Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.

Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.
Ne dites plus Tracer 700, mais Tracer 7.

Evolution

Exit la Tracer 700 ! Bienvenue à la Tracer 7 et à sa version mieux équipée, la Tracer 7 GT. Yamaha profite du passage à l’Euro 5 pour améliorer sa gamme Sport touring de moyenne cylindrée. Sans modifier fondamentalement un modèle apprécié pour sa polyvalence et son moteur pétillant, la Tracer 7 adopte un look « cyborg » qui n’est pas sans rappeler celui des sportives R1 de la marque aux diapasons. Les feux de position et les deux phares LED en forme d’yeux intégrés dans un demi-carénage au design original lui confèrent un air agressif et moderne. Les protège mains minimalistes mais originaux intègrent des clignotants LED. De belle facture, les rétroviseurs s’intègrent parfaitement dans l’ensemble.

L’échappement discret et la partie arrière réduite à sa plus simple expression, trop dirons certains, accentuent l’impression de légèreté. Des jantes à bâtons noires ou bleues et un petit garde-boue avant, plus esthétique que fonctionnel, complètent le tableau. Pour le reste, les améliorations apportées au modèle 2020 restent d’actualité : des suspensions avant et arrière réglables manuellement, un cadre diamant léger avec bras oscillant en aluminium à l’empattement de 1.460 mm pour davantage de maniabilité, une bulle sportive facilement réglable d’une main sur 60 mm, une selle biplace à deux niveaux et un rapport poids-puissance qui fait référence dans la catégorie.

La Tracer 7 est propulsée par le bicylindre « crossplane » de 689 cm³ dont le vilebrequin est calé à 270°. Les paramètres d’injection ont été optimisés, l’admission d’air, ainsi que l’échappement ont été retravaillés afin de répondre à la norme EURO 5. D’une puissance de 73,4 ch à 8.750 tours et offrant un couple de 68 Nm à 6.500 tours, il se veut toujours aussi dynamique et agréable.

Plus large de 34 mm, le guidon procure une position de conduite droite. Il est équipé d’un astucieux rail transversal qui permet de fixer des accessoires, GPS ou smartphone. Les jambes ne sont pas trop pliées et la selle procure un confort tout à fait correct permettant d’envisager les longues distances.

Légère et maniable.

Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.

Outre sa qualité de finition et son moteur dont nous reparlerons, la qualité principale de la Tracer est son faible poids…196 kg tous pleins faits, qui dit mieux ? C’est effectivement une sensation de légèreté et de maniabilité que je ressens dès les premiers kilomètres dans les embouteillages de la banlieue bruxelloise. La 7 se faufile aisément et procure immédiatement une impression de facilité. A l’arrêt, les pieds sont biens à plat sur le sol et la position de conduite permet d’appréhender les pièges d’une route très encombrée et pas toujours en excellent état. La boîte 6 vitesses est agréable et l’embrayage, bien qu’à commande mécanique, est souple.

Grâce au double disque de 282 mm à l’avant et au simple disque de 245 mm à l’arrière, le freinage est à la hauteur. Il en va de même pour les suspensions. La fourche avant au débattement de 130 mm et l’amortisseur arrière (142 mm) sont réglables manuellement et permettent une adaptation aux conditions de conduite. La moto d’essai étant réglée trop « dure », j’ai facilement pu adapter la suspension arrière afin d’améliorer le confort. Ceci dit, cette dernière gagnerait à être plus performante, surtout sur nos routes belges peu respectueuses des vertèbres des motards.

Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.
La position de conduite est droite et confortable.

Sur la route.

Une fois les « embouts » du BW derrière moi, je peux exploiter davantage le potentiel du fameux bicylindre « crossplane » dont la réputation n’est plus à faire. Grâce à son calage à 270°, il fournit une séquence d’allumage à intervalles irréguliers, permettant d’offrir un couple plus linéaire tout en procurant une sensation dynamique lors des accélérations. Je craignais que les adaptations indispensables au passage à l’EURO 5 ne brident quelque peu ce dynamisme. Il n’en est rien ! Ce moteur est toujours aussi agréable et réactif, aussi bien en ville qu’à la campagne. Sur grands routes et autoroutes, la bulle en position haute offre une protection correcte, mais génère quelques turbulences au niveau de la tête. La version haute proposée en option, offrira davantage de protection et de confort.

C’est sur les routes secondaires, sinueuses de préférence, que la Yam révèle tout son potentiel. Sa légèreté et sa maniabilité associées à un châssis bien équilibré et son moteur dynamique, c’est du plaisir garanti. La Molignée et les petites routes ardennaises constituent son terrain de jeu favori. Difficile à prendre en défaut, son comportement est sain et toujours sous contrôle. Le freinage se montre à la hauteur. Le carénage et le réservoir, parfaitement intégrés au châssis, assurent un bon feeling et le galbe de la selle permet au pilote de se caler vers l’arrière lors des accélérations.

Un nouvel écran LCD négatif fournit les données habituelles : vitesse, compte-tours, ODO, Trip 1 et 2, niveau de carburant, horloge et rapport engagé. A noter que le compte-tours et le témoin de rapport engagé sont en couleur.

A raison d’une consommation de 4,5 litres, le réservoir de 17 litres assure une autonomie confortable de plus de 300 km.

Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.
Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.

Grâce à une selle passager surélevée et deux belles poignées de maintien, la Tracer 7 est équipée pour le duo. Il faudra toutefois limiter les distances car ce n’est pas le confort d’une GT ou d’un trail de catégorie supérieure.

Accessible dès le permis A2, la Tracer 7 est facturée 8.899 €. Elle est proposée en Redline (rouge et jantes noires), Tech Kamo (gris foncé mat et jantes noires) et Icon Grey (gris clair et jantes bleues).

Alternatives.

Celles et ceux qui souhaitent une machine mieux dotée lorgneront évidemment vers la GT, équipée de sacoches semi-rigides de 20 litres, d’une bulle plus haute et plus large et d’une selle confort. Il faudra consentir un supplément raisonnable de 800 €.

Autre dilemme : Tracer 7 ou MT 07 ? En effet, la MT étant la déclinaison roadster de la Tracer…ou la Tracer étant la version touring de la MT, et sachant que cette dernière coûte 1.600 € de moins, mais perd en confort en raison d’une selle basique et d’absence de protections, la question vaut la peine d’être posée. Question de goût et de budget !

Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.

Bilan.

Digne descendante de la mythique TDM, fidèle à son image de moto polyvalente, dynamique mais accessible, la Tracer 7 2021 se présente comme une référence dans le segment de plus en plus prisé des « sport touring » de moyenne cylindrée. Comme concurrentes, citons la Honda NC750X moins puissante, la Kawasaki Versys 650, la Suzuki DL650 V-Storm et la Triumph Tiger 850 Sport au tarif supérieur.

Renseignements pris auprès du concessionnaire des établissements Trust Bike de Braine-l’Alleud, la Tracer 7 séduit les jeunes détenteurs d’un permis A2 par son look résolument moderne et son prix abordable, mais également les motards plus âgés à la recherche d’une moto, et surtout d’un moteur, qui a fait ses preuves en matière de fiabilité et d’agrément.

Les +

  • Rapport finition – équipement – prix
  • Moteur pétillant
  • Maniabilité
  • Look original

Les –

  • Bulle d’origine un peu basse
  • Suspension arrière perfectible
Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.
Icon Grey
Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.
Redline

Caractéristiques techniques.

Moteur

Type de moteur : 2 cylindres, 4 temps, à refroissement liquide, DACT, 4 soupapes
Cylindrée : 689cc
Alésage x course : 80.0 mm x 68.6 mm
Taux de compression : 11.5 : 1
Puissance maximale : 54,00 kW à 8 750 tr/min
Limited power version (A2) : 35.0kW 7,500 rpm
Couple maximal : 68.0Nm (6.93kg-m) @ 6,500 rpm
Lubrification : carter humide
Embrayage : à bain d’huile, multidisque
Allumage : TCI
Mise en route : électrique
Transmission : prise constante, 6 vitesses
Transmission finale : chaîne
Consommation : 4.3l/100km
CO2 émission : 100g/km
Carburateur : système à injection

Châssis

Châssis : cadre diamant
Angle de chasse : 24.8º
Chasse : 90mm
Géométrie de la suspension avant : fourche télescopique
Géométrie de la suspension arrière : bras oscillant
Débattement avant : 130 mm
Débattement arrière : 142 mm
Frein avant : double disque à commande hydraulique, Ø282 mm
Frein arrière : simple disque à commande hydraulique, Ø245 mm
Pneu avant : 120/70 R17 M/C 58W
Pneu arrière : 180/55 R17 M/C 73W

Dimensions


Longueur : 2 140 mm
Largeur : 806 mm
Hauteur : 1 290 mm
Hauteur de selle : 840 mm
Empattement : 1 460 mm
Garde au sol minimale : 140 mm
Poids (comprenant l’huile et le plein de carburant) : 196 kg
Capacité essence : 17.0L
Capacité en huile : 3.0L

Yamaha Tracer 7 : permis de frissonner.
La Tracer 7 en version GT


Dominique
Enseignant tombé dans le monde de la moto très jeune

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité