Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis

Toujours désireux d’innover, les Hollandais de Rev’it! nous proposent de nouvelles bottes hautement techniques qui, si elles se destinent d’abord à l’aventure, sont plus polyvalentes qu’il n’y paraît.

Facturées 350€, il va de soi que les Discovery Outdry se positionnent d’emblée dans la sphère haut de gamme. A ce prix, on en attend des prestations de haut vol et une « technologie embarquée » du dernier cri; deux critères auxquels les bottes Rev’it! satisfont sans nul doute. Voyons cela de plus près.

Très techniques

Le plan de Rev’it! est clair en présentant ses Discovery Outdry: Elles se doivent d’être des bottes d’aventure mais leur polyvalence et leur esthétique soignée doit leur permettre de répondre aux exigences d’un usage quotidien et touring. Pour y parvenir, la marque n’a pas lésiné sur les moyens et, techniquement parlant, ses nouvelles bottes briguent le sommet de la production actuelle.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Le matériau réfléchissant se trouve également sur la face interne

 

Leur poids contenu en fait déjà des hauts de gamme: 1040g par botte (en comparaison, une Sidi Armada pèse 1270g), c’est le poids d’une botte vintage n’offrant absolument pas la même sécurité, comme la Stylmartin Legend. Après la pesée, on sait donc à quoi s’en tenir, mais c’est dès la sortie de leur boîte que les  Discovery Outdry font mouche: elles sont belles et leurs finitions mêlant cuir pleine fleur, daim, cordura et caoutchouc de couleurs et textures différentes flattent l’œil. Si leur tige était plus courte, elles passeraient bien pour des chaussures de randonnée, ce qui est le cas lorsqu’elles disparaissent sous un pantalon.

 

Deux originalités primordiales et brevetées viennent ensuite élever le niveau de technicité:

Le procédé Outdry: les Discovery n’embarquent pas de membrane étanche. La membrane est ici laminée à chaud (en fait elle est thermo-durcie) sur toute la surface extérieure de la botte. L’absence de coutures scellées rend impossible toute infiltration d’eau et, cette dernière étant maintenue à l’extérieur, la botte ne s’engorge jamais. Dès lors, elle reste légère à l’usage même sous forte pluie continuelle et elle sèche très vite.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Le procédé Outdry, déjà testé sur des gants Knox, est épatant

 

Le système Boa: tout comme l’Outdry, il permet une économie de poids substantielle puisqu’il économise tirette, rabat et coutures. Il s’agit d’un système de laçage rapide commandé par une mollette située sur le tibia. Elle tend ou détend un mince câble d’acier contenu dans une gaine plastique pour que la botte épouse au plus près votre morphologie. Il devient en outre inimaginable de perdre sa botte en cas de chute.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Le Boa permet une adaptation fine à la morphologie de chacun

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Un ensemble semelle de haute technicité

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis

 

Pour le reste, l’ensemble semelle -qui se compose en réalité de 6 éléments superposés- offre un extérieur fournissant adhérence (même sur une sportive!) et stabilité tout en absorbant les chocs grâce à sa densité variable. A l’intérieur, le lit plantaire est anatomique et est pourvu d’une talonnette spéciale stabilisatrice et antichocs, très utile en pilotage TT.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Protection de cheville

En matière de sécurité passive, tout y est à la cheville (coque injectée), au tibia, sur la pointe et au talon (protections thermoformées). Ajoutons que tous les revêtements extérieurs sont conçus pour offrir une forte résistance à l’abrasion. Enfin, la sécurité active profite de zones réfléchissantes à hauteur du tendon d’Achille mais également sur 90% du pourtour de la botte, juste au-dessus de la semelle. L’intérieur est évidemment traité antibactérien comme anti-odeurs, et les tailles disponibles s’étirent du 38 au 47.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Le renfort de talon est très travaillé, comme celui de la pointe

 

Très efficaces avec un bémol

Esthétiquement, les Discovery Outdry n’ont rien de classique et elles sont rudement belles; cette plastique du compromis Aventure/Touring/Randonnée fait mouche et, répétons-le, sous un pantalon, elles ont l’avantage de ne pas être typées moto puisque le renfort de sélecteur en TPU est très discret.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
La Discovery est une très belle botte

 

Il n’y a rien à dire de la sécurité car, dans les Discovery Outdry, on sent protégé et soutenu comme dans une botte racing: l’impression ressentie est pour nous la même que dans nos Sidi Vortice utilisées en piste, c’est dire. Le Boa est on ne peut plus simple d’utilisation: on presse la molette pour pouvoir serrer le câble et ainsi ajuster la botte et on la tire vers l’extérieur pour détendre le tout. Comme le système est présent depuis belle lurette déjà dans les chaussures de vélo ou chez d’autres manufacturiers (Knox entre autres), on peut compter sur sa fiabilité à long terme. On apprécie aussi beaucoup la « lichette » arrière permettant de tirer sur la botte au moment de l’enfilage. Par contre, se déchausser demande davantage d’effort.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Même sale, elle reste semblable à une chaussure de rando

 

La tige est à hauteur des bottes Touring de la concurrence; compromis oblige, Rev’it! n’a pas souhaité une tige aussi haute qu’en motocross pour gagner en souplesse et en esthétique, car elle aurait sans doute découragé une partie de public ciblé (les randonneurs et motards au quotidien). Comme de coutume, nous avons testé nos Discovery Outdry sur diverses machines: trail, basique, sportive et GT, mais également en ville et en promenade pédestre. Voici nos constatations:

 

Trail et basique: parfait, la botte se fait oublier et son adhérence est parfaite en enduro.

GT: très bien; le seul problème peut être dû à l’épaisseur de la molette Boa qui conduit la botte à toucher le bas de carénage à hauteur du tibia. Rien d’inconfortable, mais le frottement pourrait à terme altérer la peinture de la moto.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Vers l’avant, la mollette Boa tient de la place!

 

Sportive: envisageable, mais la rigidité structurelle des Discovery Outdry les rend peu propices à l’utilisation sportive qui exige une cheville davantage pliée. Nous l’avons fait, mais le confort n’est pas optimal, notamment dans le passage des vitesses.

Ville et balade: très bien; pas de problème particulier si ce n’est que la botte reste rigide. L’imperméabilité par membrane externe laminée à chaud n’engendre pas de surchauffe ou de sudation supplémentaire. C’est comme avec une autre botte de moto, en somme, sauf que celles-ci sont plus légères.

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis

Soulignons encore la parfaite étanchéité des Discovery Outdry: même sous une forte pluie essuyée (si l’on ose dire) durant toute une journée et 300km, les bottes Rev’it! sont restées parfaitement imperméables. Et de fait, le procédé Outdry les empêche de se gorger d’eau et leur permet de sécher vraiment rapidement.

 

Au total, Rev’it! atteint donc les objectifs fixés par son cahier des charges: les Discovery Outdry sont très versatiles, très qualitatives et atteignent un haut niveau de sécurité passive. Le bémol que nous évoquions en titre, hormis le tarif haut de gamme, c’est la rigidité qui ne semble d’ailleurs pas s’estomper à l’usage. Les bottes ne « se donnent » pas en étant portées et c’est quelque part tout bénéfice à long terme ou sur les pistes caillouteuses d’un territoire exotique. A l’inverse, ce manque de souplesse complique la conduite d’une sportive, peut s’avérer contraignant en balade pédestre et vous interdit de porter les bottes en cas de bobo aux pieds. Dans notre cas, une tendinite au tendon d’Achille gauche s’avérait vite douloureuse en raison du serrage du Boa. Evidemment, on peut le desserrer, mais on perd alors en sécurité ce qu’on gagne en confort. Tout compromis a ses limites, semble-t-il…

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis
Le « câble » du Boa se compose d’une vingtaine de fils d’acier entremêlés! Notez la finition

 

Rev’it! Discovery Outdry vite fait bien fait (349,99€ du 38 au 47):

  • Membrane OutDry imperméable
  • Système de laçage breveté Boa
  • Coque de cheville injectée
  • Protège-tibia thermoformé
  • Protection SEESOFT sur le tibia et la languette
  • Coques de talon et de pointe thermoformées
  • Extérieur en Cordura 500D, cuir pleine fleur, caoutchouc et daim
  • Fermeture par boucles et crochets réglable avec système de fermeture Boa
  • Bordure protectrice en caoutchouc
  • Semelle interne PP à tige intégrée
  • Languette pour enfilage facilité
  • Semelle Vibram Apex
  • Semelle intermédiaire antichoc en mousse EVA à densité variable
  • Stabilisateur de talon en TPU
  • Doublure filet 3D antibactérienne aux ions d’argent
  • Semelle Vibram Apex interchangeable
  • Coque de cheville anatomique
  • Col confort
  • Languette à soufflet d’aisance
  • Matériaux réfléchissants à l’arrière et sur les flancs

 

www.revitsport.com

Rev’it! Discovery Outdry: l’art du compromis

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité