Aprilia Tuono R

The Perfect Bike
Il y a longtemps qu’une moto nous avait fait une aussi forte impression. A la fois performante et pourtant tout à fait utilisable, la version 2006 de la Tuono fera dateNous avons essayé plusieurs Tuono ces dernières années et une bonne dose de passion était indispensable pour compenser certains traits de caractère. La 2006″ leur met un coup de vieux définitif.

Aprilia Tuono R

 

R ? Factory ? Qui est qui ?La dénomination de la Tuono entretien la confusion, la version R n’est pas à comparer à la version hyper-équipée de 2005, ce modèle n’existe pas encore dans la gamme actuelle, seule la RSV 1000 en compte une et elle se nomme ‘Factory’ à présent. La Tuono R que nous avons devant nous est une version « normalement » équipée, le R ne signifiant rien de particulier, même si certaines pièces « ex R » sont « tombées du camion » lors du passage à la version 2006.Pour une version normale, elle en jette, tête de fourche redessinée et plus agressive, arrière complètement nouveau dans le style missile, oubliés les autocollants approximatifs et place à une peinture noire, orange et blanche magnifique. Le gros silencieux 2 en 1 technico-pseudo-moderne des versions antérieures fait place à deux bons silencieux latéraux dans une finition brossée splendide. Peut-être moins évidente à assortir à sa combinaison que le noir ou le rouge, cette version 2006 n’a pas cessé de nous émerveiller et, faibles que nous sommes, il faut bien avouer que les nombreuses têtes qu’elle a fait tourner sur son passage valorisaient notre ego. La Tuono existe aussi en version noire et noire/grise métal.Quand on s’attarde, le dessin de l’arrière dégage la roue avec force, les écopes latérales qui englobent habillement le radiateur permettent à une discrète tête de lion de prendre place, figurant le logo-oublié-de la marque, le dessin des optiques et du saute-vent ainsi que la prise d’air expriment une énergie bien supérieure aux versions antérieures. Le cadre poli et le bras oscillant poli se rejoignent sur la partie centrale du cadre à la texture granuleuse et aux soudures parfaitement réalisées, où encore les jantes « volées » à la RSV Factory, elles sont en aluminium, elles existent en magnésium en option, on se régale.

Une qualité qui saute aux yeux
Aprilia Tuono R

Le tableau de bord est complètement nouveau et partage son électronique avec les Moto Guzzi, on reconna&icirc.t d’ailleurs la commande de l’ordinateur de bord sur le commodo gauche, ainsi que le sélecteur à l’index gauche. Il est assez amusant de constater que les informations disponibles diffèrent de la Guzzi, comme si un ingénieur particulièrement créatif s’était amusé à saupoudrer dans la gamme les indications jugées utiles sur certains modèles et pas sur d’autres. Exit la température extérieure et apparition de la température moteur, adios la jauge d’essence. Le cadran digital et le grand compte-tour à aiguille sont à présent parfaitement lisibles.L’impression de qualité continue de nous remplir les yeux une fois en selle, le cintre à diamètre variable couleur dorée est posé sur une rehausse en aluminium taillé dans la masse, tout comme la potence. Les poignées de frein et d’embrayage sont réglables et la commande de freinage est radiale, plus bas, les étriers Brembo en position radiale sont repris à la version Factory, avec leurs 4 plaquettes individuelles par piston. Nous restons sur un nuage.Le moteur démarre et la sonorité est d’abord métallique, les deux silencieux ne laissent pas filtrer un son rempli de graves comme nous l’aurions attendu, on est pas sur une RS125 mais on est pas non plus devant le son caverneux dont les gros bi ont le secret. Après 1000 kilomètres, cette sonorité se montre bien assez expressive pour être agréable au quotidien, quand bien même, une ligne Akrapovic est déjà prête pour décoller le carrelage des murs.

Quel moulin !
Aprilia Tuono R

Surprise de taille et probablement la plus belle évolution de la version 2006, la facilité du moteur à bas régime. Nous avions gardé un souvenir plus que mitigé du 1000 Aprilia et de son « caractère » en-dessous de 3.000 t/min, toujours plus enclin à caler qu’à catapulter et obligeant à négocier âprement avec l’embrayage chaque démarrage et traversée d’agglomération. Terminé, oublié, le problème a été pris à bras le corps : nouvelle cartographie d’injection, nouvelle admission et chicanes d’échappement plus longues grâce aux deux nouveaux silencieux pour un meilleur fonctionnement à bas-régime, admission d’air forcée améliorée comme on le voit sur la tête de fourche pour augmenter les performances à haute vitesse. Le résultat est époustouflant, nous pouvons la laisser filer sur le ralenti et remettre du gaz sans à-coups, sans même de protestations. Brouter ? Il n’en est pas question, une simple vibration et déjà de la poussée. L’injection parvient à gérer à merveille les reprises sur filet de gaz, c’est tellement important sur un moteur aussi puissant.Sur les premiers tours, la traction a déjà de quoi faire peur à certains, la moto bondit en avant à chaque tour de la poignée des gaz, mais derrière ce choc la poignée reste provisoirement vide jusqu’à ce que le compte-tours approche des 6.000 t/min, on la sent alors qui commence à se remplir et il faut de l’espace devant soi car cela file vers le 200 comme rien. De quoi faire peur aux autres. Cette configuration à deux étages s’avère très agréable en utilisation quotidienne, forte sans réelle brutalité sur une plage usuelle, elle délivre une puissance exceptionnelle dès que l’on tire un peu plus long. Une journée sous la pluie nous a d’ailleurs permis de profiter du côté modéré de ces « premiers tours ». Détail qui a son importance, les nombreux éléments de carénage qui l’habillent la rendent également peu salissante, il suffira d’un coup d’éponge pour lui redonner son éclat.

Et le reste est tout bon aussi
Aprilia Tuono R

La nouvelle tête de fourche, non contente d’être jolie, assure une protection au vent considérable qui nous permet de rester la tête haute et le regard loin jusqu’à 160 km/h, pour une fois l’aérodynamique permet d’exploiter son roadster dans de bonnes conditions, sur une plus longue durée, la croisière à 120 km/h est parfaitement confortable pour la nuque. Le freinage était au top, il n’a pas changé, mordant, puissant, il réclame du doigté quand on vient d’une autre moto mais révèle très tôt une gamme de nuances tout aussi impressionnante que sa puissance. Nous pensions d’abord qu’un tel mordant serait un problème sous la pluie, nous avons pu le tester et constater qu’il n’en est rien, il est capable d’une gamme de pichenettes incroyable et très rassurantes en fin de compte.Quand on s’assied pour la première fois sur la Tuono, c’est à peine si elle s’enfonce. On est de suite mis au parfum, c’est du dur. Cette impression ne se confirme pas en roulant, la belle ne tape pas dans les mains ni dans le dos, elle avale copieusement les gros défauts et parvient même à rester sereine lorsque nous arrivons sur l’angle sur un revêtement dégradé, ce dernier cas de figure achevant de nous convaincre sur les qualités des suspensions. La fourche inversée est signée Showa et l’amortisseur Sachs perd son réglage sur la compression, mais cela ne nous a pas privé d’un comportement à la fois suffisamment dur pour encaisser les gros freinages et les accélérations et assurer des passages en courbe sereins, le tout non sans ménager un certain confort. Le roadster comme on les aime, capable de distiller un esprit sportif sur des routes qui n’ont pas la qualité des circuits.

Excellent millésime
Aprilia Tuono R

Pas mal nous diriez-vous, et vous auriez raison, pas mal du tout. Un tout petit espace de rangement sous le capot de selle permet de rouler un pantalon de pluie ou d’y ranger un bloque-disque. Des crochets d’arrimages sont présents. Une seconde selle est fournie d’origine pour embarquer un passager, mais de manière occasionelle car l’accueil est vraiment minimal. Un anti-démarrage avec clé codée sécurise à présent ce bel objet. Les rétroviseurs sont joliment dessinés, ils s’écartent suffisamment vers l’extérieur pour donner une visibilité correcte, point que nous apprécions particulièrement lorsqu’il s’agit d’affronter le trafic. Et la béquille n’incline pas la moto « à l’italienne », merci pour nos nerfs.L’embrayage hydraulique est dur mais il permet de passer les vitesses avec une très bon feeling, facile à doser en ville tout autant que pour encaisser les vitesses dans les grandes accélérations. La boite est rapide avec une commande courte, mais le verrouillage est tellement bon, qu’il faut pousser fort sur le sélecteur pour passer le rapport, c’est d’autant plus vrai à l’arrêt où la boite semble parfois bloquée. Il faut alors faire avancer légèrement la moto pour passer le neutre, qui passera toujours mieux en venant de la deuxième que de la première. Notre seul souci viendra du tableau de bord qui a laissé rentrer de l’eau qui s’est condensée et n’est plus jamais ressortie, rendant illisible le cadran digital et, entre autres, les indications de vitesse ce qui est suicidaire pour le permis avec une moto de 133 chevaux ! Plus basse d’un centimètre avec une hauteur de selle de 810 mm, la moto s’est abaissée en ouvrant légèrement l’angle de chasse. Bon pour la stabilité qui égale celle d’une sportive avec la facilité d’un roadster grâce au large cintre et à un poids de 185 kg à sec. Les pneus sont les excellents Dunlop Sportmax, le boudin arrière est un 190 mm sans effet notoire sur la maniabilité. Les kilomètres s’accumulent, les virages se prennent avec une confiance énorme, la fatigue ne se fait pas sentir grâce à la position très naturelle. Nous freinons tard et nous relan&ccedil.ons comme des b&ucirc.cherons pour le fun. La finesse du réservoir et la position des repose-pied permettent de tenir parfaitement la moto avec les jambes pour prendre des virages très fort, les sensations augmentent encore. Il ne semble pas possible de prendre la Tuono en défaut. Et pour enfoncer le clou, l’amortisseur de direction d’origine veille au grain à l’accélération ou sur les mauvais raccords de chaussée et l’anti-dribble maison (APTC) empêche le blocage de la roue arrière sur les rétrogradages trop violents. A nouveau disponible en Belgique grâce au nouvel importateur Moto Tricolore situé au Pays-Bas, nous nous souviendrons longtemps de cette Tuono R.

Fiche technique
Aprilia Tuono R – 12.490 &euro.

Aprilia Tuono RAprilia Tuono R

MoteurV60 Magnesium Bicylindre en V longitudinal de 60&deg., 4 temps refroidi par liquide avec circuit pressurisé à trois voies, double arbre en tête entra&icirc.né par un système mixte engrenages/cha&icirc.ne, quatre soupapes par cylindre, double contre-arbre d’équilibrage (brevet AVDC)Alésage x course 97 x 67,5 mmCylindrée 997,62 ccTaux de compression 11,8 : 1 Puissance maxi 98 kW (133 ch) à 9.500 tours/minute Couple maxi 10.4 kgm (102 Nm) à 8.750 tours/minuteAlimentation Système intégré de gestion électronique du moteur. Injection électronique multipoint indirecte. Diamètre corps papillons: 57 mmAllumage électronique digital, une bougie par cylindre, intégré à l’injectionCarburant Essence sans plomb 95 RONDémarrage électrique échappement Double silencieux avec catalyseur à trois voies et sonde lambda (Euro 3) Générateur 12V – 500 WLubrification à carter sec avec réservoir huile séparé. Double pompe trocho&iuml.de avec radiateur refroidissement huile Réservoir huile en acierTransmissionBoite de vitesses à 6 vitessesEmbrayage Disques multiples en bain d’huile avec commande hydraulique assistée (brevet PPC) Durit embrayage en tresse métallique Ma&icirc.tre cylindre radial avec piston de 15 mmTransmission primaire à engrenages à taille droite, rapport de transmission: 60/31 (1,935) Transmission secondaire Par cha&icirc.ne. Rapport de transmission: 40/16 (2,5) Partie cycleCadre à double poutre incliné en alliage d’aluminium caissonnéSuspension avantFourche showa upside down, tubes 43 mm réglable en compression détente et précharge du ressort. Débattement roue 120 mm. Suspension arrièreBras oscillant en alliage d’aluminium double banane: biellettes progressives avec système APS. Amortisseur hydraulique Sachs réglable en détente et précharge du ressort. Débattement roue 133 mm. FreinsAv.: Brembo à double disque flottant en acier inox &AElig. 320 mm. Etriers Brembo « triple bridge » à quatre pistons diamètre 34 mm et 4 plaquettes en matériau fritté. Durit frein en tresse métallique Arr.: Brembo à disque d’acier inox &AElig. 220 mm. Etrier à deux pistons en matériau fritté. Durit frein en tresse métallique Roues En alliage d’aluminium Av.: 3,50 X 17″ Arr.: 6,00 X 17″Pneus Radiaux tubeless. av.: 120/70 ZR 17. arr.: 190/50 ZR 17 Chiffres Longueur max 2025 mmLargeur max 830 mm (au guidon) Hauteur max 1100 mm (au guidon) Hauteur selle 810 mmHauteur guidon 1020 mm à l’extérieurEmpattement 1410 mmChasse 103,7 mmAngle de chasse 25″Poids à sec (sans batterie) 185 kgRéservoir Capacité 18 litres, dont 4 litres de réserveColoris disponiblesArgent, Noir, Rouge FluoImportateurMOTOTRICOLORE Lange Dreef 13b4131 NJ VIANENwww.mototricolore.com 

 

Geoffroyhttp://www.Objectif-moto.Com
Motard et SimRacer passionné, j’aime partager avec vous mes découvertes au travers d’Objectif-moto et Objectif-Racing!

Articles similaires

Commentaires

  1. Je découvre Objectif-moto à la lecture de cet essai !
    Très plaisant à lire, mais surtout constructif, aucun aspect n’est négligé.
    Au delà de la lecture, ce reportage photo est de qualité (c’est de loin les plus beaux clichés de tuono 1000r de la toîle).

    Un grand merci, je retiens et recommande ce site !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,375FansLike
202FollowersFollow
2,530SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité