Essai du SYM GTS 250

Certain de vouloir prendre un abonnement de train ?
Essai du SYM GTS 250

 

Voici le scooter 250 le moins cher du marché, il a pour ambition de donner le confort des « maxis » pour remplacer nos chères voitures et même pourquoi pas, tenter les autres navetteurs.Il n’y a pas de meilleure publicité pour un maxi-scooter qu’une autoroute remplie de voitures à l’arrêt. Sur les trajets courts à moyens, il sera toujours plus rapide que la voiture ou même le train. Mais à ce prix, quel niveau de qualité peut-on espérer ? C’est la véritable inconnue. Bien entendu, une semaine au guidon d’un Sym ne permet pas de répondre à toutes nos questions. Pour l’instant, laissons ce taïwanais construire lui-même sa réputation.A y regarder de plus prèsAssez proche du Honda Silverwing, ses lignes dynamiques et le dessin de ses optiques particulièrement réussi nous avait tapé dans l’oeil quand nous l’avons vu au salon en janvier. Il occupe bien l’espace avec un volume imposant (187 kgs quand même), l’immense selle est accueillante et le carénage bien assez large pour assurer une bonne protection. On le prendrait volontiers pour un « plus gros » avec ses grandes roues, la large selle passager, la bulle haute et son grand guidon, seul un oeil averti lui trouvera une fourche un peu légère pour un être un maxi-scoot. Que ce soit le tableau de bord, les raccords de carénage, les commodos, le coffre sous la selle, le niveau de finition est bon, il n’y a pas de pièces qui semblent être fixées approximativement et chaque détail a été soigné. Seules les coutures de la selle apparaissent un peu grossières et l’insigne « GTS 250 » collé sur l’arrière est pauvre.Vous pensez encore que pour le prix il faudra accepter une dotation minimaliste, détrompez-vous, il a presque tout: un tableau de bord très lisible avec compte-tours et indicateur de vitesse à aiguilles, un écran digital avec affichage de la température moteur et du niveau d’essence par graduations, un totaliseur kilométrique, un partiel et une horloge (un peu dommage que le bouton de resset soit si près du bouton de sélection du trip, pour un rien, on a tout remis à zéro). des commodos de moto, 2 grands rétroviseurs, une large boite à gants verrouillable à clé, un deuxième compartiment plus petit sur la poutre centrale avec porte-gobelet assez anecdotique. un coffre sous la selle avec place pour un casque (pas un intégral XL) et une veste, le tout éclairé par une petite veilleuse. des repose-pied passager escamotables et une grande poignée en forme d’aileron. C’est à peine croyable et on a pas encore parlé de la technique.

Un vrai catalogue de l’optique à  lui tout seul
Essai du SYM GTS 250

Il est équipé d’un phare de croisement et d’un phare de route séparés qui sont d’une efficacité redoutable, un cercle façon BMW série 5 entoure le phare de route. Des antibrouillard (dont nous n’avons pas pu tester l’effet faute de brouillard) qui peuvent s’avérer bien utile pour améliorer notre visibilité dans les files de voitures. Bien dans l’air du temps, les verres sont clairs et pour les indicateurs de direction, c’est l’ampoule qui est colorée. Le feu stop se la joue GSXR avec ses « 200 » leds. Si ce GTS ne roule plus, il pourra toujours servir à No&euml.l.Démarrage électrique et en route. L’embrayage accroche bien, pas de longues glissades, il prend directement et nous gratifie de départs éclairs, d’autant que le 250 cm3 a du muscle, il file d’une traite à 80 km/h, après cela devient élastique. Ceux qui viennent d’un 125 voire moins seront enchantés. Pour les motards, il faut relativiser, quand on accélère, on sent le moteur réagir directement et pousser le scoot vers l’avant avec un sentiment de satisfaction. Mais sans le savoir, on a déjà tout vu, essorer davantage la poignée ne sert à rien, il était déjà à fond. A méditer avant de se lancer dans un dépassement au risque de se retrouver « dans le vent ». A part en ville, il vaut mieux rester humble. Ceci dit, avec le rodage achevé, ce qui n’était pas le cas de notre modèle d’essai, on peut tabler sur un 130 km/h comme vitesse maximum sur le plat, de quoi monter sur les autoroutes sans réserve.Classe confort

Essai du SYM GTS 250

La selle n’est pas trop haute et malgré sa largeur on pose toujours bien le pied au sol. Les grands rétros donnent une vue « cinemascope » sur l’arrière de sorte que le passage en ville est un régal. Il se faufile comme un chat dans la circulation, son moteur possède assez de caractère pour tenir la première place quand le feu passe au vert et son gros silencieux le rend peu bruyant. Le marche-pied protège bien les chaussures qui pourront rester « de ville ». La suspension arrière isole le dos des chocs même sur les gros raccords. Pour un système à bras oscillant solidaire du bloc moteur, c’est plutôt pas mal, il fait mieux qu’un Majestic 400 par exemple. Les jambes ne peuvent pas s’étendre complètement mais de manière générale, le confort est bon sur le GTS.La protection au vent ainsi que la tenue au vent latéral en est un autre. Il est à peine perturbé par le sillage des camions et il faut une sérieuse rafale de vent latéral pour commencer à l’inquiéter. Sans être dans une bulle comme sur une RT, la tête est bien protégée de la pression du vent ainsi que des ballottements ou du sifflement aérodynamiques, même à 120 km/h. Cette stabilité à « grande » vitesse est une bonne surprise.

Un avant de Ludix sur un arrière de Burgman
Essai du SYM GTS 250

Vous alliez penser que ce Sym réussissait le sans faute, il y a quand même quelques bémols. Le train avant en est un. Trop léger, trop souple, il s’enfonce au freinage en produisant un « clonck » systématique sans que l’on comprenne pourquoi car il n’arrive pas en butée. Avec un angle de chasse trop fermé, son côté hyper-maniable devient délicat à contrôler dans les virages où il a tendance à se jeter à la corde, ce qui oblige à corriger la trajectoire qui prend des allures de bord de timbre. Ce scooter est déjà bien assez réactif avec son centre de gravité bas, il mériterait un train avant plus « stabilisateur ». Il renvoie aussi beaucoup de chocs dans les mains et il est par exemple impossible de rouler à allure normale sur une route pavée à cause des vibrations, elles secouent tellement le haut carénage que l’on se demande si on ne va pas simplement perdre des pièces.Inutile de préciser que les inerties fort différentes de la roue avant et de l’ensemble arrière donnent un comportement « à dos de chameau » en virage, même si le cadre s’en sortait pas mal, cela incite à une grande réserve en utilisation sportive. Autre point d’attention, le freinage. Pourtant équipé d’un système CBS qui réparti passivement le freinage entre les disques avant et arrière, la puissance est insuffisante pour un engin de ce poids. Il faut presser le frein comme un casse-noisette pour obtenir un freinage net, ou penser malgré le CBS à utiliser les deux poignées de frein et solliciter davantage le frein avant. Pourtant, l’idée du freinage réparti était bonne, il faudrait mieux l’assister.Le moins cher des 250 cm3On adore le sérieux apporté à la sécurité avec ses optiques de qualité, l’idée des « antibrouillards » et les rétroviseurs « de caravane ». Son prix de produit blanc ne l’empêche pas d’être bien fini et tout à fait dans le coup gr&acirc.ce à sa forme dynamique. Le confort est bon, la protection au vent permet de naviguer en tenue « civile » et le moteur est suffisamment volontaire pour monter sur l’autoroute. En outre, il consomme peu, moins de 5 litres pour 100 km, ce qui lui laisse une autonomie supérieure à 200 km. Seuls le manque (provisoire) de reconnaissance de la marque et l’inconnue sur la fiabilité peuvent tempérer notre enthousiasme.

Fiche technique
Sym GTS 250MoteurMonocylindre de 250,6 cm3 à 4 soupapesEmission euro2Puissance 21,5 cvRefroidissement liquideTransmission à variateurPartie cycleFreins avant 1 disque (240 mm)Freins arrière à disque (220 mm) CBSPneu avant 100/90-13Pneu arrière 130/70-13Suspension arrière à bras oscillant, ressorts avec réglage de la pré-chargeSuspension avant téléfourcheChiffresPuissance 21,5 cv à 7750 t/minCouple 21,7 Nm à 6000 t/minPoids 173 kgRéservoir 12 litresConsommation moins de 5 l/100km&nbsp.Importateur:MOTANA 2 WHEELSSatenrozen, 82550&nbsp. KONTICHTEL 03 / 450.04.11FAX 03 / 450.04.40&nbsp.
« 

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger. Motard dès l'âge de huit ans et journaliste/essayeur moto depuis 1988. Une expérience tout à votre service...

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité