L’unicité du Grand-Duché

Trois jours de découverte nous ont fait goûter à la quintessence d’un Grand-Duché étonnant de variété. Un florilège de sensations que nous vous convions à partager dans notre sillage.

 

L’unicité du Grand-Duché
Au Luxembourg les paysages vous retiennent.

 

Inviter la presse moto à découvrir un pays, voilà une démarche peu coutumière. Notre cicérone Lis Lorang, de Luxembourg for Tourism (le nouveau nom de l’Office du tourisme) nous l’explique : « Certains touristes traversent le Luxembourg sans même le savoirs… Ce constat nous a convaincus d’inciter les voyageurs à s’y arrêter pour profiter d’un art de vivre méconnu ».

Certes, ces dernières décennies, le public motard a profondément changé et le « blouson noir » d’antan a mûri pour faire place à un homme posé et volontiers hédoniste. De fait, les commerçants et l’HORECA luxembourgeois confirment que les motards constituent une excellente clientèle qui prend le temps de vivre et de profiter des bons moment. Des épicuriens qui sont donc les bienvenus sur les routes de notre petit voisin. Les Luxembourgeois nous en ont d’ailleurs convaincus et au sortir de ce périple, nous devons convenir que désormais, le Grand-Duché peut briguer le titre de destination privilégiée des motards.

L’unicité du Grand-Duché
Partout, le motard est bienvenu.

Avenant et cosmopolite

Pour ces trois jours, c’est Michel Turk qui a concocté notre itinéraire. L’homme est président de la Fédération motocycliste luxembourgeoise, vice-président de la Commission Tourisme à la FIM Europe et est aussi un ex-pilote de motocross mondial connaissant les plus beaux tracés offerts par l’excellent réseau routier grand-ducal. C’est que les chaussées y sont en excellent état; voilà qui dépaysera déjà fortement un motard belge! De surcroît, le Luxembourg a choisi de ne pas négliger la sécurité des motards : dans tous les endroits potentiellement dangereux, les glissières de sécurité ont été doublées. De plus, des affiches mettent les motocyclistes en garde contre les dangers qui peuvent les guetter sur certains tracés. De belles initiatives, assurément.

L’unicité du Grand-Duché
Eh oui, il y a des bateaux de croisière sur la Moselle!

Si vous pensez connaître le Grand-Duché et n’avoir rien à y découvrir, vous vous trompez lourdement. Et si vous vous demandez comment rouler trois jours sur un territoire plus petit que la plupart de nos provinces, sachez que ce ne sont pas moins de 350km d’itinéraires plus séduisants les uns que les autres qui ont été offerts à notre Super Ténéré. Pour notre plus grand bonheur -mais oui, vraiment!-, nous avons arpenté des routes tantôt riches en sensations de pilotage, tantôt généreuses en paysages ou en patrimoine. D’un point de vue motard, cette vie au guidon est évidemment primordiale, mais elle ne doit pas occulter les multiples richesses de ce pays au confluent de cultures diverses. Et c’est bien ce Luxembourg inattendu à la rencontre duquel nous sommes allés aussi en mettant pied à terre… Si vous décidez de nous emboîter le pas (et vous ne le regretterez pas!), trois jours nous semblent un laps de temps idéal pour découvrir le pays. Bien entendu, on pourrait imaginer que vous avaliez nos itinéraires en deux jours, mais ce serait méconnaître la qualité de vie que proposent les Grands-Ducaux à leurs hôtes.

L’unicité du Grand-Duché
La Philarmonie, prestigieuse salle de concert à Luxembourg.

Dans l’optique motocycliste, les Ardennes – au Nord mais tout près de Luxembourg- présentent une alternance de vallées boisées et de plateaux nervurés de routes sinueuses à souhait. Les panoramas vous guettent au détour des pâturages et des bosquets, mais la région s’enrichit également de deux parcs nationaux et de châteaux qui auraient pu inspirer la prose de Chateaubriand ou celle de Victor Hugo, tant ils dégagent de romantisme. Citons Vianden et sa forteresse du IX° siècle fièrement perchée au-dessus de la ville.

Par ailleurs, le Müllerthal ou « Petite Suisse » luxembourgeoise marque l’esprit par ses formations rocheuses que l’on découvre au long de routes virevoltantes. Ce paradis des randonneurs se mue ainsi en éden du motard. On y rencontre Echternach, la doyenne des cités grand-ducales et les ruines d’anciens châteaux prestigieux, tel celui de Beaufort. A titre de comparaison, nous pourrions dire que c’est la vallée de la Molignée à la puissance 10…

L’unicité du Grand-Duché
Le Müllerthal: paradis des randonneurs.

A l’Est, tenant lieu de frontière avec l’Allemagne, coule la Moselle et son microclimat dont bénéficient les vignobles générant des vins luxembourgeois plus diversifiés qu’il n’y paraît. La « Route du vin », loin d’être celle de moines paillards, offrira aux conducteurs de deux-roues le charme de ses villages médiévaux où les gourmets feront bonne chère arrosée des vins du cru.

Reste la capitale, le « Coeur vert de l’Europe » puisque le tiers de la surface urbaine y est constituée d’espaces incitant à flâner. Les curiosités n’y manquent pas, comme le réseau de 23km de galeries souterraines -les casemates- ou le quartier bancaire et européen du Kirchberg. Sans parler du centre et de ses piétonniers commerciaux… Tout cela dans le cosmopolitisme inhérent aux 150 nationalités peuplant la ville.

 

Premier jour : Moselle, Müllerthal et Esch-Belval

Le point de ralliement, avec café et croissants, est fixé à Esch-Belval. Il s’agit d’une ville nouvelle et universitaire développée sur une friche jadis dévolue à la sidérurgie. L’intégration du patrimoine industriel à l’architecture contemporaine y est saisissante mais harmonieuse. Dans le bâtiment « Masse Noire », au pied  de l’ancien haut-fourneau une exposition interactive permet au visiteur de mesurer l’étendue du travail accompli sur le site.

L’unicité du Grand-Duché
« Masse Noire » à Esch-Belval, l’expo avec sa maquette du site.

Mais il est déjà temps de partir et on longe la Moselle jusqu’à Schengen, qui tire sa notoriété des accords marquant la première ouverture des frontières européennes, en 1985. Le parcours joue ensuite à saute-mouton avec de nombreuses collines qui nous font traverser des bourgades rurales où les maisons peintes de frais et les jardins entretenus rivalisent pour drainer les regards. Alors que les bulletins s’accordaient pour prévoir une météo calamiteuse, c’est un radieux soleil qui découpe l’ombre de notre Yamaha sur un fond de vignes. C’est que dans son genre, le Grand-Duché est aussi le pays du vin avec ses 1300 hectares dévolus aux plantations de raisins. Nous profitons donc d’une visite guidée des Caves Saint Martin : un kilomètre de galeries séculaires creusées à même la roche et semées de réservoirs multiples ainsi que de 90.000 bouteilles. La production du Crémant luxembourgeois nous est détaillée, et nous apprenons que sa maturation requiert trois ans de travail, ce qui l’apparente à un bon champagne bien qu’il soit largement moins onéreux (environ 9€ la bouteille). Une dégustation plus tard, nous voilà convaincus de la fine qualité du crémant grand-ducal…

L’unicité du Grand-Duché
Entrée aux Caves Saint-Martin.

 

L’unicité du Grand-Duché
La visite guidée en vaut la peine…

Nous découvrirons du reste à plus d’une reprise que le Luxembourg est une terre de gastronomie. Lorsque, reprenant la route, nous pénétrons dans la Petite Suisse, les lacets des collines proposent un revêtement routier en parfait état; cependant, l’étroitesse des chaussées incite à la prudence… Nous arrivons alors à Echternach, terme de notre première étape. La superbe petite ville médiévale, dont la célèbre procession dansante est classée par l’Unesco, ne manque pas d’allure et sa basilique est un must pour l’amateur de vieilles pierres, comme sa place est un must pour les motards désireux d’étancher leur soif. Quant à nous nous bivouaquons à l’Hôtel Bel Air, un endroit que nous saurions trop vous recommander tant pour son cadre que pour sa cuisine de premier ordre.

 

Deuxième jour : Müllerthal et Ardennes

Pour débuter cette nouvelle journée ensoleillée (après les orages de la nuit, ça fait plaisir…), on repart dans le Müllerthal où les arrêts photo nous permettent de découvrir que la région est aussi un éden pour les promeneurs: les formations rocheuses regorgent de sentiers sécurisés et dispensent aux marcheurs des points de vue plus séduisants les uns que les autres. Après le lunch de la mi-journée, nous mettons le cap sur le Parc naturel de la Haute-Sûre, lequel se prolonge d’ailleurs en Belgique. Pour les amateurs de pilotage, les routes sont ici plus larges et offrent une meilleure visibilité; de quoi « ouvrir » même si nous pensons qu’un rythme plus contenu permet de mieux profiter des richesses du paysage… L’itinéraire nous fait contourner les 380 hectares du Lac de la Haute-Sûre, un environnement préservé qui incite à une communion originelle avec la nature.

L’unicité du Grand-Duché
Parc naturel de la Haute-Sûre.

 

Nous descendons ensuite vers Esch-sur-Sûre, un autre bourg médiéval où les motards aiment à s’arrêter; on y trouve d’ailleurs (au moins) un établissement labellisé « motards » qui offre au touriste motocycliste un parking couvert ainsi qu’un local équipé pour le nettoyage/séchage de sa monture. D’une manière générale d’ailleurs, le Luxembourg n’usurperait pas l’appellation Bikers Friendly. La petite ville constitue un appel aux photos avec son château, ses rubans de ruelles d’époque et ses bâtisses typiques plongeant vers la rivière. De là, nous mettons le cap sur Vianden. Alors là, ça tournicote, je ne vous dis que ça ! On s’aperçoit ainsi que toutes les routes de la région sont aussi plaisantes les unes que les autres. Et c’est ce qui fait tout le prix de cet itinéraire, on parcourt des centaines de kilomètres sans jamais reprendre la même route… Des sensations motocyclistes au top avec virtuellement tous les tracés possibles qui défilent au pas cadencé et un environnement qui ne demande qu’à vous voir vous arrêter pour vous faire profiter de ses richesses. Nous nous enfonçons dans les méandres de bois profonds où les routes affichent toujours la même insolente qualité, pour n’en sortir qu’en vue de Vianden. Outre son château, la petite cité aux forts relents de Moyen Age est une carte postale géante indispensable à voir pour qui parcourt le Grand-Duché. Le must? La visite du château (il ferme à 18h) et le téléphérique offrant un panoramique du coin suffisamment séduisant pour que Mick Jagger lui-même en vante le mérite. Le chanteur des Stones y est passé et a apprécié; vous le verrez en arrivant en haut…

L’unicité du Grand-Duché
Vianden vue depuis le sommet du téléphérique.

 

Troisième jour : Gutland et Luxembourg ville

Cette fois, il a plu longtemps durant la nuit et la matinée s’annonce fraîche lorsque nous nous préparons à quitter Vianden et son Hôtel Belle Vue avec parking couvert et fermé pour motos. C’est en remettant en place nos valises que nous y croisons un motard anglais (ils sont nombreux à l’hôtel) d’un certain âge qui roule pourtant en MV Agusta F4 RR; l’affable Londonien nous confirme l’intérêt du Grand-Duché pour la gent motarde: c’est lui qui a convaincu sa douzaine d’acolytes de l’accompagner au Luxembourg et aucun ne le regrette. au contraire, ils sont tellement enthousiastes que deux d’entre eux se sont déjà vautrés sans gravité: « Bah, ils sont jeunes, conclut notre interlocuteur! » Remis en selle, nous constatons une fois de plus que l’abondance de bois rend la région frisquette et ses routes humides; des paramètres à considérer lorsque vous choisissez votre équipement et que vous paramétrez votre anti-patinage.

L’unicité du Grand-Duché
Les coins semblables sont légion sur notre itinéraire.

 

Pour terminer ces découvertes grand-ducales, Michel Turk a choisi de nous présenter les multiples visages de la capitale. Abbaye, petites rues typiques, maison natale de Robert Schuman -le père de l’Europe unie ; les attraits de la ville ne manquent pas et ses nombreux parcs en sont les garants. Depuis la « Corniche », le plus beau balcon d’Europe, dit-on là-bas, on jouit d’une vue imprenable sur la ville basse, reconstruite en 1976 à l’issue d’un gigantesque incendie. Pour finir ce voyage, nous faisons un passage au Kirchberg, le quartier d’affaires à l’architecture très contemporaine avec mention spéciale à la Philharmonie, devenue une des salles de concert européennes les plus prisées.

L’unicité du Grand-Duché
Vieux Luxembourg.

Le moment est donc venu de prendre congé de Lis et Michel qui se seront ingéniés à nous faire découvrir les facettes nombreuses et souvent imprévisibles d’un Grand-Duché qui nous aura surpris par la diversité de ses paysages mais aussi par l’intensité des sensations de pilotage qu’il réserve au motard. Et c’est faire peu de cas des découvertes gastronomiques et d’un art de vivre qui doit plus à Epicure qu’on ne le croirait a priori. Alors, unique le Luxembourg? Oui par cette concentration de plaisirs diversifiés qu’il peut offrir à tout amateur de deux-roues.

L’unicité du Grand-Duché
Luxembourg: la ville basse depuis la Corniche.

 

Encart 1

Bon à savoir :

  • Il y a peu de radars fixes au Luxembourg. Ils viennent d’y être installés et sont tous indiqués par des panneaux routiers;
  • La police grand-ducale est plutôt bienveillante à l’égard des motards ;
  • La signalisation routière est très précise, rien à voir avec la Belgique ;
  • Avec 11 restaurants étoilés par Michelin, le Luxembourg est le champion du monde des étoiles gastronomiques par habitant ;
  • Passer d’une des cinq régions géographiques à l’autre prend au maximum une demi-heure ;
  • Le moment idéal pour visiter le Grand-Duché est le mois d’août. En effet, c’est la période où les Portugais rentrent au pays. Or, ils constituent 26% (!) de la population luxembourgeoise;
  • En dehors de l’été, les jours de semaine sont plus calmes que les week-ends qui accueillent déjà nombre de motocyclistes, notamment hollandais.

L’unicité du Grand-Duché
Le Luxembourgeois est fin gourmet; le motard aussi!

 

Encart 2

Yamaha XT1200ZE Super Ténéré

Succédant à une légende qui fleurait le désert et le rallye-raid, la Super Ténéré 1200 a reçu une série de modifications intéressantes en 2014. Disons-le, elle joue aujourd’hui davantage dans la cour des GT que dans celle des TT, d’autant plus dans cette version ZE full options. Agréable compagne de voyage, elle offre une protection de très haut niveau (buste, bras, jambes) dont le passager profite aussi, c’est à souligner. Ses suspensions électroniques dont les réglages sont efficients et sa sellerie viennent s’ajouter à la protection offerte pour conclure brillamment le chapitre confort. Son bicylindre, corrigé il y a deux ans (arbres à cames, segments, orifices d’admission et d’échappement, ligne d’échappement) s’avère remarquablement souple et suffisamment puissant avec ses 112cv, même si dans ce domaine une GS fait (légèrement) mieux. La partie-cycle fait merveille et permet à cette baroudeuse au gabarit imposant de faire oublier son embonpoint. Les freins (combinés) sont puissants mais les puristes regretteront un manque de mordant à l’attaque du levier. On applaudit les poignées chauffantes puissantes, la bulle réglable, le cruise control et la qualité de l’électronique embarquée. On regrette par contre un réservoir de moins de 20L (23L annoncés) et des valises au (dé)verrouillage peu intuitif et au transport inconfortable. N’empêche, pour voyager, cette Super Ténéré est un vaisseau amiral.

L’unicité du Grand-Duché

 

 

         Encart 3

Sites web utiles :

www.visitluxembourg.com

www.cavesstmartin.lu

www.hotelbv.com

www.hotel-belair.lu

Plus spécifiquement pour des activités moto:

http://www.visitluxembourg.com/fr/que-faire/sport-loisir/moto-voiture-ancienne-luxembourg

http://www.mullerthal.lu/fr/decouvrir/mullerthal-touring

 

 

Encart 4

Nos itinéraires :

 

1) 110km, +/- 2h de conduite

Esh-Belval – Mondorf-les-Bains – Burmerange – Schengen – Remich – Grevenmacher – Mertert – Mompach – Echternach.

 

2) 160km, +/- 2h45 de conduite

Echternach – Wallendorf-Pont – Berdorf – Beaufort – Larochette – Nommern – Nommern – Schieren – Ettelbruck – Erpeldange – Michelau – Lipperscheid – Goebelsmühle – Bourscheid – Eschdorf – Heiderscheidergrund – Esch-sur-Sûre – Insenborn – Pont Misère – Boulaide – Bavigne – Liefrange – Kaundorf – Kautenbach – Hosingen – Vianden.

 

3) 60km, +/- 1h de conduite

Vianden – Bleesbruck – Gilsdorf – Medernach -Larochette – Ernzen – Imbringen – Stafelter – Waldhof – Luxembourg (Kirchberg, La Corniche, City center).

 

 

Encart 5

Equipement pilote

L’unicité du Grand-Duché

Casque: Lazer Osprey Laverty Replica

Veste: Clover Interceptor

Gants: Knox Covert

Pantalon: Jean étanche Rev’it! Memphis H2O

Bottes: Sidi Armada Gore 

 

L’unicité du Grand-Duché
Esch-Belval: une certaine démesure…

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,402FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité