Rencontre avec Michael Savary

Une petite présentation ?

Je m’appelle Michael Savary, et suis né le 15 septembre 1987. J’ai commencé la moto un peu par plaisir, au début, avec mon père qui m’a mis sur une Pocket Bike.

Et la suite des évènements ?

En 2002 on a fait une saison en Championnat Suisse qui a relativement bien marché du fait que j’ai fini vice champion Suisse F1 Open

En 2003 on est partis en championnat de France 125, toujours pour le plaisir, à la bonne franquette, et là, la saison s’est relativement bien passée aussi. Il y a eu quelques podiums, de très bons résultats comme par exemple un troisième rang au Lédenon.

En 2004 on est partis en 600, au guidon d’une Suzuki GSX-R 600, en Championnat de France et en Championnat Suisse la même année. Une nouvelle aventure commence, avec une nouvelle machine aux dimensions et au poids nettement supérieurs ! Une saison qui se compose de 5 week-ends avec deux courses à chaque fois. Je me déplace en France et en ex-Allemagne de l’Est mais là-bas, par mauvais choix de pneus, je suis finalement contraint à l’abandon. Puis à Magny-Cours, c’est la chute ! Je finis cette saison avec un bilan plutôt positif, riche de nouvelles expériences.

En 2005 je participe à la French-Cup HONDA 600 CBR-R, un championnat monomarque français. Peu après mon inscription, je trouve un sponsor Suisse, le Team Politas qui me rachète alors ma SUZUKI de l’année précédente et me la met à disposition afin de disputer quelques manches du championnat suisse sous ses couleurs. â€Â¨Au final, le bilan est plutôt mitigé car je réalise bien qu’il est très difficile de participer à deux championnats en parallèle, et ce, surtout avec 2 motos différentes. Ma progression reste en dessous de mes espérances.

En 2006 après la saison en championnat de France, j’ai eu la chance de trouver un sponsor qui m’a permis de commencer ma carrière en championnat d’Europe 600 Superstock avec le Team Millet Racing Yamaha. On a fait trois ans avec ce team ; la première année j’ai fait premier pilote Yamaha, donc une année vraiment de découverte et une très bonne année au niveau résultats. J’ai fini 7ème du championnat.

En 2007 Tout en parallèle, en faisant une formation dans le bâtiment, j’ai obtenu trois diplômes concernant le domaine de la construction. J’ai fait les deux diplômes supplémentaires l’année suivante tout en terminant huitième du Championnat, toujours sur Yamaha et toujours avec le Team Millet Racing.

En 2008 ma saison s’est aussi bien passée, j’ai changé de Team pour le Coutelle Racing Junior Team. Après je suis passé en Championnat du Monde 1000 Superstock avec une première année relativement difficile où je terminais 19ème du championnat. Je retrouve aussi l’ambiance de la course d’Endurance, avec les deux manches du Championnat du Monde auxquelles je participe avec le Team 18 des Pompiers de France.

En 2009 tout s’est bien engrené avec de bons essais hivernaux, c’était vraiment une année qui m’a propulsé dans le Top 10 avec des très bons résultats, des 4, des 5 et des 6ème place ce qui m’a fait chercher un budget pour l’année suivante.

En 2010 c’était une année qui devait être l’année parfaite. Cette année là a très bien débuté et s’est malheureusement terminée du fait que nous avons rencontré quelques mauvaises personnes et les choses ne se sont pas du tout passées comme on l’espérait.
De ce fait j’ai mis un petit terme à ma carrière à cause du manque de budget. Donc plus du tout d’argent pour les courses. Je suis parti en Australie durant six mois, histoire un peu d’oublier cette mauvaise passe et de repartir ensuite sur de bonnes bases saines.
Dès mon retour j’ai repris contact avec des Teams en Championnat du Monde d’Endurance et les choses se sont très rapidement bien passées entre nous. Il y a eu deux saisons, il y a eu des podiums, de très bons résultats, des poles.

L’année 2012 on était en tête des Championnats du Monde, jusqu’à la dernière course, avec le Team Motor’s Events. Ce Team roule pour Suzuki France. Durant la manche des 24 heures du Mans mon coéquipier a eu un problème sur la machine et la chute était inévitable, ce qui nous avait fait perdre le titre. Un peu déçus, après toutes ces années d’attente…

Quel est le budget pour une saison en Championnat du Monde ?

Le budget pour une saison en Championnat du Monde 1000 Superstock s’élève à un montant situé entre 80’000 et 100’000 euros. Donc là, ce sont des budgets que je qualifierais de moyens ; Il y a des budgets plus élevés mais avec un budget moyen il existe déjà la possibilité de faire quelque chose de bien ! Donc réunir une somme pareille, c’est compliqué malgré que le niveau et le potentiel soient là.
Il faut en parler de cette difficulté à trouver des budgets dans la conjoncture actuelle, il est vrai que c’est compliqué, sans connaissances, sans filon, bref, ce n’est pas évident de décrocher de gros budgets pour avoir le financement pour une saison en Mondial Superbike ou Supersport.

Donc c’est pour toutes ces raisons que je me dirige aujourd’hui du côté de l’Endurance, avec comme but de garder mon niveau, et continuer à pouvoir garder des sponsors, des connexions et grâce à cela, il est vrai que je rencontre énormément de monde tous les jours et ce serait de pouvoir économiser quelques années pour pouvoir m’offrir ensuite une saison en Championnat du monde, faire quelque chose qui me plaît vraiment. C’est vrai que cela serait un petit rêve que je souhaiterai réaliser.

A part cela, de pouvoir rouler en Championnat du Monde d’Endurance, à moindre frais, me permet de m’exprimer entièrement donc de ne plus penser à la chute, de ne plus penser qu’à l’argent et les chronos sont là, les résultats sont là et le plaisir est encore plus amplifié.

Donc c’est bien dans cette direction là que je vais me diriger les prochaines années et si il y a une possibilité de retourner en Championnat du Monde, pour faire une saison, si je trouve un budget, un sponsor, alors là, je le ferais vraiment !

Et si on parlait coaching ?
Vu que les temps sont relativement durs pour démarcher les sponsors, c’est vrai qu’il faut trouver des façons différentes d’aborder les sociétés, d’aborder les futurs partenaires et cet hiver, j’ai écrit un projet de coaching personnalisé, donc vraiment individuel et privé que j’ai vendu à une société suisse qui organise des sorties sur circuits en France et dans toute l’Europe afin de pouvoir encadrer ses clients ou jeunes pilotes ou amateurs de sensations fortes qui aimeraient évoluer ou découvrir quelque chose de nouveau. C’est vrai qu’il y a énormément de filles qui aimeraient venir rouler mais qui n’osent pas ou des gens qui ont peur de venir tout seul se lancer sur circuit et là, le but de ce projet était d’encadrer personnellement et individuellement chaque personne qui souhaite venir faire une journée de roulage, avec comme outils de travail, des caméras, des photos, vraiment du très bon matériel pour pouvoir évoluer dans le meilleur cadre possible.
Ce projet de coaching est valable pour les pilotes tout débutants, les jeunes pilotes qui aimeraient essayer de comprendre le fonctionnement du pilotage, moi-même j’en ai fait, car cela ne tombe pas du ciel, malgré qu’il y ait des personnes qui ont des talents, je le reconnais, mais il y a d’autres personnes qui doivent travailler pour cela. Il est vrai que les bases sont quand même obligatoires dans ce milieu qui est relativement compliqué, où il faut quand même être très minutieux car il y a énormément de paramètres à considérer pour arriver à faire de bons résultats.

Après, c’est vrai que les coachings, c’est très sympathique, je rencontre énormément de monde et j’ai pas mal bossé toutes ces années à personnellement obtenir le niveau que j’ai actuellement pour pourvoir bien l’enseigner à d’autres personnes et de pouvoir partager avec ces gens.

Rencontre avec Michael Savary

Comment se passe la saison sportive 2013 ?
L’année 2013 continue avec le Team Motor’s Events ; tout se passe plutôt très bien pour le moment.

Il y a le Championnat Suisse Superbike Open – Moto 1 à Dijon-Prenois où je roule sur une BMW S 1000 RR affutée aux normes Superbike Open par mes partenaires M. Daniel Moser de Motoperformance à Ecublens et M. Olivier Ferrini, propriétaire de la moto. Il est question de tester cette machine « en développement » en compétition. Les choses se compliquent sur la machine et finalement c’est aussi la chute pour moi lors des deuxièmes essais, sans trop de mal heureusement pour moi. Par contre la moto demande de grosses réparations et est reconstruite durant la nuit grâce à un excellent travail d’équipe.

Au départ de la course 1, je pars et finis en 4e position à l’entame du premier virage et me bagarre au sein du quatuor de tête durant la première moitié de la course. Par la suite, je parviens à m’extraire du groupe en compagnie de Lorenz Sennhauser, du team officiel BMW Suisse ASR . Nous parvenons à nous échapper dans les deux derniers tours. Je fais alors mes meilleurs chronos et je parviens finalement à décrocher la victoire scratch pour 14 millièmes et la victoire de catégorie « Superbike Open-Moto1 ».

Au départ de la course 2, nous tentons le pari de modifier encore une fois la géométrie de la moto et mettons des pneus soft. Dès le départ, je comprends que les pneus vont nous jouer des tours et dès ce moment j’assure la 1 ère place de la catégorie « Superbike Open-Moto1 ».â€Â¨ Je remercie donc chaleureusement mes deux partenaires Olivier Ferrini et Daniel Moser, de m’offrir cette opportunité et ces 2 victoires, ainsi que Jérôme Cavert mon mécanicien et mon panneauteur « Valentin pour leur aide».

Rencontre avec Michael Savary

Le 17 août 2013 a lieu une des manches du championnat du monde d’Endurance, Michaël Savary, au sein du Team Motor’s Events, reprend la deuxième place du championnat du monde Superstock lors des 8 h d’Oschersleben.

Arrivés le mercredi à Oschersleben , situé à environ 200 km de Berlin, de suite, nous débutons les essais. Tout se passe relativement bien mais nous nous apercevons vite que, sur le plan du châssis, nous avons des problèmes à résoudre. Lors des qualifications de jeudi nous continuons à chercher des solutions et le vendredi, nous améliorons sensiblement ce qui nous permet de décrocher la 5e place sur la grille.

Rencontre avec Michael Savary

Nous travaillons encore dur lors du warm up du samedi matin afin de combler l’écart substantiel qui nous sépare des meilleurs de notre catégorie. â€Â¨Ã¢€Â¨En course, Gregory Fastré, Claude Lucas et moi-même tirons notre épingle du jeu avant tout grâce à l’homogénéité de notre équipe, en améliorant notre classement au fil des heures. De plus, nous bénéficions d’un remarquable soutien technique de nos mécaniciens que nous devons féliciter ici pour leur efficacité ainsi que du soutien de notre manufacturier Dunlop. â€Â¨Ã¢€Â¨Au final, nous terminons à la deuxième place de la catégorie, ce qui nous place également au deuxième rang du championnat du monde. Grâce à ce résultat, nous restons en lice pour essayer de remporter le titre.

Rencontre avec Michael Savary

Quels sont vos objectifs ?

Les 21 et 22 septembre prochains, nous participerons aux 24 H du Mans (F), dernière manche du championnat du monde d’Endurance.

Entre temps, je disputerai une des manches du championnat de France de vitesse à Dijon le 31 août au guidon d’une Suzuki mise à disposition par Moto Virus.

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,371FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité