Le Paris des plus belles sportives

Les sportives 2012

Après quatre longues années d’absence le salon de Paris de la moto et du scooter a dévoilé les modèles 2012 et notre consultant nous fait profiter en particulier des sportives qui lui tiennent particulièrement à coeur…

Et la nouvelle saison s’annonce un grand cru en matière de sportives, moins dans la quantité que la qualité. En effet, les belles Italiennes seront au premier plan avec une des plus attendues, la nouvelle Ducati Panigale 1199 ( prononcez panigalé ). Exit le vieux châssis en treillis d’acier, les ingénieurs de Bologne ont conçu un caisson en carbone et en alliage greffé sur un tout nouveau moteur. Une pure merveille. Le freinage est confié à Brembo, avec à l’avant deux disques de 330 mm de diamètre avec des étriers radiaux à quatre pistons. L’arrière est composé d’un unique disque de 245 mm de diamètre avec un étrier double piston. La 1199 peut, en option, être pourvue d’un ABS. Le système Riding Mode permet de choisir entre trois modes de conduite (course, sport ou pluie), paramétrant les autres « béquilles » électroniques. Elle utilise le DTC (Ducati Traction Control, contrôle de traction), le DQS (Ducati Quick Shift, coupant l’allumage au passage d’un rapport, permettant de s’affranchir de débrayer) et l’EBC (Engine Break Control, antiblocage de la roue arrière au rétrogradage). La commande des gaz adopte la technologie électronique Ride by Wire, se passant de câble d’accélérateur]. La 1199 Panigale est disponible à son lancement en trois versions : la standard, la S et la S Tricolore. La 1199 Panigale S remplace la fourche télescopique Marzocchi et le mono amortisseur Sachs par des éléments Öhlins, couplé avec le système DES (Ducati Electronic Suspension), permettant le réglage automatique de la compression et de l’extension de l’amortisseur. Les jantes forgées sont signées Marzocchi. Le garde-boue avant est en carbone. Elle gagne également deux appendices aérodynamiques censés protéger le pilote.


Autre marque mythique et de choix, nous voici sur le stand de MV Agusta. Présentation de deux nouveaux fleurons hypersport, les nommées F4 1000 R Corsa Corta et la F3 675 R .

La nouvelle F4 dérivée de la RR, sacrifie quelques tranches de prestige. Ainsi, pas de suspensions Öhlins, d’angle de colonne réglable (il est fixé à 23.5°) ou de roues ultra-légères. En perdant un R, elle perd aussi du matériel haut de gamme mais la partie-cycle conserve l’essentiel et de quoi en remontrer à bien des concurrentes. Peu de machines peuvent se vanter d’étrenner une fourche inversée de 50 mm de diamètre, des étriers de frein Brembo monoblocs, un monobras oscillant de seulement 5 kilos, un très rigide cadre treillis tubulaire en acier. Pour sa motorisation, ce R signifie que du monde a été rajouté dans l’écurie. Le 4 cylindres Corsa Corta (course courte) est le même que celui de F4 RR. Un bloc largement remanié par rapport à la F4 de base, affichant des cotes intérieures plus super-carrées. Un alésage augmenté à 79 mm pour une course réduite à 50,9 mm, cela vous donne un bouilleur qui a de la dynamite dans les chambres de combustion tout en se permettant de garder une raisonnable vitesse linéaire de piston. Avec 9 chevaux de plus que la F4, il permet à la diva de rejoindre le trio des hypersport les plus puissantes en annonçant plus de 195 chevaux à 13 000 tr/mn. De quoi damer le pion à de nombreuses concurrentes comme la R1 ou la BMW 1000 RR. Et surtout avec une robe inégalée…

Autre bijou de la marque , la nouvelle F3 765 R.
Un 3-cylindres, façon Triumph mais avec beaucoup plus de performance et surtout une ligne à vous coupez le souffle !

La culasse est de la même dimension qu’une page A4, il est donc petit, mais très costaud. Le moteur sort 135 chevaux à l’usine en prend plus de 15 000 tr/mn. C’est un rendement absolument superbe pour une mécanique de ce type, quasiment équivalente à un 750 quatre- cylindres. La poignée de gaz de type Ride-by-wire induit une électronique poussée et plus de finesse à l’ouverture des gaz. Elle est dotée du contrôle de traction et de multiples cartographies d’injection. La fourche de la F3 semble proche du standard des sportives actuelles, avec une fourche inversée (apparemment 41 mm) équipée d’étriers de frein radiaux Brembo à 4 pistons ; pas sûr que ce soit du monobloc. Les disques feront au minimum 300 mm de diamètre. A noter qu’il existe une version ‘ Or « réservée aux porte-feuilles bien fournis à plus de 21000 euros ».

Pour terminer, ce tableau idyllique des « belle machine », un petit détour sur le stand Bimota et la présentation de la nouvelle DB8. Une coupe acerbe comme la Duke, agressive à souhait et munie du bloc de la Ducati 1198 avec 170 cc à 9750 t/min.
Côté Japonaises, seule Suzuki nous gratifie pour 2012 d’une petite nouveauté pour sa supersport, la nouvelle arme de guerre la GSXR 1000. Elle est pourvue de Brembo monoblocs et d’un nouveau silencieux (uniquement à droite), elle est 2kg plus légère et 8% plus économique. Elle se rapproche donc de ces deux petites sœurs. Vous retrouverez très prochainement tous les essais de ces machines sur notre site.

Daniel San Bartolomé

Rude42
Je suis motard et rien de ce qui est motard ne m'est étranger.
Article précédentKTM 2012 au salon de Paris
Article suivantKawasaki ZX10R – 2011

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Suivez-nous

15,475FansLike
195FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Nouveau site web et journées d’essai chez CFMoto

À partir du mois de mars, CFMoto organise un roadshow où vous pouvez vous rendre chez votreconcessionnaire local pour un essai (gratuit)...

Nouveautés chez Gaerne, les Razor et Rocket

Deux nouveautés chez Gaerne : G.Razor chaussure sportive, légère avec les protections nécessaires pour la moto, à la...

BMW S1000R , pas de quartier !

Pour mon deuxième essai BMW de la saison, je voulais me faire plaisir. Tout simplement, je l’avoue, l’envie de tester ce roadster dérivé en...
Publicité