Harley-Davidson Fat Boy Slim S Be cool man!

Sortez le cuir, le jet, les boots et allez rider tranquille sur votre Fat Boy Slim S !

Dans cette déco military, elle fait appel à votre nostalgie profonde en reprenant le look des premiers bobbers.

Harley-Davidson Fat Boy Slim S Be cool man!
Vous découvrirez les essais du blouson Soubirac Houston, du jet Scorpion Belfast et des masques Respro sur le site !

Campée sur ses jantes à rayons, elle se contente du minimum pour séduire : un garde boue pas trop petit, un réservoir kaki avec l’étoile blanche, une selle solo et un garde boue arrière épuré et puis c’est tout.

L’avant se montre plus massif avec la fourche plutôt épaisse toute teintée de noir comme le capotage de phare, le guidon « Hollywood » et la console « Cat Eye » qui se contente du minimum avec un gros compteur et un petit écran LCD.

Un vrai bouchon de réservoir à droite qui ne ferme pas à clé, un faux à gauche pour la jauge et une bande de cuir qui descend de la console vers la selle.

Les clignotants arrière reprennent toutes les fonctions y compris de feux et les deux silencieux biseautés Shotgun en rajoutent une couche question look.

Softail oblige, l’illusion d’un cadre rigide à l’arrière est parfaite mais on le verra plus tard, impose aussi quelques contraintes.

La position sur la moto est au début un peu surprenante : la selle solo combinée aux larges pose-pieds en demi-lune et le large guidon fait de vous le parfait épouvantail dès que vous vous mettez à rouler. On est vite fixé, ici c’est plus le style balade qui conviendra.

Pour confirmer nos dires, la garde au sol viendra vite vous rappeler à l’ordre avec les plateaux qui rapperont rapidement le sol en virage, en rond point enfin dès que vous penchez un peu. Râlant !

Surtout qu’avec ses pneus pas trop large, on sent bien qu’elle pourrait franchement prendre plus d’angle.

Et ce n’est pas tout, si la fourche avant remplit bien son rôle, à l’arrière, ça se complique. Le fait de dissimuler la suspension lui laisse en fait peu de place et du coup, la moindre bosse ou trou un peu trop important fera taper l’amortisseur. Et ne comptez pas sur la selle pour amortir le choc, elle n’est pas trop épaisse non plus.

Enfin, si vous vouliez une GT tout confort, pourquoi achèteriez vous un Fatboy Slim S ?

Harley-Davidson se rattrape avec avec un freinage plutôt mordant, même surprenant avec un seul disque à l’avant, un 300 mm pincé par un étrier à 4 pistons. Ils annoncent même avoir travaillé spécialement sur le système pour diminuer de 40 % l’effort à fournir sur le levier de frein et on veut bien les croire.

Harley-Davidson Fat Boy Slim S Be cool man!

Pourtant, elle accuse 321 kg en état de marche mais le freinage est convaincant et l’ABS rassure.

La pièce maîtresse de la Softail Slim S c’est bien entendu son moteur. Tout comme dans la Low Rider S, on retrouve un Twin Cam 110B Screamin Eagle. Le V-Twin 1801cc mise ici plus sur le couple que sur l’accélération. Il délivre pourtant une poussée plus qu’en enthousiasmante mais elle est nettement moins sportive. Le filtre à air Stage 1 se montre discret tant qu’il ne vous prend pas l’idée de tourner plus généreusement la poignée droite. Là, la mélodie change et on sent les 146 Nm de couple. Il y a de quoi vous allonger gentiment les bras, surtout que la selle ne vous retient pas le moins du monde, il faut bien s’accrocher à quelque chose.

Un plaisir solo une fois de plus !

La boîte 6 reste dans les normes Harley avec un clong en pensant la première, assez rude entre les rapports mais le double sélecteur talon – pointe facilite grandement les passages. La sixième reste plutôt réservée à l’autoroute ou aux grands routes parce que la douceur moteur, ce n’est pas son fort et vous serez obligés de descendre un rapport si la vitesse diminue.

Les 18,9 litres du réservoir permettent une autonomie plus que satisfaisante avec près de 300 kms.

Forcément, rien ne vous oblige à rouler aussi longtemps, elle aime se faire admirer et il faut franchement avouer que la selle n’est pas si confortable qu’on l’aimerait et que la prise au vent est plutôt conséquente.

 

Voici notre vidéo de présentation :

On émettra un petit bémol pour les commodos. Les clignos séparés, on s’y fait mais l’emplacement du bouton des warnings est un piège à lui tout seul. Soit il faut une grande main, soit on doit se montrer prudent : ne pas tirer sur la poignée en essayant de l’atteindre et surtout ne pas confondre avec le coupe-circuit juste à côté.

Si j’en parle, c’est que ça m’est arrivé, sans le faire exprès, le gant à du toucher les deux boutons en même temps.

A part ça, la Softail Slim S adopte un look décalé qu’on apprécie ou pas. Un vrai gros moteur, des freins à la hauteur mais une garde au sol trop limitée et une suspension arrière un peu trop sèche.

Il vous faudra 21.300 ou 21.600 € selon le choix du coloris pour la faire vôtre, un investissement conséquent mais vous aurez une moto qui se fait remarquer et qui sera personnalisable à souhait.

L’essai du blouson Soubirac Houston, du masque Respro et du jet Scorpion Belfast seront à découvrir prochainement sur le site.

www.harley-davidson.com

 

Harley-Davidson Fat Boy Slim S Be cool man!

Harley-Davidson Fat Boy Slim S Be cool man!

Harley-Davidson Fat Boy Slim S Be cool man!

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,436FansLike
198FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité