BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

Entre moto et scooter
Si un oeil averti ne peut le confondre avec une moto, les passants vous poseront, eux, un tas de questions sur votre deux-roues. Le moins qu’on puisse dire c’est que ce C600 Sport attire l’attention, nous avons d’ailleurs passé plus de temps sur la place de Mons à répondre aux intéressés qu’à prendre nos photos, c’est dire…

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

Il faut avouer que le design de la face avant, surtout des phares, est plutôt agressif et l’option phare diurne à Led en rajoute une couche, en plus de la visibilité accrue. BMW C600 Sport : l’empire contre attaque Même la coque arrière se donne un air dynamique, effilée malgré le coffre qu’elle contient. BMW n’a d’ailleurs pas lésiné sur les finitions et les détails : platine pose-pieds en alu, poignées arrière grises, amortisseur latéral, échappement court, clignos avant blancs, jantes 15 pouces à double branches…

Tout y est pour lui donner un air à la fois sportif et haut de gamme. On pourra toutefois critiquer le choix du plastique mat sur l’avant même s’il est bien intégré. BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

Long de 2155mm pour 877mm de large, on peut aussi comprendre l’hésitation de certains à le classer dans les scooters.Pour les fans de vidéo, vous verrez qu’en plus de se montrer complet, il se montre assez dynamique, à voir sur notre cha&icirc.ne Youtube.

 

Conçu pour être pratique
L’essence même d’un scooter c’est sa facilité d’utilisation proposant bien plus d’aspects pratiques qu’une moto. Le BMW C600 Sport se dote ainsi de tout ce dont le pilote peut avoir besoin. Forcément, on retrouve une bulle pour la protection (nous y reviendrons), deux vide-poches dont un avec une prise 12V pour vos petits objets même si on aurait apprécié une fermeture à clé. Le tableau de bord est complet avec un ordinateur de bord et il se contrôle au guidon pour afficher la température, les trips (dont un étonnant journalier qui se remet seul à 0), votre consommation moyenne et instantanée et bien entendu, la jauge est présente ainsi qu’un compte-tours assez peu lisible mais sur un scooter, ce n’est pas très important.

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

 

Au rayon des options, vous avez les poignées chauffantes ainsi que la selle pilote. La partie passager n’est pas oubliée avec une commande sur deux niveaux de chauffe intégrée sur le côté.

 

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

Les feux LED se commandent aussi au guidon alors que le RDC vous informe de la pression de vos pneus, toujours intéressant pour la sécurité.En plus de la béquille centrale, une latérale équipe le scooter mais elle empêche tout fonctionnement du moteur comme souvent dans cette catégorie mais elle sert aussi pour enclencher le frein de parking automatique, plus besoin de tirer une manette.

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

On en vient au coffre : la commande d’ouverture au contacteur, ça c’est classique . il permet de recevoir un intégral et quelques objets mais notre Shoei avait bien du mal à y tenir sans forcer… BMW C600 Sport : l’empire contre attaqueL’astuce supplémentaire de BMW consiste en une partie arrière mobile qui s’ouvre via un cliquet à l’intérieur du coffre et qui se déploie presque jusque la roue pour accueillir un deuxième casque ou avoir plus d’espace.

 

 

Et si ça ne suffit pas, vous pouvez toujours opter pour un top case comme celui de notre modèle d’essai. Pour ceux qui s’inquiètent de ce système de trappe, sachez que vous ne pourrez pas démarrer tant qu’elle n’est pas fermée et verrouillée et que selon le constructeur, la matière utilisée est suffisamment solide pour faire renoncer un petit voleur. Il fallait y penser mais à l’usage, c’est pratique et ça permet d’affiner sa silhouette. Si le passager doit ici se contenter de pose-pieds type moto, la selle est aussi généreuse et confortable que celle du pilote et les poignées sont bien dimensionnées et bien placées, de quoi envisager des sorties en duos sans vous fâcher.

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

 

Pas que de la gueule
BMW C600 Sport : l’empire contre attaqueComme on l’a déjà dit plus d’une fois, le look ne suffit pas. Quand on lit 249 kg en ordre de marche, on peut s’inquiéter des performances du C600 Sport.

On fait erreur, le bicylindre qui cube en fait 647cc développe 60cv à 7.500 tr/min et un couple de 66 Nm à 6000 tr/min. En pratique, le scooter BMW accélère bien, très bien même et les reprises pour dépasser sont très faciles, même sur autoroute. Il faut avouer qu’avec son moteur capable de le propulser à 175 km/h, on a de la marge au quotidien et on ne s’en plaint pas, voir même on en abuse.

 

BMW C600 Sport : l’empire contre attaqueBMW annonce une consommation comprise entre 4,4 l/100 à 90 km/h et 5,6 à 120 km/h ce qui correspond assez bien à ce que nous avons calculé avec une moyenne un peu supérieure à 5 litres. Avec les 16 litres de réservoir, vous avez de quoi préparer de belles sorties sans toutefois battre des records. Tant que nous parlons mécanique, notons que la transmission se fait par une chaîne en bain d’huile et non une courroie comme souvent sur les scooters. Difficile de dire sur un essai si cette solution est plus ou moins économique à long terme.

 

Confort et agrément 
BMW C600 Sport : l’empire contre attaqueBien installé sur la selle, le pilote a de la place pour ses jambes et ses pieds et est assez bien protégé par la bulle. Celle-ci est réglable manuellement (celle du GT est électrique) et à la position la plus haute, même avec notre mètre quatre-vingt, le vent est dévié sur le sommet du casque alors qu’avec les formes du carénage avant, une pression se fait dans votre dos quand le rythme augmente, une sensation agréable.

BMW C600 Sport : l’empire contre attaqueMalgré ses mensurations, le C600 sport se montre très maniable et il se faufile facilement en ville et entre les voitures, même dans les files il se laisse guider avec aisance. Petits virolos ou grandes courbes rapides, nous n’avons pas pris le scooter en défaut. Les roues de 15 pouces associées à la fourche inversée de 40mm et le mono-amortisseur arrière remplissent parfaitement leur rôle sans aucune mauvaise surprise tant que la route reste raisonnable bien sûr.

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

De plus, le freinage est lui aussi à la hauteur même si on doit tirer assez fort sur les leviers, notamment le gauche. Le C600 Sport possède pourtant 3 disques de 270mm avec des étriers deux pistons, pas de quoi en faire le roi des freinages mais assez pour une utilisation normale. En roulant plus sportivement, il ne faudra pas hésiter à bien tirer sur les freins mais l’ABS veille au grain sans être trop intrusif non plus.Point positif : la fourche avant réduit très nettement l’effet de plongée même en cas de freinage appuyé.

 

Une alternative plus qu’intéressante
BMW C600 Sport : l’empire contre attaqueDifficile de vraiment lui faire des reproches, le BMW C600 Sport remplit ses promesses même s’il faudra débourser 10.790 &euro. pour la version de base et 11.990 &euro. pour notre modèle d’essai avec ses options. Il se place ainsi au même prix que son plus direct concurrent de la marque au diapason.

 

On en vient à rêver d’un comparatif entre eux deux, accompagnés par d’autres scooters sportifs. Pour le reste, on a trouvé l’essai plus qu’intéressant et ceux qui voudraient tâter du maxi scooter sans verser pour autant dans le GT, devraient y trouver leur compte avec un deux roues dynamique, bien pensé avec tout ce qu’on attend de ce type de véhicules et en plus, avec un confort d’utilisation indéniable.

BMW C600 Sport : l’empire contre attaque

Bien-sûr, faire lâcher un motard pour passer au scooter restera une tâche difficile, même si les arguments du C 600 Sport sont intéressants, on ne peut que vous conseiller un essai, vous serez vite fixé !

Nous on en redemande, les essais sont toujours trop courts quand ils sont agréables.

Importateur : BMW Group BeluxLodderstraat 162880 Bornemwww.bmw-motorrad.be

 

 

Sylvain R
Sylvain roule depuis qu'il en a l'âge, deux ou trois roues (voir même 4) et un moteur et il est parti pour un essai. Sportive, roadster, custom, trail ou autre, rien ne l'arrête. Sa maxime préférée : "Brûle la gomme, pas ton âme". Si vous le croisez, n'hésitez pas à le saluer, il ne mord pas... enfin normalement

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,418FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Au bonheur des navetteurs 3

Nous avons déjà proposé des itinéraires alternatifs aux navetteurs partant de Charleroi, Mons et Namur; voyons cette fois comment retrouver un certain...

Kawasaki Z1000SX 2014

S’il est une catégorie où les nouveaux modèles se font de plus en plus rares, c’est bien celle des « GT sportives ». Est-ce parce que...
Publicité