Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABS

Correction de tir
Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABS

Nous étions restés très déçus de notre contact avec la FZ1, la Fazer déshabillée, en 2006. Plutôt inconfortable, pas toujours imperturbable, la FZ1 souffrait surtout d’une injection capricieuse nuisant beaucoup à l’agrément voire à la sécurité. Pour 2007, Yamaha a rectifié sa copie. Nous en avons estimé les progrès au cours d’un voyage en Suisse.En ce qui nous concerne, et en dépit de ses qualités, on n’a jamais trouvé la Fazer 1000 de la première génération spécialement sexy. S’il est vrai que la version actuelle a gagné en élégance et en agressivité parce qu’elle s’est affinée, elle n’atteint pas la cote glamour de la dépouillée FZ1. Toutefois, la tête de fourche effilée et le gros silencieux biseauté le disputent à la partie cycle et au châssis pour souligner son côté sportif. La finition est d’excellente facture . on apprécie spécialement le bloc moteur et l’intérieur de la tête de fourche qui, bien que passablement tourmenté, ravit l’&oelig.il du pilote. L’ensemble guidon-pontets est, à l’inverse, un appel aux pièces tuning car, tel quel, on le croirait sorti d’un atelier chinois… L’instrumentation est parfaitement intégrée et s’avère assez complète mais triste d’aspect. Du Japonais sobre et fonctionnel, un peu comme la planche de bord d’une voiture allemande. D’accord, arrêtons là les comparaisons contre nature…

FZ1 Sport-GT ?

Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABSEssai de la Yamaha FAZER 1000 ABS

Idéalement, la Fazer est supposée donner une orientation sport-GT à la radicale FZ1, à moins que ce soit à la R1. Y parvient-elle comme le faisait la première Fazer dont la polyvalence était unanimement soulignée ?Nous ne pouvons que confirmer qu’en termes de polyvalence, la nouvelle Fazer régresse indubitablement. Essentiellement en raison de l’angle plus fermé des jambes, de la selle plus ferme et, surtout, de la protection en net recul.Que les jambes soient davantage pliées n’est finalement pas un problème car la position est ainsi légèrement plus basculée sur l’avant, et le feeling en conduite active ou sportive en bénéficie . ce qui est judicieux dans la mesure où la machine est bien une sportive déguisée en routière.La selle de son côté rend vos fessiers douloureux lorsque la route se prolonge au-delà de 2h. Cela dépend évidemment de votre degré de sensibilité, mais après notre périple suisse, on s’est réveillé le lendemain avec les muscles meurtris…Quant à la protection offerte par le carénage et par sa bulle, elle est pratiquement illusoire. La pression du vent est présente partout . il n’y a vraiment que le ventre qui ne s’en plaint pas. Naturellement, vous ne remarquerez rien s’il s’agit juste d’aller au boulot ou d’une balade dominicale . mais en voyage, c’est une nuisance. Et quand il pleut, le sommet de la bulle vous recrache tout en pleine poitrine. Bref, si vous comptez faire de la borne, ce qui est légitime avec cette Fazer, l’investissement dans un déflecteur haute protection est indispensable sous peine de lendemains douloureux au niveau de la nuque et des dorsaux. Avec un rangement réduit à sa plus simple expression sous la selle passager, la Yamaha impose d’y arrimer son sac dans la perspective d’une longue route. Pour ça, on se débrouille avec les 2 ergots prévus (c’est peu), avec les poignées de maintien et avec les tiges de clignos arrière. Si vous avez un passager, il souffrira aussi de la dureté de sellerie, mais appréciera au contraire de ne pas (trop) glisser vers l’avant lors des freinages. Les poignées de maintien, absentes de la FZ1, sont bien conçues et correctement situées . les jambes sont quand même trop fermées, de sorte que le passager de la Fazer 1000 ne se plaint donc pas dans l’ensemble.

Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABSEssai de la Yamaha FAZER 1000 ABS

Naturellement, voyager à deux vous contraindra à investir dans une bagagerie. Yamaha propose d’ailleurs des valises latérales rigides et peintes de bel effet, tout comme une kyrielle d’accessoires. D’accessoires onéreux, malheureusement :- Bulle touring : 120€ .- 2 valises et leur support : 1015€ (gloups !) .- Selle confort : NC (mais un confrère français nous a soufflé que ce n’était pas encore fameux…) .- Bas de carénage : 599€ .- Porte-bagages arrière : 165€ .- Poignées chauffantes : 350€.Pour la totale, on dépassera donc les 2500€ de supplément . ça fait cher…De tout ceci, vous conclurez aisément qu’il serait fallacieux et bassement commercial de vous présenter la Fazer comme une sport-GT. Sportive légèrement embourgeoisée serait plus judicieux dans sa configuration d’origine, car le confort lui fait décidément défaut. Et pour enfoncer le clou, l’autonomie n’est pas son fort non plus : avec des consommations constatées entre 7,3L (en étant vraiment très économe avec la poignée droite) et 8,7L (en s’amusant sans excès aucun), on ne va pas loin avant d’arriver en réserve. Au cours de notre voyage, l’entrée en réserve se faisait en général après 170/180km d’autoroute. C’est vraiment peu pour un routard, et ce n’est que correct pour un sportif.

Sportive alors ?
Tiens, nous oubliions de vous parler du nouveau setting de suspensions. De nombreux utilisateurs des FZ1/Fazer 2006 s’étaient fait l’écho de la fermeté excessive de leurs suspensions. Ajoutez-la à la dureté de la selle, et vous imaginez le tableau ! Le deuxième constructeur mondial se devait donc de réagir pour assouplir ces modèles qu’il espère voir devenir des best-sellers.C’est fait donc sur les modèles 2007 et les dividendes recueillis sont effectifs : la Fazer est plus confortable (de suspensions !) qu’elle ne l’était, sans toutefois égaler en la matière l’épure de suspensions retenue sur la première Fazer 1000. En tous cas, vos lombaires et vos poignets ne profitent plus de la moindre irrégularité du terrain… On regrette d’autant plus la dureté de la sellerie et l’absence quasi-totale de protection au vent.Nous l’avons dit, la position sur l’avant (mais pas trop) assure une riche remontée d’informations et, pour peu que la moto soit équipée d’un pneu sportif, elle se révèle assez agile et incisive pour permettre un pilotage agressif. La présence de l’ABS sur notre machine d’essai a le bon go&ucirc.t d’optimiser le freinage (ex-R1 2002/2003, donc du bon) sans rien lui enlever d’intuitif. On freine fort et avec un doigté réel bien que la commande reste axiale. L’antiblocage intervient suffisamment tard pour ne pas allonger la distance de freinage dans la plupart des situations. Par contre, nous avons pu mesurer toute la légitimité du système sur les routes de cols suisses détrempées par les fortes pluies de ce début juillet : des vaches au milieu de la chaussée à la sortie d’une courbe aveugle ? Ecrasez les freins et l’ABS se charge du reste. Un plus incontestable, selon nous, même s’il vous est facturé 700€.

Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABSEssai de la Yamaha FAZER 1000 ABS

En matière de châssis, la Fazer n’a finalement pas grand-chose à envier à une R1, car son cadre lui assure une réelle rigidité, bien qu’elle soit évidemment moins agile, question de poids (205kg avec l’ABS) et d’empattement. Le bras oscillant contribue fort bien à la stabilité de l’ensemble tandis qu’il assure la motricité sans aucune hésitation quel que soit l’angle pris. Et c’est important avec les 150cv à faire passer à la roue.Le bilan dynamique pourrait donc revendiquer une certaine forme de perfection si le nouveau setting des suspensions ne venait grever l’efficacité de l’ensemble sur les mauvais revêtements. En 2006 déjà, nous avions remarqué une tendance de la FZ1 à se désunir sur mauvaises routes . cela reste vrai cette année mais en moins tapecul. Le confort gagné aboutit à ce que les suspensions se tassent trop en phase de compression et se détendent ensuite un peu trop brutalement. Comme en outre il existe un certain déséquilibre entre la fourche plus souple et le combiné arrière plus ferme, la Fazer élargit les trajectoires et vous oblige à rendre la main là où une authentique sportive ne perdrait rien de sa superbe. Mais ne boudons pas notre plaisir, la Fazer est bel et bien une moto à l’efficacité générale affirmée. Et armée d’un moteur qui, lui, n’avoue aucune limite.Du haut de ses 150cv, le moulin nanti d’un nouveau bo&icirc.tier d’injection donne cette fois satisfaction. Il a évidemment ses particularités : relativement peu souple, il reste creux sous les 4.000rpm, mais il pousse ensuite très fort jusqu’à 12.000rpm avec un net regain d’enthousiasme vers 8.000rpm. Un moulin de sportive, quoi ! Avec en prime une sonorité flatteuse distillée par le silencieux . pour du son d’origine, c’est du bon. Nous ne voyons plus trop comment un propriétaire de Fazer 2007 pourrait se lasser de son propulseur. Et la fameuse injection, LE fiasco 2006 signé Yam ?Grâce au nouveau calculateur, la voilà devenue quasi parfaite : il n’y a qu’entre 5.000 et 7.000 tours qu’on la sent encore hésiter quelque peu, mais sans aucune violence. Par contraste, on a une pensée émue pour les acheteurs des modèles 2006, car Yamaha a refusé de reconna&icirc.tre l’existence du problème, et la plupart des importateurs lui ont embo&icirc.té le pas. Pas en Belgique cependant, où D’Ieteren Sport avait corrigé le tir à ses frais. Voilà qui valait d’être souligné.

Bon alors ?

Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABS

Aucune vibration, une position naturelle mais active, des suspensions moins fermes et une injection optimisée. Que demander de plus ? Au moins une meilleure protection . ça, c’est le minimum légal. Car d’origine, dites-vous bien que la Fazer ne protège virtuellement pas plus que la FZ1 qui est esthétiquement plus réussie. Une sellerie plus souple serait également appréciable, mais c’est accessoire si on ne flingue pas du kilomètre. Et le top, ce serait un kit de ressorts progressifs qui ferait travailler fourche et amortisseur à l’unisson.En l’état, la Fazer pose un problème de positionnement. Yamaha la définit comme une sportive (ce qu’elle est, nous l’avons vu) mais veut dans le même temps l’orienter vers le tourisme comme le prouve la gamme d’accessoires disponibles. Disons d’elle qu’elle est une sportive conviviale dont on appréciera surtout le moteur très généreux et la bonne efficacité générale transcendée par la présence de l’ABS.

Fiche Technique
Yamaha Fazer 1000 ABS Moteur-Type4-temps, 4-cylindre, DOHCRefroidissementRefroidissement à liquideCylindrée998 ccAlésage x course77.0 x 53.6 mmTaux de compression11.5:1Puissance maxi.110.3 kW (150 CV) @ 11.000 tpmCouple maxi.106.0 Nm (10.8 kg-m) @ 8.000 tpmCarbutateurInjectionEmbrayageMultidisque au bain d’huileAllumageTCIMise en routeElectriqueTransmission6 vitessesTransmission finaleCha&icirc.neCapacité du réservoir d’essence18 litres (3,4 litres réserve)Capacité du réservoir d’huile3,8 litres Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABSPartie cycle-CadreAluminiumSuspension avantTéléscopiqueFront travel130 mmSuspension arrièreSwingarmRear travel130 mmFrein avantDouble disque, &Oslash. 320 mmFrein arrièreSimple disque, &Oslash. 245 mmPneu avant120/70 ZR17M/C (58W)Pneu arrière190/50 ZR17M/C (73W) Essai de la Yamaha FAZER 1000 ABSDimensions-Longueur hors tout2.140 mmLargeur hors tout770 mmHauteur hors tout1.205 mmHauteur de selle815 mmEmpattement1.460 mmGarde au sol mini.135 mmPoids à sec199 kg / ABS: 205 kg ImportateurD’Ieteren SportParc industriel de la Vallée du Hain 371440 Wauthier-Braine02/367.14.11
« 

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...
Article précédentGants Prexport Action
Article suivantBMW K 1200 R Sport

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité