Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

      

Véritable Objet Roulant Non Identifié, les routières de Husqvarna n’ont laissé personne indifférent. La Vitpilen ou la Svartpilen ont un style tellement particulier qu’on les remarque au premier coup d’œil. Si l’année passée, j’avais pu tester la petite Svartpilen 401, je restais sur ma faim, jalousant mon collègue qui avait pu essayer la blanche 701… Et forcément, la Svartpilen n’existait pas encore en 701.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

Un choix étrange de la marque puisque certains clients n’hésitaient pas à modifier leur Vitpilen pour leur donner un look Scrambler et une position moins extrême.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

Pour 2019, Husqvarna a enfin répondu aux attentes en proposant de façon très officielle, la grande sœur, la Svartpilen 701.

Côté look, elle ne déroge pas au nouveau genre établi et on le sait, certains n’adhèrent pas, d’autres en sont fans, comme c’est souvent le cas dans la moto.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

 Jantes à rayons, feu rond à l’avant mais surtout une coque réservoir aux formes si particulière, un porte plaque latéral et un arrière tronqué juste derrière le petit pouf passager qui joue les trompes-l’œil. De loin comme de près, on dirait un vrai capot de selle.  Sous celle-ci, un feu led plus que voyant et derrière la roue, sur un bras déporté la plaque d’immatriculation et les clignotants.

Adoptant le look Scrambler, elle s’équipe forcément d’un guidon plus haut et on retrouve le même bloc compteur que la 401. Dommage de l’avis de beaucoup, il n’est pas des plus lisibles, ni des plus pratiques et pas le plus beau non plus…

Les informations sont petites, les reflets réguliers et passer d’une information à l’autre change souvent les autres infos données. J’avoue ne pas trop comprendre la démarche.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

Voilà le portrait de la Svartpilen 701, un moto toute petite et si vous n’y connaissez rien, difficile de dire que c’est une moyenne cylindrée. Tout comme la 401, certains iraient jusqu’à la confondre avec une 125.

Et pourtant, le cœur de la Husqvarna est loin d’être petit. Un monocylindre de 692,7 cm³ anime la bête et tout comme sur la SMC de KTM, il développe 75 cv. Avec un poids d’à peine 161 kg sans le plein, inutile de vous dire qu’une fois en route, vous ne laisserez plus planer le doute, la 701 envoie du lourd. Ajoutez lui un shifter, un silencieux qui se fait bien remarquer et vous êtes parti pour des séances d’accélération d’anthologie, à pousser les rapports jusqu’au shift-light et faire gueuler le mono. Fidèle à cette architecture, la souplesse est toute relative, ça broute si vous descendez trop bas, elle ne reprend pas si vous êtes en sous-régime… Oui le monocylindre a du caractère et vous le fait savoir. Une fois qu’on a trouvé le truc par contre, ce n’est que du plaisir.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

Dans les petits chemins, virolos et autres terrains de jeu, la vivacité et la maniabilité seront toujours au rendez-vous. Il faut reconnaître que la 701 ne lésine pas non plus sur la qualité des matériaux : un cadre en chrome molybdène, une fourche inversée WP de 43 mm, un mono-amortisseur de la même marque. Les suspensions permettent à la fois la balade comme la conduite sportive, sans trop se soucier de l’état de la route. Assis assez droit, comme sur une supermotard, le pilote profite de la maniabilité et n’a plus qu’à choisir son rythme.

Maintenant, cantonner une Svartpilen 701 a de simples balades pépères serait du gâchis tant elle a un potentiel fun important.

Forcément, côté freinage, on reste dans le ton avec du Brembo à l’avant comme à l’arrière : étriers radiaux à quatre pistons à l’avant sur un disque de 320 mm et un piston à l’arrière sur un 240 mm, un ensemble plus que suffisant vu le poids plume de la moto. Et puis surtout, ça permet aussi de bien s’amuser sans se faire peur au freinage, tirez le levier et la moto répond présent.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

Husqvarna ajoute à cela un ABS Bosch 9M+ avec une réponse différente en courbe au cas où vous devriez quand-même toucher au freinage en plein virage.

Du beau matos donc sur cette Svartpilen !

Et ce n’est pas tout, on trouve aussi un embrayage anti-drible pour repasser les rapports sans risquer de bloquer la roue arrière, un levier à assistance hydraulique si vous n’utilisez pas le shifter.

Tout est vraiment fait pour vous permettre de profiter au mieux de la moto et surtout de l’exploiter.

On regrette toutefois le petit réservoir de 12 litres seulement, surtout quand la jauge n’en fait qu’à sa tête. Difficile de dire si c’était juste notre moto d’essai ou si le souci apparaît sur toutes les Svratpilen mais l’autonomie affichée varie très rapidement, parfois du simple au double sur à peine quelques kilomètres ou le fait d’arrêter la moto vous fait perdre quelques barres de la jauge en la redémarrant. Étrange ! Bon, heureusement, si  vous n’êtes pas trop énervé, vous pourrez faire des étapes de plus de 200 kms sans souci mais avec toujours la question de savoir si les informations sont correctes.

Vous avez craqué ? On peut le comprendre, la Svartpilen 701 est une moto de caractère, au look différent, au moteur performant et les amateurs de belles pièces et de mécanique apprécieront. Elle ne plaira pas à tout le monde, d’un côté c’est bien, on n’en voit pas à tous les coins de rue, histoire de rouler avec une moto encore plus unique.  Il ne vous reste plus qu’à lâcher les   10.390  € pour qu’elle soit dans votre garage mais si vous optez en plus pour la personnalisation, le catalogue Husqvarna vous permettra de vous délester de quelques euros supplémentaires.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde

Notons aussi que la Svartpilen 701 existe aussi dans une version plus spéciale, plus chère forcément mais encore plus Svartpilen.

Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde
Husqvarna Svartpilen 701, un autre monde
Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,443FansLike
197FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

CF MOTO : La Chine débarque.

Pour le motard belge, la Chine ne constitue pas, au contraire du Japon, des Etats-Unis, de l’Italie ou de la Grande-Bretagne, un centre d’intérêt particulier. Excepté quelques marques pratiquement inconnues commercialisées par une poignée de dealers multimarques et présentées dans les coins reculés du salon, les motos chinoises sont rares, voire inexistantes sur nos routes. Cela pourrait bien changer avec l’arrivée des CFMOTO et autre VOGE.
Publicité