Triumph Rocket 3 Touring

Belle et très confortable

Si de loin, la Rocket fait penser à une H-D, toute équivoque se dissipe une fois qu on s en approche. L énorme 3-pattes occupe toujours une place énorme dans le châssis, et la massivité est bien celle d une Rocket III. Mais la comparaison avec la Rocket Classic s arrête là, puisque seuls le moteur, les freins, l’éclairage arrière et les rétros sont les mêmes que sur le super cruiser original, lancé en 2004 déjà. La Touring met l’accent sur le confort de suspensions, l’accueil du pilote et la facilité d’utilisation, comme le montrent le nouveau sélecteur de vitesses, entièrement réglable en position talon/pointe, un nouveau pare-brise, des valises rapidement amovibles ainsi que les commodos ergonomiques. Le magnifique compteur chromé est complet avec, en prime, un écran digital et une jauge mécanique. Bref, tout a été pensé pour le plus grand confort du passager et de son pilote.

Petit s’abstenir
Une fois en route, le confort annoncé est évident, la selle est hyper confortable et les suspensions Kayaba entièrement réglables font un travail magnifique, à notre avis jamais vu sur un power cruiser. Grâce à son large guidon et à des roues plus étroites (180 au lieu de 240 à l arrière) que sur la Rocket classic, la Touring gagne en vivacité à la mise sur l’angle. S il vous faudra un effort moindre pour l’engager dans la courbe, à basse vitesse par contre, la Rocket Touring a tendance à tomber toute seule vu son énorme poids (358 kg), et vous demandera donc une sérieuse poigne pour la ramener ! Côté moteur, le 3-cylindres qui reçoit une nouvelle cartographie pour un meilleur contrôle des gaz en cruising, produit une sonorité toujours aussi sympa. Si la puissance est tombée à 106 ch, le couple maximum passe à 209Nm à 2.025rpm, ce qui lui confère une poussée quasi infinie bien que moins violente que sur sa congénère  » normale « . La bo&icirc.te 5 fait du très bon travail, mais sera de toute manière peu sollicitée tant le couple moteur permet de fantaisies. Le réservoir passe de 24 à 22,3 L ce qui diminue d autant l autonomie, laquelle devient carrément ridicule si vous avez le malheur d essorer un peu trop la poignée de droite. Sur ce point, on ne comprend vraiment pas l évolution retenue par le fabricant d Hinckley . avec une consommation qui peut excéder les 9 litres quand on conduit en mode  » fun « , la grande voyageuse s arrête vite&hellip.

Rocket III différente
Triumph Rocket 3 Touring

Presque tout est nouveau sur cette Touring donc: roues, suspensions, selle, réservoir, instrumentations, phare et châssis. En ce qui concerne ce dernier, il encaisse sans sourciller la cavalerie et le couple de camion, et participe ainsi grandement au confort général. Côté freinage, on garde un double disque de 320 mm 4 pistons à l avant et un mono disque de 316 mm à l arrière, déjà vu sur la Classic. Si ce dernier est plutôt efficace, les doubles disques avant n ont rien d impressionnant vu le poids de l engin. Disons qu ils font correctement leur travail, mais sans plus.

Un autre monde
Triumph Rocket 3 Touring

Avec sa Rocket 3 Touring, Triumph s attaque à 2 &icirc.cones d un seul coup, la Honda Goldwing et les H-D Road King ! Pour y arriver, elle possède d indéniables qualités comme son extraordinaire moulin et un confort haut de gamme pour ce cruiser GT (valises d origine) ! Sa finition est exemplaire et le catalogue regorge de près de 70 nouveaux accessoires. Si ce n est un gabarit qui frise tout doucement l excès et les limites du  » conduisible « , et une consommation qui risque de faire mal à votre portefeuille, cette nouvelle venue de Hinckley ravira les passionnés du genre et vous propulsera d un seul coup dans un monde d exclusivité et de luxe.

Triumph Rocket III Touring 18.990€ en septembre 08
Moteur : 2 294 cm3, 4 temps, 3 cylindres en ligne, alésage 101,6 mm x course 94,3 mm, refroidi par eau, 2 ACT et 4 soup./cyl., injection électronique, 5 vitesses, démarreur électrique, transmission par arbre et cardan Puissance 102 ch. (75 kW) à 5 250 tr/min, couple 20,8 daN.m à 2 250 tr/min Partie cycle : cadre acier tubulaire, fourche diam. 43 mm, 2 amortisseurs AR réglables en précontrainte, freins AV 2 disques diam. 320 mm / étriers 4 pistons – AR disque diam. 316 mm / étrier 2 pistons, pneus AV 150/80 x 16 – AR 180/70 x 16 Gabarit : empattement 1 708 mm, hauteur de selle 736 mm, réservoir 22,3 litres, poids à sec (constructeur) 362 kg

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,404FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité