Tommy Robb retrouve Spa-Francorchamps.

En raison d’une nuque brisée et d’une colonne vertébrale sévèrement endommagée voici de nombreuses années, Tommy Robb a besoin d’une canne pour se déplacer. Un peu d’arthrite et une audition délicate s’ajoutent à ses problèmes:  » Tout cela à cause des heures et des heures passées au guidon » explique Tommy avec sourire. « Physiquement, je crois avoir 94 ans, mais mentalement je suis toujours un gamin de 21Š » Voilà pourquoi, malgré ses 75 ans, Tommy Robb a décidé de participer aux Bikers’ Classics des 11, 12 et 13 juin prochains.Chaque journée de Tommy débute par une longue séance sur sa machine à ramer.
Tommy Robb retrouve Spa-Francorchamps.
« Je dois accomplir cette gymnastique quotidienne en raison des blessures subies pendant ma carrière », souligne l’Irlandais du Nord. « Cela me soulage beaucoup et me permet de conserver le même poids depuis 1962. »
Cela rendra certainement pas mal de personnes jalouses et, à ce niveau, Robb se considère comme un veinard.
Sa dernière visite sur le continent européen remonte à presque douze ans lorsqu’il fit une démonstration au TT Classic d’Assen. On n’a pas dû user de beaucoup de persuasion pour ajouter son nom sur la liste déjà impressionnante des engagés du prochain Bikers’ Classics de Francorchamps.
 » Jadis, l’ancien circuit était l’un de mes favoris, confie-t-il. Vous ne pouvez pas vous imaginez à quel point il était incroyablement rapide. Aujourd’hui, en haut des Combes on tourne à droite, mais auparavant on plongeait directement dans une longue descente entre les maisons et les champs sans aucune protection. En bas, dans le long virage de Stavelot, la poussée d’adrénaline était à son comble et vous coupait le souffle. Des sensations difficiles à décrire.
Aujourd’hui, les pilotes ont exigé tellement des mesures de sécurité que quand ils tombent, ils se relèvent simplement et donnent un grand coup de pied rageur à leur moto. De notre temps, on était emporté en civière ! »
Voici quarante ans exactement, au terme d’un remarquable suspense, Tommy terminait troisième du Grand Prix de Belgique réservé aux 500cc. « Cette course fut absolument merveilleuse » s’étonne-t-il toujours.
« La puissance était telle que nos machines se tordaient dans tous les sens. Avec les conseils de Colin Seeley, je travaillais moi-même sur ma moto. Ma formation de mécanicien me le permettait. Aujourd’hui encore, je bricole toujours un peu sur ma Honda 250, une réplique de ma moto de 1962 et de 1963 que je sors deux ou trois fois par an lors de ce genre d’événements.  »
Pourtant c’est au guidon d’une Yamaha YZ 623C du Classic Team hollandais que Tommy Robb paradera à Francorchamps. C’est avec une moto de ce type que l’Irlandais remportait son tout dernier Grand Prix sur l’île de Man en 1973. Voici Presque 39 ans.
« L’an dernier, j’ai roulé sur cette même moto à Brands Hatch et c’était vraiment amusant. Naturellement, je sais pertinemment que pour cette occasion je serai nerveux. J’ai besoin de cette pression, sinon je ne pilote pas correctement. Chaque fois que j’enfile mon cuir, je me dis de ne pas m’en faire, mais quand je suis au guidon j’ai envie de retrouver ma jeunesse et mes 22 ans! Je dois me convaincre que je n’ai plus l’agilité de ma jeunesse. La chose la plus importante pour moi est de jouir à fond du circuit et de chaque tour accompli. Comme jadis, mais avec quand même moins de stress. Bien sûr, il y a aussi un bonus supplémentaire: rencontrer de vieux amis.  »
A Spa -Francorchamps, les 11, 12 et 13 juin, Robb retrouvera ses anciens coéquipiers de la Honda, Luigi Taveri et Jim Redman. Sammy Miller, son ami de longue, sera là également. « Luigi ressemble toujours à l’image que je conserve de lui depuis 50 ans, rappelle Robb en soulignant l’éternelle jeunesse du Suisse, mais Sammy est vraiment vieux. Il a d’ailleurs onze mois de plus que moi! »
En 1962, son coéquipier Jim Redman a remporté le titre réservé aux 350cc, ne laissant à Tommy Robb que la seconde place du championnat du monde. Quarante huit ans plus tard, l’issue de ce championnat tape toujours sur les nerfs de l’Irlandais. « La seconde place ne signifie pas grand chose. Si je pouvais revenir en arrière je serai beaucoup dur. Je ne serai pas le gentil compagnon que j’étais alors. Mais quelqu’un m’a dit « Vous avez gagné des amis non pas à cause d’un titre mondial, mais à cause de votre caractère ». Je suppose que cela compte beaucoup aussi. »
Tommy Robb retrouve Spa-Francorchamps.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité