Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Autant le dire tout de suite, il me sera difficile d’être objectif en vous présentant cette moto. Pourquoi ? Tout simplement parce que je trouve qu’elle représente exactement ce que j’entends par une moto néo-rétro. Un look vintage encore renforcé par cette édition Café et surtout une partie cycle et un moteur d’aujourd’hui.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Côté look, pas de doute, dans cette livrée Café, on est en plein dans les courses des années 70, verte et blanche uniquement, avec sa tête de fourche racing (d’antan bien entendu), des feux rond à l’avant et l’arrière mais à Leds, des jantes à bâtons plutôt fins (on se demande ce que ça donnerait avec des jantes à rayons), une selle Café Racer spécifique et un guidon rabaissé.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Derrière la bulle, deux gros cadrans pour la vitesse et le régime moteur avec au centre un écran LCD pour la jauge, la température moteur, les trips, le rapport engagé et le contrôle de traction. Comme le reste de la moto, c’est à la fois classique et moderne et en plus, c’est bien lisible.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Si on est trop extrême pour vous dans cette version, optez pour la RS ‘normale’, vintage également mais moins racing et disponible dans différents coloris.

Un des premiers atouts, outre son look, c’est son moteur. Il faut dire qu’en partant de la Z900, Kawasaki annonçait la couleur. Oubliée la W800 et ses 48 cv, ce 4 cylindres développe 111 cv à 8500 tr/min et un couple de 98.5 Nm à 6500 tr/min. Oui, oui, bien des machines font plus mais pour une machine au look vintage, c’est plus que suffisant. Le moteur de la Z900 en sort 125 cv mais Kawa a préféré lui conférer un peu moins de puissance mais un couple présent plus tôt.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Et il faut le reconnaître, l’agrément moteur de cette Z900 RS est à la hauteur de nos espérances : docile en balade et joueuse quand on veut attaquer un peu plus.  C’est ce qui manquait en partie à la W800, du caractère. La RS permet d’en profiter au quotidien, en duo ou en solo et même en mode arsouille si l’envie vous prend.

Un autre reproche qu’on pouvait faire à la W, c’était sa partie cycle qui était tout, sauf sportive. Ici, non seulement vous avez un cadre en treillis mais les suspensions et le freinage sont à la hauteur. À l’avant, c’est une fourche inversée de 41 mm réglable en contrainte et détente qui se charge d’amortir les bosses et de vous coller à la route, tout comme l’amortisseur arrière placé horizontalement. L’ensemble est en équilibre entre confort et sport, pas trop raide pour pouvoir en profiter longtemps sans attendre avec impatience la prochaine halte, ni trop souple pour vous faire peur au premier virage.

Ne vous prenez pas non plus sur une Z900 plus sportive mais globalement, le mix est rassurant et avec en prime la selle confortable, on peut sans sourciller partir en balade toute une journée sans pour autant renoncer à une bonne dose de fun quand la route le permet.

Toujours pour la partie cycle, le freinage est lui aussi bien moderne avec deux disques de 300 mm à l’avant, des étriers monobloc radiaux à 4 pistons et un 250 mm simple piston à l’arrière. Évidemment, l’ABS est de la partie mais n’est pas trop intrusif. Ici aussi, la Z900 RS marque des points avec un freinage dosable et suffisant. Notez aussi le montage radial pour la poignée de frein. La moto n’accusant que 216 kg (avec les pleins), pas de mauvaise surprise au programme même si en tirant fort sur le levier, vous verrez que la fourche est quand même un peu souple. Bon, OK, il faut déjà y aller aussi.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Les aides à la conduite sont peu nombreuses sur cette Z900 RS Café, l’ABS forcément et un contrôle de traction réglable sur 2 niveaux et c’est presque tout. Presque parce qu’il y a aussi ce nouvel embrayage Assist & Slipper qu’on a déjà présenté, sur la Z650 par exemple. Facile à utiliser même pour un débutant, ce système ne souffre pas de critique, d’autant plus que la boîte de vitesse est précise et douce.

Kawasaki a aussi pensé à vos oreilles lors du développement de la moto. En effet, même avec ce silencieux d’origine, c’est un vrai régal pour les mélomanes qui aiment entendre chanter leur moteur. Pas un barouf d’enfer mais un son rauque et viril (désolé mesdames) et on ne s’en lasse pas, à l’arrêt comme à l’accélération, la mélodie jouée par le 4 cylindres devrait ravir les connaisseurs. Certains, peu connaisseurs je vous l’accorde, pourraient même se tromper sur son architecture moteur.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Et à part ça, elle roule ?

Oui et plutôt bien même. La Z900 RS Café est maniable et même son guidon rabaissé ne l’est pas tant que ça finalement bien que je devrais tester une Z900 RS normale pour comparer. Autant en ville que dans les virolos, notre Z900 RS trouve sa place et sa trajectoire sans trop d’efforts. Une facilité qui peut même vous inciter à hausser le rythme et cette fois, elle le permet alors que la W800 vous cantonnait à la promenade.

Elle n’a peut-être pas la rigueur d’une sportive moderne mais elle ne rougira pas en balade avec vos potes (à moins qu’ils soient tous en supersports et énervés de la poignée).

Confortable aussi avec une selle pilote passager confortable, bien rembourrée et des suspensions absorbant la majeure partie des aspérités de la route. Sur certaines routes forcément… elles ne peuvent rien faire mais doit-on encore parler de route pour certains tronçons routiers belges ?

Comme je vous le disais, difficile pour moi de lui trouver des reproches. Peut-être que pour le quotidien, elle manque d’aspect pratique mais en même temps, vous la voyez avec un top case? Euh, non, même pas en rêve, au mieux des valises latérales souples au look rétro mais je n’en ai pas trouvées dans les accessoires Kawa.

La contenance du réservoir peut-être parce que quand on regarde la moto, on se dit qu’il doit embarquer au moins 20 litres, voir plus tant il s’étend mais en fait, il n’embarque que 17 litres. Mais ne vous fiez pas aux apparences, en balade tranquille, on a pu faire 262 kms et remettre seulement 12 litres, soit environ 4.5 litres au cent…

Son prix peut-être, 12.099 € pour cette édition Café alors que la version RS de base se négocie entre 11.599 € en noir et 11.899 € pour la noire et brune.  Mais une Z900 coûte, elle, seulement 9.199 €… Le vintage est à la mode et il se fait bien payer.

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

Kawasaki Z900 RS Café, la nouvelle vague vintage

 

 

 

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité