Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

Il y a quelques années déjà, on avait eu le plaisir de vous présenter le Shoei GT-Air, un intégral touring avec déjà un écran solaire intégré. Intégré, il est vrai mais on voyait nettement l’espace supplémentaire dédié à cet effet sur le devant de la coque. Le GT-Air était déjà un très bon casque mais le travail était perfectible, notamment pour l’insonorisation et  Shoei a relevé le défi.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.
Le GT-Air version 1, forcément côté déco, c’est incomparable
Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.
Le nouveau GT-Air 2

Sur le design, il évolue en douceur, on reconnait toujours le GT-Air et ceux ou celles qui n’ont pas le sens du détail ne verront sans doute même pas la différence entre les deux. Un design sportif avec des lignes très marquées donnant du relief de lavant jusqu’au spoiler intégré. De chaque côté sur le bas, on trouve deux triangles en plastique noir, pas forcément du plus bel effet mais ils sont prévus pour accueillir l’intercom Sena spécialement développé pour ce casque. Une grosse prise d’air au menton et une grande sur le sommet du crâne sont les seules entrées pour assurer l’apport en air frais. La commande de l’écran solaire interne prend place juste le point de rotation du principal, pas très grande pour éviter les turbulences mais suffisamment pour être utilisée même avec des  gros gants. Sobre et efficace, tout simplement mais vous pouvez aussi opter pour les décorations plus originales.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

A l’arrière, la coque est préformée pour intégrer le spoiler et deux sorties d’air prennent place juste au-dessus. Tout en bas, la coque semble refaire un petit spoiler en plus.
Rien d’extravagant dans la forme mais ça ne gâche rien, le GT-Air 2 est beau, tout simplement.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

Shoei reprend une conception en AIM, un mélange de fibres de verre et de fibres multi-composite en couches superposées pour offrir une grande résistance aux chocs tout en limitant son poids. Avec un peu plus de 1400 grammes, le GT-Air 2 est bel et bien un intégral léger et au quotidien ou sur de longues balades, on apprécie son équilibre autant que sa légèreté.
A l’intérieur, les mousses EPS en double densité devraient permettre d’amortir et répartir les impacts en cas de chute.  Devraient… oui, on l’avoue, on ne passe pas par la case crash-test.

Toujours pour votre sécurité, il opte pour le système EQRS qui permet aux secours d’extraire les mousses de joues rapidement.

Shoei garde une boucle micrométrique en acier inoxydable pour une fermeture rapide mais la sangle a été déplacée pour moins de friction en roulant. On aurait pu espérer voir les pattes matelassées sous la sangle se rejoindre sous la fermeture pour plus de confort mais on pinaille sur un détail. Elles sont par contre démontable pour passer au lavage.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

Tout l’intérieur est d’ailleurs démontable et lavable, un must maintenant. Le rembourrage des joues adopte plusieurs couches de polyuréthane pour un ajustement au top. Il y a aussi un passage prévu pour les branches des lunettes. Shoei a aussi pensé à des rembourrages pour les emplacements des oreilles afin d’augmenter l’insonorisation, à moins que vous n’optiez pour l’intercom intégré (ou un autre). Sena a développé le SRL-02 pour ce casque et sans l’avoir testé, je dois avouer que je préfère nettement les solutions intégrées. Même si on peut leur trouver des défauts, le fait d’avoir tout dans le casque est, pour moi, un bel avantage.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

Avant d’enfiler le casque, vous noterez que l’intérieur est plutôt doux et que le cache menton est assez grand et souple, un gage de confort et d’insonorisation (on y reviendra plus loin). L’écran principal est large et sans distorsion. Pour le fermer, un petit clips sur le bas suffit et on peut l’entrouvrir pour désembuer mais il faudra vraiment une météo bien pourrie parce qu’il est aussi livré avec un Pinlock Evo dont l’efficacité n’est plus à prouver.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.


Histoire de l’utiliser toute l’année sans souci, le bord de l’écran vient se coller à un large joint qui possède des points de drainage pour évacuer la pluie. Il est aussi démontable sans outil.
En plus de cet écran, le GT-Air a gardé son écran solaire, une intégration plus discrète que sur la première version. Il est lui traité anti-buée et anti-rayures et Shoei annonce une protection de 99% contre les UV.

Dès qu’il fait plus chaud, vous pouvez ouvrir les deux ventilations : au menton et au sommet du crane. Elles sont larges et apportent leur lot d’air frais mais en effet, en plein été, ça pourrait se montrer insuffisant. On sent bien l’air entrer et circuler jusqu’aux extracteurs arrières.  Il faut dire qu’avec les jours de canicule que nous avons eu…. difficile de trouver un intégral qui permette de rester au frais.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

Et sur la route, ça donne quoi ?

Parce que forcément, c’est bien ce qui nous intéresse tous, le GT-Air 2 fait il mieux que le premier du nom ?

Hé bien, je pense que sans trop me tromper, oui, le 2 est bien mieux. Amélioré et étudié en soufflerie, l’aérodynamisme du Shoei garantit un très bon équilibre et une bonne stabilité même à grande vitesse. Et surtout, le GT-Air 2 se montre bien insonorisé. En ville et sur les petites routes, c’est un régal à porter et même sur autoroute, le volume sonore dans le casque est tout à fait raisonnable. On peut même envisager de rouler sans ses protections auditives.

Shoei GT-Air 2, une update bienvenue.

Bref, voilà un intégral complet, qu’on ne peut que recommander si vous cherchez un casque pour vous accompagner tant au quotidien qu’en balade. Il ne vous reste qu’à choisir le coloris et avoir le budget pour : environ 530 € en uni, le GT-Air 2 grimpe à 630 € pour les autres graphiques. L’intercom Sena se négocie contre environ 290 € mais comme on vous le disait, je ne l’ai pas testé avec le casque.

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,371FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité