Oxford Hotgrips – 2012

Le must du routard
Les Hotgrips d’Oxford ne datent pas d’hier, mais elles ont le bon go&ucirc.t d’évoluer régulièrement, ce qui fait d’elles des références. Elles nous reviennent dans une version dotée d’un nouveau bo&icirc.tier de commande. C’était l’occasion rêvée de les étalonner à nouveau.Les Anglais d’Oxford ne sont évidemment pas les seuls à proposer des poignées chauffantes adaptables. Toutefois, parce que leur marché est le seul où les sportives continuent à se vendre et parce que les motards anglais sont des roule-toujours (matez donc leurs sportives surchargées en été !), les équipementiers britanniques sont contraints d’être imaginatifs et efficients pour compenser les défauts des chasseuses de chrono . bagagerie et protection thermique en tête. Voilà pourquoi ils excellent souvent dans ces deux domaines, et pourquoi Oxford s’y est bâti une solide réputation depuis sa création en 1973.

Oxford Hotgrips – 2012

Du neuf dans la continuité

Désormais, c’est d’ailleurs toute une gamme de poignées chauffantes adaptables que propose la marque anglaise : Original, les poignées que nous avons testées, Cruiser, dotées d’une finition adaptée aux customs, Light, moins énergivores pour les scooters et petites cylindrées (même les cyclos !) et, bien entendu, Sports avec un grip optimisé pour les  » essoreurs  » de poignées.

Oxford Hotgrips – 2012

Comme toujours avec Oxford, le montage ne pose aucun problème particulier parce que tout le nécessaire est fourni dans le kit, et le produit est à la fois bien fini ainsi que valorisant d’aspect. Pour les  » double main gauche  » ou pour les paresseux, prévoyez une heure de main-d’&oelig.uvre si vous les faites placer par un garagiste. Soit une cinquantaine d’euros à ajouter aux 70€ des poignées elles-mêmes. Oui, il existe des poignées moins chères, mais si on considère le niveau de performance (et de chaleur : jusqu’à 50&deg. !) offert par les Oxford, leur tarif est amplement justifié. D’autant qu’Oxford précise que ses poignées sont étudiées pour accompagner toute l’existence de la moto qui les accueille. Le bo&icirc.tier de commande remplace avantageusement les anciens systèmes : il est doté de boutons caoutchoutés offrant un bon grip et qui se laissent manipuler sans (trop de) problèmes, même avec de gros gants. Et puis, n’oublions pas non plus que des poignées chauffantes d’origine peuvent co&ucirc.ter le double et, parfois, ne pas être aussi performantes.

Oxford Hotgrips – 2012

 

Au banc d’essai
Les frimas hivernaux ont de quoi faire peur aux mains les plus aguerries : non seulement la sensation de froid est douloureuse, mais elle s’accompagne d’une grosse perte de sensibilité sur les commandes . un élément qui nuit incontestablement à la sécurité. Une fois placées sur votre machine, les hotgrips relèguent tout ça au rang de mauvais souvenir : les 4 niveaux de chauffe sont conçus pour répondre à toutes les nécessités d’utilisation.En pratique, on a le choix entre 30%, 40%, 75% et 100%, et le bo&icirc.tier a la bonne idée de souligner chaque niveau par une LED de couleur différente. Le gros bouton principal On/off dispose en outre de sa propre LED (verte), de sorte qu’un coup d’&oelig.il suffit toujours à savoir où l’on en est, et c’est bien pratique. Et s’agissant de chauffage ?

Oxford Hotgrips – 2012

 » 30%  » (LED bleue) est la position idéale s’il fait juste un peu frisquet ou lorsqu’on a des gants légèrement trop fins pour la saison.  » 40%  » (LED orange) vous accompagnera dans la plupart des situations et dispense déjà une chaleur bien sensible.  » 75%  » (LED verte) sera parfaite pour les températures juste positives. Quant à  » 100%  » (LED rouge), ça chauffe carrément fort et ce sera à réserver aux gelées marquées, ou vous risquerez de vous  » br&ucirc.ler  » la paume. Pour vous donner une idée précise de la puissance de chauffe, disons que la position 100% s’est avérée parfaite ces jours derniers, qui nous voyaient prendre la route à 6h30 du matin par des températures allant de -8 à -12&deg..

Oxford Hotgrips – 2012

Au bout du compte, nous dirions volontiers qu’on ne peut se passer de poignées chauffantes dès qu’on y a go&ucirc.té : c’est un élément de confort essentiel, puisque les mains sont les plus vulnérables au froid, et qui entra&icirc.ne à son tour un surcro&icirc.t de sécurité en leur évitant de s’ankyloser sur les commandes. Vous ne roulez pas l’hiver et n’en voyez donc pas l’utilité ? Selon nous, c’est un mauvais calcul car des poignées chauffantes rendent service en toute saison. Qui n’a jamais eu froid, avec ses gants fins, lorsque tombe la nuit d’été ?Rudywww.oxprod.comImportateur :www.motana.com
« 

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,370FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité