La nouvelle Yamaha MT-09 version 2017

La famille MT a bien grandi et la MT-09 garde une place centrale sous la coupe de la MT-10 et secondée par la 07 et la 03.
Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut se reposer sur ses lauriers et pour 2017, Yamaha a repris sa moto pour l’améliorer.

Les concepteurs ne sont pas contentés de lui changer quelques plastiques pour lui donner un look différent, voyons un peu ce qui a été modifié.

Côté look, impossible de passer à côté de cette tête de fourche style transformer avec ses deux optiques LED soulignées par des feux de position. La signature lumineuse est reconnaissable au premier coup d’oeil mais ce design agressif ne fait pas forcément l’unanimité.

La nouvelle Yamaha MT-09 version 2017

Les plus connaisseurs d’entre vous ont aussi remarqué que le compteur s’est rapproché de la tête de fourche pour un look plus compact et les clignotants se trouvent maintenant sur les écopes latérales.

Les prises d’air sur le réservoir ont été agrandies et des ailettes prennent place sur le côté du radiateur.

A l’arrière, tout a été revu, plus court, plus compact aussi. Ainsi le berceau arrière perd 30mm et le carénage a lui aussi été repensé. Le vice est poussé jusqu’au feu à LED en double pointe, intégré à la coque et qui forme un « M » lorsqu’on le regarde d’en haut.

Autre nouveauté, le support de plaque séparé de la selle tient désormais via un bras en alu forgé tenant au bras oscillant. Une disposition déjà vue ailleurs mais qui là aussi partage les avis.
Même le silencieux est repassé par la planche à dessin pour est plus plat et gagne un nouvel embout.

Pour le design, comme vous le voyez, ils n’ont pas fait dans la dentelle.

Côté technique, la MT-09 évolue aussi avec un embrayage antidribble assisté avec des nouvelles cames spécialement développées et des nouveaux ressorts au tarage optimisé. Il permet ainsi de limiter les effets d’un rétrogradage trop violent et en plus allège la charge du levier de 20% pour être encore plus facile à l’usage.

Autre surprise, un Quick Shifter, nommé QSS, équipe désormais la MT-09. A noter toutefois qu’il ne permet que de monter les rapports et pas de les descendre, j’y reviendrai plus loin dans l’essai.
Ce système vient en droite ligne des YZF-R1.
Pour en terminer avec les modifications annoncées, la suspension avant fait aussi partie des points avancés par Yamaha : une fourche inversée de 41mm avec la possibilité de réglage en compression sur le tube gauche et l’amortissement sur le tube droit. Vous pourrez ainsi optimiser le débit d’huile pour affiner vos réglages.
Le tableau de bord n’évolue pas mais est déjà complet, que demandez de plus : full digital, compte-tour, compteur, jauge, cartographie, mode tcs, trip (ou consommation instantanée ou moyenne, autonomie). Je comprends un peu moins le voyant QS pour le Quickshifter qui reste tout simplement allumé en permanence… pas forcément utile.

Passons à ce qui vous intéresse, l’essai.

Je n’en ai pas parlé mais la selle a aussi été modifiée, un peu plus haute (5 mm) et plus plate mais disons le de suite, pas plus confortable. Si pour un pilote aguerri, il pourra s’y faire, la place du passager n’est pas plus accueillante.
J’ai toujours cette impression de me trouver sur une supermotard tellement elle est compacte. Et elle l’est avec un empattement de 1440 mm, ce qui associé à un poids de seulement 193 kg avec le plein en fait un vrai vélo. Bon un vélo avec un gros moteur mais la maniabilité est bien au rendez-vous. La MT-09 se laisse piloter avec facilité, rien d’étonnant qu’on en retrouve dans des rallyes routiers.

La nouvelle Yamaha MT-09 version 2017
Le temps de choisir le mode du contrôle de traction (deux nouveaux ou éteint), la cartographie (A, B ou standard) et on démarre ce fameux trois cylindres.
Ouf, l’Euro 4 ne nous l’a pas trop castré et il chante encore à la moindre rotation de la poignée des gaz, une réponse rapide et le compte-tour file vers les haut régimes plus vite que le temps qu’il me faut pour l’écrire.
850cc, 115 cv à 10,000 tours/minute, la MT-09 a de quoi faire parler la foudre. En mode A (pour Attaque rappelons le), il vaut mieux bien tenir le guidon et pour le ou la passagère le pilote. N’oubliez pas, la selle est courte et si vous ne souhaitez pas vous retrouver sur le pneu arrière, il vaut mieux anticiper les accélérations. C’est simple, il suffit de tourner en grand sur une route pas forcément toute lisse pour allumer le TCS, le contrôle de traction, faut suivre hein !
C’est tellement jouissif qu’on prend un malin plaisir à ouvrir les gaz pour voir quand le témoin s’allumera. Au niveau 2 du TCS, il ne faut pas être un expert pour le faire intervenir mais il se montre assez discret. Si vous le faites au niveau 1, vous êtes déjà nettement plus limite. (traduisez par : vous roulez comme un goret)

Si Yamaha n’en parle pas, je les soupçonne d’avoir revu les cartographies ou alors je suis grisé par les performances des motos actuelles. Pourquoi ? Lors de mon essai en 2015, j’avais préféré le mode standard ou le B sous la pluie alors que pour cet essai, j’ai opté presque instinctivement pour le mode A, certes nerveux mais je l’ai trouvé moins brutal qu’avant et bien plus exploitable. Évidemment, c’est tout bénéfice pour le pilotage, pour votre permis, nettement moins.
Le mode B est bien plus doux, on sent nettement la différence à l’accélération.
La consommation est restée assez raisonnable avec un 5,2 L/100 de moyenne lors de l’essai. Le réservoir n’ayant pas évolué, il reste avec ses 14 litres et n’offre toujours pas plus d’autonomie. Votre séant vous en remerciera mais personnellement, j’aime bien dépasser les 200 kms sans me soucier de la jauge. On peut le faire aussi avec cette MT-09 mais vous ne serez déjà plus très loin de la réserve, surtout si vous êtes un peu trop énervé de la poignée.

La nouvelle Yamaha MT-09 version 2017
On a le look (enfin pour ceux qui aiment), on a le moteur, le poids plume et en prime, la MT-09 semble bien au point côté partie cycle avec une tenue de route plutôt bluffante. Elle permet de passer vite partout et même si je n’irai pas jusqu’à la dire confortable, elle affronte les routes en mauvais état sans vous mettre en danger. La fourche et l’amortisseur travaillent de concert pour coller à la route. Difficile de se faire surprendre à son guidon, c’est une sensation agréable tant que bien entendu, vous ne vous la jouez pas façon Joe Bar Team. Parce que ça aussi elle le permet et elle le fait plutôt bien, les arsouilleurs devraient y trouver leur compte.

La nouvelle Yamaha MT-09 version 2017
L’embrayage antidribble remplit bien sa fonction, je reste par contre plus dubitatif sur le Quick Shifter. Il se montre parfois brutal au passage d’un rapport et pour évoluer en ville, je lui préfère le classique embrayage (oui je dois me faire vieux). Mais si l’envie vous prend de claquer un départ arrêté du tonnerre, là, il sera un atout précieux et passé les premiers rapports, avec la vitesse plus élevée, on oublie de tirer sur le levier. Il ne faudra par contre pas oublier de le tirer pour descendre les rapports. Sympa mais pas forcément nécessaire mais je suis certain que plusieurs d’entre vous trouveront ce shifter indispensable au fun de la MT-09

Pour un premier essai, on a eu de la chance avec la météo mais la protection ne sera évidemment pas son fort et vu l’arrière de la moto, prévoyez déjà votre combi pluie parce qu’à mon avis, votre dos sera lui aussi bien arrosé. Pas de bulle ni saute-vent sur notre moto d’essai, là aussi, vous prenez tout de face (ou en pleine face) , on dira que ça vous évitera des vitesses excessives (vous la croyez celle là?)

Rien à dire du côté du freinage, un double disque de 298mm à l’avant, c’est plus qu’il n’en faut pour stopper la bête et l’ABS, bien présent, n’est vraiment pas intrusif et si vous êtes d’humeur joueuse vous pourrez même lever la roue arrière en tirant bien sur le levier et ce sans le débrancher. Prudence donc si la route est glissante.

Alors, heureux ?
L’évolution est incontestable, je la trouve bien plus utilisable au quotidien sans rien perdre de son mordant et de sa maniabilité. Il faudra toutefois composer avec son autonomie, ses selles peu confortables qui vous obligera à convaincre pour vous accompagner mais je sais que certaines (ou certains) apprécient la conduite en duo, sur des trajets raisonnables s’entend.
Après, il vous faudra passer à la caisse pour les 9695 € que vous demandera votre concessionnaire. C’est au final un prix plutôt abordable pour une machine moderne, équipée d’électronique juste ce qu’il faut et utilisable au quotidien même si forcément, les aspects pratiques ne sont pas son fort.
A vous ensuite de choisir la couleur : Full Black, Bleue ou Night Fluo en gris et jantes jaunes. Et pourquoi pas noire avec jantes jaunes,  ça pourrait être sympa.
Vous pourrez même passer par le catalogue accessoires pour l’équiper selon vos goûts. Yamaha vous propose un configurateur  pour voir en direct le look que vous lui donnez avec certains accessoires.

La nouvelle Yamaha MT-09 version 2017

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,377FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité