Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combat

Le look européen


S’il y a un aspect qui fera parler de lui, c’est bien ce design si particulier tout en rondeurs, un look presque féminin. Ce n’est pourtant pas la cible principale de Suzuki, qui affirme avoir développé sa plastique pour les motards européens, notamment français et italiens.

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combatDu phare au dessin particulier à la coque arrière, tout semble lissé. Les écopes, le réservoir, les platines pose-pieds, l’échappement sont autant de courbes qui raviront certains mais aussi décevront les adeptes de la SV au look plus tranchant.Les designers de Suzuki ont aussi préféré le cadre treillis plus agréable à regarder, ils ont également travaillé sur la présentation des carters pour qu’aucune vis ne soit visible, ce n’est pas forcément frappant au premier coup d’oeil.il mais si on détaille le bas de la moto, la finition est sans reproche.

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combatSuzuki SFV Gladius : affûtée pour le combat

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combatLe réservoir, lui, est pris en sandwich entre deux coques plastiques qui pourront être facilement remplacées en cas de chute et les fans de tuning y trouveront certainement d’autres applications.

 

Vous aurez même droit à une selle bi-ton et excepté la version noire, les deux autres se parent de deux couleurs différentes : bleu et blanc (cadre bleu, réservoir bi-ton et coque blanche) ou rouge et blanc.

Les poignées passager sont bien intégrées à la ligne, de profil elles en deviennent quasi invisibles.Seul l’ensemble phare arrière et bavette reste en plastique noir, ce qui n’est pas forcément du plus bel effet.

Le silencieux arbore lui un dessin particulier qui ne plaira pas à tout le monde, mi-argenté, mi-noir avec deux sorties mais tout en courbes et original. il n’imite ni les silencieux traditionnels ni les versions plus modernes style gp, il faudra aimer ou le changer.

Bref, le look est original et devrait séduire un public assez large qui, selon la couleur choisie, y trouvera son plaisir. Entre la noire plus racée, la bleue et la rouge plus funs ou plus féminines, chacun pourra choisir selon ses goûts.

 

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combatLe tableau de bord a été spécialement élaboré pour la Gladius et se montre complet : un compte-tours analogique avec une petite fenêtre pour le rapport engagé, un deuxième écran pour la vitesse et les trips. Il manque juste une jauge, remplacée par un compteur qui s’enclenche quand on passe en réserve : il aurait gagné à fonctionner à contresens en indiquant les kilomètres restant avant la panne sèche.

C’est bien de nous indiquer que nous avons parcouru 20 kms sur la réserve mais si on ne sait pas combien on peut en faire, ça ne sert pas à grand-chose, non?. Enfin, il est vrai que c’est dans ce sens (plus simple et moins onéreux) que travaillent la plupart des constructeurs.

 

Un moteur attrayant, une évolution du Bi de la SV


Le moteur de la Gladius ne nous est pas inconnu vu qu’il est l’évolution de celui de la SV, mais les ingénieurs ont revu la nouvelle copie en profondeur.

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combat

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combat

Puisant dans leur banque d’organes, ils ont utilisés les injecteurs et le système de refroidissement liquide des gsxr 600. Ils ont ensuite raccourcit la transmission pour une meilleure accélération.Le vilebrequin a été revu côté inertie, les cylindres sont remplacés par des éléments d’un seul bloc et reçoivent un traitement de surface spécifique. Afin de le rendre moins bruyant, le carter d’embrayage a été cloisonné.

Et pour ceux qui ne sont pas fans de mécanique, nous résumerons ces modifications en félicitant les motoristes de Suzuki qui ont rendu ce moteur encore plus fun et efficace, utilisable par tous, contentant le débutant comme le pilote confirmé.

Nous avons d’ailleurs été agréablement surpris de la souplesse de ce bicylindre. L’injection ne donne aucun à-coup même à faible vitesse et là où d’autres  » bi  » vous font comprendre qu’il est plus que temps de descendre un rapport, la Gladius reprend sans rechigner.

Plus pleine en bas et à moyen régime, elle fait mieux que la SV sans oublier la possibilité de monter dans les tours où, une fois passé les 6000 tours/min, le rythme s’accélère encore. Et pour couronner le tout, la sonorité du silencieux a été travaillée pour le plus grand plaisir du pilote.

 

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combatNe le cachons pas, nous trouvons ce moteur une vraie réussite même si il ne développe que 72 Cv à 8400 tours avec un couple de 6,4 mkg à 6400 tours seulement . il est capable de vous emmener en balade tranquille sans trop jouer du sélecteur ou en sortie plus musclée pour user les flancs des pneus.

 

Toujours côté mécanique, nous notons aussi que la bo&icirc.te de vitesses est agréable et sans reproche. Soulignons toutefois que le réservoir ne contient que 14,5 litres ce qui limitera l’autonomie sans pour autant vous interdire de belles sorties. Lors d’une virée pendant notre essai, nous avons parcouru 220 kms et remis 12 litres d’essence, soit un peu moins de 5.5 litres au cent kilomètres.

 

Facile partout, pour toutes et tous.


Si un bon moteur est un atout majeur pour une moto, il ne peut à lui seul en faire un best-seller. Comme le disait le slogan publicitaire, « sans maitrise, la puissance n’est rien ».

Et même pour un modeste 650 cm³, la partie cycle doit se montrer à la hauteur. Avec un poids de 202 kg tous pleins faits, elle accuse 8 kg d’embonpoint par rapport à la SV et pourtant elle ne semble pas plus lourde. Au contraire, bien installé sur la selle un peu dure, la position se veut idéale pour balancer la moto d’un virage à l’autre.

La Gladius aime les petits virolos, se joue des ronds-points et en redemande. Elle démontre ainsi qu’il ne faut pas une puissance spectaculaire pour se faire plaisir à moto. A chaque sortie, la Gladius vous donnera le sourire tellement elle est facile à manier.La hauteur de selle de 785mm reste dans la moyenne basse et participe aussi à ce sentiment de facilité et de maitrise. Le guidon n’est pas trop large et à bonne hauteur et il n’y a que sur autoroute que nous regretterons cette position, car la prise au vent se montre quand même importante.

Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combatSeules les routes bosselées vous montreront rapidement les limites des suspensions plutôt classiques : une fourche traditionnelle et un mono amortisseur réglable en précharge. Selon l’état de la chaussée, la moto sautillera sur les bosses, pas très confortable mais excepté pour ceux qui l’utiliseraient de façon très sportive, la Gladius reste maniable et sûre tant pour un débutant que pour un pilote confirmé.

 

 

L’autre point qui risque de peiner les fans des sorties  » poignée dans le coin  » sera probablement le freinage. Les deux disques de 290mm avec un étrier deux pistons risquent de vite montrer leur limite si on veut abuser de freinage de trappeur. Il n’y a rien d’alarmant non plus, pour un usage raisonnable, ils assureront leur tâche sans souci.

 

Reçue avec mention très bien
Suzuki SFV Gladius : affûtée pour le combat

Sans chercher à gagner la palme du roadster le plus puissant, Suzuki cherche ici à fournir une moto aboutie, répondant à la demande d’un public large et dans un budget limité.Il faut le reconnaître, ils ont plutôt bien réussi leur coup de glaive (« gladius » en latin).

La Gladius est accessible pour les jeunes permis qui trouveront une moto facile mais aussi pétillante et avec assez de fun pour ne pas vite se sentir limité. Les dames apprécieront les choix des coloris mais aussi un poids modéré, une selle pas trop haute et un caractère bien présent.Les motards confirmés seront peut-être un peu en manque par rapport à la SV, au début du moins mais devraient vite l’apprécier tant elle se montre vigoureuse dans l’effort.

On devrait vite en voir quelques versions racing avec un damier sur le réservoir et un échappement sport, comme le Yoshimura déjà présent dans le catalogue Suzuki. (catalogue qui propose d’ailleurs d’autres accessoires)

Il ne reste qu’une question, sera-t-elle déclinée en 1000cc comme l’était la SV ?

A 6.930 €, elle est un choix intéressant comme première moto ou tout simplement pour un moto facile pour en profiter tous les jours.

IMPORTATEUR:Suzuki Belgium – 2Wheels
Satenrozen 8
B-2550 Kontich
tel: +32 3 450.04.11
http://www.suzuki2wheels.be

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
201FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité