Eye-Light : Le futur présent

C’était comme des enfants que nous attendions de recevoir en test ce fameux Eye-light avant les fêtes de Noël. Mais le père Noël l’ayant probablement testé et utilisé pour ses livraisons de fin d’année tant le produit lui aura plus, ce n’est qu’au début janvier que nous avons pu, nous aussi, y goûter.

Essai Vidéo

Mais qu’est-ce que le Eye-Light ?

Pour résumer simplement il s’agit d’un système « tête haute » . Mais si, vous connaissez !
Présent dans l’aviation depuis des dizaines d’années, dans l’automobile depuis un peu moins longtemps, c’est maintenant au tour des motards de pouvoir profiter de ce système d’affichage aux nombreux avantages. Tels les Google glass il y a encore peu de temps, il vous est maintenant possible d’afficher des informations devant votre œil de manière à les superposer, en transparence, avec ce qui se passe réellement devant vous.  L’idée est donc de garder en visuel la route tout en y affichant des informations supplémentaires en périphérie pour ne pas devoir chercher du regard son compteur ou son gps fixé sur le guidon.

En périphérie dites-vous ?
En effet, tant qu’on n’a pas essayé, difficile d’imaginer le rendu réel.
Je vais néanmoins tâcher de vous décrire mes impressions étape par étape.

 

Mais tout d’abord, unboxing du produit réalisé par Eye-Lights

 

 

Le packaging est simple, sobre, propre. Pour une première version du produit, on sent déjà la recherche de la qualité jusque dans ce détail.
À l’ouverture de la boite, on tombe nez à nez avec l’objet de nos désirs. Ce petit « truc » transparent, qui une fois branché va nous donner l’air tout droit sorti du futur.

Second accessoire à l’intérieur, le boitier de commande à trois boutons. Partant sur le même principe que les kits main libre, on collera celui-ci du côté gauche du casque pour pouvoir le manipuler à volonté sans lâcher l’accélérateur. J’ai bien employé le terme coller. En effet, pas de système à prince, mais un bon gros double face 3M à appliquer sur le boitier et votre casque. Pour le coup, un système à pince m’aurait plus plu il est vrai, rien que pour pouvoir déclipser le système pour le mettre à charger sans devoir emporter tout mon casque avec moi. Un détail, certes, mais qui je l’espère évoluera dans le temps.

Eye-Light : Le futur présent

Bien entendu, l’image c’est bien, mais avec le son c’est encore mieux !
Pour le coup, le kit est donc livré avec deux oreillettes à placer dans le casque ainsi qu’un micro flexible.
Dans ce cas j’aurai cru qu’un micro collé aurait été moins gênant, mais il n’en est rien ! Ce dernier est suffisamment rigide pour rester parfaitement en place, sans gêner, une fois placé dans un intégral. Un bon point !

Le déploiement du système oreillette, micro, boitier latéral prend moins de 5 minutes comme tout bon kit main libre.

Reste la fixation de ce que nous appellerons l’écran.
Pour fixer ce dernier, vous devrez choisir parmi 6 supports différents. Chaque support étant adapté suivant la morphologie de votre casque. (Plutôt grand angle, partie supérieure haute, basse, inclinée, jet…). Reste à choisir le bon support qui recevra l’écran. Bien qu’Eye-lights conseille certains supports suivants certains casques, j’ai dû en essayer plusieurs avant de trouver celui qui me permettait de placer aux millimètres près l’écran correctement par rapport à mes yeux (casque HJC – RPHA70).
Dans mon cas comptez 15/20 minutes pour essayer les différents supports, mais cela en vaut la peine croyez-moi ! Toute la suite de l’expérience dépendant du choix d’un support adapté, sans quoi vous ne verrez pas l’écran complètement ou dédoublé.

Ce dernier vient d’ailleurs s’emboiter dans le support, là encore via un système de « scratch caoutchouc» si je puis dire. Simple et suffisamment résistant pour ne pas bouger à l’utilisant, même si de prime abord on pourrait penser l’inverse.

Point important, c’est actuellement le seul système tête haute capable de s’adapter aussi bien à un intégral qu’à un casque jet, avec ou sans visière solaire d’ailleurs !

Interactions !

Nous y sommes, nous voilà équipés en vidéo, audio, et micro…mais pourquoi donc me direz-vous ?
Bien entendu, pas question ici de se faire une séance cinéma au guidon de son deux-roues!
Au menu, à l’heure où je vous parle, projection en temps réel de votre vitesse mais surtout de votre itinéraire encodé préalablement dans l’application.

Quelle application me direz-vous ? Eye-lights bien entendu !
En effet, le système se couple en Bluetooth avec l’application du même nom installée préalablement sur votre téléphone iOs ou Android. C’est cette dernière qui va gérer pour vous l’ensemble des interactions possibles avec le système.

En résumé, vous pourrez facilement gérer vos itinéraires via l’application. D’un point A à un point B, mais également à un point C si vous souhaitez fonctionner par étape.

Un bouton « retour maison » vous permettra également de gagner quelques précieuses secondes lorsque vous vous mettrez en route pour rentrer chez vous.

Eye-Light : Le futur présent

Le système de cartographie est basé sur les cartes « Here », concurrent de Google maps ou d’autres systèmes du même style. Ce dernier, utilisé par Garmin, s’est montré relativement « intelligent » dans les itinéraires proposés et rapide à s’adapter à nos changements de routes.
Le guidage vocal, couplé aux informations qui s’affichent sur l’écran est quant à lui très clair et adapté aux différentes situations

Le Gps, qui est l’option principale du système actuellement s’est donc montré convainquant.

L’autonomie annoncée du système est de 8 à 10 heures, ce qui semble plutôt réaliste au vu des trajets que nous avons effectués sans avoir besoin de le recharger. (Temps de recharge complet, 3 hrs)

 

Premières balades et impressions

Lorsque vous enfilez votre casque, après le déploiement du système, bien confortablement installé dans votre salon, vous constaterez que l’écran est visible, lisible, en haut à droite. Vous vous direz probablement comme moi, si c’est pour chercher l’info en haut à droite aussi loin, je peux bien baisser mes yeux en bas pour voir mon compteur…
Ma première impression fut donc mitigée. C’est fun, certes, mais on ne voit pas encore le gain de temps ou le confort qu’on va y gagner.

Vient le moment de l’essayer sur route.

Les cinq premières minutes, vous allez passer votre temps à regarder l’écran ET la route, mais sans réellement laisser le temps à votre cerveau de faire son travail d’association.

 

Néanmoins, une fois cet élément accepté par celui-ci dans votre champ visuel, la magie du système va opérer. Le cerveau va en effet de lui-même mixer les informations se trouvant visibles par votre œil droit, avec l’image de l’œil gauche en étant dépourvu.

L’affichage des informations devient alors naturel, plus grand. Il n’y a plus de réelle délimitation du système et de la route, mais bien des informations disponibles juste en montant légèrement le regard. Vous continuez dès lors à visualiser la route et les éventuels événements qui s’y passent tout en profitant de votre affichage de vitesse ou indication GPS.

Il faut donc en effet un temps d’adaptation plus ou moins long suivant les personnes, mais une fois le système compris de votre cerveau, ce dernier est capable de l’assimiler parfaitement et sans délai les fois suivantes .

Ces informations sont-elles gênantes lors de la conduite ?
Non. Il ne faut pas s’imaginer les avoir projetées en plein milieu de la route. Les informations restent dans la partie « haute » du champ de vision. Donc RIEN ne vient entraver votre vision de la route, des véhicules devant. C’est pour nous un point extrêmement important à l’utilisation d’un tel système.

Seuls un éventuel avion ou la cime des arbres pourraient être légèrement masqués par le système si vous cherchiez à les voir sans lever fortement la tête. Pour ma part, ne me méfiant pas trop de ces deux éléments lorsque je suis sur la route, cela me convient 🙂

Eye-Light : Le futur présent

Gps, mais encore ?

 

Bien entendu, eye-Lights ne vous a pas demandé de sacrifier votre kit mains libres contre leur système. Ce dernier est donc logiquement capable également de recevoir des appels ou de vous permettre d’écouter votre musique tout en roulant. La qualité des appels s’est montrée relativement satisfaisante même si quelques effets de saturations sont apparus au niveau des écouteurs une fois le son au maximum. À noter que le son étant plutôt bien amplifié, on est rarement au maximum ! 🙂

Parmi les fanas du kit mains libres, certains utilisent constamment les commandes vocales.
Pour le coup, si vous passez à Eye-lights, vous devrez attendre un peu avant là aussi de pouvoir vous y adonner. En effet, cette option annoncée pour début de l’année ne devrait plus tarder et viendra donc combler cet éventuel manque actuel.

 

Eye-Lights aujourd’hui…mais aussi déjà demain !

Vous a-t-on dit que Eye-lights est un produit 100% français ? De sa conception à sa fabrication ? Cela peut sembler anodin, mais pour nous, francophone, c’est un réel plus. En effet l’équipe, fière de son tout nouveau produit, se veut très proche de ses clients et surtout très réactive quant aux développements des nouvelles options souhaitées par ceux-ci. Assez important à nos yeux que pour le souligner.

À ce jour, Eye-Lights c’est l’affichage des informations de vitesse, les informations GPS, les appels téléphoniques et l’écoute de la musique.

Mais cette même version du produit évoluant constamment via les updates software, on y verra sous peu bien plus d’options. On peut en effet se mettre à rêver d’avoir pourquoi pas son Waze ou son Coyote couplé au système affichant en temps réel les icônes de danger dans notre casque ?! Les commandes vocales pour une série de manipulation sans avoir à toucher à son Gsm. Et bien plus encore !

En effet ce n’est pas les idées qui manquent dans la tête de l’équipe en charge du développement, tout comme dans la tête des clients déjà équipés du produit et qui ne manquent pas de donner leurs avis.

 

Conclusion

Eye-lights est un produit novateur qui a réussi là ou d’autres ont échoué.
L’équipe en charge de ce produit a pris de gros risques en étant les premiers sur ce nouveau marché et peut se targuer d’avoir proposé là un produit de qualité et totalement fonctionnel à sa sortie.

Certes les options actuelles seront particulièrement appréciées des gros voyageurs, principalement avec l’option Gps. Néanmoins les motards plus occasionnels y trouveront également leur compte dans l’immédiat avec l’affichage de vitesse en temps réel, mais surtout les options à venir prochainement telles que les avertisseurs de radars (dangers) : )

Son prix de 649€ (+8€ frais de port) peut sembler élevé. Néanmoins quand on le compare au prix de certains kits main libre n’ayant, eux, pas d’affichage tête haute et presque aussi cher, le positionnement de Eye-Lights nous semble très correct.
Puis  avouez que Marty McFly lui-même n’aurait pas rêvé mieux pour son casque moto s’il avait débarqué en 2018 en sortant de la Dolorean! 😉

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,375FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité