Schuberth R2 : la politique du compromis.

Afin de remplacer le R1 vieillissant, la marque allemande propose le R2, un casque moyen de gamme à vocation plutôt sportive situé entre le premium SR2 le basique S2.

Premières impressions

Comme à son habitude, Schuberth soigne les détails. Le R2 est présenté dans une housse de protection matelassée d’excellente qualité. Dès la prise en main, je suis surpris par son faible poids (1.350 g en taille S à 1.525 g en XXL). J’ai choisi le modèle « Nemesys Yellow » pour sa déco deux tons, noir et jaune fluo, du plus bel effet. Au premier contact, on est frappé par son esthétique moderne, sa forme allongée vers l’arrière, la rupture des courbes, la taille impressionnante de la visière et…l’absence de pare-soleil ! L’intérieur est également de qualité supérieure et la double boucle métallique couleur bronze apporte la touche finale.

Sécurité avant tout

Conforme à la norme ECE-R 22.05, le R2 propose une calotte extérieure composée d’une matrice spéciale « duroplastique » renforcée par de la fibre de verre. Ce procédé conçu par Schuberth confère une grande résistance et une protection maximale en cas de chute. Afin d’assurer une absorption maximale des chocs, la coque intérieure est composée de plusieurs couches de mousses complexes multizones. Les coussins de joues sont munis d’un système d’extraction rapide efficace et la jugulaire est composée d’une boucle double D permettant un réglage précis et assurant une sécurité optimale.

Le R2 a été conçu de manière à offrir un champ de vision supérieur à la moyenne. Il offre un réel plus grâce à sa vision panoramique.

Sans oublier le confort

Afin de satisfaire les plus exigeants, la marque allemande a équipé son nouveau casque d’une coiffe en  ShinyTex® , une matière douce, respirante, interchangeable et lavable. Afin de réduire les odeurs désagréables en cas de forte chaleur, il est également antibactérien. Ce revêtement est certifié « Öko-Tex 100 », un label écologique qui garantit l’absence ou une faible teneur en substances indésirables pour la santé et pour la peau.

Le confort passant également pas une bonne aération, le revêtement intérieur est conçu de manière à permettre la ventilation directe de la tête grâce à deux orifices situés face à l’ouïe frontale, unique mais de bonne dimension et facilement manoeuvrable avec des gants. Par contre, l’absence d’évacuation arrière peut surprendre. D’après Schuberth, celle-ci est inutile dans la mesure où le flux d’air intérieur est évacué du casque grâce à la dépression qui se crée au niveau de la nuque. L’aération est complétée par un orifice d’entrée situé sous la visière. Cette dernière, réglable sur 5 positions, permet un dosage précis de l’entrée d’air dans le casque.

Schuberth accorde une grande importance à l’aérodynamisme de ses produits. Testé dans la soufflerie maison, le R2 ne fait pas exception à la règle. Afin d’atténuer les nuisances sonores lorsque le pilote roule visière ouverte, le R2 dispose également de coussinets anti-bruit situés au-dessus de la visière. Un déflecteur d’air évite l’arrivée indésirable d’air dans le casque. Tous ces aménagements sont censés procurer au R2 un confort aéro-acoustique supérieur. Bien entendu, une visière « Pinlock » de grande taille qui couvre pratiquement tout le champ visuel est prévue, mais en supplément !

Les casques modernes se devant de prévoir un système de communication intégré, le R2 peut être équipé du module SC1 élaboré en collaboration avec SENA. L’antenne, les écouteurs et le micro sont intégrés d’origine dans la coque. Il suffit d’insérer le module de communication et la batterie dans les deux espaces prévus sous le casque, et vous pourrez écouter de la musique, communiquer, naviguer, téléphoner pour la modique somme de 200 € (module de base) ou 300 € pour le haut de gamme.

Et en pratique.

Le R2 est très agréable à porter et la sensation de confort est omniprésente grâce à la qualité du revêtement intérieur. Le démontage et le remontage de la coiffe et des coussins intérieurs se font aisément. Pour l’enfiler sans difficulté, il faudra un peu de pratique en raison de la taille de la bavette et de l’épaisseur des coussins inférieurs.

Sur la route, la taille de la visière donne l’impression de porter un jet tellement le champ visuel est important. Côté aération, n’ayant pas eu l’occasion de rouler au-dessus de 15°C, je ne peux que confirmer la bonne aération lorsque les ouïes sont ouvertes et la parfaite étanchéité par temps froid. Aucune entrée d’air intempestive et une absence totale de buée sur la visière. En ce qui concerne le bruit, il est important de préciser que le R2 ayant plutôt une vocation sportive, c’est au guidon d’un roadster ou d’une sportive qu’il donnera le meilleur de lui-même. En effet, son profil, et notamment la partie arrière plus haute permettant un dégagement de la nuque du pilote, a été conçu pour une position de conduite inclinée vers l’avant. Néanmoins, l’utilisation sur un trail ou une GT donne également de bons résultats.

Même si elle demande un temps d’adaptation aux néophytes, la boucle double D permet un réglage précis de la fermeture. Afin d’éviter les frottements désagréables, elle est doublée de coussinets.

La qualité de la visière de classe optique 1 est également à souligner. Elle procure une vision parfaite sans aucune distorsion. La manipulation de l’écran est aisée grâce aux deux ergots idéalement situés. Le réglage de l’ouverture est relativement ferme en raison du fait qu’il est possible de rouler visière partiellement ouverte. Afin d’assurer une étanchéité parfaite, il est possible de verrouiller la visière en position fermée. Le changement de visière se fait en quelques secondes grâce aux cliquets facilement accessibles.

Un conseil : testez consciencieusement le R2 avant de l’acheter car il est possible que votre morphologie ne soit pas adaptée à l’angle relativement important de la face avant. Si c’est le cas, des douleurs risquent d’apparaître au niveau de la partie supérieure du front après quelques dizaines de kilomètres.

Et cet écran solaire ?

L’absence de cet accessoire devenu pratiquement incontournable, même sur des casques low cost, suscite le débat. Volonté de proposer un prix concurrentiel ?  Retour à la simplicité ? Demande de clients préférant adapter leur visière aux conditions climatiques ? Limitation de poids ? Quoiqu’il en soit, il s’agit d’un choix qui surprend même les inconditionnels de la marque.

On pourrait rétorquer qu’une marque haut de gamme bien connue fabrique des casques qui coûtent le triple du R2 et qu’ils ne sont pas équipés de cet accessoire. Heureusement, le port de lunettes (solaires) ne pose aucun problème ! Enfin, jusqu’au 31 décembre 2018, Schuberth offre une visière teintée à condition d’enregistrer votre nouvel achat sur le site.

Bilan.

Avec le R2, Schuberth propose un casque de très bonne qualité à l’esthétique moderne. Ses qualités principales : son poids, sa visière panoramique, son confort acoustique et la qualité supérieure de ses composants. On regrettera l’absence de pare-soleil.

C’est en conduite sportive qu’il procurera les meilleures sensations. Toutefois, sa polyvalence permet une utilisation plus large. Proposé en 16 versions, il satisfera les plus originaux comme les plus classiques.

Proposé au prix initial de 499 € pour les décos sophistiquées, on peut le trouver actuellement à 319 € à condition de se contenter d’une couleur unie blanche ou noire.

Les tailles vont de XS à XXL, soit de 53 à 64 cm et la garantie est de 5 ans.

Pour ceux qui souhaitent rouler encore plus légers, le R2 est proposé en version « carbon » (1.300g) au prix de 649 €

www.schuberth.com

Dominique
Enseignant tombé dans le monde de la moto très jeune

Articles similaires

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" width="375" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]

Suivez-nous

15,418FansLike
200FollowersFollow
2,230SubscribersSubscribe
Publicité

Populaire cette semaine

Publicité