Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

Suzuki sort son flingue

Pour dynamiser les ventes de sa méconnue GSR 750, Suzuki Belgique embo&icirc.te le pas à l’importateur suisse et sort sa FreeGun, une GSR d’origine mais optimisée au plan esthétique. Et c’est dans le mille !

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

 » Terrible, nous confie le mécanicien attitré de l’importateur belge : je ne fais pratiquement plus que ça . transformer des GSR noir mat en FreeGun, à grands coups de kits stickers, de pièces anodisées et de sabots moteurs. Pas de doute, c’est la Suzuki qui se vend le mieux ! « Pourtant, la FreeGun n’est ni plus ni moins qu’une GSR 750 100% d’origine (son châssis est toujours en acier, ses étriers de freins sont toujours axiaux, …), mais les transformations, signées en majorité par les Français de S2 Concept, lui apportent un surcro&icirc.t d’agressivité qui se marie parfaitement à sa ligne déjà féline d’origine. Quant au kit d’autocollants, ne craignez pas de le voir se décoller sous l’effet d’un nettoyeur à haute pression : ils sont composés de PVC semi-rigide qui adhère parfaitement aux surfaces de la machine. Au fait, le kit FreeGun, c’est quoi au juste ?

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014 Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

Kit stickers carrosserie et jantes .Saute-vent .Sabot moteur avec protection du vase d’expansion.Cache radiateur .Guidon 28mm .Support de plaque .Protection de réservoir en résine.Silencieux Scorpion carbone (en option). Le tout, pour 9190€, soit 1000€ de plus qu’en version standard, mais toujours avec l’ABS. Certes, la différence de prix est appréciable, mais le look de la machine prend un sérieux coup de boost. Un peu comme s’il s’agissait d’une nouvelle GSR. Bien vu, Suzuki San !

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

 

 

Et pourtant…
Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

Lorsque la première mouture de la GSR 750 fut présentée au Mondial du deux-roues 2010, certains s’empressèrent de dénoncer une finition en retrait et des solutions techniques trop éculées pour avoir droit de cité de nos jours. Les râleurs épinglaient le cadre périmétrique en acier, les étriers de frein axiaux à deux pistons . et dénonçaient le fait que Suzuki avait abandonné le bras oscillant des GSXR alors que la motorisation est bien issue de la sportive 2006. Lorsque le modèle définitif fut commercialisé en 2011, la finition avait bien progressé mais les solutions techniques étaient restées ce qu’elles étaient. Il faut croire que cela suffit à discréditer tant soit peu le modèle car force est de reconna&icirc.tre que la Suzuki n’a pas connu le même succès commercial que d’autres roadsters mid-size.La FreeGun, apparue pour la première fois à l’instigation de l’importateur suisse en 2012, tombe donc à pic pour relancer l’intérêt porté par le public à cette machine qui le vaut largement.

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

Dans sa livrée FreeGun, la GSR  » en jette  » indéniablement . les réflexions recueillies auprès d’observateurs neutres durant notre semaine d’essai en font foi. En statique, nous ne voyons que deux bémols éventuels : le flanc gauche du bloc moteur laisse un peu trop de câbles visibles et, c’est vrai, le bras oscillant fait un peu  » cheap  » sur une machine dont l’allure générale évoque une sportivité certaine. Il n’empêche que, même d’origine, la GSR affiche selon nous une esthétique de bon ton . quant à la FreeGun, elle fait mouche si on aime un coloris mat.  » Nous avons aussi essayé en interne une FreeGun sur base de la GSR bleue, nous confie le responsable marketing de Suzuki Belgique, mais nous n’aimions pas trop le résultat et nous avons abandonné l’idée.  » Dommage d’après nous car, pour avoir vu la moto en question, nous ne la trouvions pas mal du tout…

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014
La GSR bleue en version d’origine

 

 

Jamais en reste

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014 Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

En selle, la position est naturelle et neutre car le gros guidon est étroit (tant mieux dans les embouteillages!) et légèrement rehaussé par rapport à l’élément d’origine. L’assise para&icirc.t suffisamment spacieuse et rembourrée pour le pilote . elle l’est d’ailleurs et il faudra que la route se prolonge au-delà de 2 ou 3 heures pour qu’une certaine dureté se fasse ressentir. De son côté, le passager est (un peu) moins bien loti : s’il apprécie des jambes peu repliées, il se plaint par contre d’une selle trop exigu&euml. qui met ses fessiers en contact avec l’habillage arrière, de sorte que son strapontin lui para&icirc.t vite trop dur. De leur côté, les suspensions plutôt douces et progressives assurent un confort préservé et, sur ce point, même le passager est d’accord.Les transmissions sont, comme on pouvait s’y attendre, conformes aux standards nippons et n’appellent donc que peu de commentaires. Nous signalerons juste que le point mort est parfois un peu malaisé à retrouver au départ de la deuxième, mais c’est pour ergoter…

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014
Alors, ces étriers ?

Certes, les solutions de freinage retenues sur la GSR sont on ne peut plus classiques, mais elles donnent satisfaction : le freinage avant est progressif et puissant pour autant qu’on n’hésite pas à tirer franchement le levier. Un roulage piste sur une seconde GSR (d’origine et sans ABS) nous a appris que ce frein était également endurant et ne souffrait d’aucun fading. L’arrière complète valablement le tableau en étant plus mordant que la moyenne. S’agissant du comportement de l’ABS, nous dirions qu’il est parfait pour l’avant mais intervient trop tôt sur la roue arrière. Sur route, la GSR impose très vite sa facilité de prise en mains : très intuitive, elle est étonnamment agile parce qu’elle s’appuie sur un train avant rigoureux qui renvoie précisément au pilote les informations filtrées depuis le revêtement routier. L’arrière suit sans problème, même s’il éprouve un peu plus de difficulté sur les revêtements dégradés, mais pas au point que la moto se désunisse. D’une manière générale, la GSR gratifie donc son pilote d’une très belle rigueur, d’autant que le châssis acier -d’une largeur idéale- ne manque aucunement de rigidité. En foot, on appellerait ça une  » clean sheet  » puisqu’en dynamique, il n’y a pas grand-chose à reprocher à une GSR. Ah si, peut-être ceci : au-delà de 180km/h (sans protection, il faut déjà y aller!), la Suzuki a tendance à louvoyer légèrement, surtout lorsqu’elle se trouve dans le sillage aérodynamique de gros véhicules, tels les poids lourds ou les autocars.

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

 

 

Et plus encore

Avec cette carte de visite, la GSR avait déjà largement de quoi assurer le bonheur de son propriétaire. La tentation était donc grande de répondre à l’invitation de Suzuki France pour en emmener une sur circuit.

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

Eh bien figurez-vous que, dans cet exercice ô combien particulier, la Suzuki ne démérite aucunement. Au contraire, elle s’appuie sur les qualités déjà démontrées sur route pour assurer un service des plus corrects sur un circuit. Malgré ses possibilités de réglages limitées, la GSR démontre son potentiel et son équilibre en mettant immédiatement son pilote en confiance : freinage suffisant, fourche précise, châssis stable et moteur aux gènes de GSXR s’allient pour vous donner des performances réelles dans un contrôle qui para&icirc.t total. Une bonne surprise, assurément pour l’acheteur potentiel qui entend pratiquer occasionnellement le circuit.

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

En effet, la mécanique et ses 106cv ne sont pas en reste : le bloc 749cc s’éveille vers 3800rpm -ce qui est beau!-, reprend à 6000 et commence à pousser très fort à 8000rpm, soit à 3000 tours encore du rupteur. Au total, ce moteur reste globalement linéaire mais en offrant 3 coups de rein bien sensibles qui ajoutent une touche de vigueur à sa personnalité sans jamais le rendre violent. Sa sonorité est du reste plutôt sympathique (merci à l’admission) et son appétit reste limité : de 5,4L/100km sur routes à 6,9L sur piste . il n’y a pas là de quoi attrister un tarmo. Notre essai s’achève donc en considérant que la GSR est décidément une machine qui gagne à se faire conna&icirc.tre. Et il semble que sa livrée FreeGun soit idéale pour cela…

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014 Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

Importateur : Suzuki Belgium SA, Satenrozen 82550 Kontich, 00 32 (0)3 450.04.11, www.suzuki2wheels.be

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

 

 

Fiche technique 

Suzuki GSR 750 FreeGun ABS 2014 – 9190€

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014 Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014

GSR750A FREEGUN – NEW 2014 CARACTéRISTIQUES TECHNIQUES Dimensions, poids et contenuLongeur2115mmLargeur785mmHauteur1060mmEmpattement1450mmGarde au sol145mmHauteur selle815mmPoids plein fait213kgRéservoir17.5LMoteurNombre de cylindresQuatreAlésage72mmCourse46mmCilindrée749ccEntrainementTransmission6 vitessesChassisSuspension avantFourche inversée télescopiqueSuspension arrièreMonolinkFreins avantDouble disqueFreins arrièreSimple disquePneu arrière120/70ZR17M/C (58W), tubelessPneu arrière180/55ZR17M/C (73W), tubeless

Suzuki GSR 750 FreeGun – 2014
« 

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité