Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Un costume sans équivoque


Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterRarement les designers d’un scooter ne se sont autant lâchés sauf peut-être pour les 50cc au public plus jeune. De la face avant très agressive à la coque arrière digne d’une sportive, tout sur le T-max veut donner une image dynamique. Les phares effilés lui donnent un air bestial, le design des clignotants intégrés donne aussi le ton. Le message est clair, on n’est pas sur un GT ici, et si vous voulez du fun, vous allez être servis.

 

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterA l’arrière, le look affirme également le tempérament de feu du T-max : feu et clignos blancs ainsi que les lignes tendues avec un silencieux pointant vers le haut achèvent le tableau. Même le tableau de bord coinçant un écran LCD entre deux compteurs analogiques (un pour la vitesse et l’autre pour un compte-tours) s’illumine de rouge comme pour mieux vous exciter.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter  Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Du coup, la selle paraît presque trop généreuse, trop sympathique dans ce costume plutôt racing.

Avouez que ce coloris noir furtif donne envie d’essorer la poignée en toute impunité mais ne rêvez pas, la plaque passera bien sur les photos, elle…

 

Du peps sous la poignée
Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterLe bicylindre du T-max passe à 530cc et développe ainsi 46 cv pour un poids de 221 kg (tous plein faits), une augmentation de cylindrée qui, sur papier du moins, le place quand même en dessous des nouveaux venus avec 60 cv pour le BMW C600, plus lourd, et 76 cv pour l’Aprilia SRV (249 kg à sec) mais la puissance ne fait pas tout.

Il ne joue par ailleurs pas dans la catégorie des maxiscooters GT comme le Burgman 650 récemment testé. Ici, on parle accélérations, reprises, prises d’angle…

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Le T-max ne fonctionnant qu’en automatique, il suffit de tourner la poignée mais gardez un oeil sur le compteur sous peine de vous faire surprendre par la vitesse. Avec une protection plus importante qu’à moto, on ne se sent pas roulerLe compte-tours n’est là qu’à titre informatif, est-ce bien utile d’ailleurs ?

Il est certes flatteur de voir l’aiguille monter rapidement vers la zone rouge mais quand même, sans embrayage, c’est tout de suite moins drôle.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterNon seulement, il accélère bien mais en plus, il offre des reprises suffisantes pour dépasser sans risque et même sur les petites routes. S’il n’arrive toujours pas à procurer les mêmes sensations que sur beaucoup de motos, il s’en rapproche et les plus pressés d’entre vous devraient y trouver leur compte.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterTant qu’on parle sport, on regrettera un peu le freinage qu’on aurait aimé plus mordant à l’avant malgré les deux disques de 267mm. Avec les prestations du moteur, plus de puissance sur les freins ne nous aurait pas déplu même si, avec la pluie qui nous a accompagné tout l’essai, notre impression est peut-être faussée mais sur quelques arrêts, on s’est senti un peu trop long, nous obligeant à retirer plus fort sur les deux poignées, entamant du coup une petite glissade du pneu avant.

Pourtant l’abs est là pour veiller à votre sûreté, on lui en demandait trop sans doute et sur le sol détrempé, on suppose qu’une moto aurait donné le même résultat. Si vous hésitez d’ailleurs, tirez les deux poignées, le disque arrière est encore plus grand…

Plus de sport, moins de confort
Ne nous méprenons pas ! Le terme confort ne se limite pas à la selle et aux suspensions. Sur ce point d’ailleurs, le T-max reste accueillant avec une position relax, pieds au plancher ou devant, petit dosseret pour le pilote et seule la passagère est moins gâtée avec des pose-pieds moto. Heureusement, sa selle est généreuse et les poignées bien dimensionnées.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Quand on dit moins de confort, on parle en fait des aspects pratiques absent sur le T-max (en comparaison avec le Burgman toujours) : pas de poignées ni de selle chauffantes, bulle réglable mais avec des outils, espace sous la selle plus restreint même si notre modulable peut y tenir, on remarque la différence de taille. Les rangements sont aussi moins nombreux : un petit clapet porte carte (ou clés) à gauche et un fourre-tout fermant à clé à droite.

On se demande par contre pourquoi Yamaha a fait l’impasse sur la qualité de ces deux éléments, comparé au reste, ça fait cheap et on doute de la solidité à long terme.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

 

Soyez sport au quotidien

Avec un moteur pétillant, il faut une partie cycle qui assure. De ce côté, il sera difficile de faire des reproches au T-Max. Suspensions avant et arrière jouent de concert pour garder l’équilibre entre confort et conduite sportive. La stabilité en courbe est étonnante et la garde au sol permet bien des fantaisies. Même le gros pneu arrière de 160/60 n’entrave pas la maniabilité dans les petits virages et le scooter est très facile en ville, un vrai plaisir de se faufiler partout. L’essai trop court et la météo pourrie nous laissent sur notre faim, on aurait aimé le pousser un peu plus dans ses retranchements et vous offrir plus d’action sur la vidéo et les photos, une prochaine fois peut être.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Question appétit, l’ordinateur de bord (gérable via les deux boutons à côté du LCD) nous gratifiait d’abord d’une moyenne de 5,4 l/100, ça nous para&icirc.t élevé en sachant qu’on n’a pas pu l’utiliser au maximum de ses possibilités. Mais on a aussi pu descendre à 5 l/100 ce qui donne une autonomie moyenne de 300 kms avec les 15 litres du réservoir.Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterSes aspects pratiques, son moteur sympa, sa partie cycle rassurante permettent sans souci une utilisation au quotidien, en ville ou sur autoroute, avec ou sans la pluie en plus… Son côté sport, à défaut de sensations, ajoute une touche fun au scooter et lui fait marquer des points chez les motards qui auraient peur de s’ennuyer à son guidon.

 

Que demander de plus ?
Heureusement que l’essai était court finalement, on n’a pas eu le temps de s’attacher.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Hormis notre réserve sur la puissance du freinage et la qualité des vides poches avant, on a peu de choses à lui reprocher en fait.

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooterAprès, tout est question de choix : vous voulez plus de place, plus de confort ou de gadgets, les scooters GT vous tendent les bras.Si vous préférez garder un aspect ludique et plus de maniabilité, le T-Max est un bon choix alliant les aspects pratiques du scooter et le peps de son moteur bien aidé par la partie cycle.

Proposé à 10.590 euro, il se place au dessus d’autres motos et vous le comparerez sans doute aux nouveaux venus : le BMW C600 (en retard de production au moment d’écrire ces lignes) et l’Aprilia SRV 850 encore plus sportif mais plus exclusif. Vous aurez peut-être la chance d’en lire ici les essais plus tard dans la saison. Une autre option serait le nouvel Integra d’Honda qui n’est pas non plus dénué d’intérêt.Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

Bref, le T-Max s’adresse à un public très large, débutant ou confirmé, homme ou femme, que ce soit juste pour aller bosser et éviter les files ou pour une utilisation plus complète en lui ajoutant au programme vos escapades du week-end : se manger une petite glace à la côte ou se boire une petite bière d’abbaye près de la Molignée peuvent s’envisager sans souci au guidon du T-Max tout en gardant une bonne dose de plaisir pour y aller.

: Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

 

 

Importateur :Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter
D’Ieteren Sport
Parc industriel de la vallée du Hain 37
B-1440 Wauthier-Braine
+32 (0)2/367.14.11

 

Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter  Yamaha T-Max 2012 : le côté sport du scooter

 

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,418FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Au bonheur des navetteurs 3

Nous avons déjà proposé des itinéraires alternatifs aux navetteurs partant de Charleroi, Mons et Namur; voyons cette fois comment retrouver un certain...

Kawasaki Z1000SX 2014

S’il est une catégorie où les nouveaux modèles se font de plus en plus rares, c’est bien celle des « GT sportives ». Est-ce parce que...
Publicité