Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014

La vie de château selon Sym

Pour l’avènement de deux modèles phares et à l’occasion de ses 60 ans d’existence, le constructeur taïwanais avait convié la presse en Hollande. Le 600i et le 125  » Start &amp. Stop  » profitaient pour l’occasion d’un écrin à la mesure de leurs prétentions : un château issu tout droit du Siècle des Lumières.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014
Maxsym 600i

Ce siècle révolutionna la pensée européenne tout autant que l’histoire de notre société occidentale, et les deux scooters présentés au Kasteel Bloemendal viennent eux aussi bouleverser tant soit peu les us et coutumes taïwanais. Pensez donc : un authentique maxiscooter (on le disait déjà du 400 testé plus tôt dans nos colonnes), et un 125  » Start &amp. Stop  » censé faire chuter encore d’une huitaine de pour cent une consommation déjà remarquablement contenue pour descendre à 3L/100km, nous dit-on, mais nous n’avons pas pu le vérifier. Ce 125 devrait dynamiser le marché aux Pays-Bas, où le permis A1 vient seulement de faire son apparition.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014
Joymax 125i Start&.Stop

 

 

Sympathiques Symergies

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014

L’importateur Sym pour la Belgique n’est autre que le Moteo Group, lequel se confond lui-même avec Suzuki Belgium . une équipe dynamique et empathique qu’il fait toujours bon retrouver, pour l’occasion en compagnie de ses homologues hollandais. Cette fois, ils accueillaient les presses belge et néerlandaise dans un cadre prestigieux : situé dans la région des trois frontières, bordé d’un domaine diapré de (petits) jardins à la française typiques du temps de Diderot et Voltaire, le Kasteel Bloemendael, à Vaals, fut d’abord la demeure d’un riche négociant, avant de tenir lieu de couvent et même d’hôpital militaire durant la Seconde Guerre mondiale. Bref, un lieu privilégié que nous ne saurions trop vous recommander pour vos villégiatures bataves. Le corps de bâtisse, le parc, les chambres, le restaurant, tout est fait pour raviver le mode de vie des Lumières. Et Dieu sait que ces gens-là savaient vivre !

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014

Mais voilà qui nous éloigne de nos deux scooters…En fait, pas tant que cela. Le Moteo Group travaille avec Sym depuis 2001 et, comme le disent fièrement ses représentants :  » En tant que partenaire européen important du constructeur, nous ne sommes pas pour rien dans l’évolution avérée de leurs modèles ces dernières années.  » Une évolution qui passe par une belle fiabilité, confirmée par les revendeurs . mais aussi par le fait qu’en France , par exemple, Sym va jusqu’à garantir certains de ses modèles durant… 100.000km. Joli, mais pas (encore) à l’ordre du jour chez nous.En vérité, c’est une bonne part de la gamme Sym qui nous était proposée à l’essai, puisqu’on retrouvait également l’excellent Joymax 300i, le 125 dénué du SnS (lisez Start&amp.Stop), le petit Fiddle II et, en primeur absolue, le tout nouveau Fiddle III qui fut présenté à Milan. Signalons cependant que nous n’avons pas essayé ce dernier, trop étriqué pour accueillir les « doubles mètres »…

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014
Fiddle III

 

Symilitudes

Globalement, les scooters taïwanais -qui trustent tout de même 16% de parts de marché belge- s ‘y entendent pour exhiber leur image de marque grâce, entre autres, à leurs monocylindres, à leurs  » sourcils  » LED ou à leurs dosserets passager.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014
Maxsym 600i

Au guidon du nouveau 600, la filiation avec le 400 saute aux yeux puisque les deux machines partagent une plate-forme identique pour tout ce qui concerne châssis, suspensions et freinage. Ces ressemblances s’étendent jusque dans le détail (logeabilité, équipement) et nous dirions volontiers qu’il n’y a pas à s’en plaindre dans la mesure où ces économies d’échelle permettent de contenir les co&ucirc.ts et de maintenir la gamme à un niveau tarifaire inaccessible à le concurrence. Car, voyez-vous, un Maxsym 600i ABS se négocie à 6599€, soient… 4000€ de moins qu’un Burgman 650. Ah ouais, quand même, s’exclame votre tiroir-caisse ! Notez que pour 100 petits euros de plus, vous héritez du même dans sa version Sport : au programme, coloris noir mat spécifique, liserés, logo et coutures rouges ainsi qu’un silencieux et des rétroviseurs spécifiques.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014 Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014

Les finitions sont à la hauteur de ce qui se fait de bien dans le segment. elles atteignent presque le niveau des ma&icirc.tres en la matière que sont Honda ou Yamaha, voire Piaggio. La qualité des plastiques est satisfaisante, leur assemblage aussi, et le guidon carrossé est du plus bel effet. Et, si l’on aborde la question de l’équipement, le Taïwanais prendrait plutôt les devants sur la concurrence, ce qui est une performance notable si l’on considère son prix. Epinglons sans exhaustivité le freinage radial couplé, la commande électrique d’ouverture de selle, une prise USB, la bulle réglable mécaniquement ou encore une instrumentation complète.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014

A l’usage, les vibrations du mono sont présentes mais contenues et le confort prévaut . les suspensions n’avouant (un peu) leurs limites que sur revêtements altérés. En termes de comportement routier, le gros Maxsym campé sur ses roues de 14 et 15 pouces atteint une excellente stabilité. Bien entendu, son architecture classique le rend plus stable qu’agile : si les encha&icirc.nements sont rapides, il faudra le forcer un peu, mais c’est assez récurrent chez les maxiscooters. Ajoutez-y un freinage à la hauteur, 45cv bien présents tractant un poids limité et vous obtenez un rapport qualité-prix à considérer deux fois plutôt qu’une pour l’acheteur potentiel d’un scooter au long cours.

 

Sym le donnent, je le prends !

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014
Joymax 300i

Ah, le 300i… Sans être la vedette du jour, figurez-vous que c’est le préféré de nombre d’essayeurs scootéristes. Nous n’avons pas longtemps croisé à ses commandes, mais suffisamment pour comprendre leur jugement : il n’a ni les lourdeurs des deux gros 400 et 600 ni le manque d’allonge parfois criant du 125. Par contre, il concentre leurs qualités : le freinage couplé avec l’ABS, assez de chevaux pour s’aventurer hors de la ville tout en préservent une maniabilité de vélo. Celui-là, il embarque dans ses gènes quelques-uns des chromosomes qui font les best-sellers ! En outre, nous avons appris qu’il serait lui aussi nanti du système SnS dès la fin de cette année.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014
Joymax 125i SnS

Et le SnS nous conduit tout naturellement vers l’autre nouveauté de cette présentation, le Joymax 125i Start&amp.Stop (3399€ ou 3599€ avec ABS). De prime abord, il étonne, ce petit : même les grands gabarits y trouvent leur place, ce qui est loin d’une constante sur les 125cc… Agile et accueillant, le 125 est à l’évidence une arme urbaine. On imagine que de longs trajets autoroutiers répétés finiraient par affoler son malheureux piston. C’est d’ailleurs en ville que le SnS s’avère le plus pertinent. Pour être opérationnel, le système nécessite trois paramètres : la température d’eau doit atteindre 70&deg., il faut rouler au moins à 10km/h et la batterie doit afficher une tension supérieure à 11,5v.

Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014 Essais nouveautés Sym Maxsym 600i et Joymax 125i Start&Stop – 2014

En pratique, tout cela s’avère opérationnel, mais on note que le système est un peu long (de l’ordre de la seconde) à couper et à remettre le contact. Avec une consommations alléguée de -8% et des rejets diminués de 6%, le conducteur du Joymax SnS choie sa conscience environnementale. Maintenant, le SnS est-il un must ? Vraisemblablement pas, mais il a néanmoins le mérite effectif d’exister et de faire de Sym un précurseur.
« 

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,371FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité