Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’Amérique

Une finition à  faire rêver
La Sportster est peut-être la moins chère des Harley, ne croyez pas pour autant qu’elle soit moins gâtée qu’une de ses grandes soeurs.

En plus de vous offrir le choix entre deux motorisations (883cc ou 1200cc), elle est disponible en plusieurs versions : la Custom avec une roue de 21 pouces à l’avant et pleine à l’arrière, la Low abaissée à 668 mm (hauteur de selle) et la Roadster au moteur noir et avec deux disques de freins à l’avant.

Les 3 versions sont disponibles en plusieurs couleurs.

Notre version d’essai est une 1200cc Low blanche et noire, couleurs qui, mariées aux chromes, donnent un aspect très classe. Partout où votre regard se pose, vous trouverez du chrome ou des pièces usinées et taillées dans la masse comme les leviers de frein et d’embrayage, les clignotants, les pose- pieds, le Té de fourche…

Tout semble fait pour durer et en plus, l’aspect de ces pièces montre une finition que l’on retrouve rarement ailleurs sur une moto strictement d’origine. Et dire que le catalogue d’accessoires regorge de chromes additionnels!

Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’Amérique

 

Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’AmériqueLe moteur est lui aussi gâté avec une couleur noire et chrome sur les ailettes et, vu la taille des deux cylindres de 600cc chacun, il impose sa stature comme une pièce ma&icirc.tresse de la moto. En fait, les seules pièces peintes sont le réservoir, les gardes boues, les petits caches latéraux… tout le reste est chromé ou en alu brossé, un régal pour les pupilles.

 

Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’AmériqueAutrement dit, tout est fait pour que la Sportster attire les regards, elle brille au soleil et même de près la finition reste flatteuse. Si vous n’aimez pas passer des heures à bichonner votre belle, mieux vaut éviter mais cette remarque reste valable pour tous les customs.

 

Petit plus pour les nouveaux modèles : une alarme montée en usine qui s’enclenche automatiquement dès que le pilote s’éloigne de la moto. Le transpondeur ne passe pas inaperçu vu sa taille mais au moins on ne risque pas de l’égarer.

 

Good vibrations
Une Harley avec une injection ! Les puristes crient peut-être au scandale, comment remplacer de bons gros carburateurs ?

Pourtant, force est de reconnaître que l’injection de notre Sportster ne souffre d’aucune critique. En effet, si l’abandon des carbus ne s’est pas fait sans mal sur certaines machines (à-coups à la reprise, régime moteur qui ne descend pas…), Harley semble avoir franchi le cap avec brio. Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’Amérique

Et quelle santé ! Le 1200cc refroidi par air couplé à l’injection est très agréable à conduire. Il reprend à la moindre sollicitation de la poignée de gaz. Le couple de 98 nm est déjà atteint à 3200 tours/min et vous permettra d’accélérer rapidement si besoin est, très pratique pour les dépassements, et il vous évitera en outre de jouer trop souvent du sélecteur.

Si le passage des vitesses se fait sans à-coup, il faudra quand même de la poigne pour tirer sur la poignée d’embrayage et aussi un certain doigté vu la très faible garde du levier, ce qui vous laisse donc une marge assez faible pour l’embrayage. Mais la boîte reste agréable, même en ville où les changements de rapport sont plus fréquents.Autre point positif avec ce moteur: il vous permet de croiser sans forcer à 130-140 km/h tout en gardant quelques réserves, vous n’aurez pas la sensation de pousser la Sportster dans ses derniers retranchements.

Même si l’autoroute n’est pas son terrain de jeu favori vu l’absence de protection, votre moto se pliera à la tâche sans rechigner, sans vibrer ni demander au pilote de caler la poignée dans le coin.

Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’AmériqueEt pour ne rien gâcher, les superbes échappements vous distillent une mélodie envoûtante . à l’arrêt comme en roulant, les deux cylindres se font remarquer et les badauds se retournent avant votre arrivée, pourtant la moto est d’origine. Le son est grave et on reconnaît immédiatement le genuine Harley sound.

Le tableau semble idyllique mais nous lui trouvons quand même quelques défauts.

Tout d’abord, son autonomie est plutôt limitée : même avec la version Low qui dispose d’un réservoir de 17.5 litres alors que la roadster doit se contenter de seulement 12.5 Litres. Les longues escapades vous obligeront à passer à la pompe assez souvent, lors de notre essai, la consommation moyenne était supérieure à 8 litres aux cent, soit aux environs des 200 km avec un plein. Au prix actuel de l’essence, ça risque d’en freiner quelques-uns. Notons toutefois qu’en balade tranquille, il se montre sûrement moins gourmand, mais nous, on n’a pas pu se priver des bonnes accélérations que procure le 1200cc, on en aurait peut-être même abusé.

Le deuxième point noir, ce sont justement les vibrations. Certains diront que pour une Harley, c’est normal, ça fait partie du mythe et une Harley qui ne vibre pas n’est pas une vraie. On peut comprendre que ça fait partie du charme de ces belles Américaines mais de là à vous faire espérer que le feu ne passe pas au rouge à votre arrivée, c’est un peu fort !

Eh oui, une fois en route, ces vibrations sont tout à fait raisonnables et même les rétros remplissent leur tâche de manière efficace avec une image claire de ce qui vous suit. Par contre à l’arrêt, n’espérez pas y voir grand-chose tellement la Sportster secoue. Ca en devient même désagréable si l’attente se prolonge : un massage plutôt violent pour votre dos, sensibles s’abstenir. Voilà un signe distinctif dont on se passerait volontiers ou que l’on aimerait moins présent.

 

Un custom qui tient la route


Si la forme de la selle vous surprend, vous la trouverez néanmoins bien confortable une fois en route . à l’arrêt bien sûr, elle ne vous isole pas des fameuses vibrations. Le passager sera par contre moins gâté, avec une selle coupée en biseau vers l’arrière et il devra bien se tenir lors des accélérations.

Le guidon tombe bien en mains et facilite les man&oelig.uvres à allure réduite. Il est d’ailleurs étonnant, si on la compare à d’autres customs, de voir la facilité que la Harley procure au pilote. Les commodos sont spécifiques aux Harley avec une commande du clignotant de chaque côté du guidon alors que la plupart des constructeurs centralisent les deux en un bouton bidirectionnel.

Seuls les déplacements pieds au sol pourraient poser problème à cause des pose-pieds trop larges.Ce souci mis à part, la Sportster se laisse conduire très facilement et le moteur même s’il répond à la moindre sollicitation ne mettra pas à mal la partie cycle.

Même les freins, qui sont parfois le point faible d’un custom, remplissent ici très bien leur rôle. On peut même être surpris de l’efficacité du seul disque (292 mm) avant qui suffira pour la majorité des freinages. C’est un atout non négligeable par rapport à certaines motos du même style qui nécessitent un freinage couplé de l’avant et de l’arrière à chaque arrêt. Le frein arrière de la Harley a exactement la même taille que son homologue à l’avant.

Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’Amérique

Côté suspensions, la fourche vous plaira tant que vous ne confondez pas custom et sportive : elle ne plonge certes pas au freinage (forcément avec un tel angle de chasse), elle accepte les petites bosses en ligne droite sans trop sourciller mais en courbe, à un rythme trop élevé et sur une route un peu ab&icirc.mée, elle aura tendance à faire guidonner. Il suffit de relâcher un peu les gaz pour récupérer le contrôle de l’engin.

Les deux amortisseurs arrière chromés à ressort apparent sont certes très plaisants à l’oeil mais votre dos, lui, réclamera vite plus de douceur. Chaque bosse un peu trop marquée vous remonte directement dans les lombaires, pas agréable du tout et très fatiguant même sur court trajet. Il faudrait probablement revoir les réglages pour un peu plus de progressivité même si à la conduite, on ne peut rien leur reprocher, ils participent à la très bonne tenue de route de la moto et ce même sur route mouillée ou à un rythme un peu plus soutenu.

Si par contre vous pouvez oublier cette suspension arrière, vous apprécierez alors la bonne position de conduite : bras pas trop hauts ni trop tendus, buste droit qui malgré l’absence de carénage et de bulle ne prend étonnamment pas trop de vent.

Peut-être le petit bloc compteur dévie-t-il assez le flux d’air. En passant, les informations du compteur sont plus que limitées : vitesse analogique et un petit écran digital avec au choix le totaliseur, deux partiels ou l’heure . le passage de l’un à l’autre se faisant par un bouton à l’arrière du bloc, ce qui n’est guère ergonomique. Harley oublie donc le compte-tours et la jauge d’essence, dommage elle est toujours bien pratique.

La monte pneumatique permet également un usage au quotidien (100/90-19 57H à l’AV et 150/80B16 71H à l’arrière). Notre essai en plein automne nous a donné un beau soleil pour les photos mais aussi de la pluie pour tester leur adhérence et en étant raisonnable sur les accélérations et les freinages, nos pneus ne sont jamais dérobés, preuve qu’on peut envisager de rouler toute l’année avec une Harley.

 

A découvrir absolument

Harley-Davidson Sportster 1200 Low 2007 – Découvrir l’AmériqueTout motard connaît Harley, de nom, de visu, de réputation ou par commérage mais peu ont franchi le pas d’en piloter une, que ce soit par préjugé ou pour l’aspect financier.

La Sportster permet justement un premier contact avec ceux qui pourraient être sceptiques. Nul doute qu’elle en séduira plus d’un et qu’elle dissipera la plupart des a priori. La qualité et la finition pourraient même vous convaincre que l’investissement en vaut la peine et malgré ses défauts, on s’attache vite à la Sportster. et le plaisir de la conduire, toujours présent, efface vite les désagréments.A notre avis, un motard devrait au moins une fois dans sa vie, rouler sur une Harley, ne serait-ce que pour quelques jours et justement les Sportsters sont là pour vous en convaincre.

En bi-ton, elle est affichée à 10.980 € et un peu moins en uni, 10.495 €

  Importateur www.harley-davidson.be

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Yamaha Tracer 900 GT, la même en mieux.

Lancée sur le marché en 2015 sous le nom de MT-09 Tracer, la Sauterelle surexcitée de la firme d’Iwata subit en 2018 une profonde...

BMW R1200 GS Adventure

BMW profite du passage à l’Euro 4 pour faire évoluer sensiblement la GS. Soucieux de conserver une longueur d’avance sur la concurrence, le constructeur...

Le casque connecté Sena devient aussi modulable

Le nouveau et premier casque modulable connecté de SENA, l’Outrush R, se caractérise par un Bluetooth 5.0, son système Intercom à 4 voies qui permet...
Publicité