Husaberg FS 570 SM

Une bête de course
1 : Une bête course Il n’y a pas si longtemps et dans la même marque, nous trouvions les FE 450 et 570. Ces motos pouvaient être équipées d’un kit SM qui demeurait une option chez Husaberg. Evidemment, c’était notre portefeuille qui se voyait allégé de quelques 1.500 € au passage. En outre, les suspensions n’offraient pas un comportement en rapport avec les performances des machines.

Husaberg FS 570 SM

Il va sans dire qu’avec cette 570 SM, Husaberg et par voie de conséquence KTM font mouche. Le prix de revient a été revu à la baisse sans pour autant sacrifier quoi que ce soit dans quelque domaine que ce soit. Nous retrouvons de ce fait sur cette machine certains équipements made in KTM et notamment, les guidons, suspensions, bras oscillants et disque arrière. Ingénieux, non ?Au premier regard, le moteur agit comme un aimant. Il est placé presqu’à l’horizontale (calé à 70 &deg.), offre une esthétique remarquable et attire inexorablement l’&oelig.il de l’amateur.Husaberg FS 570 SMHusaberg FS 570 SM

Nous pouvons également apprécier l’aspect dépouillé et franchement typé course. Voyons cela en détail. Deux jantes tubeless : une 3.5 à l’avant autorisant le placement d’un 120 et une 4.25 à l’arrière prête à recevoir un 150. Un disque généreux (310) équipé d’une pince radiale 4 pistons. Un réservoir superbement dessiné et légèrement translucide destiné à faciliter le remplissage et à éviter les accidents. Un potentiomètre placé à hauteur du guidon et offrant trois configurations différentes. Un compteur minimaliste mais suffisant. Des suspensions à double cartouches. Et un bouchon de réservoir sécurisé

.Husaberg FS 570 SM

Les stickers sont de bonne qualité et intégrés dans les plastiques. Une tirette en caoutchouc placée sous la selle permet de libérer celle-ci. La béquille est adaptée à la machine. La molette de réglage du frein avant permet dix réglages de la garde différents. De quoi s’amuser. Dès le premier coup de démarreur, le moteur émet une sonorité relativement douce. Le son caractéristique du monocylindre remplit les oreilles. C’est feutré mais la moindre sollicitation de la poignée de gaz nous rappelle le côté pur sport de l’engin. Cela devient rapidement rageur et les quelques explosions dues à la décompression ne font qu’accentuer cette impression de puissance. Un léger sifflement n’est pas sans rappeler la sonorité des modèles plus anciens

.Husaberg FS 570 SM

En conclusion, il s’agit d’un engin aboutit. Même si le premier contact visuel laisse une impression de dépouillement, un examen un peu plus attentif nous permet de mettre en évidence une série impressionnante d’innovations. Pour tout amateur de la discipline, cette machine est donc vraiment de toute beauté.

Vous avez dit au top ?
2 : Vous avez dit au top ? En ce qui concerne la transmission, la bo&icirc.te de vitesses se révèle d’une onctuosité impressionnante. Nous nous attendions à avoir fort à faire avec le sélecteur. Eh bien, il n’en est rien. Un véritable plaisir. Une bo&icirc.te facile et précise. Une transmission qui conserve ses qualités même lorsqu’elle est fortement sollicitée.

Husaberg FS 570 SM

Dès que nous ajoutons à cet élément un embrayage hydraulique, ce n’est plus que du bonheur. Même le fait de trouver le point mort, et même équipé de bottes tout-terrain, ne pose aucun problème. En un mot, rien à dire, aucune remarque à formuler. Nous frisons la perfection. Au niveau du freinage, la répartition est impeccable et met immédiatement en confiance. Aucune surprise. La pince radiale équipant le train avant est puissante sans être brutale et procure un feeling hors normes. Aucun problème non plus pour les stunts. Elle est tellement bien équilibrée que même les petites frasques que nous nous permettons se déroulent sans soucis. Existe-t-il un défaut sur cette machine?

Husaberg FS 570 SM

J’allais oublier un point important : la tenue de route. C’est sans doute normal. D’une légèreté impressionnante, d’une maniabilité incroyable, la moto se place d’un virage à l’autre sans aucune difficulté. Mettre la machine sur l’angle se fait de manière progressive, sans réaction parasite de la fourche. Le travail des suspensions est efficace et nous laisse pantois. La fourche plonge dans un premier tiers et se durcit au fur à mesure pour atteindre soin point de résistance. Aucune surprise, aucune mauvaise réaction

.Husaberg FS 570 SM

Même en rétrogradant sans ménagement, le train arrière reste rivé au sol. Il faut juste se déplacer un peu vers l’arrière mais le centre de gravité (abaissé) fait le reste. C’est tout bénéfice puisque nous n’avons plus qu’à nous concentrer sur les entrées en courbe.

Une machine d’égoïste, et alors ?
3 : Une machine d’égoïste ? Et alors ? Si nous espérons emmener notre moitié pour lui faire profiter de quelques sensations de derrière les fagots, oublions.La machine est typée course et à ce titre, elle n’accepte qu’une personne à bord. Aucun équipement ne vient d’ailleurs me contredire. Pas de pose-pieds arrière.Husaberg FS 570 SM

Confidentiellement, c’est beaucoup mieux ainsi. Elle est et demeure une moto d’égoïste.Husaberg FS 570 SM

Même si elle est tout à fait utilisable sur route, l’Husaberg 570 SM, est quand même taillée pour le circuit. Vouloir la pousser dans ses retranchements sur route relève de la folie douce. Elle ne demande qu’à nous emmener d’un virage à l’autre aussi rapidement que nos capacités de pilote nous le permettent. Il faut bien avouer que lorsque nous commençons à visser la poignée, ca arrache pas mal. Jusque là nous étions en mode  » normal « . Nous passons en mode « sport » et là, au bout de 40 Km, ce sont les bras qui dégustent. Et même pour les plus musclés, une balade soutenue sur ce mode devrait équivaloir à trois heures de musculation au moins. En plus du plaisir de rouler, ce sont les bras, les triceps, les jambes et les abdos qui bénéficient d’une remise à niveau. Que du bonheur

!Husaberg FS 570 SM

Néanmoins, c’est aussi une machine idéale pour ceux qui ne sont pas trop éloignés de leur lieu de travail. Une distance de 20 à 30 Km par trajet me para&icirc.t idéale pour cet usage. Si d’aventure, une route suffisamment sinueuse s’offre à nous, alors, c’est le nec plus ultra. Et l’on envisage alors de se rendre au travail avec le sourire rivé aux lèvres. Même concept le soir pour ceux qui rechigneraient à rentrer à la maison

.Husaberg FS 570 SM

Attention, le seuil des 30 Km n’est qu’informatif et si par le plus grand des hasards, des chemins de traverse s’offraient … pourquoi ne pas en profiter?Egoïste peut-être mais avare de sensations, certainement pas !!

L’essayer, c’est l’adopter
4 : L’essayer, c’est l’adopter Dès que nous enfourchons l’engin, nous trouvons nos repères. Les commodos tombent naturellement sous la main. Même pour les petits gabarits, elle ne présente pas trop de problème. L’Husaberg est tellement légère que le fait de ne pas pouvoir poser les deux pieds au sol en même temps ne constitue plus un handicap.

Husaberg FS 570 SM

Les rétroviseurs sont bien placés et jouent leur rôle de manière efficace. On ressent directement le monocylindre transmettre ses vibrations. Mais cela n’est pas du tout dérangeant. Le système d’injection Keihin frise également la perfection. Fluide, il distille sa puissance de manière continue sur toute la plage de régime.Les trois programmations ont été subtilement pensées. Sur le mode  » sport « , la roue avant à une agréable tendance à se lever jusque et y compris sur le quatrième rapport (sans jouer avec l’embrayage)

.Husaberg FS 570 SM

La consommation moyenne tourne autour des 6 litres aux 100 Km.En conclusion, il s’agit réellement d’une machine zéro défaut. Bien évidemment, la perfection a un prix. L’Husaberg n’est pas donnée mais les prix se situent dans une moyenne tout à fait raisonnable.Et puis, quand on aime, on ne compte pas. Enfin, on essaie de ne pas trop compter.Une chose est certaine. ceux qui en feront l’essai n’auront de cesse que de la voir installée dans leur garage.Le seul petit reproche que nous puissions faire est de ne pas l’avoir équipée d’origine d’un 160 à l’arrière. Ce détail relève d’ailleurs plus de l’esthétique que de l’efficacité de l’engin. Le 150 suffit largement à encaisser la puissance délivrée. Budget/Plaisir : 9/10. Au quotidien : 7/10.Sport : 9,5/10Duo : pas d’applicationDébutant : 7/10 CoCa

Fiche technique
5 : Fiche technique Moteur Monocylindre – 4 temps Cylindrée 565.5 ccAlésage – course 100 x 72 mmTaux de compression 12.2 : 1Démarreur – batterie Electrique – 12 V – 7 AhBo&icirc.te 6 vitessesInjection Keihin EFICommande 4 V – OHC – culbuteurs double galetsLubrification sous pression – 2 pompes à huileHuile moteur Motorex – SAE 10 W 50Rapport primaire 33 : 76Transmission secondaire 14 : 38 : 00Refroidissement LiquideEmbrayage Multidisque à bain d’huile – commande hydrauliqueSystème de gestion moteur Keihin Cadre Tubulaire périmétrique 25 CrMo4Subframe PolyéthylèneGuidon Neken aluminium &Oslash. 28/22 mmSuspension avant WP – USD &Oslash. 48 mm CCSuspension arrière Amortisseur WP- PDS DCCDébattement arrière 280/310 mmFreins avant / arrière Freins à disque &Oslash. 310 mm/Freins à disque &Oslash. 220 mmJantes avant / arrière 3.50 x 17 » TUBELESS/4.25 x 17 » TUBELESSPneus avant / arrière 120/70-21 ». 150/60-17 »Cha&icirc.ne X-Ring 5/8 x 1/4″Silencieux AluminiumAngle de chasse 63.5&deg.Empattement 1,475 &plusmn. 10 mmGarde au sol 300 mmHauteur de selle 895 mmCapacité réservoir environ 8.5 litresPoids à sec environ 117 kg Prix : environ 9.900 € Importateur : KTM BELGIUM S.A. Rue Edouard Belin 1 1435 Mont-Saint-Guibert
« 

Didier
50 ans - Policier dans la Province de Namur - passionné de deux roues - co-créateur de la journée sécurisation moto - un faible pour les sportives et les super motards

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,364FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité