Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

« Osez appeler ça un Tourer ! » , telle est l’annonce d’Harley-Davidson pour présenter le Sport Glide.

Et en effet, il sera difficile de catégoriser cette moto. Bien entendu, elle fait partie de la famille Softail mais elle est aussi équipée d’un carénage de tête de fourche, de valises et d’une selle duo.

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

Softail oblige, elle reçoit un nouveau châssis, plus léger et plus rigide mais aussi pour en profiter encore plus, des nouvelles suspensions. Nouvelle fourche inversée à l’avant et un nouvel amortisseur arrière réglable en précharge via une molette facilement accessible.

Comme à son habitude, Harley-Davidson ne donne que peu de détails sur la partie cycle, pas de diamètre de fourche ni même la taille des disques et à vrai dire, on s’en fout un peu tant que ça fonctionne bien.

Pour terminer la présentation statique, on note aussi un feu avant LED du plus bel effet, un savant mélange de chrome et de noir pour le moteur et l’échappement et surtout des superbes jantes Mantis, elles aussi noir et argent et comme il n’y a qu’un seul disque à l’avant, la vue est bien dégagée, juste superbe.

Notons aussi que les valises et la tête de fourche peuvent être démontées rapidement si vous voulez changer le look de votre moto.

Trève de bardage, je m’installe au guidon du Sport Glide sur une selle plutôt confortable, assez basse à seulement 680 mm du sol, les pieds se placent facilement sur les commandes avancées et je prends en main le grand guidon. Les clés restent dans la poche comme sur la plupart des nouvelles Harleys.

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

Un appui sur le bouton du commodo droit pour allumer le petit tableau de bord LCD et y retrouver les informations habituelles comme les trips mais aussi une jauge, l’autonomie restante et même le régime moteur et le rapport engagé. La vitesse s’affiche sur le grand compteur classique, un mélange néo-rétro simple mais efficace.

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

Un coup sur le starter et le gros V-Twin se met en branle et quand je dis gros, c’est gros : le Milwaukee Eight  107 cube allègrement 1745 cc et développe un couple de 145 Nm à seulement 3.250 tr/min. La boîte de vitesse par contre ne semble pas avoir évolué, on a toujours droit à un grand « clang » au passage des rapports; surtout en passant la première. Celui qui ne connait pas H-D se demandera si c’est bien normal mais il faut avouer que j’en ai déjà testé un paquet et que ça ne me surprend plus.

Démarrage en douceur pour apprendre à connaître la bête et déjà, j’ai le sourire, le Sport Glide est assez maniable malgré ses 317 kg en état de marche. Du moins, quand on roule un peu parce que forcément, les manœuvres à basse vitesse, ce n’est pas sa tasse de thé. Un empattement de 1625 mm, un poids conséquent, les pieds en avant, c’est fait pour rouler, pas pour faire le tour du quartier même si ça reste possible. Vous le verrez dans la vidéo d’ailleurs.

La bonne surprise vient surtout de la garde au sol, largement suffisante pour se faire plaisir même en passant par des routes sinueuses comme la route des Lacs (de l’Eau d’Heure pour ne pas la citer), c’est d’ailleurs là que j’ai en grande partie filmé l’essai et la présentation.

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

Alors oui, on n’est pas sur un roadster ou une sportive mais pour une Harley, je la trouve justement plutôt sportive, il faut déjà y aller avant de toucher et normalement, c’est vos talons qui devraient toucher le sol en premier (pauvres bottes d’essayeur râpées lors des essais). Le Sport Glide porte assez bien son nom en se laissant basculer d’un virage à l’autre, offrant en plus avec sa tête de fourche une protection supplémentaire appréciable. Je sens bien le vent malgré tout mais ça reste raisonnable et ça permet d’envisager de longues et belles sorties.

La taille des roues joue aussi son rôle ici puisqu’on retrouve à l’arrière un pneu de 180 mm, seulement un 180 sur une jante 16 pouces, on est loin des 240mm qu’on a parfois pu avoir à piloter. La jante avant de 18 pouces et en 130mm aide aussi à la maniabilité.

Le freinage est à la hauteur, sans plus, deux disques seulement avec un étrier 4 pistons quand-même à l’avant et deux à l’arrière. Il ne faudra pas hésiter à s’aider de la pédale de frein pour stopper la moto mais là aussi, pas de grosses frayeurs à se faire une fois qu’on connait la moto.

En plus les suspensions ont bien évolué aussi, confortables, elles encaissent plutôt bien sur les routes en mauvaises état même si parfois, elles ne peuvent rien faire contre certains trous de mines de nos belles routes wallonnes.

On ne va pas épiloguer pendant des heures, on n’est pas gâté par ici sur ce point et ce n’est pas mon article qui y changera quelque chose.

Revenons à notre Twin, le Milwaukee et ses 1745 cc ! Imaginez, avec un seul cylindre, c’est plus que ma Gsxf 750 et ses 4 pistons… c’est dire la taille de ce moteur.

Vibrant à souhait au ralenti et vivant quand on le sollicite, c’est qu’il pousse le bestiau, suffisamment pour vous allonger les bras et vous filer la banane dans le casque, le tout dans une mélodie si chère à tout harléyiste qui se respecte. Forcément, la souplesse n’est pas trop son truc et si vous entrez en agglomération, il faudra retomber deux rapports au moins pour être à son aise. Même le 70 km/h en sixième est limite mais quand on le sait, on ne se fait pas surprendre.

Avec un réservoir de 18.9 litres, j’ai cru que j’allais vite me retrouver à la pompe mais en fait, non. La consommation est presque ridicule pour un tel moteur. On a mesuré à peine 4.8, 4.9  litres au cent, ce qui permet du coup une belle autonomie.

Franchement, ça faisait bien longtemps que je n’avais pas autant apprécié une moto comme celle-ci. Bien entendu, elle n’est pas aussi confortable qu’une touring et les valises ne sont pas énormes mais le Sport Glide est plus léger, plus maniable et plus joueur aussi. Il est aussi plus accueillant qu’un simple bobber ou custom avec sa tête de fourche, ses valises et sa selle qui permettent de belles étapes. Le Twin est rugueux, c’est vrai mais il a du répondant et la partie cycle permet de vraiment en profiter.

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

Le custom idéal alors ? On n’en est pas loin, pour moi du moins car chacun a sa vision de sa moto parfaite. De mon côté, je lui ajouterais une petite bulle, un sissy bar pour ne pas perdre ma passagère (ou passager) mais il ne faut pas grand-chose pour en faire une alliée de tous les jours. Le seul hic reste son poids et là, on ne sait pas y faire grand-chose.

Ah oui, son prix aussi qui ne le mettra pas à la portée de toutes les bourses (des miennes non plus d’ailleurs), 18.100 € en version noire… ça pique. Et heureusement qu’Harley-Davidson a mis en œuvre un plan pour éviter les surtaxes à l’importation des produits américains sans quoi, elle aurait pris, comme les autres, une augmentation de presque 20 %…

 

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

Harley-Davidson Sport Glide, mi-touring mi-custom et ça lui va bien

 

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité