Harley-Davidson Low Rider S 2020

La Low Rider n’est pas vraiment une nouveauté Harley mais régulièrement, elle est mise à jour en l’équipant des derniers moteurs et technologies de la marque. Notre dernier essai d’une Low Rider S s’était déroulé en 2016 et pour cette année 2020, H-D a revu sa copie pour une nouvelle version.

Harley-Davidson Low Rider S 2020

On retrouve globalement le même look hardtail du custom, deux long silencieux côté droit, un gros twin et une petite tête de fourche autour d’un phare rond. On retrouve aussi les deux cadrans sur le réservoir et une selle solo assez basse. Hé bien, non, au jeu des différences, vous avez surement noté que les amortisseurs arrières ont disparu pour parfaire ce look de cadre rigide. La fourche avant aussi est différente, inversée maintenant… Suffisamment de changements pour en refaire l’essai.

Harley-Davidson Low Rider S 2020
La veste cuir perforé Stripe de Segura, un must pour l’été en custom !

Au coeur de la Low Rider S, forcément un V-Twin et là aussi ça change puisque qu’on passe du 110B au 114, soit 1868 cc au lieu de 1801 cc. Le couple ne change pas, enfin il reste à 155 Nm (au lieu de 156) mais il est maintenant disponible encore plus tôt, à 3000 tours au lieu de 3500. Bien qu’on ne parle pas de performances pures et dures chez Harley, on sait qu’il pousse bien ce bicylindre, mais ils ne mentionnent même pas sa puissance. Mais entre nous, on a cherché un peu et le Twin de Milwaulkee développe quand-même 93 cv à 5020 tr/min . Pas mal pour un custom !

Bon, trève de blabla, on est là pour rouler ou quoi ?

La clé dans la poche (et oui H_D est aussi au keyless), j’allume la moto pour voir l’écran LCD dans le bloc du haut s’allumer, sans fioriture mais complet et le bouton au commodo gauche permet de changer les informations. Coup de starter et je quitte la terre… ah non, je ne suis pas blonde. Mais ça n’empêche pas le gros twin de se mettre en branle, imaginez 934 cc par cylindre, ça vous donne idée des gamelles ! La moto vibre mais sans exagération, à la moindre rotation, on voit l’aiguille du compte-tour monter dans les tours. Ca promet.

J’enclenche la première dans un grand « clong », typiquement Harley et en route pour un chouette essai. Je retrouve les commandes médianes, placées juste au milieu des deux cylindres. J’avoue, pas ma position préférée parce que pour avoir assez de garde au sol, les pose-pieds sont assez hauts mais la selle très basse avec à peine 690 mm. Du coup, avec mon mètre quatre-vingt, j’ai les genoux assez haut. Heureusement que le guidon est lui aussi assez haut avec ces rehausses de 10 cm.

Harley-Davidson Low Rider S 2020

Mais c’est quoi ça ? Je viens de fermer mon modulable (c’est mieux pour la prise de vidéo) et du coup, je perds de vue le compte-tour et même le compteur est partiellement caché. Rien de dramatique mais quand on voit la plaque plastique dans la tête de fourche juste devant le guidon, je reste, tout comme en 2016, sceptique devant cette vue ! Pourquoi ne pas utiliser cette espace ? J’y verrais bien un écran TFT moi ou à défaut, si le budget me permettait de me payer une Low Rider S, j’y mettrais un support GSM ou GPS.

Harley-Davidson Low Rider S 2020
Bon sang, que j’aime ces essais, tranquille ici en bord de Meuse !

Bref, première, deuxième, mais c’est qu’il pousse ce twin. Malgré ses 295 kg à vide, on a l’impression qu’il pousse comme si elle ne pesait rien du tout. On peut vraiment parler de moto performante, limite sportive pour un custom.

Harley-Davidson Low Rider S 2020

On comprend mieux pourquoi on trouve aussi un double disque avant avec des étriers 4 pistons et 2 pistons à l’arrière. Un freinage au top, secondé par un ABS efficace mais pas trop présent. Et il faut bien ça pour freiner la Low Rider S une fois lancée à pleine charge.

Afin d’en profiter au maximum, la partie cycle a aussi bien évolué. Comparée à la Low Rider, la S opte pour un angle de chasse de 28 ° contre 30° pour plus de réactivité. Le châssis aussi a été amélioré dans ce sens et rendre un monstre de 300 kg maniable, ce n’est pas une mince affaire.
Et Harley a réussi son pari, la Low Rider S profite de sa nouvelle fourche inversée et du mono-amortisseur planqué sous la selle. J’ai rarement eu l’occasion de balancer une Harley aussi facilement dans les tournants, je me suis même amusé à l’amener dans la Molignée pour ceux qui connaissent. Bon, j’ai bien respecté les vitesses, il vaut mieux vu les nouveaux radars qui ont poussé.

Harley-Davidson Low Rider S 2020

Mais pour vous dire, cette Harley est un plaisir à piloter, la selle est en plus un vrai fauteuil moelleux, les suspensions font plutôt bien leur boulot, très bien en tenue de route mais un peu moins sur les bosses, on ne peut pas tout avoir.

La sonorité est digne d’une Harley même si on sait bien que les silencieux seront vite remplacés par la plupart des utilisateurs, comme souvent chez H-D.

Harley-Davidson Low Rider S 2020

Avec les 19 litres du réservoir, on peut se faire de belles étapes, regardez dans la vidéo ! Moins de 6 litres au cent en mode balade, il y a de quoi rouler avant de passer à la pompe. Parlant de pompe, on regrette qu’une fois de plus, le bouchon ne ferme pas à clé. C’est beau la symétrie avec les bouchons gauche et droit mais à l’heure actuelle, une clé ne gâcherait pas le tableau. On pourrait même sans passer avec le Keyless.

Harley-Davidson Low Rider S 2020
Belle région près de Dinant !

Avec cette Low Rider S, Harley mixe le côté custom au nouveau moteur et à une partie cycle efficace et perso, je trouve juste la position un peu fatigante et surtout la vue sur cette tête de fourche vraiment dommage. Ah j’ai failli oublier, c’est tellement laid que je l’ai zappé, l’emplacement de la plaque en style de parachute sur le gardeboue arrière. Avoir une aussi belle ligne avec ce feux led (une beauté) dans sa tête de fouche, son réservoir et sa selle dans le ton pour avoir ça derrière. On se doute que c’est une obligation légale mais autant investir direct dans un porte plaque latéral… ou à défaut le placer sous le garde-boue arrière.

Le prix, lui, a finalement peu évolué puisqu’elle est disponible à partir de 20.000 € en noir et 20.330 € en couleur.

Harley-Davidson Low Rider S 2020
Et ce Schuberth C4 Pro Swipe Brown ne dénote pas non plus sur un custom.
Harley-Davidson Low Rider S 2020
oh yeah !
Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Yamaha Tracer 900 GT, la même en mieux.

Lancée sur le marché en 2015 sous le nom de MT-09 Tracer, la Sauterelle surexcitée de la firme d’Iwata subit en 2018 une profonde...

Kymco Maxxer 300

Encore du boulot ! Kymco cartonne au hit-parade français alors qu'il commence seulement à s'implanter. Cette année, les Taiwanais agrandissent leur famille avec...
Publicité