Sac à dos Pangolin : Quand le design sait se montrer également pratique !

La nature fait tellement bien les choses que lorsque qu’on s’en inspire intelligemment, le résultat vaut généralement le détour. C’est en tout cas ce qu’ont dû se dire les deux designers colombiens à l’origine de ce sac à dos primé par divers awards.

Mais avant tout, qu’est-ce qu’un Pangolin ? Si je vous dis que le terme vient du malais et que cela veut dire « Celui qui s’enroule »…Un petit animal vivant principalement en Afrique et Asie du sud-est…Ca y est, vous le remettez ?

Une fois le charmant petit animal et le du sac à dos cote à cote, il n’en faut pas plus pour comprendre le concept. Et quel bon concept !

De nombreux sacs se prêtent à une utilisation en deux-roues mais tous ne présentent pas les mêmes avantages et rares sont ceux qui arrivent les combiner en un seul et même modèle.

Souvent avec une ouverture par le dessus, voir le coté, rendant de manière plus ou moins accessible le contenu de celui-ci.
Parfois étanche, parfois renforcé et rembourré dans le dos ou les bretelles, parfois avec des attaches pour venir solidariser les deux bretelles au niveau des pectoraux …mais bien souvent incapable d’accueillir un casque…  Ajoutez à cela la recherche du sac qui a une bonne tenue une fois enfilé et un rien esthétique et vous voilà partis pour des heures de recherches !

A la découverte de ce sac, tous ces désidératas semblaient respectés dans un seul et même modèle et qui plus est avec un design qui sortait du commun ! Il ne nous en aura pas fallu plus pour remonter jusqu’à la maison mère en Colombie afin d’en savoir plus sur ce produit et leur proposer l’essai complet que voici. Il faut bien avouer que le modèle nous avait tapé dans l’œil et nous nous devions de le partager avec vous !

 

Découverte de la bête

Pour cet essai, nous avons reçu le modèle « Renegades» de son petit nom, et en taille dit « Laptop 13’’ ». Pourquoi ce nom me direz-vous ? Ne cherchez pas bien loin…c’est juste que dans les divers formats existants pour ce modèle, il s’agit du plus grand. Celui-ci pouvant, entre autre, accueillir des pc portables 13’’ et beaucoup d’autres choses…mais surtout, et le plus important dans le cadre de ce test, un casque de moto !

 

L’originalité de la société Cyclus qui produit le Pangolin est de s’être fait connaitre, entre autre, pour le modèle Pangolin bien entendu, mais également parce que la société a su trouver une seconde vie aux vieilles chambre à air usagées si difficiles à traiter dans nos décharges. Original et paradoxale pour les motards que nous sommes n’est-ce pas ?

Le Renegades marie ainsi textures caoutchoutées et tissus synthétiques pour élaborer la carapace extérieure du sac à dos, le tout du plus bel effet.


Toutes les lanières sont fixées entre elles à leurs extrémités par deux écrous papillon permettant une ouverture complète du sac à quasiment 180degrés.
Ces différentes lanières étant également attachées les unes aux autres par une membrane flexible à l’intérieur même du sac, permettant ainsi de solidariser l’ensemble lors des ouvertures et fermetures de ce dernier.

Coté bretelles, celles-ci se veulent larges et rembourrées suffisamment que pour répartir de manière agréable le poids sur les épaules lorsque vous roulerez avec le sac bien plein.
Les coutures et surpiqures sont elles aussi de très bonne qualité, comme l’ensemble du sac.

Ces deux bretelles peuvent être attachées entre elles via une autre petite sangle à hauteur des pectoraux de manière à ce que le sac ne puisse jamais tomber sur vos épaules lors de son utilisation.

Une fois le tout bien réglé à sa morphologie et au poids embarqué, le sac s’équilibre très naturellement sur le dos et se veut agréable à porter.
D’ailleurs, de par son gabarit assez « rond », il ne descend que très peu sur le bas du dos, ce qui là aussi, change pas mal en terme de sensation par rapport à d’autre sacs plus volumineux venant parfois se reposer sur le bas des reins.

Question ouverture et accès à la zone principale, tout est géré par un seul et unique « clips ».
Ce dernier, une fois « declipsé », permet une ouverture aisée du sac soit partiellement, soit totalement si vous laissez descendre les différents rabats, rendant ainsi l’ensemble du contenu accessible.

Avant de s’attarder à l’intérieur et les possibilités offertes par ce Pangolin, attardons nous quelques instants sur le clips de fermeture. Ce dernier se veut résistant et maniable. Par contre, la petite lanière synthétique servant à le tenir attaché au sac étant un rien lisse, il nous est arrivé lors de nos nombreuses manipulations que le clips se fasse la malle, permettant ainsi l’ouverture du sac dans sa totalité et d’un coup. On vous laisse imaginer la catastrophe si cela s’était produit une fois le sac rempli d’affaires personnelles et en moto… Heureusement, le problème vite repéré et avant même de l’utiliser réellement pour nos transports, nous avons verrouillé l’attache de manière à ce qu’elle ne puisse plus nous prendre en traitre. Ceci peut donc sembler futile mais étant le seul et unique système de fermeture du sac, il était dans notre intérêt que ce dernier ne s’ouvre pas inopinément…
Un sac qui a du coffre

Une fois ouvert, deux zones distinctes se découvrent.
La première comprend l’ensemble des poches internes adossées au dos du porteur ; deux poches prenant toute la hauteur du sac sur toute la largeur permettent de venir y glisser, par exemple, son laptop ou ipad sans le moindre problème. L’une se ferme avec une tirette  alors que l’autre se ferme via une boucle scratch. Toutes deux sont composées d’un tissu étanche.  Dans le fond du sac se trouve également une autre petite poche refermable via une tirette.

Cette première zone, bien sûr très pratique car solidaire du sac, ne permet pas pour autant d’exploiter tout le volume de ce dernier.
Ce que nous appellerons donc la seconde zone comprend tout l’espace entre la première zone et la carapace qui referme le sac.

Cette dernière peut être utilisée de deux manières différentes.
La première, via l’utilisation d’un petit sac en tissu fourni avec le sac à dos, étanche également, refermable via une cordelière.Deux attaches à l’intérieur du sac à dos permettent de venir clipser celles présentent sur ce petit sac, empêchant ainsi celui-ci de tomber en cas d’ouverture.

Ce petit sac se montrera pratique pour transporter des objets risquant de se balader à l’intérieur du sac à dos et éventuellement de tomber via les quelques petits interstices existants entre les rabats. En effet la bande de tissu qui relie les rabats entre eux ne couvre pas la largeur complète du sac laissant donc la possibilité à des petits ou fins objets de s’y glisser et tomber si ceux-sont ne sont pas positionnés consciencieusement dans le sac.
La seconde manière d’optimaliser l’utilisation de cette zone est de venir y placer de gros objets qui viendront d’eux même se caler contre les parois. Le meilleur exemple étant un casque de moto !
Le cas du casque n’est par contre possible que dans le cas où vous n’êtes pas déjà venu caser plein de choses dans la première zone bien entendu 🙂

Mais chose rare pour les sacs de ce type, il rentre très facilement et sans le moindre risque d’abimer celui-ci, la carapace venant se refermer délicatement tout autour lors de la fermeture du sac à dos.

Dans le cas d’un casque lisse, cela passe du premier coup, sans le moindre problème.
Dans le cas d’un casque avec par exemple une petite pièce qui dépasse sur le dessus pour manipuler les aérations, comme sur notre exemple avec le Shark Skwal, il faut procéder avec doigté. Parfois cela passe du premier coup, parfois il faut passer délicatement les derniers rabats de manière à ce qu’ils ne s’accrochent pas sur le poussoir. Mais au final, le résultat est le même, notre casque est bien protégé dans le Renegades et il reste encore de la place pour les  gants et le cache-cou si besoin !
Le tout même avec le système d’intercom toujours fixé sur le côté du casque …

Fini donc les emplettes les mains occupées par le casque. Celui-ci bien rangé dans le sac à l’entrée du magasin et aussitôt ressorti lors du passage à la caisse pour laisser la place aux achats. Pratique !

 

Notre avis

Pagolin a su nous proposer là un sac qui sort de l’ordinaire de par sa conception tout en restant réellement pratique. Certains y verront un petit air de tortue ninja là ou d’autres encenseront le coté aérodynamique de la chose. Car oui, là encore de par sa forme les turbulences sont bien moindres que sur certains modèles classiques. Tout du moins elles se montrent « équilibrées » à haute vitesse.

En terme de rangement, l’espace est bien agencé, les poches pratiques et assez profondes.
Pour ce qui est de l’étanchéité, celui-ci résiste parfaitement également. De par les matériaux utilisés et sa forme globale il ne percera pas facilement et se nettoie par contre très facilement. Reste que si votre moto à la fâcheuse tendance à vous envoyer beaucoup d’eau dans le dos, il n’est pas impossible que celle-ci arrive à s’infiltrer entre les rabats légèrement espacés en passant par en dessous…

Et le prix dans tout cela ?
Comptez 263.49€ pour ce modèle en particulier, sachant que le Renegades est le haut de gamme de la marque et qu’il n’est disponible qu’en un coloris unique. L’originalité à un prix !

Pour le modèle 13’’ toujours, mais dans la collection « Pagolin », comptez 144€, ce qui le rend beaucoup plus abordable on vous l’accorde. De plus, vous aurez alors le choix entre divers coloris plutôt flash mais là encore très originaux !

 

On se situe donc en termes de prix dans une tranche haute mais au vu de la qualité du produit et le fait que lorsque l’on investit dans ce type de sac à dos c’est pour l’utiliser quotidiennement et durant plusieurs années, cela peut se justifier de débourser quelques euros de plus.
Reste que pour ma part, convaincu pour l’avoir utilisé durant plusieurs semaines, ce dernier ne me quitte plus lorsque je souhaite voyager léger, sans sacoche ou autre accessoire à démonter de la moto une fois arrivé à destination…

Pangolin reste à nos yeux une marque à suivre dans le futur de par l’originalité et la qualité de ses produits et nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles !

Vous souhaitez en savoir plus et découvrir les différents modèles ?  Rendez-vous sur www.pangolin.com.co

 

 

 

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

  1. Le but du sac n’est bien entendu pas de « ranger » son casque dedans une fois arrivé chez soi, mais bien de pouvoir l’y placer lors des déplacements (bureau, pendant les courses etc). 🙂
    Après le design est différent, on aime ou on n’aime pas, mais ça a le mérite d’exister, en plus d’être, pour ma part, très pratique en déplacement et à l’utilisation 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité