Première européenne: Kabuto Ryuki!

Le troisième daïmio

Si chacun connaît les grands manufacturiers nippons que sont Arai et Shoei, peu savent qu’il existe un troisième fabricant de casques au Japon : Kabuto. Active depuis 1982 déjà, la marque souhaite se mettre en lumière. Découverte convaincante avec le nouveau modulable Ryuki. Et c’est une première européenne à mettre au crédit d’Objectif-Moto!

Première européenne: Kabuto Ryuki!
Un kabuto traditionnel, attribut du samurai et du daïmio

Kabuto, c’est d’abord un nom riche de sens puisque le Kabuto est le casque traditionnel accompagnant l’armure d’un samouraï ou d’un daïmio (seigneur de guerre japonais) ; difficile de faire plus patrimonial pour un produit du Soleil Levant ! Si l’on se penche sur l’histoire de la marque, on découvre que Kabuto s’attèle, à  rester à la pointe de la technologie ; ainsi, le premier casque au monde à être doté d’une ventilation frontale était un Kabuto (1992) et le fabricant a breveté en 2008 un procédé aérodynamique de stabilisation de sillage dont sont désormais équipés tous ses casques. Autre innovation sur le Ryuki, la présence d’une visière aux propriétés optiques très élaborées puisque, non contente de limiter drastiquement les ultraviolets et les infrarouges, elle limite aussi la conduction thermique de façon à juguler l’augmentation de la température interne du casque par temps ensoleillé. Et si vous voulez être convaincu par le niveau de qualité de Kabuto, sachez que Honda promeut l’utilisation par ses clients des casques du troisième fabricant nippon, ce qui constitue une garantie supplémentaire.

Première européenne: Kabuto Ryuki!

Quelle compacité !

Pour mieux étalonner le nouveau venu, nous l’avons comparé à deux ténors du segment modulable : le Shoei Neotec II et l’AGV Sportmodular. Ces derniers ont, sur papier, l’avantage en termes de matériau (fibres multiples pour le Shoei et carbone pour le Sportmodular) puisque Kabuto a choisi un polycarbonate hautes performances de dernière génération pour habiller ses deux tailles de coques allant du S au XL. N’y voyons pas malice : nombre de tests indépendants ont déjà démontré que les nouveaux thermoplastiques (qui vieillissent d’ailleurs beaucoup mieux que par le passé) offrent une résistance aux impacts égale à celles des fibres composites. D’autre part, les thermoplastiques actuels ne sont pas plus lourds que les fibres : en taille XL, notre Ryuki accuse 1800g sur la balance contre 1860g pour le Neotec II. Avec ses 1520g en XXL, l’AGV Sportmodular est évidemment hors catégorie, mais c’est normal puisqu’il est fait de carbone et qu’il a été conçu comme un casque racing pouvant aussi s’ouvrir. Par contre, Kabuto met en exergue la compacité de son Ryuki, et c’est à juste titre. Comme nos photos comparatives vous le montrent, le Ryuki est nettement plus petit que ses deux concurrents et c’est une donnée importante à l’usage car un casque plus compact est forcément plus proche du centre de gravité de la tête et donc moins « présent » à l’usage qu’un casque plus volumineux. Un modulable étant toujours plus lourd qu’un intégral, la compacité est un critère pertinent qui permet au Kabuto de se faire complètement oublier au guidon, et ce fut une bonne surprise tout au long de notre essai.

Pour maintenir son Ryuki sous la barre des 300€, ce qui est remarquable au vu de ses prestations, Kabuto réalise quelques économies sur le packaging et choisit de ne pas fournir d’origine le Pinlock Maxvision pour lequel la visière du Ryuki est cependant pré-équipée. L’investissement est inévitable, mais au prix où s’affiche le casque, ce n’est pas un problème. Le sac de transport est évidemment compris et, outre la visière très élaborée et la stabilisation de sillage, le Ryuki se singularise encore par l’adoption d’un cache-nez extralarge qui limite effectivement la remontée de votre souffle vers la visière. Les porteurs de lunettes ne sont pas oubliés et deux éléments de rembourrage sont amovibles pour que les branches de la monture trouvent aisément leur place pour un surcroît de confort réel.

Ce nouveau Kabuto est indéniablement un beau modulable au design très dynamique, comme plusieurs observateurs nous l’ont dit; son coloris rouge est également fort apprécié. En termes de finition, il faut insister sur le fait que le Ryuki ne le cède en rien face aux réputés Shoei et AGV et même un examen minutieux ne le prend nulle part en défaut; au contraire, on ne peut que souscrire à son système de (dé)pose de la visière tout aussi ergonomique et simple que celui du Shoei qui fait référence en la matière. Tout cela est donc très positif, et il ne nous reste plus qu’à rouler…

Des performances surprenantes

A l’usage, ce Kabuto nous a étonné, faisant de cet essai une véritable découverte. Le casque japonais se distingue d’abord dans deux domaines connexes: l’aérodynamique et le confort. « Collé » à la tête par son extrême compacité, le Ryuki se fait oublier et ne « pèse » jamais, même sur une moto à tendance sportive comme la nouvelle Ducati Supersport. Rien d’étonnant non plus à ce que Kabuto ait breveté son système de stabilisation de sillage: les découpes aérodynamiques de la calotte gèrent à merveille les flux d’air et le Ryuki est très peu sujet aux turbulences, tellement peu… qu’on le remarque! Ce système Kabuto est une réussite qui ne contribue pas seulement à un surcroît de confort mais qui limite aussi très bien les bruits aérodynamiques de sorte que le Ryuki n’est absolument pas plus bruyant qu’un intégral.

Le Shoei et surtout l’AGV s’avèrent moins silencieux que le Kabuto et plus sensibles aux turbulences. Le revêtement intérieur (hypoallergénique, détachable et lavable) est doux pour la peau, les lunettes se font oublier et l’écran solaire rétractable est bien grand. Autre point à souligner, les aérations du Ryuki ne sont pas là pour décorer; elles sont efficaces et même étonnamment efficaces si l’on parle des frontales qui apportent une vraie différence par temps chaud. Notons encore que la visière (qui se verrouille comme sur un casque racing) ménage une pratique position « ouverture faible » qui peut être intéressante pour s’aérer s’il fait chaud ou pour éviter la buée sur les lunettes par temps humide.  

Au terme de cet essai, nous concluons en disant qu’en termes de rapport prix/prestations, ce Kabuto Ryuki se révèle un choix très intéressant, voire imbattable car, même dans l’absolu, ses performances sont de haut niveau en confort, en silence et -plus encore- en aérodynamique. Une découverte que nous vous invitons à partager comme Honda incite ses clients à le faire en ces termes: « Kabuto. Innovation japonaise pour une des meilleures technologies pour un casque moto. Disponible chez votre concessionnaire Honda. » En attendant le développement d’un réseau de vente européen, c’est d’ailleurs par le biais des concessions Honda que Kabuto vous suggère de découvrir et d’acheter ses produits.

www.ogkkabuto.com

Première européenne: Kabuto Ryuki!
Première européenne: Kabuto Ryuki!
Première européenne: Kabuto Ryuki!
Première européenne: Kabuto Ryuki!
Première européenne: Kabuto Ryuki!
Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité