Yamaha WR250X 2009

Dis-moi qui je suis
Il semble légitime de se poser des questions quant à la pertinence d’une 250cc proposée sur le marché belge. En effet, le motard belge est généralement attiré par les grosses cylindrées, l’abolition du permis  » + de 400cc  » n’ayant fait que renforcer le phénomène au fil du temps. Toutefois, deux nouveaux éléments entrent en compte lors de l’achat d’une moto . les problèmes de mobilité liés aux encombrements presque permanents, et le prix des carburants. Une petite cylindrée est donc toute indiquée pour  » rouler léger « , c’est-à-dire consommer peu et se faufiler dans le moindre trou de souris urbain. De plus, les petites cylindrées sont faciles d’accès pour les néophytes, l’investissement de base reste relativement faible et l’appétit modéré pour les consommables de tout poil, genre plaquettes de freins et pneus pour ne citer qu’eux, font de ces motos un choix raisonnable. Reste à savoir si notre Yamaha l’est aussi à la lumière de son prix…

Yamaha WR250X 2009

En selle !
Cette moto est belle et les amateurs du genre ne s’y tromperont pas ! Les jantes noires sont du plus bel effet, tout comme le cadre aluminium, lui aussi de noir vêtu. La finition est plus que correcte pour ce type de moto, le tableau de bord est sobre mais réussi, il ne lui manque qu’un compte-tours. Détail étonnant . il n’y a pas de bouton d’appel de phare, bouton pourtant bien utile pour se faire voir des automobilistes en ville ou dans les bouchons…

Yamaha WR250X 2009Yamaha WR250X 2009

La prise en mains est d’une facilité déconcertante, tout est parfaitement étudié pour vous faciliter la vie, seule la selle est un peu dure. Yamaha semble avoir fait de grands progrès en termes de bo&icirc.te de vitesses . celle-ci est tout simplement parfaite ! Le verrouillage est doux mais franc et aucun faux point mort ne vient tempérer les ardeurs du petit bouilleur de 249cc. Car, même si 31 chevaux peuvent sembler bien légers sur le papier, il faut reconna&icirc.tre que ce propulseur est aussi sympathique que plein de bonne volonté. Bien s&ucirc.r, il ne faut pas vous attendre à vous faire allonger les bras à chaque rotation de la poignée droite mais le petit moulin donne tout ce qu’il a dès les plus bas régimes. Sa vigueur est d’ailleurs assez surprenante en regard de sa cylindrée, l’injection équipant le bloc n’y étant certainement pas étrangère. Et elle ne fait pas que lui conférer du couple, elle y ajoute l’avantage d’un appétit d’oiseau. En somme, ce n’est que du bonheur. Le châssis, quant à lui, n’est jamais dépassé par les événements et la tenue de route est sans reproche. Les suspensions d’origine tout-terrain sont un peu souples à l’attaque mais ne perturbent pas l’équilibre général de la machine. Elles ne pompent pas en grandes courbes et n’entra&icirc.nent aucun louvoiement à vitesse élevée.Les pneus d’origine s’acquittent fort bien de leur tâche. Combinés à un frein moteur jamais envahissant, les entrées en glisse dans les virages lents deviennent un vrai délice. Il vous faudra par contre un peu plus d’audace et d’habitude pour tenter des figures un peu plus osées mais, comme dit l’adage, à l’impossible nul n’est tenu. Les freins, quant à eux, se font totalement oublier . le frein avant fait preuve d’une bonne progressivité et de mordant même s’il ne faut pas avoir peur de tirer un peu fort sur le levier. Le frein arrière remplit son rôle sans surprise.

La vie à  deux
Les parcours urbains sont facilités par la position sénatoriale et dominante, bien que la hauteur de selle conséquente ne convienne guère aux plus petits gabarits. Les rétroviseurs permettent de voir autre chose que vos coudes. Ils vibrent toutefois un peu sur autoroute à vitesse de croisière, c’est-à-dire entre 100 et 110 km/h. Mais l’autoroute n’est pas le terrain de prédilection de cette 250 . la moindre averse aura tôt fait de ruiner votre beau pantalon jusqu’aux genoux et de mettre à mal l’étanchéité de vos bottes. Il n’aurait pas été totalement inutile d’adjoindre au garde-boue haut un petit lèche-roue discret mais efficace fixé sur les fourreaux de fourche.Lors des remontés de files, le grand guidon et les rétros bien écartés deviendront vite une tare plutôt qu’un avantage en ce sens qu’ils sont juste à la hauteur des rétroviseurs de nombreux quatre-roues. Prudence, prudence . les rétros se replient, mais pas le guidon !En parcours interurbains, chaque petite route se muera en spéciale de rallye. C’est l’idéal pour apprendre à piloter . la puissance raisonnable du moteur vous incitera à  » trajecter  » à outrance pour ne pas perdre le moindre km/h. Les vitesses auxquelles vous évoluerez resteront somme toute assez faibles mais restez attentifs . la route n’est pas un circuit et la tentation est grande avec un tel pousse au crime.

Yamaha WR250X 2009

Pour le duo . circulez, il n’y a rien à voir. L’arrière de la selle est aussi épais qu’un petit beurre et il est peu probable que le complice de vos balades vous remercie s’il passe plus de trente minutes en selle. Encore une fois, la vocation de la WR n’est pas celle-là. D’ailleurs, certains esprits grincheux pourront arguer du fait qu’il existe plus polyvalent que cette supermoto. Sans vouloir les contredire, qui se promène à deux sur un scooter 250cc ? Et qui emmène une si petite monture loin de ses contrées originelles avec force sacs et bagagerie ? La WR n’est certes pas la plus adaptée aux trajets autoroutiers purs et durs mais elle s’acquitte de tout le reste avec une étonnante facilité tout en vous apportant une joie de rouler sans égale, quel que soit votre choix à cylindrée… égale.

Yamaha WR250X 2009

 

A-t-elle tout d’une grande ?
Assurément, tout y est : le look d’une  » vraie « , la finition flatteuse, les performances honorables compte tenu de la cylindrée, et plus que tout : elle vous mettra la banane à chaque fois que vous la sortirez. Hélas, trois fois hélas, elle a également hérité du tarif d’une grande, 6990€ . c’est la somme effarante dont il faudra vous alléger pour pouvoir emmener la belle sur les petites routes de notre plat pays. N’ayons pas peur des mots : c’est énorme. Pour le même tarif, il ne sera pas difficile de trouver une enduro de plus grosse cylindrée en occasion, récente et pourvue des attributs de supermotard. Mieux, même . la XT660X n’est que 300€ plus chère. Et faut-il rappeler qu’une autre 250 sexy, la Kawasaki Ninja 250 R co&ucirc.te… 2500€ de moins ? Voilà un tarif qui risque d’être rédhibitoire pour bien des motards.

Yamaha WR250X 2009

Budget/Plaisir : 5/10Au quotidien : 7/10Sport : 7/10Duo : 5/10Débutant : 8/10 TL

Fiche technique
Yamaha WR250X 2009 – 6990€ en mai 2009 Mécanique Moteur: monocylindre vertical, 2 ACT, 4 soupapes.Cylindrée (alésage X course) : 249,6cc (77×53,6mm) Puissance : 31cv à 10000t/minCouple : 23,7 Nm à 8000t/minAlimentation : injection électroniqueTransmissions : bo&icirc.te 6, embrayage mécanique multidisque à bain d’huile, cha&icirc.ne. Châssis Cadre : semi double berceau aluminiumSuspension av : fourche télescopique inversée, débat. 270mmSuspension ar : mono-amortisseur, débat. 265mmFrein av : simple disque 298mm, étrier 2 pistonsFrein ar : disque 230mm, étrier simple pistonPneu av : 110/70-17Pneu ar : 140/70-17 Chiffres Empattement : 1425mmHauteur sellerie : 895mmPoids à sec : 136kgRéservoir : 7,6LConsommation moyenne : 5,0L/100km Importateur : Yamaha (D’Ieteren Sport)Parc industriel de la Vallée du Hain, 371440 Wauthier-Braine.Tel.: 02/367.14.11 – Fax: 02/366.15.21www.yamaha.be
« 

Article précédentYamaha R6
Article suivantBuell 1125 CR – 2009

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité