asd

Suzuki Burgman 400: douce postérité

Prendre les commandes d’un Burgman, c’est comme retrouver un vieil ami avec qui on s’est toujours bien entendu depuis… 1998. Certes, on n’est pas surpris mais on y trouve son plaisir.

Ce Burgman 400 millésime 2022 n’est pas à proprement une nouveauté, c’est une évolution douce qui conserve les nombreuses qualités du modèle précédent, apparu en 2017 et revu en 2019, tout en peaufinant certains aspects. Les plus évidents sont la nécessaire transition écologique vers la norme Euro5, l’adoption d’un anti-patinage et le recours à la technologie du double allumage. Cela peut paraître chiche, mais permet néanmoins de redécouvrir une référence du créneau scooters sous un jour nouveau.

Suzuki Burgman 400: douce postérité

En statique, c’est classique

C’est peut-être dans ce domaine que le Burgman rend le plus de points à une concurrence qui fait la part belle à l’agressivité des lignes et à un modernisme gadgétisé. Chez Suzuki, on reste fidèle au classicisme, ce qui n’empêche pas ce 400, défini par la marque comme le « coupé Burgman », de conserver des mensurations de 125, une caractéristique dont on profite constamment à l’usage. La selle est élégamment surpiquée d’un bleu qui rappelle les jolies jantes. A l’avant, la roue est en 15 pouces, ce qui est avantageux en termes de maniabilité et de stabilité.

Sous la selle, le stockage de 42L permet d’abriter notre intégral en taille XXL, ce qui est assez rare pour être souligné. Deux rangements de 2,8L et 3,5L sont en outre présents sur le tablier avant et l’un d’entre eux propose aussi une prise 12v. Doté de parties peintes et vernies, le tablier est d’ailleurs plus qualitatif que dans le passé et il s’équipe toujours d’un pratique frein à main. Le tableau de bord reste fidèle aux compteurs analogiques, ce que d’aucuns reprochent à Suzuki ; il faut convenir qu’à l’heure du tout digital cela confine à l’anachronisme mais l’ensemble n’est pas dénué d’élégance. De leur côté, les finitions sont au niveau de ce qu’on peut attendre d’une icône du segment et la monte pneumatique est confiée aux Dunlop ScootSmart.

En dynamique, c’est énergique

Le monocylindre à refroidissement liquide et double ACT développe 31cv et s’appuie sur un couple de 36Nm : ne vous y trompez pas, ce propulseur est du genre belliqueux et le 400 aime prendre des tours et montrer aux voitures qu’il peut se faire respecter dans la circulation. Nous avons même atteint un appréciable 150km/h au compteur sur autoroute malgré le faible kilométrage de l’engin. Résultat : on ne s’ennuie pas au guidon du Burgman. Point positif à mettre au crédit du double allumage, on note une diminution de la consommation : alors que notre moyenne s’était stabilisée à 4,3L/100km en 2019, elle s’est arrêtée à 3,9L cette année.

Evidemment, un moteur volontaire doit s’appuyer sur un châssis et des suspensions au diapason, et le Burgman ne déçoit pas non plus sur ce plan. Très stable même à haute vitesse sur autoroute, le scooter Suzuki accepte d’être emmené presque sportivement : rigide et étonnamment maniable, il s’appuie notamment sur une suspension arrière sophistiquée et dotée d’un amortisseur placé sous le moteur ; cette configuration particulière sauvegarde un certain confort d’amortissement et permet aussi au Burgman d’encaisser les inégalités routières sans se désunir, ce qui n’est pas courant sur les scooters de petites et moyennes cylindrées. Irréprochables voire sportifs sur le sec, les Dunlop ScootSmart nous ont semblé plus en délicatesse avec les chaussées détrempées.

Suzuki Burgman 400: douce postérité
Le tablier, avec ses parties peintes et vernies, est plus qualitatif que dans le passé et les deux vide-poches sont appréciables

Et c’est là qu’intervient bien à propos le Traction Control non réglable –inutile avec 31cv !- mais déconnectable : il fait son office tout en douceur en interrompant l’allumage et on ne le remarque que par le clignotement du voyant dédié sur l’instrumentation. Pour stopper ce pétillant Burgman, les trois disques retenus suffisent largement ; leur puissance ne vous surprendra pas, mais leur feeling est excellent et l’ABS reste toujours discret, comme il se doit. Les noctambules apprécieront un éclairage LED puissant qui offre la particularité de bien éclairer les bas-côtés de la route, chose toujours appréciable en courbe. Notons que les clignotants restent, quant à eux, équipés d’ampoules classiques. S’agissant de confort, pilote et passager n’ont aucunement à s’en plaindre : la selle est moelleuse (un peu glissante pour le conducteur) et les suspensions s’acquittent honorablement de leur tâche, avec là aussi une mention spéciale au combiné arrière réglable en précontrainte sur 7 niveaux.

Suzuki Burgman 400: douce postérité

Qu’en conclure ?

Clairement à l’usage, aucun propriétaire de Burgman 400 n’aura à se plaindre. Avec son moteur volontaire, sa partie-cycle efficace, son confort et ses aspects pratiques préservés, le scooter Suzuki mérite de rester une référence du segment. Ceci dit, son classicisme assumé (ou devrait-on parler d’immobilisme?) peut le desservir aux yeux des amateurs de modernité. Mais le pire, c’est son prix : 8499€, il s’agit là sans nul doute du principal frein à son succès commercial.

Principales données techniques

Moteur
Type : Monocylindre, 4 temps, refroidissement liquide, distribution par double arbre à cames en tête, 4 soupapes
Cylindrée : 399 cm3
Puissance maximum : 31 chevaux (23 kW) à 6.300 tr/min
Couple maximum : 36 Nm à 4.800 tr/min
Boîte de vitesse : automatique CVT



Partie-cycle
Cadre : périmétrique en acier
Suspension avant : fourche télescopique de 41 mm, débattement 110 mm
Suspension arrière : monoshock avec amortisseur réglable en précharge sur 7 niveaux
Frein avant : deux disques de 260 mm, étriers double piston, ABS
Frein arrière : un disque de 210 mm, étrier simple piston, ABS


Dimensions
Empattement : 1585 mm
Hauteur de siège : 750 mm
Poids : 215 kg
Réservoir : 13,5 litres

Suzuki Burgman 400: douce postérité
Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité