements et prendre la plus « basique » des Tiger 1200, il vous faudra malgré tout débourser 15.780 € pour une XR, plus abordable

Si par contre vous souhaitiez en plus partir en off-road de temps en temps, il faudra 19.005 € pour XCX (pas de version XC de base).

Et si vraiment, c’est trop, vous pouvez aussi regarder la petite soeur la Tiger 800, avec une gamme de prix entre 11.500 et 15.000 €

https://fr.triumphmotorcycles.be/motos/adventure/tiger-1200/tiger-1200-xrt-2018

 

La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune La Triumph Tiger 1200 a pris un fameux coup de jeune

 

 

 

 

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici