Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

Contemplez-moi !
Comment ne pas se faire remarquer au guidon de cette 72 ?Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

C’est mission impossible, même pour Tom.Se balader en pleine artère commerciale en string à paillettes attirera autant de regards mais les hommes en bleu risquent de ne pas forcément apprécier, autant choisir la 72.

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

Moteur, filtre à air et échappements chromés, guidon « mini ape hanger » haut, selle solo minimaliste, réservoir peanut et une peinture pailletée rouge, noir et or sont ses arguments pour jouer la belle. A l’arrêt comme en roulant, la 72 attise la curiosité. Harley ne s’arrête pas là et ajoute à cette liste des pneus à flancs blanc et des jantes à rayons croisés.

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies Gonflez le torse, on vous observe ! La 72 a comme sa s&oelig.ur, la 48 (testée en juillet 2010 ICI), un look bien à elle, un style épuré avec un simple compteur au-dessus de la fourche chromée et faisant l’impasse sur le feu arrière, les clignotants remplissant toutes les fonctions (feu, stop et clignotants)

 

 

 

Détestez-moi !
Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventiesAutant en parler tout de suite, si la 72 ne vous passionne pas, vous la maudirez. Le réservoir « peanut » tout d’abord avec ses 8 litres d’essence, réserve comprise, vous obligera à trouver une pompe tous les 90 kilomètres.Selon votre générosité, la réserve s’allumera entre 85 et 90 kilomètres. Tant mieux diront certains vu la selle mais une balade en groupe demandera de l’organisation.

 

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventiesPartir à l’aventure, oui mais jamais trop loin d’une station essence. Ce mini pouf ensuite viendra vous tanner le cuir et si les arrêts réguliers à cause de l’autonomie vous soulageront, sur une journée complète, votre séant ne vous remerciera pas mais alors pas du tout à moins que ce ne soit une habitude à prendre.

Pour finir, les amortisseurs arrière vous rappelleront qu’il vaut mieux une route bien lisse ainsi que le sens premier des ‘casse-vitesse’, ça serait plutôt casse-dos avec la 72 tout comme quand les routes sont en mauvais état. Avec leur débattement court, la première grosse bosse vous fera taper la suspension, vous renvoyant en direct le choc, pas très agréable.

Bref, si c’est le confort que vous cherchez, vous êtes mal tombés mais on ne choisit pas une 72 pour ça.

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

 

Vibrez avec moi !

Le bicylindre 1200, l’Evolution, semble trop large comparé au reste de la moto, on ne voit que lui et pour une fois, on l’entend aussi, selon nous plus que la Switchback et c’est tant mieux.

A l’arrêt, la Sportster vibre aussi pas mal mais dès qu’on donne un peu de gaz, le moteur cesse de vous secouer. C’est qu’il a du tempérament ce twin avec 96 Nm à seulement 3500 tr/min. Loin d’une sportive bien entendu, il n’en demeure pas moins vigoureux et ses accélérations sont franches et vu la position, il vaut mieux s’accrocher au guidon pour ne pas glisser en bas de la selle.

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

Evidemment, l’appétit s’en ressent avec une consommation variant de 5 à 7.5 litres aux cent et avec les 8 litres de réservoir, vous y penserez avant d’essorer comme un goret

.Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

La 72 reste une Sportster avec sa bo&icirc.te 5 et son traditionnel ‘clong’ en passant la première et un neutre parfois difficile à trouver. Pas de rapport engagé ni de compte-tour sur le petit LCD comme sur d’autres modèles, tout se fait à l’oreille.

Les rapports passent facilement une fois en route, le moteur assez souple pour un bi ne vous impose pas de trop en user et il vous autorise même à atteindre les 160 km/h, enfin si vous pouvez le supporter et sur circuit (une Harley sur un circuit… oui pourquoi pas?)

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

 

Pilotez-moi !


Selle basse (710 mm), guidon haut et pieds en avant, quand on vous la décrit comme ça, difficile de croire qu’elle soit maniable et pourtant !

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

 

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventiesMalgré la position et les 253 kg en état de marche, la 72 se montre très facile à piloter.La grande roue avant de 21 et de 16 à l’arrière y sont sans doute pour quelque chose. Ne nous demandez pas comment mais elle est maniable, même avec les mains quasi aussi hautes que les épaules, elle se faufile en ville et se joue des virolos à la campagne.Disons-le carrément, elle en devient joueuse et peut-être la plus sportive qu’on ait testée. Pas la plus puissante mais son twin plein de peps (pour un custom) et sa maniabilité lui permettent de tenir un bon rythme et la rendent accessible à tous.

 

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies Il vous faudra par contre des bras et des épaules solides, pas pour la faire tourner mais pour résister à la pression. Vous voilà devenu un vrai paravent sur la côté belge par temps de tempête.

 

 

 

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventiesLe simple disque avant fait ce qu’il peut pour freiner mais un coup de main de l’arrière est toujours le bienvenu, surtout si vous comptez la piloter plutôt nerveusement.

 

 

 

Adoptez-moi !
Proposée à 11.295 euro dans ce coloris, la Sportster 72 est une vraie moto de caractère, tape à l’oeil, voyante et nostalgique, vous en serez fier comme un paon. Malgré ses défauts, on s’y attache.

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventiesEn une petite semaine d’essai, on prévoyait déjà de lui changer la selle, les amortisseurs et le réservoir… oui mais resterait-elle alors une 72 ?

La question est là : prenez-la telle qu’elle est ou regardez un autre modèle !

Certes exclusive, avec sa maniabilité exemplaire pour cette catégorie, la 72 peut même plaire à un débutant mais il devra rouler seul, selle solo oblige. Elle est finalement accessible comme un Sportster mais avec un trait de caractère en plus, comme la 48. On aime ou on déteste !

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

Nous, si elle vous plaît, nous vous recommandons de ne pas hésiter à négocier un essai pour vous en convaincre, dans un sens ou l’autre.

Regardez aussi l’essai de la veste Illumination testée en même temps que cette 72 !

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies   Harley-Davidson Sportster 72 le Low rider des seventies

 

Importateur :
Harley-Davidson Benelux
Verryn Stuartlaan 29
2288 EK Rijswijk
+31 70 757 4900
www.harley-davidson.com

 

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,372FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité